Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 02:22

Photo068Une histoire, un « fait divers », une de ces« nouvelles en trois lignes » que Félix Fénéon aurait ciselé dans Le Matin où il a inventé le genre en 1905 1.

Mohamed Chegenni, né à Tunis il y a cinquante ans, devenu prof de philosophie en France, s’était reconverti en vendeur de journaux et livres dans un quartier de Marseille. Il est mort, assassiné : trois coups de couteau, dont un dans le dos. Sans doute pour quelques billets et une poignée de bricoles à gratter de la Française des Jeux.

La police marseillaise cherche des témoins.

Elle les a : nous toutes et tous. Nous sommes témoins, pour l’heure impuissants sinon impassibles, du pourrissement général. Au XIXe siècle (et ça continue) on a beaucoup volé pour un pain (Ah ! Jean Valjean…). Signe d’un progrès fatal, désormais, on tue pour un ticket à deux balles, même pas gagnant.

J’ai entendu une voix angoissée, révoltée, à bout, se demander s’il ne faudrait pas instaurer la « loi martiale » pour faire face à la criminalisation de la vie publique. Pour que les trafiquants et leurs parrains puissent dominer l’économie parallèle en paix à l’abri de « l’ordre » martial ?

Disons-le brutalement : ceux-là se trompent, de bonne ou de mauvaise foi, qui croient ou font croire que la force, le knout, le quadrillage, les milices publiques ou privées feraient taire les kalachnikov et paralyseraient les lames.

La question est de savoir pourquoi l’économie parallèle fait tenir la société, pourquoi les loyers sont payés en liquide dans certains quartiers, et comment sortir d’un monde où, aux deux bouts de la société, triomphent à coup d’arrogance l’égoïsme des veules riches (ceux qui ne veulent pas partager et vont manger des frites moins imposées en Belgique) et l’égoïsme des veules minables (ceux qui poignardent un prof de philo devenu marchand de papier imprimé, de mots).

Oui, comment en sortir ? Réveillons-nous, témoins ! Et cherchons au delà du théâtre des postures habituelles : on n’est quand même pas des bêtes, bordel !

Michel Cardoze, le 13 novembre 2012

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Faits Divers