Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 02:15

Valls-Montebourg.jpg

Valls et Montebourg se sont rendu vendredi 17 dans le Vaucluse, à Carpentras, Sorgues et Orange. "Allez ! On y va, Arnaud ?" - "T'es fou ! C'est dangereux, plein l'électeurs de Marine, ces fachos vont nous bouffer !" – "Mais non, avec mes 150 flics en civil et comme d'hab' 600 ou 700 gendarmes prêts à intervenir, on risque rien, enfin, pas grand-chose"

– "T'as raison Manuel, on y va, on va leur montrer à François, Christiane, Pierre, Laurent, Jack et les autres que nous deux on en a, des vraies, pas comme celles flétries de Laurent et de Jack, ou molles comme celles de François que sa blondasse doit sucer pour les durcir un peu !
Vous croyez que j'exagère dans le pastiche ? Mais la suite rapportée par Le Monde va vous démontrer que c'était exactement ça.

Ils y sont allés, dans le Vaucluse, terre du FN, mais quoi faire ? Leur boulot de ministres ? L'un réprimer de graves troubles à l'ordre public, l'autre sauver quelques centaines d'emplois industriels ?

Pas du tout, ils y sont allés faire du tourisme, "pour voir" comment des terres saintes de la France socialiste ont pu tomber aux mains du diable frontiste. 

Leur prochaine tournée sera à Hénin Beaumont et à Liévin, dans le Nord. À leur place, on irait directement à Lourdes mettre quelques très gros cierges et prier pour "le retour de la République" qu'ils sont allés invoquer à Carpentras, Sorgues et Orange d'où elle ne s'est jamais absentée.

Et il ne s'est rien passé, rien de rien, enfin juste quelques cris "Hollande démission !" à Carpentras. Personne devant les mairie pour les huer, leur jeter des melons pourris, rouler ces escrocs dans le goudron et les plumes et les mettre dans le premier train de marchandises de passage, rien. Donc la République est toujours là avec ses électeurs et ses élus républicains qui respectent les opinions d'autrui et les ministres en goguette, aussi nocifs soient-ils pour la France.

Les Sorguais et les Orangeois n'ont pas bougé. Marion Le Pen candidate FN à Sorgues n'y était pas, et les deux compères craintifs n'y ont prudemment visité que la gendarmerie. Bompard, le maire FN, les a accueillis à Orange, saluant une "venue électorale de bonne guerre" avant de les emmener visiter l'usine Saint-Gobain, leur prouvant ainsi que l'on peut être sympathisant frontiste et républicain lucide et de grande qualité.

Soulagés que tout se soit passé dans le calme après la trouille bleue, pardon rose, qu'ils avaient eue à l'aller, ils se sont défoulés au retour dans  le TGV...

"A les voir rire comme deux sales gosses, on les imagine aisément plutôt fiers de leur coup de la journée. Dans le TGV qui les ramène du Vaucluse vendredi soir, Arnaud Montebourg et Manuel Valls font le show.

Entre vacheries contre leurs camarades socialistes, blagues de corps de garde, et séance d'imitations (talentueuses) de Laurent Fabius, Jack Lang ou François Hollande par le ministre du redressement productif, ils font rigoler jusqu'à leurs voisins de première classe." (Le Monde du 18-01). 

S'ils sont aussi talentueux que le dit Le Monde pour faire rigoler avec des blagues salaces sur leurs copains politiques, leur avenir est tout tracé aux intermittents du spectacle avec Dieudonné et Bedos.

Valls-Montebourg.jpg


C'est bien que tout se soit passé ainsi. Non ? Vous pensez que les habitants de ces trois communes auraient dû les évacuer pour ne pas avoir à croiser dans leurs rues ces deux petits rigolos qui se font entretenir par la France depuis leur enfance?

Pourquoi pas ? C'est une autre stratégie, de celles que l'on appelle des "stratégies d'évitement" dont l'exemple le plus flagrant est le président lui-même, expert dans l'art de ne pas affronter, repoussant l'exécution des solutions qu'il propose à Pâques ou à la Trinité 2017, refusant de répondre aux questions qui le gênent et soutenant Valls, son ministre de la Suppression des libertés, ces libertés si agaçantes pour les apprentis caudillos. Mais est-ce la meilleure des stratégies possibles ?

Qu'ont fait les Bonnets rouges, que ce soit en 1675 ou en 2013 ?

En 1675, protestant contre les taxes et impôts nouveaux que voulait leur imposer le Roi de France, ils se sont révoltés et l'ont fait avec tous les Bretons, nobles, commerçants, ouvriers, prêtres, marins. Tous unis contre le danger qui mettait en danger leur niveau de vie, leur liberté, leur avenir.

Rebelote en 2013, toujours contre les taxes et les impôts imposés par Paris. Ils ont accepté dans leurs rangs paysans, ouvriers, patrons, commerçants, retraités, curés, marins, indépendantistes, tous unis pour les mêmes raisons qu'en 1675. 

À chaque fois, ils n'ont pas tout obtenu, certes, mais à chaque fois le pouvoir a dû reculer parce qu'il voyait le peuple uni contre lui. 

Ça n'a pas empêché ensuite le retour des conflits ouvriers contre patrons, agriculteurs contre commerçants, curés contre laïcs, indépendantistes bretons contre républicains, mais le gouvernement a compris que s'il allait trop loin dans l'oppression économique et celle des libertés, il aurait tout le monde contre lui.

Qu'attendons-nous du 26 janvier prochain ?

Faire la démonstration que les sondages ne mentent pas, que quatre Français sur cinq ne veulent plus de ce président molasse qui les ridiculise aux yeux du monde entier avec ses frasques d'ado attardé, comme dit Valls, se montre incapable de redresser la situation économique et de gouverner le pays, comme il le reconnait lui-même en abandonnant le jacobinisme centralisateur des républicains de 1789 et en se tournant vers le libéralisme et l'Europe pour sauver sa réélection en 2017.

Plus nous serons nombreux, plus la démonstration sera convaincante.

Elle le serait plus encore si nous prenions nos fourches, nos haches, nos couteaux, nos révolvers, nos machettes, nos fusils, nos hachoirs et, à un ou deux millions, marchions sur l'Élysée en annonçant que nous sommes prêts à verser notre sang et à pendre le président s'il ne part pas, et les ministres du gouvernement s'ils ne démissionnent pas en bloc.

Ça se faisait autrefois, mais ça, c'était avant.

Nous sommes républicains et démocrates, sociaux et même de gauche pour certains d'entre nous, et nous allons faire une démonstration républicaine, sociale et démocratique de notre force, en laissant entendre que si là haut, dans leurs palais dorés de la République, ils ne nous écoutent pas, la prochaine manifestation sera plus énergique encore, et peut-être armée si c'est pour le peuple exploité par le socialisme le seul moyen de le chasser du pouvoir dont il abuse.

Seulement, certains, très minoritaires j'en conviens, commencent à chipoter : "Ouais, mais si mon voisin qui a une sale gueule y est, moi, je n'irai pas" ou "si j'y vois un catho intégriste, je me barre" ou encore "si Dieudonné et sa bande d'antisémites sont là, j'irai à la pêche".

Il sera toujours temps, après, de voir s'il faut renvoyer Dieudonné dans son Cameroun chéri. Pour le moment, le renfort qu'il peut apporter est loin d'être négligeable, s'il vient avec quelques dizaines de milliers de ses supporters, souvent de couleur, souvent musulmans, souvent racistes (pléonasmes).

Mêlés à la foule des patriotes infiniment plus nombreuse qu'eux, ils auront intérêt à rester corrects et calmes et vont en outre focaliser l'attention des milices de Valls armées jusqu'aux dents. Jean-Marie Le Pen lui-même l'a dit, "Dieudonné est noir ? Ça ne me gêne pas". Mais un Noir-Breton (par sa mère) qui ne soit pas politiquement correct, ça gêne Valls et Hollande.

Gardons nos divisions pour la suite, remballons provisoirement nos préventions, l'urgence c'est de pousser vers la sortie la bande de vautours pillards d'impôts qui se gobergent dans les ministères et à l'Elysée en espérant la mort de la France.

Le 26, soyons tous présents et décidés !

 

Maurice D.

source

merci à rose marie bonnemason

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique