Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 00:06

Zéro marge de manœuvre budgétaire pour le prochain Président : une bonne nouvelle pour les marchés financiers ?

 

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle vont bien évidemment introduire au cours des deux prochaines semaines, beaucoup de volatilité dans les cours des actions françaises et surtout dans les cours des obligations françaises.

 

Quel que soit le nom du vainqueur du deuxième tour, la marge de manœuvre pour prendre de mauvaises décisions est très limitée, quand on a plus de 1700 Md€ de dettes détenue à plus de 60% par des investisseurs étrangers. La France ne peut pas être en effet le seul pays au monde à ne rien faire pour maîtriser ses déficits. Si elle allait dans cette direction, la sanction des marchés serait immédiate.

 

Ce sont les porteurs d’obligations de l’Etat français qui auront le pouvoir de croire, ou pas, à la politique économique du prochain gouvernement. Un calcul simple montre bien la mesure du danger en cas de faux pas : deux points de taux d’intérêt en plus représente une augmentation annuelle du coût du service de la dette de 34 Md€.

 

En France, dans le sillage de l’Allemagne, la croissance qui a été meilleure que ce que l’on attendait devrait retomber. La dépendance de la France par rapport à l’étranger ne se limitera pas aux obligations, puisque cinq groupes français sont déjà dans la lignes de mire de fonds étrangers : Carrefour (Knight Vinke aus Etats-Unis), Lagardère (Wyser Pratt aux Etats-Unis et un fonds du Quatar), Valeo (Pardus Capital aux Etats-Unis), Technicolor (Third Point aux Etats-Unis)...

 

Devises : l’Euro est très dépendant de la Fed

L’Euro est en survie artificielle. Comme la BCE ne peut imprimer les dollars dont l’économie européenne a besoin, elle a été obligée de passer des accords de swap avec la Fed. C’était la situation de la France en 1954 qui a été obligée d’aller mendier des dollars aux Etats-Unis pour payer ses fonctionnaires.

Cette situation s’est reproduite ensuite en 1982, peu après l’élection de François Mitterrand. C’est l’Arabie Saoudite qui a discrètement prêté l’argent que la France qui ne pouvait plus emprunter sur les marchés pour financer ses dépenses de fonctionnement. 

 

source : ATLANTICO

 


France ultra-libérale ? Quand on a une telle dette et que l'on paye ses fonctionnaires à crédit les trois derniers mois de l'année, on peut rapprocher la gestion de la France à celle des pays de l'Est du bon temps de la guerre froide.
Ultra-libéral est devenu le point godwin des socialo-conservateurs !

 

 

mots clefs : euro, marchés financiers, devises,

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie