Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 02:59

Le cantonnement militaire d'Eigenthal qui héberge depuis juin les requérants d’asile.«L' Érythréen reçoit de l'argent de poche, le Bosniaque non». Tel est le constat de Denise Graf coordinatrice auprès d'Amnesty International, comme le rapporte le Tages Anzeiger. Une discrimination, essentiellement destinée aux Roms, que la coordinatrice juge dans la Neue Luzerner Zeitung«inacceptable». Sans compter que l'Office fédéral des migrations (ODM) s'est gardé d'informer les autorités sur cette mesure prise en août 2012. Même la Commission parlementaire responsable n'était que peu au courant de cette décision, comme le révèle leTages Anzeiger.

Freiner les demandes

Denise Graf a découvert l'inégalité de traitement par hasard, au cours d'une visite pour le compte d'Amnesty International au centre d'hébergement pour requérants d'asile d'Eigenthal, fraîchement ouvert en juin. Alors que certains requérants reçoivent trois francs d'argent de poche, destiné entre autres à financer les appels téléphoniques ou encore les billets de transport pour les déplacements personnels, d'autres n'ont rien.

L' Office fédéral des migrations a inclus en août cette disposition aux mesures particulières visant les «requérants d'asile en provenance d’États européens sûrs». Elle accompagne, l'accélération de la procédure qui permet de statuer en 48 heures pour les cas «ne nécessitant pas de plus amples clarifications», la suppression du remboursement à hauteur de 100 francs des frais de voyage, ainsi que l'abolition de l'aide au retour adoptée au printemps.

Le train de mesures est clairement destiné à freiner l'augmentation des demandes d'asile des ressortissants de Macédoine, de Serbie ou de Bosnie-Herzégovine, en hausse depuis la suppression de l'obligation de visa pour entrer en Suisse. Comme le souligne l'ODM, en juillet 2012 le nombre de demandes d'asile déposées par des ressortissants de Macédoine a augmenté de 83% par rapport au mois précédent. Fort de ce constat, l'organisme fédéral cherche, donc, à limiter ces demandes d'asiles jugées «infondées» et qui ont peu de chances d'aboutir.

Décourager toute tentative

L'ODM ne s'est d'ailleurs pas caché de ces mesures et même a choisi de propager haut et fort, également dans les pays concernés, la suppression des indemnités de voyage. «Les gens doivent savoir qu'un voyage en Suisse pour demander l'asile ne vaut plus la peine», souligne au quotidien zurichois Gaby Szöllösy, porte-parole de l'ODM. Et d'ajouter que la suppression de l'argent de poche découle «logiquement de la nouvelle procédure courte».

Étant donné que celle-ci permet de statuer en 48 heures, les ressortissants restent peu de temps en Suisse selon l'ODM. Une affirmation réfutée dans le Tages Anzeigerpar Denise Graf. Lors de sa visite à Eigenthal en septembre, elle affirme avoir rencontré des gens «qui vivaient ici depuis juin et ne recevaient aucun argent de poche depuis août». Mais l'ODM avance également un autre argument. L'argent de poche n'est légalement pas obligatoire et la Confédération l'a octroyé spontanément.

Aucune critique

La suppression de cet argent de poche n'est pourtant pas jugée «logique» par tout le monde, y compris au sein de l'ODM, selon le Tages Anzeiger. La Société pour les peuples menacés critique une mesure dirigée contre les Roms qui sont les principaux touchés. Une communauté également discriminée au sein de ses propres pays. «98% des Roms sont sans travail, ne reçoivent aucune aide sociale et sont discriminés en regard de l'éducation et des soins médicaux», remarque Angela Mattli porte-parole de la Société.

Par contre, les membres de la Commission parlementaire au courant de cette suppression mise en place sans bruit, se sont gardés de tout commentaire. Et même à gauche, seul le silence a fait écho à cette mesure.

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration