Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 01:30

chercheur.jpg

Voici une autre nouvelle diffusée partout dans les médias anglophones, mais qui n’est pas reprise dans les médias québécois, une autre belle nouvelle pour mettre dans notre sectionSilence Média!

Les scientifiques ont peut-être trouvé le Graal dans la guerre contre le cancer, un médicament miracle qui a tué toute forme de tumeur cancéreuse avec qui il est entré en contact. Le médicament bloque une protéine qui se nomme CD47, qui envoie essentiellement le signale « ne pas manger » au système immunitaire du corps selon un article de Science Magazine intitulé “One Drug to Shrink All Tumors” .

cellules.jpg

La protéine est produite dans des cellules sanguines en santé, mais les chercheurs de l’Université de Stanford ont trouvé que les cellules cancéreuses produisent un nombre anormal de protéines, ce qui fausse le système immunitaire et l’empêche de détruire les cellules dangereuses. En pensant à cette observation, les chercheurs ont fabriqué un antibiotique qui bloque la protéine CD47 qui est liée au cancer, ce qui fait que le système immunitaire attaque les cellules dangereuses.

Brentuximab Vedotin (ADCETRIS): un médicament fait disparaitre ses 70 tumeurs cancereuses

Jusqu’à maintenant, les scientifiques ont utilisé l’antibiotique sur les souris qui se sont fait injecter des tumeurs cancéreuse humaine pour les seins, ovaires, colon, cerveau, fois et prostate. Dans chacun des cas, le système immunitaire des souris a tué les cellules cancéreuses. « Nous avons observé que même après que la tumeur se soit rependue, l’antibiotique peut guérir la tumeur ou ralentir considérablement sa progression et prévenir les métastases », explique le biologiste Irving Weissmandu Stanford University School of Medicine à Palo Alto, en Californie.

Un des effets secondaires du traitement est que les cellules en santé étaient à court terme sujettes à des attaques du système immunitaire des souris, mais cet effet n’est rien en comparaison aux dommages faits sur les cellules cancéreuses.

Le groupe de recherche de Irving Weissman a reçu une subvention de 20 millions de dollars pour transférer leurs recherches sur les humains.

 

source merci à Claude

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science