Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 01:45

Dans Les 4 Vérités, Guillaume de Thieulloy revient sur l'organisation de primaires au PS et constate :

"[...] François Hollande a donc toujours de sérieuses chances d’être le candidat de la gauche le mieux placé à l’issue du premier tour de 2017. Cela lui suffira-t-il à gagner? Pour le moment, non. Mais les divisions à droite ne sont pas moins importantes qu’au sein du PS. Et, si la droite arrive en ordre dispersé, elle peut aussi ne pas être au deuxième tour.

En attendant, François Hollande et ses acolytes préparent manifestement des coups tordus, partant du principe qu’avec 11 % d’opinions favorables, il n’est pas possible de gagner « à la loyale ». L’imagination n’étant plus au pouvoir depuis longtemps chez les socialistes, on peut d’ores et déjà dire à quoi ressembleront ces coups tordus.

De toute évidence, il s’agira de « sauver la république » menacée par le « péril fasciste ». Nous avons eu, en ce sens, l’arrestation opportune d’un « terroriste d’extrême droite » en Ukraine. Nous avons eu aussi la déclaration troublante du patron de la DGSI, Patrick Calvar, annonçant à l’Assemblée que ses services s’intéressaient de plus en plus à « l’ultra droite » et s’attendaient à une « prochaine confrontation ».

Chacun sait que les groupuscules violents sont largement infiltrés par des officines plus ou moins ragoûtantes et plus ou moins liées au pouvoir. Nul besoin d’être paranoïaque pour deviner ce que certains agents zélés pourraient faire pour donner à ces déclarations un tragique début de réalité...

On peut aussi relever la sorte d’attentisme qui entoure les déclarations d’Henry de Lesquen, président de Radio Courtoisie, qui a produit plusieurs déclarations ahurissantes en faveur du « racisme républicain » ou s’interrogeant sur la longévité des déportés. Or, au micro de Radio Courtoisie, bien des personnalités de droite se sont succédé. Comment ne pas penser que le pouvoir socialiste pourrait les mêler toutes dans un opprobre commun ?

Par ailleurs, depuis des mois, des activistes d’extrême gauche s’entraînent presque 24 heures sur 24 à la guérilla urbaine.Croit-on vraiment que ces « compétences » ne vont servir à rien ? Là encore, nul besoin d’être conspirationniste pour comprendre que ces centaines de militants ultra-violents (et bien identifiés, eux !) seront utilisées en cas d’accession de Marine Le Pen au second tour – et peut-être même en cas de victoire d’un candidat LR plus attaché aux convictions de droite qu’Alain Juppé.

La situation est explosive. Et le président, naguère élu sur des promesses d’apaisement, jette de l’huile sur le feu, pour de méprisables raisons électoralistes..."

SOURCE

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 02:24

A quelques centaines près, c'est le nombre de voix qu'il aura manqué à Norbert Hofer pour être élu président en Autriche (15 514) puisque l'écart entre les deux candidats est de 31 026 voix (source). 15 514 voix représentent 0,24% des suffrages exprimés. Rapporté à l'élection présidentielle en France de 2012, cela représente environ 90 000 voix.

Le FN et Marine Le Pen devront donc méditer avec attention les deux conseils contradictoires qui leur sont prodigués aujourd'hui : celui de Jean-Yves Le Gallou qui affirme que "le cocktail électoral gagnant, c’est l’alliance du combat pour l’identité et du combat pour les valeurs" et celui de Jacques Sapir qui considère que "les sujets sociétaux n’entraineront jamais un vote d'adhésion". 

En 2013, la Manif pour Tous a rassemblé trois fois un million de manifestants dans les rues de Paris, sans compter les nombreuses mobilisations décentralisées en province constituant ainsi un évènement historique et pratiquement inédit. Beaucoup de Français n'ont pu se joindre à eux, notamment les personnes âgées et certaines familles n'ayant pas trouvé de solution pour leurs jeunes enfants. 

La motivation première de ces manifestants a été, au delà de leur opposition à la néfaste loi Taubira de dénaturation du mariage, de défendre les valeurs traditionnelles de la famille. Ces défenseurs de la famille attendent désormais plus que jamais que leurs aspirations profondes soient prises en compte sérieusement et avec sincérité en 2017, d'autant plus que beaucoup de jeunes, mineurs en 2013 et éveillés à la chose politique à cette occasion, voteront pour la première fois. 

Il serait dommage de perdre l'élection présidentielle de 2017 à 90 000 voix près...   

source

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 16:58

 

Avec Jeanne d’Arc, Macron attend des voix. Invité dimanche par le maire (LR) d’Orléans, l’ambitieux ministre de l’Economie a fait un parallèle entre son action et celle de la Pucelle, qui a «libéré les énergies». En toute modestie.

 

Emmanuel Macron célébrant Jeanne la Pucelle devant les représentants du clergé, de l’armée et du peuple, face à une foule compacte d’Orléanais venus comme chaque année commémorer la libération de leur ville des Anglais, le rendez-vous était politiquement porteur. Le ministre de l’Economie qui, depuis le lancement, le 6 avril, de son mouvement En Marche !, ne rate pas une occasion de faire entendre sa différence, avait ce dimanche une opportunité unique de peaufiner son image de possible présidentiable face aux 70 journalistes photographes et cameramans qui avaient le déplacement.

Invité à présider les fêtes johanniques par le député et maire LR d’Orléans, Olivier Carré, Macron a donc convoqué une des figures les plus partagées du récit national pour faire valoir sa lecture de l’histoire et de l’avenir. Mais le ministre de l’Economie a, cette fois, évité toute provocation à l’endroit du couple exécutif.
L’ambition était là, mais en creux, explicitée avec précautions. Sans doute à raison : arrivé avec vingt minutes de retard sur le parvis de la cathédrale Sainte-Croix, le ministre a été salué par les applaudissements de la foule mais aussi des sifflets et des huées éparses. Le signe qu’à Orléans, la décision de cinq des sept parlementaires LR du département de boycotter cette année un cortège officiel emmené par un ministre dont ils disent désapprouver l’action, et dont le positionnement «ni droite ni gauche»ne les convainc pas, a trouvé quelque écho dans la population.

«Flèche»

Surtout, Macron est désormais sous étroite surveillance de l’Elysée, qui n’a que modérément apprécié d’apprendre que le ministre et ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée ne se considérait pas comme l’«obligé» de François Hollande. «On lui a demandé de faire attention à ne pas porter atteinte à la cohérence de l’action, de ne pas prendre des positions à la perpendiculaire de l’exécutif, confie-t-on dans l’entourage du chef de l’Etat. 
On lui a aussi recommandé de ne pas apparaître comme individualiste ou non collectif.» L’allocution prononcée par le Président mardi 3 mai, au terme d’un colloque sur la gauche et le pouvoir, ne laissant plus guère de doute sur son intention de se représenter, l’injonction de l’Elysée au ministre valait avertissement.

Pour Emmanuel Macron, l’exercice était donc sous lourde contrainte. C’est en usant d’un curieux parallélisme entre la Jeanne mythifiée et lui-même qu’il a fait valoir comment il convient, selon lui, de conjurer les trois doutes «sur le projet républicain, sur la possibilité de progrès pour tous et sur la force du projet européen» 

Le vœu est clair et le défi lancé. Il pourrait valoir au ministre un nouveau procès en égotisme. Emmanuel Macron le sait qui tente d’y couper court : «Il n’y a pas d’homme ou de femme providentielle, je n’y crois pas. Il n’y a que l’énergie du peuple.»Humilité feinte ou vraie profession de foi ?

lire la suite

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 02:07

En marge des commémorations du 8 mai 1945 dimanche matin, le chef de l’État a défendu son bilan.

Le chef de l’Etat a déposé une gerbe au pied de la statue du Général de Gaulle en bas des Champs-Elysées, avant de remonter en voiture l’avenue, entouré par la Garde Républicaine. Il a ensuite rejoint les membres du gouvernement, comme Jean-Yves Le Drian (Défense), Emmanuel Macron (Economie), Ségolène Royal (Ecologie) et des personnalités politiques, telles que Nicolas Sarkozy, président de LR, près de l’Arc de triomphe. Il a ravivé la flamme du Soldat inconnu.


Hollande

«La guerre, on pourrait penser que c’est de l’histoire, hélas elle est aussi à nos portes, en Syrie, en Irak, au Sahel», a commenté le chef de l’Etat sur France 2, regrettant aussi que l’Europe soit aujourd’hui «menacée par la dislocation, par l’oubli».

«Nous avons bien redressé le pays depuis quatre ans, je fais en sorte qu’il y ait un certain nombre de redistributions, dans la maîtrise de nos finances publiques», a expliqué Hollande, favorable à «un soutien à des catégories qui ont participé à l’effort».

«Je veux que les Français soient fiers de leur pays, se disent que nous avons une belle et grande histoire, que nous avons fait des efforts pour être encore plus respectés, que nous avons une parole qui porte», a détaillé le président de la République.

Cette cérémonie du 8 mai, «ce n’est pas le souvenir, c’est l’avenir que nous avons à faire ensemble», selon lui.

Le Figaro

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 01:14

SOURCE   Si l’Assemblée nationale a fait un geste en exonérant définitivement pour 2015 et 2016, les 250 000 retraités modestes ayant perdu la « demi-part des veufs » et qui sans cette mesure devaient payer des impôts alors qu’ils en étaient exonérés jusqu’ici, la même Assemblée vient en revanche de revaloriser de 1% les valeurs locatives en 2016 qui auront pour effet d'augmenter les impôts locaux pour tous les autres assujettis.

Les valeurs locatives servent en partie de base pour le calcul des taxes locales comme la taxe d'habitation, la taxe foncière,... Impôts que les contribuables ont d'ailleurs jusqu'à lundi pour payer. 

Via un amendement déposé par la député 
PS Dominique Baert, cette hausse de 1% va être intégrée au projet de loi de finances 2016 alors que le gouvernement ne «prévoyait en effet aucune actualisation de ces valeurs locatives» dans son projet de loi de finances. Pour justifier, cette mesure les députés se sont basés sur les prévisions du gouvernement d'une hausse de l'inflation de 1% pour 2016. 

Sauf que, l'inflation, c'est à dire la hausse des prix est quasiment nulle en 2015 avec une hausse de 0,1% en octobre. Et que les prévisions d'inflation en 2013 et 2014 du gouvernement ont conduit à des revalorisations des valeurs locatives de deux à trois fois plus forte que l'inflation constatée en fin d'année. 

Pour justifier cette mesure, Dominique Lefebvre, député PS a estimé que «revaloriser les bases, c'est augmenter le montant de l'impôt payé par nos concitoyens, mais, dans certains cas, cela évite aux élus locaux de l'augmenter davantage».

Gilles Carrez, député Les Républicains, va dans ce sens. «Cela à un effet vertueux: dans beaucoup de communes, cela oblige les élus à s'interroger vraiment sur les taux, voire à faire des efforts supplémentaires sur les dépenses pour ne pas toucher aux taux.» 

Pour autant certains élus socialistes, comme Karine Berger, ont fait la grimace en demandant de cesser de revaloriser les bases de la fiscalité locale en utilisant un chiffre d'inflation qui est, depuis huit ans, systématiquement supérieur à l'inflation constatée. Elle a pointé «une incohérence» avec la revalorisation des prestations sociales, désormais calculée sur la base de l'inflation constatée.

Pour les communes qui vont connaître une baisse des dotations de l'Etat, la hausse des valeurs locatives devraient donc leur apporter un peu plus d'argent dans les caisses. 

SOURCE

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 00:33

Le ministre allemand des Finances prend ses distances avec la ligne politique sur l'accueil des migrants menée par la chancelière Angela Merkel. Wolfgang Schaüble a mis en garde le gouvernement fédéral contre l'"avalanche" de réfugiés à laquelle doit faire face son pays.

"On peut déclencher des avalanches si quelques skieurs imprudents vont dans la pente et déplacent la neige", a prévenu mercredi soir le ministre des Finances. 

Wolfgang Schaüble, membre de la CDU le parti de la chancelière, a également expliqué que la venue des milliers de réfugiés en Europe est un "rendez-vous de notre société avec la mondialisation". Appelant alors à une solution commune pour la gestion de cet afflux migratoire. En cas d'échec "cela pourrait devenir difficile pour nous tous". 

Ces nouvelles déclarations montrent une nouvelle fois les dissensions au CDU concernant la gestion de cet afflux migratoire. En cas d'échec "cela pourrait devenir difficile pour nous tous". 

Ces nouvelles déclarations montrent une nouvelle fois les dissensions au CDU concernant la gestion de l'accueil des réfugiés. Déjà dimanche soir, Wolfgang Schaüble montrait son opposition à la politique d'Angela Merkel. "Notre capacité d'accueil n'est pas illimitée", indiquait alors le ministre allemand des Finances.

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 02:39
Plus de quatre milliards de dettes annulées, dons et aides aux pays étrangers depuis 2010 !

source

Retraites, CPAM, et tout le reste, et avec le traité transatlantique c’est la faillite totale !
Nous, les sans-dents, avec nos fins de mois difficiles, l’impossibilité de faire refaire des lunettes, écrasés sous les taxes et les impôts... Que sommes-nous sinon des gueux asservis par cette oligarchie ?
La France s’endette de 2665 € chaque seconde, Suivez le lien, ce compteur est impressionnant:
http://www.dettepublique.fr/
Mais pour Hollande et tous les autres (nous avons pu constater encore hier que l’UMPS, c’est bonnet blanc et blanc bonnet), ce n’est point grave puisque c’est le nôtre ! Le leur est bien planqué !
Voici un florilège d’argent gaspillé par les élus du peuple !

Annulation de la dette publique de la Guinée-Bissau : 10 millions d’€
http://www.europe1.fr/International/La-France-efface-la-dette-de-la-Guinee-Bissau-833993/

Annulation de la dette des Comores : 12,5 millions de $
http://comoresdroit.centerblog.net/1225-le-club-de-paris-annule-la-dette-des-comores

Annulation de la dette de la Côte d’Ivoire : Plus de 2 milliards d’€
http://www.leparisien.fr/politique/la-france-annule-la-dette-ivoirienne-24-07-2012-2100831.php

Annulation de la moitié de la dette des Seychelles : (Que la moitié ? Pas de bol pour les Seychellois) 100 millions d’€
http://fr.wikipedia.org/wiki/Seychelles

Annulation de la dette de la République du Congo : 700 millions d’€
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2010/07/20/la-france-annule-la-dette-du-congo_1390041_3212.html

Annulation de la dette du Togo : 100 millions d’€
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/05/12/la-france-annule-la-dette-du-togo-d-un-montant-de-100-millions-d-euros_1520854_321

Annulation de la dette extérieure du Nigéria de 80%
http://www.alternatives-economiques.fr/nigeria—la-dette-exterieure-reduite-de-80—_fr_art_195_22401.html

Annulation de la dette de l’Ouganda : 75 millions d’€
http://www.clubdeparis.org/sections/communication/archives-anterieures/ouganda

Annulation de la dette de la Mauritanie : 45 millions d’€
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/03/04/01011-20100304FILWWW00461-mauritanie-la-france-annule-une-dette.php

Don pour la restauration de quartiers en Tunisie : 500 millions d’€
http://www.leparisien.fr/international/tunisie-francois-hollande-annonce-500-millions-d-euros-de-prets-et-dons-05-07-2013-2957457.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr

Déblocage de 529 millions d’€
http://www.lejdd.fr/Politique/Crise-des-refugies-Manuel-Valls-annonce-une-enveloppe-de-529-millions-d-euros-751507

Je continue ou êtes vous suffisamment écœurés ?

Le Chatelain

Le blog de Christine Tasin

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 02:23

Les rapports de la Cour des Comptes sont rarement contestés car les fonctionnaires et leur Premier Président Didier Migaud se sont fait une réputation de sérieux qui n’a jamais été prise en défaut. C’est pourquoi le rapport sur les demandeurs d'asile  était très attendu.

Ce rapport publié mardi 20 octobre pointe que la politique d'asile est mal "maîtrisée" : la majorité des déboutés resteraient en France et les coûts seraient en augmentation. On s’en doutait un peu mais cette fois-ci on a des chiffres qui ne font malheureusement que confirmer les rumeurs qui courent depuis quelques mois.

 

La politique de l'asile est mal "maîtrisée": c'est le constat sévère de la Cour des comptes, qui s'inquiète de voir la majorité des déboutés rester en France et les coûts augmenter, dans un rapport publié mardi 30 octobre. Ce rapport sur "l'accueil et l'hébergement des demandeurs d'asile", signé du premier président de la Cour, Didier Migaud, était très attendu après des fuites dans la presse, au printemps, sur un document interne et provisoire.

 

« Une politique publique non maitrisée »

Dans un entretien à l'AFP, Didier Migaud a regretté mardi une "lecture hâtive et polémique" de ces travaux précédents, qui n'étaient alors "pas achevés". Néanmoins, il pointe lui-même des "défaillances" en matière d'asile, un sujet très sensible en pleine crise migratoire en Europe. "In fine plus de 96% des personnes déboutées resteraient en France", selon le document (un "référé" dans la terminologie de la Cour), invoquant notamment la longueur de la procédure. La Cour s'appuie sur des chiffres de la Direction générale des étrangers en France (DGEF), faisant état de 1.432 éloignements sur 40.206 personnes déboutées en 2014. "Il en résulte une politique publique de maintien sur le territoire national des personnes déboutées, qui paraît subie car elle n'est pas maîtrisée par l'Etat", note la Cour.

 

Un chiffre "faux" pour le ministère de l'Intérieur

Mais, dans un courrier, Manuel Valls dit "regretter" que la Cour ait négligé dans ce calcul les cas des demandeurs d'asile obtenant, dans le respect du droit, un autre titre de séjour, ainsi que les départs volontaires. Le ministère de l'Intérieur, qui conteste ce chiffre de 96% jugé "faux", fait valoir que 6.500 titres sont délivrés chaque année au titre des étrangers malades et 9.000 au titre de parents d'enfants français, dont une grande partie après l'échec d'une demande d'asile. Bernard Cazeneuve avait estimé en juillet "autour de 20%" le nombre de déboutés quittant le territoire.

Dans sa lettre à Didier Migaud, le Premier ministre recommande d'"éviter les raisonnements simplificateurs", assurant que l'augmentation du taux d'exécution des obligations de quitter le territoire français (OQTF) constitue une "priorité". Dans son rapport, la Cour appelle à "éviter la dilution de la politique d'asile", d'abord en renforçant le taux d'exécution des OQTF. Ce taux n'atteint, selon elle, que 6,8% pour les déboutés du droit d'asile, "à comparer avec une moyenne de 16,8% pour l'ensemble des étrangers en situation irrégulière".

 

Une hausse de 52% des dépenses en cinq ans

La Cour prend "acte" des mesures annoncées par le gouvernement, tant dans son"plan migrants" que dans les dernières circulaires aux préfets. Mais elle appelle à les"amplifier". En dépit de l'afflux de migrants en Europe ces derniers mois, le nombre de demandeurs d'asile devrait rester à peu près stable cette année en France, après environ 65.000 en 2014. Les trois quarts des demandes sont rejetées chaque année.

Au chapitre des coûts, la Cour note "des dépenses en forte croissance". Celles-ci se sont élevées à "690 millions d'euros" en 2013 (hébergement, aide sociale), auxquelles il faut ajouter dépenses de santé et frais de scolarisation "qu'il est difficile d'évaluer avec précision". Les dépenses ont ainsi augmenté de 52% entre 2009 et 2014, soit plus que la progression de 36% des demandes d'asile sur la même période.

 

Problèmes d’hébergement

La Cour, qui appelle à mieux piloter ces dépenses, explique cette situation par les délais très longs - jusqu'à deux ans - de traitement de la demande d'asile et se félicite de l'"objectif ambitieux" posé par la réforme votée cet été de ramener ce délai à neuf mois.

Un raccourcissement de la durée de la procédure permettrait aussi "de dissuader certaines demandes d'asile a priori infondées et de rendre moins délicat l'éloignement des personnes déboutées", juge-t-elle.

 

La Cour des comptes déplore enfin que "l'engorgement des hébergements pour les demandeurs d'asile se répercute sur l'hébergement d'urgence de droit commun" à destination des sans-abri et s'inquiète d'un "risque d'éviction" des SDF. Pour elle, il faut "définir un plan pluriannuel de création de places" en centres d'accueil.

 

 

Source + leJDD.fr  20-10-2015

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 01:02
Hollande

SOURCE

Article publié sur Décider & Entreprendre.

La conférence sociale a donné l’occasion à François Hollande et à ses ministres de tester les nouveaux points Godwin grâce auxquels on peut stigmatiser, influencer ou démonter un adversaire sans jamais argumenter sur le fond.

 

La méthode bien connue consiste, en fait, à cliver autour d’un sujet simple en demandant à chacun de se déterminer selon une logique simple: soit tu es « pour » et tu acceptes tout sans discuter, soit tu discutes et cela signifie que tu es « contre ».

Le point Godwin « démocratie sociale »

C’est probablement Manuel Valls qui a utilisé le dispositif de la façon la plus grotesque en expliquant que ceux qui ne participaient à cette mascarade de conférence sociale tenue hier au palais d’Iéna luttaient en réalité contre la « démocratie sociale ». La manipulation est simple: il y a ceux qui participent à la conférence et la trouvent parfaite – ceux-là aiment la démocratie sociale, et ceux qui la boycottent ou la critiquent – ceux-là sont des ennemis de la démocratie sociale.

A propos de l’absence de la CGT, il a notamment eu cette phrase:

Manuel Valls s’en est pris à ceux qui veulent « saper les fondements de la démocratie sociale », de « différentes manières »« L’une, idéologique, qui dénonce tous les corps intermédiaires (…), met en cause la légitimité même des partenaires sociaux, en général, et des syndicats, en particulier », a-t-il dit, en allusion sans la citer à la droite dont il juge l’approche « fondamentalement dangereuse pour la cohésion sociale ». L’autre, a-t-il poursuivi en faisant allusion – toujours sans la nommer – à la CGT, « plus insidieuse, mais tout aussi puissante, c’est lorsque l’on s’enferme dans les postures ».

Sarkozy et Martinez, même combat! c’est bien connu.

Le point Godwin « modèle social »

Le matin, François Hollande avait donné une version plus douce de la même logique manichéenne en taxant tous les opposants d’ennemis du modèle social français.

« Le dialogue social n’est pas une formalité, mais une condition du progrès », insiste-t-il. « L’alternative, c’est la réforme ou la rupture. La rénovation du modèle social ou sa disparition »

Rénover le modèle social signifie bien entendu participer à la conférence sociale et se livrer à ces étranges simagrées qui ne sont d’ailleurs pas sans rappeler la Charte du Travail du Vichy – une grand-messe où l’Etat et les partenaires sociaux se rassemblent pour se congratuler sur leurs points d’accord, même lorsqu’ils sont ridiculement petits et à côté des problèmes.

Le point Godwin « Front National »

Laurent Berger, de la CFDT, a donné la version la plus « cash » de la logique godwinienne en accusant, de façon à peine voilée, la CGT de faire le jeu du Front National. Il a notamment livré un Tweet où il affirmait:

Qd ceux qui devraient apporter des solutions préfèrent souffler sur les braises d’une colère sociale légitime, c’est l’extrémisme qui gagne

Encore un effort, et toute critique contre le gouvernement, tout refus de se joindre au concert des voix consonantes sur le n’importe quoi ambiant exposera à l’accusation comminatoire du: « Vous faites le jeu du Front National ».

Le point Godwin antisyndical

Myriam El-Khomri, l’inconsistante ministre du Travail, a pour sa part donné une version différente du nouveau manichéisme étatique en accusant la CGT de faire le jeu de ceux qui veulent faire disparaître les syndicats.

« Ne pas venir, pour moi, c’est une posture et c’est faire le jeu de ceux qui ne croient pas au dialogue social et au rôle des syndicats »

C’est en quelque sorte la ligne gentille de la doctrine Godwin qui émerge aujourd’hui: les syndicats qui refusent de jouer le jeu sont les alliés objectifs des ennemis des syndicats.

Une diabolisation au-dessus du vide

Sur le fond, les reproches adressés à la CGT (et à FO) ne manquent pas de surprendre, car le premier motif avancé par la CGT pour justifier son absence consistait à dénoncer une « grand-messe d’experts patronaux » destinée « uniquement » à servir « la communication » du gouvernement. On pense ce que l’on veut de la CGT (y compris beaucoup de mal), mais, dans le cas de la conférence sociale de lundi, les raisons de la CGT sont compréhensibles et n’ont rien à avoir avec un soutien implicite ou explicite à l’extrême droite ou autres balivernes.

De fait, alors que le pays compte 3 millions de chômeurs, que la croissance ne repart pas, que la gouvernance démocratique est en pleine crise, ces cérémonies doucereuses où chaque composante du paysage social s’entend intimer l’ordre d’adhérer à un consensus mou et protecteur ne peuvent qu’être mal vécues par les citoyens. La lecture de la presse de mardi montre d’ailleurs comment la concert de louanges imposées au palais d’Iéna constitue une erreur de communication.

Alors que l’opinion publique attend des signes concrets de la part des gouvernants sur les souffrances, les angoisses et les difficultés, le pouvoir politique cherche à enfermer les « corps intermédiaires » dans une sorte d’antienne où l’on se répète, à la mode Coué, que tout va bien. Pour le coup, il n’est pas sûr que l’exorcisme collectif tenté par François Hollande au palais d’Iéna ne soit pas le premier facteur de danger pour la démocratie.

SOURCE

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique
24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 01:04

Villiers2

Extrait du long interview accordé par Philippe de Villiers au Figaro :


"(...) Le rêve européen des élites post-nationales, le rêve d'une fusion des nations européennes s'est évanoui dans le cœur des peuples. Il s'est désintégré parce qu'il était tramé dans un tissu de mensonges: la prospérité, la sécurité, la puissance, la protection. Aujourd'hui, les Français constatent qu'on leur a menti en leur promettant un super-État, une super-puissance. Derrière cette architecture apolitique, il s'agissait bien de détruire les vieilles nations d'Europe mais il n'y avait aucunement l'idée d'en faire naître une nouvelle. Le projet véritable était d'abolir les nations pour installer en leur lieu et place un marché planétaire de masse qui viendrait un jour faire la jonction avec le marché américain: c'était l'idée de Jean Monnet.

L'histoire de cette utopie politique est celle de la rencontre de Monnet et des démocrates-chrétiens de l'Europe de l'après-guerre. Monnet, salarié de la banque Lazard, un Américain dans l'âme, était le factotum de l'Amérique. Les Américains lui ont demandé de créer ce «machin» pour affaiblir définitivement les Européens et profiter de la culpabilité européenne après la guerre. Monnet a eu l'intelligence diabolique de s'allier avec les démocrates-chrétiens, Gasperi, Schuman et Adenauer, pour concocter son projet.

L'homme qui était à l'initiative de la Commission trilatérale née en 1973 - commission qui avait pour objet de réunir les deux libéralismes, le libéralisme économique et le libéralisme sociétal - , a proposé aux idiots utiles social-sacristains, en contrepartie, un symbole, le drapeau. «J'aurai le contenu, et vous le symbole», leur a-t-il dit. Les trois grandes consciences, ces trois grands naïfs, sont revenus dans une nappe d'encens vers leurs cléricatures en mettant en avant la conquête du drapeau, la couronne mariale.

 De ce troc est né un grand malentendu: toute la bourgeoisie anationale fait la génuflexion oblique du dévôt pressé devant les gnomes de Bruxelles parce que la couronne mariale est sur le drapeau. Cette Europe qui finance les LGBT et la Gay Pride, qui célèbre Conchita Wurst la femme à barbe, est censée incarner le progrès parce qu'elle affiche les étoiles à la Madone (...)

Beaucoup de chrétiens ont pensé que les portes de Maastricht ouvraient sur la terre de promission. Ceux-là identifient l'universalisme chrétien au dépassement des nations qui seraient un obstacle à la fraternité cosmique. Dans les grands textes bibliques, il y a une harmonie qu'on retrouve chez Aristote et Saint Thomas, entre l'accueil de l'autre et l'enracinement. Le droit d'aimer ses paysages n'est pas un égoïsme mais une oblation, on a le droit de construire là où on a vécu et de transmettre à ses enfants ce que l'on a aimé. Nous sommes comme les plantes, nous avons besoin d'humus et de lumière. C'est le droit naturel.

En mariant les deux impératifs, la charité individuelle se concilie avec la nécessité de garder ses racines. Quand on entend aujourd'hui des autorités morales et spirituelles qui sont prêtes à vider l'Orient de toute sa population, à déporter les chrétiens d'Orient qui sont chez eux depuis 2000 ans, bien avant l'islam et les nouvelles nations que sont le Liban et la Syrie, on est pris de vertige. 

Tous ces chrétiens qui expliquent que la société multiculturelle va nous permettre d'organiser une coexistence harmonieuse avec des religions qui ne sont pas les nôtre sont irréfléchisIls ont perdu le fil de l'unité du vivant. Existe-t-il à travers l'histoire un seul exemple d'une société dans laquelle l'islam a fait irruption sans être conquérant? (...)

Aujourd'hui on a deux Europe ; celle qui se définit comme chrétienne à l'Est, et la multiculturelle à l'Ouest qui a renié ses racines chrétiennes, qui ferme la porte à Dieu pour mieux l'ouvrir à Allah (...)"

SOURCE

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique