Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 01:26

Recep Tayyip Erdogan, devant le portrait de Kemal Atatürk. Là où Charles X avait échoué en France, le Premier ministre turc serait-il en passe de réussir sa “Restauration” ?En 2003, Recep Tayyip Erdogan devient Premier ministre turc. Premier à avoir été élu dans des conditions “normales”, après des années de kémalisme autoritaire et de dictature militaire. A-t-il retenu les leçons du passé ? Ça y ressemble.

Issu de ces confréries soufies persécutées par Kemal Atatürk, mais remontant aux premiers temps de l’islam, il sait que l’arbre, avant d’être tronc et branches, est avant tout racines. Que la Turquie, avant que d’avoir été kémaliste, a agrégé des peuples aussi variés que les Hittites, les Phrygiens, les Cimmériens, les Lyciens, les Grecs, les Gaulois, les Romains, les Byzantins et… même les Ottomans. La Turquie, bien que musulmane, est aussi chrétienne, tandis que le paganisme gréco-romain a également contribué à façonner son paysage. De ce passé, il ne fera donc pas table rase.

Kemal Atatürk avait voulu encaserner l’islam et transformer les imams en équivalents de nos prêtres jureurs d’autrefois ? Erdogan libère cet islam, tout en prenant le risque de sa diversité : des soufis aux chiites alévis dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils ont une pratique assez décontractée du Coran et de la Sunna. Et même redonne le droit aux Kurdes de parler kurde, de s’habiller kurde et de pratiquer cet islam kurde qui laisse parfois perplexes les islamologues les plus érudits. Dans la foulée, en 2004, anniversaire de la chute de Constantinople, Erdogan a proposé aux chrétiens turcs de rouvrir la cathédrale Sainte-Sophie, transformée par Atatürk en musée, afin que la messe de Pâques puisse y être dite. Depuis, les musulmans aimeraient qu’un tel privilège leur soit accordé, mais entre l’afflux de touristes et la restauration des miniatures byzantines, l’affaire risque bien de prendre encore un peu de temps.

Recep Tayyip Erdogan sait qu’il lui faut aussi composer avec le kémalisme et ses révolutionnaires acquis laïques. Interdire le voile a causé bien des problèmes ; le rendre obligatoire aboutirait à autant de soucis. Il est donc laissé à l’appréciation de chacune et il n’est pas rare de voir, dans les vieux quartiers d’Istambul, et ce en plein Ramadan, deux amies, l’une voilée et l’autre en mini-jupe. Qu’importe, tant qu’on est Turque et qu’on en est fière…

L’actuel Premier ministre aura donc compris qu’en un pays où l’histoire, la grande histoire, se niche à chaque coin de rue et derrière chaque pierre, il n’avait d’autre moyen de composer. Ainsi, le moindre vestige, fut-il le plus modeste, pierres éparses léguées par les Grecs, restes de temples dus aux Romains, est-il soigneusement entretenu et en permanence visité. Seul petit détail : on y verra toujours le drapeau national, planté bien en vue.

Ce patriotisme inclusif, au contraire d’un nationalisme naguère exclusif, culmine à Ephese, là où la Vierge Marie a séjourné en compagnie de saint Jean l’Évangéliste. On peut y voir les vestiges de la première église qui lui fut consacrée.

Les Turcs en sont plus que fiers et à en croire les guides, c’est tout juste si la mère du Christ n’est pas née à Ankara, ville fondée il y a plusieurs siècles par les Gaulois, ces Galates ayant donné leur nom au célèbre club de football stambouliote, le Galatasaray. Bref, de l’art de restaurer le califat sans le dire. Alors que les Arabes s’embourbent dans leurs printemps, les Turcs, forts de leur passé, anticipent déjà l’avenir.

Un exemple ? Pourquoi pas…

Nicolas Gauthier, le 2 octobre 2012

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions