Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 23:00

S’en prendre au entrepreneurs, c’est s’en prendre qui a ceux qui acceptent de travailler plus pour 300€/mois!

Nous avons déjà évoqué les déclarations de la ministre du Commerce et de l’Artisanat, Sylvia Pinel, concernant les auto-entrepreneurs.  Nous savons la haine que vouent les socialistes à ceux qui cherchent à sortir la tête de l’eau sans les subsides de l’Etat tout puissant, sans ses aides, subventions, allocations en tous genres. Un auto entrepreneur est toujours présenté soit comme un salarié qui ne se satisfait pas de sa condition et qui veut travailler plus pour gagner plus, soit comme un traître à sa classe qui participe à la dérégulation du marché du travail en acceptant de travailler sans être employé au lieu de rester tranquillement dans les statistiques du chômage à attendre le stage de qualification qui lui permettra d’attendre le prochain stage de reconversion. 

source

 

  1. Ce qui est intéressant dans la création de ce statut, c’est aussi et surtout l’esprit de simplification qui préside. Cela devientpsychologiquement « facile » de se mettre à son compte, et l’on peut espérer que cette démarche de simplification fera tâche d’huile.

  2. 2)Au moment où le chômage, lui, est en pleine croissance,il faut inciter chacun à créer son propre emploi(après tout, l’Etat ne fabrique-t-il pas de faux emplois !?)
  3. 3)Avec ce statut,on a touché aux sacro-saints allègements des charges, et si on a noté un tel engouement, c’est bien que cette bouffée d’oxygène a révélé une réserve potentielle d’emplois.
  4. 4)Symboliquement,cette réforme est pédagogique pour les jeuneset cela dès leur plus jeune âge. «Moi aussi, je pourrais… ». Autant la création d’une entreprise est lourde pour ceux qui n’ont pas été élevés dans cette perspective et cet univers, autant il devient tout à coup possible grâce à ce statut de vivre de sa propre activité,même si les revenus sont clairement trop faibles (4 300 euros par an en moyenne).

  5. 5)C’est une incitation à « travailler plus » : en cumulant un emploi salarié à temps partiel et une autre activité. Par exemple, pour les étudiants, c’est aussi une façon de gagner de l’argent autrement qu’au « black ». C'est aussi parfait pour les femmes qui créent leur activité de chez elles, etc.
  6. 6)L’argument d’être des « profiteurs » est scandaleux,à moins d’accuser à l’inverse l’Etat de « profiter » lui aussi abusivement de taxes trop élevées prélevées sur le travail, quel qu’il soit.
  7. 7)Déloyal par rapport aux artisans ? Oui, certainement, mais alors baissons leurs charges à eux aussi !Ils ne s’en plaindront pas.
  8. 8)« Au bout de 3 ans, seuls 58% déclarent encore du chiffre d’affaires »(relève l’étude INSEE). C’est déjà très bien. Et si tous ceux-là avaient été au chômage ?Sans compter que le pas est franchi et que rien ne dit qu’ils ne seront pas demain chefs d’entreprise.Pour une fois, voyons la bouteille à moitié pleine.
  9. 9)« Les abus » : il n’est pas question de les nier.Ils sont d’autant plus significatifs que c’est le signe que tous les échappatoires sont utilisées pour accroître la rentabilité de nos PME, car ce sont bien les PME qui parfois tirent sur la corde : pas les moyens de recruter ? Alors, on évite la perspective de devoir licencier, d’assumer le coût (chargé) d’un emploi qu’on a peur de ne pouvoir pérenniser et on propose au futur employé de prendre ce statut. Et si la PME qui doit faire un plan social peut « sauver » quelques salariés en les faisant travailler en auto-entrepreneurs, tant mieux.
  10. 10)Qu’adviendrait-il si brutalement on supprimait cette soupape d’employabilité ? On dirigerait directement vers le chômage tous ceux qui « vivotent » aujourd’hui grâce à ce système. Est-ce mieux en cette période de crise ?N’est-ce pas témoigner alors que l’assistanat est plus moral que l’utilisation - souvent abusive (et c’est désolant) – d’un statut light pour échapper au « droit » du travail pesant, cher et complexe ?

  11. Oui, dans tous les systèmes économiques, il y a des interstices propices aux profiteurs du système (mais il existe aussi des profiteurs des aides sociales en tous genres). On sait que, marginalement, un certain espace de liberté, même s’il flirte avec la légalité, est une façon de s’en sortir pour les défavorisés et ceux qui peinent à gagner leur vie ; c’est aussi le cas de beaucoup de petits patrons.
  12. Alors améliorons, corrigeons, allégeons, transigeons mais ne resserrons pas l’étouffoir entrepreneurial : il n’y a rien à gagner et beaucoup à perdre.

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie