Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 01:22

Le Point.fr - Publié le 14/06/2013 à 08:10 - Modifié le 14/06/2013 à 08:40

Invité à l'Élysée par Hollande, l'humoriste s'est lancé dans un show contre Sarkozy. Était-ce vraiment le lieu pour rire d'un ancien président ?

Jamel Debbouze a fait son show devant un François Hollande conquis, le 12 juin, à l'Élysée. © François Guillot / AFP

 

Mercredi 12 juin, Jamel Debbouze présidait au palais de l'Élysée la cérémonie de remise du prix de l'audace artistique. En marge des discours officiels, il s'est lancé dans un monologue comique. Normal, c'est son métier ! Monsieur Debbouze a du talent et le sens de l'improvisation. Mais ce soir-là, il a confondu Bobino avec l'Élysée, les tréteaux avec les ors de la République.

"J'en profite pour vous dire que la France, c'est mieux à vivre sous votre présidence, monsieur le Président, a-t-il lâché. C'est mieux que sous votre prédécesseur Joe Dalton. Il était quand même très énervé, le pauvre..." Ces mots feraient rire dans une salle de spectacle et on serait prêt à payer 50 euros pour en entendre plus et plus longtemps. Mais quand on entre dans une synagogue, on n'insulte pas Dieu ; quand on entre dans une mosquée, on ne déshonore pas Allah ; quand on entre dans une église, on ne crache pas sur Jésus. Quand on entre à l'Élysée, on n'insulte pas la fonction présidentielle ! C'est une question de principe, de politesse, voire d'éducation.

"J'en profite pour vous dire que la France, c'est mieux à vivre sous votre présidence, monsieur le Président, a-t-il lâché. C'est mieux que sous votre prédécesseur Joe Dalton. Il était quand même très énervé, le pauvre..."

----------------------------------------------------

REGARDEZ Jamel Debbouze se moquer de Nicolas Sarkozy : 

----------------------------------------------------------------

 

La République a encore descendu une marche

Lorsqu'en décembre 2007 Nicolas Sarkozy a rendu visite au pape Benoit XVI, il avait demandé à Jean-Marie Bigard de l'accompagner.Que n'a-t-on entendu ! Celui-ci avait eu la décence, le tact - faut-il dire le bon goût et l'intelligence ? - de ne pas réciter au Saint-Père son sketch sur le "lâcher de salopes". Au Vatican, il avait respecté les lieux, l'homme et sa fonction. Six ans plus tard, dans une situation similaire, Jamel Debbouze ne prend pas les mêmes précautions...

Témoin et héros involontaire de cette diatribe, François Hollande a ri. Ce rire autorise que demain un autre humoriste à la même place et au même endroit le caricature, le diffame, l'insulte.

La République, ses moeurs et ses valeurs ont encore descendu une marche. On pouvait espérer que dans les décors de l'Élysée, qui appartiennent à chaque Français, les petites guerres partisanes soient oubliées au profit de l'idéal républicain, des usages et de la politesse. Eh bien non. Il n'y a donc plus rien de sacré, de respectable dans la France des années 2010. Le blasphème tient lieu d'humour et bientôt sera anodin ; désacralisation rime avec provocation. N'importe qui peut donc dire n'importe quoi n'importe où. Voilà un triste symptôme supplémentaire de notre déchéance...

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Faits Divers