Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 00:25

Сирия Иран сирия

 
Collage : La Voix de la Russie

L’Iran a formulé de nouvelles propositions concernant le règlement de la crise en Syrie. La discussion s’impose car il semble s’agir de la dernière tentative de régler le conflit sans recourir à la force. Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères chargé des questions du Proche-Orient arabe et de l’Afrique du Nord, Hossein Amir-Abdollahian, en visite à Moscou, a accordé une interview exclusive àLa Voix de la Russie.

« La République islamique d’Iran croit que la question syrienne peut être résolue par voie pacifique, a dit le vice-ministre. C’est cela l’essence de notre proposition. Du point de vue de Téhéran, le gouvernement transitoire doit être formé en présence de Bashar Assad comme président légitime syrien.

Ce gouvernement d’entente populaire composé des représentants des diverses couches de la société, pourrait comprendre ceux des opposants qui n’ont pas impliqués dans la commission des crimes de ces derniers temps. Une partie des opposants fait déjà partie du gouvernement syrien actuel. Des conditions seront ainsi créées pour organiser les nouvelles élections législatives, puis les élections présidentielles dans les délais établis »,a conclut M. Amir-Abdollahian.

Qui va fixer ces délais ?a demandé notre correspondante.

« Le gouvernement syrien, a répondu le vice-ministre iranien. Il y a en plus les délais réglementaires qui pourraient être pris comme référence. La principale condition de la tenue des élections est le déroulement de celle-ci dans le calme. C'est-à-dire qu’il faut arrêter la violence. Nous croyons que les Nations unies pourraient jouer un rôle dans l’instauration du calme en Syrie. Il y a par ailleurs des terroristes qui opèrent aujourd’hui en Syrie. Leurs activités sont dangereuses pour tout le monde. Pour le peuple, pour le gouvernement et pour l’opposition syrienne.

Une autre condition consiste à mettre fin au soutien depuis l’étranger des groupes d’opposition armés. Tant que cela n’est pas fait, il sera impossible de former un gouvernement de transition. Un moment clé de notre initiative : ces ont les Syriens eux-mêmes qui doivent prendre la décision relative à leur avenir.

Aucun autre Etat n’a pas le droit d’en prendre la responsabilité. Certes, nous devrons contribuer à la recherche des solutions, créer les conditions pour cela y compris au niveau régional, mais en aucun cas nous ne devons imposer notre volonté au peuple syrien », est convaincu le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, qui a aimablement accepté de répondre aux questions de La Voix de la Russie.

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International