Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 02:15

Un poète condamné à perpétuité au Qatar

Le Qatar, ce petit pays du Golfe, qui s’en va guerroyer dans le Monde arabe sous une fausse bannière démocratique, est bien loin de respecter les règles démocratiques et la liberté d’expression.

Un poète qatari vient d’être condamné à une peine d’emprisonnement à vie et dont le seul crime est d’avoir «osé» critiquer l’émir et louer le Printemps arabe.

Mohammed Al Ajami, alias Ibn Al Dhib, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a dû répondre aux accusations «d’incitation au renversement du régime, diffamation du prince héritier, Tamim Ben Hamad Al Thani, et atteinte à la Constitution», rapporte l’AFP. Tel est donc le Qatar qui dit promouvoir la liberté en Libye, en Egypte, en Syrie et ailleurs. Comment peut-on défendre des valeurs qu’on ne respecte pas ? Comment prétendre appeler à des réformes ailleurs quand on condamne un poète pour s’être exprimé ?

Amnesty International a qualifié d’ailleurs le verdict «d’atteinte scandaleuse à la liberté d’expression», en appelant à la libération du détenu d’opinion qu’est Mohammed Al Ajami. Ce dernier, qui va faire appel cette semaine contre ce jugement infâme digne des pires dictatures, avait été arrêté le 16 novembre 2011 pour un poème écrit en 2010 contre l’émir, alors que, selon d’autres, il aurait été condamné pour le «poème du jardin» écrit en 2011, une année où ce même Etat jouait le rôle de «démocratiseur» des régimes arabes.

Le poème en question est un éloge à la révolution tunisienne et exprime son souhait de voir que d’autres pays arabes soient touchés par la vague de liberté et de démocratie.

Il disait dans son poème : «Nous sommes tous la Tunisie face à une élite répressive.» Son avocat, Nejib El Naïmi, a estimé que la perpétuité est une condamnation réservée aux seules tentatives de coup d’Etat, et qu’en vertu de la loi de ce pays et des accusations dont il fait l’objet, une peine maximale de 5 ans d’emprisonnement est applicable. «Il est déplorable que le Qatar, qui veut se présenter à l’échelle mondiale comme un pays qui défend la liberté d’expression, se livre à ce qui semble être une violation flagrante de ce droit», soulignait le directeur général d’Amnesty, Philip Luther.

El Watan

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Faits Divers