Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 02:41

Il y a une religion dans le monde qui ne semble pas connaître la crise et qui progresse. Craignez-vous la confrontation avec l’islam ?

J’espère que vous ne donnez pas au mot « confrontation » une connotation guerrière ou conflictuelle.
La guerre est l’oeuvre du démon et de ses fils. Ce qui m’inquiète le plus, c’est que l’islam ne rencontre qu’un Occident décadent, sécularisé, areligieux et amoral, et donc un Occident qui n’offre aucune résistance spirituelle.

 Les statistiques montrent qu’il y aura dans un avenir très proche un grave déséquilibre culturel, religieux et démographique en Occident. L’Occident, décadent, sans enfants, sans familles, disparaîtra, noyé et éliminé par une population d’origine islamique. L’Occident a renié ses racines chrétiennes. Mais un arbre sans racines meurt.

 

Les Etats ont-ils légitimement le droit de réguler les flux migratoires qui traversent le monde ?

Dans tous les cas, il sera matériellement impossible à l’Occident d’accueillir et de donner du travail à tout le monde. Je pense qu’il est légitime que les Etats puissent réglementer l’immigration. 
Il ne suffit pas d’accueillir pour réduire les immigrés en mendiants qu’on parque dans des camps et qu’on nourrit comme des bêtes. Il ne faut pas entretenir l’illusion que l’Occident est un paradis terrestre. Mais permettez-moi de dire que l’Occident n’est pas innocent dans ce que nous vivons aujourd’hui. Vous avez cassé l’Irak sans avoir de solution de remplacement. Même chose pour la Libye. Ces pays sont déstabilisés. [...]

Dans votre premier livre, « Dieu ou rien », vous avez dit ce que vous devez à la France…

La France a fait un travail gigantesque et magnifique en Afrique. Il y avait l’aspect colonial, certes, mais votre pays a apporté à l’Afrique une ouverture et, si je vous parle aujourd’hui, c’est parce que la France m’a appris sa langue.
Elle m’a aussi apporté toute sa richesse religieuse, culturelle, artistique, et sa vision de l’homme qui était encore chrétienne. Avec ses écoles, la France a instruit beaucoup d’Africains, et elle a fait de même en Asie. Les missionnaires français qui apportaient le christianisme ont donné leur vie pour l’Afrique. On ne peut pas l’oublier. Ceux qui ne voient que l’aspect négatif du colonialisme sont myopes.

Est-il vrai que vous avez appris « Nos ancêtres les Gaulois » à l’école ?

Oui, c’est ce que nous apprenions dans nos manuels. Comme nous étions français, puisque la République de Guinée n’existait pas, c’était dans le programme d’histoire. Nous apprenions cela comme si c’était la réalité, sans réfléchir à la couleur de peau, blanche ou noire. Nous étions enfants, nous croyions ce qu’on nous enseignait, et cela ne nous posait pas de problème. [...]

Source

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 23:12

« Saintes écritures du peuple juif et bible chrétienne»*. C’est le titre de l’ouvrage publié en 2001 : un véritable événement qui n’a pas eu dans le public chrétien l’impact qu’il méritait.

C’est pourtant la très officielle Commission biblique pontificale qui publiait cette étude approfondie pour faire le point sur les relations entre christianisme et Ecritures juives. Fruit d’un travail collégial considérable, l’ouvrage porte alors la signature du cardinal Joseph Ratzinger, futur Benoît XVI.

Dans la ligne de Nostra Aetate (il y a cinquante ans) ce document romain rappelle de façon magistérielle ce qui a été trop longtemps perdu de vue : les chrétiens ont reçu comme livre sacré les Saintes Ecritures juives, et le Nouveau testament est incompréhensible sans référence à cette tradition hébraïque.

Alors que circulent encore les clichés marcionites d’un Dieu bon du Nouveau testament opposé à un Dieu vengeur de l’Ancien, il n’est pas inutile de réaffirmer l’unité de la Bible, premier et nouveau testaments, et de relancer le processus de rapprochement et d’estime entre chrétiens et juifs. 

Les diverses parties du document soulignent l’imbrication profonde des thèmes juifs et chrétiens, le nouveau testament ayant été structuré par des juifs et composé à partir de matériaux appartenant clairement à la tradition hébraïque orale et écrite.

L’ouvrage met en lumière le fait que ce qui est devenu le kérygme chrétien n’est pas une croyance autoproclamée surgie de nulle part ! Mais cette dernière version de la bassora tova, la bonne nouvelle, s’inscrit dans la dynamique de la révélation biblique antérieure. Certes, lorsque le Nouveau testament affirme que Jésus « accomplit » ce qui l’a précédé, cette notion est complexe et mérite des approfondissements hors de toute polémique. Car la figure de Jésus n’a pas vocation à disqualifier les profils de ses prédécesseurs, mais ouvre des voies spirituelles renouvelées à l’intérieur de la tradition.

La liberté contestataire et réformatrice de Jésus est une forme de fidélité originale aux grandes thématiques du Premier testament. D’ailleurs de nombreux passages du Nouveau testament trahissent une familiarité indiscutable avec les modes d’expression juifs rabbiniques. Les méthodes d’interprétation fréquemment utilisées par Jésus ressemblent étrangement à celles pratiquées par des figures du Premier testament et on peut dire que le Nouveau testament est une variante des commentateurs juifs de la Bible hébraïque, unmidrash. L’oralité précède toujours les écrits et les trames se recoupent.

La fixation des canons juifs et chrétiens des Ecritures a été mise au point par les Tradition juive et chrétienne. Quand les disciples messianiques de Jésus se sont distancés de la synagogue, par étapes, les canons juifs de la Bible n’étaient pas encore définis, et les chrétiens ont reçu du judaïsme le corpus de leurs Ecrits inspirés, pas encore labellisé comme canonique par les rabbins.

On peut constater que chez les juifs comme chez les chrétiens, c’est sur des bases communes qu’Ecriture et Tradition constituent le moteur de l’expression de la foi. Tradition rabbinique et tradition christique se développent alors séparément, mais à partir d’un  tronc commun autour de l’Alliance. Les deux religions issues de la même tradition hébraïque produisent des interprétations parallèles proches mais réellement spécifiques.

Le document montre combien les thèmes du Premier testament constituent la charpente du Nouveau. Le Nouveau Testament ne disqualifie pas l’élection d’Israël qui est définitive. Paul dans sa lettre aux Romains insiste d’ailleurs fortement sur la « greffe de l’olivier sauvage sur le bon olivier », c’est-à-dire Israël. Même s’il affirme que l’alliance version renouvelée relativise certains aspects de l’alliance version première, il ne la renie pas en tant qu’axe essentiel ; et il donne comme perspective finale le salut de tous, Israël, et nouveaux venus respectant les 10 paroles.

Un tournant :

Ce qui est véritablement une posture nouvelle de la part de l’Eglise catholique dans ce document, c’est lorsqu’il est recommandé aux chrétiens « une lecture juive de la Bible ». Car, dit le texte, « les chrétiens ont beaucoup à apprendre de l’exégèse juive pratiquée depuis plus de 2000 ans, et de fait ils ont appris beaucoup au cours de l’histoire ».

Ce qui nous amène à reconsidérer la manière de commenter les textes du Nouveau Testament. Longtemps, pour des raisons apologétiques, la tendance lourde a été d’instrumentaliser les textes du Premier Testament au service du Nouveau, comme un faire-valoir systématique de la personne du Christ.

Le document invite à une démarche tout autre : on n’utilise plus la typologie pour faire dire aux textes ce qu’on voulait qu’ils disent, mais on accueille le message des Ecritures. La compréhension rétrospective rejoint les principes du midrash : maassé aboth simanelabanîm (Les faits vécus par les pères sont un signe pour les descendants). 

De même, si nous suivons la dynamique pédagogique de l’évangile des marcheurs d’Emmaüs, nous constatons que Jésus, rabbi « vivant par-delà sa mort », ramène ses disciples vers les Saintes Ecritures d’Israël pour comprendre les événements. Sans ce mouvement de retour, de teshuva, la compréhension du présent demeure impossible.« Commençant par Moïse et parcourant tous les prophètes, il interpréta pour eux dans les Ecritures ce qui le concernait… » (Luc 24.25).

Des rabbins ont exprimé le fait qu’en passant d’étape en étape à travers les textes bibliques, on ressent le feu intérieur de la prise de conscience révélatrice. (La Torah, les Prophètes, les Ecrits). Ce feu évoque la révélation au Sinaï, et c’est quelque chose de cet ordre que semblent avoir vécu les marcheurs d’Emmaüs : « notre cœur n’était-il pas brûlant quand il nous interprétait les Ecritures ? » Ce qui correspond bien au bel adage rabbinique qui cite « bereshit bara» la création au commencement, où bereshit est transposé en « berit esh » alliance de feu !

Suivre Jésus, c’est par conséquent comme lui se référer aux Ecritures du judaïsme pour donner sens révélateur à l’actualité. Lumière et chaleur de la fulgurance d’en haut dans nos réalités terrestres.

Le document « Le peuple juif et ses saintes Ecritures dans la Bible chrétienne »invite les chrétiens au « respect pour l’interprétation juive de l’Ancien Testament » selon les mots du cardinal Joseph Ratzinger. Cette conviction explicite l’apport central de Nostra Aetate ainsi réactivé par le document romain de 2001 : « Les deux religions, catholique et juive, se rencontrent dans l’héritage commun de la Sainte Ecriture d’Israël ».

C’est bien cette vision qui anime les rencontres du dialogue judéo-chrétien et qui devrait encourager les catholiques et les juifs à partager leurs approches dans le respect des spécificités et des richesses de chaque tradition issue des mêmes origines. Le monde catholique qui applique à la personne historique de Jésus la notion d’ « incarnation » de la Parole de Dieu devrait être capable d’appliquer le même principe à la Terre qui fait partie intégrante de l’alliance entre Dieu et Israël. Comme le dit le rabbin Jacquot Grunewald, l’Etat d’Israël est la seule garantie terrestre contre les antisémitismes meurtriers. Les citoyens libres des démocraties comme les membres des chrétientés orientales menacés par le terrorisme islamique doivent le comprendre, puisque comme les juifs ils sont devenus des cibles.

Le monde de 2016, fragilisé par les événements tragiques qui l’atteignent chaque jour, a besoin de ce souffle vital de la Bible pour se distancer des abîmes de la déshumanisation et pour retrouver un supplément d’âme salvateur.

Constatons que juifs et chrétiens ont plus que jamais la responsabilité de porter ensemble le flambeau de l’humanisme biblique qui les rend interdépendants dans un monde hostile!

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pourDreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 01:30

C’est notre confrère Nouvelles de France qui le signalait hier pour le dénoncer à juste titre…

La « Proposition de résolution du Parlement européen sur la nécessité de mettre en place une politique d’assistance spéciale pour les réfugiés chrétiens », soumise en décembre dernier par le député polonais Marek Jurek, du groupe Conservateurs et Réformistes Européens, attend depuis maintenant 6 mois que la Conférence des présidents des groupes politiques veuille bien l’examiner.

Il faut croire que le texte de cette résolution qui appelle les pouvoirs publics à séparer les réfugiés chrétiens des immigrants musulmans et qui leur demande d’informer sur tous les cas de persécutions à l’encontre de réfugiés chrétiens n’est pas du goût des groupes majoritaires au Parlement européen dont font partie les députés LR et PS français […]

[Extraits de la résolution] Le Parlement européen,

–  vu sa résolution du 21 janvier 2010 sur les attaques récentes contre des communautés chrétiennes,

–  vu sa résolution du 15 novembre 2007 sur de graves événements compromettant l’existence de communautés chrétiennes et celle d’autres communautés religieuses,

–  vu l’article 133 de son règlement,

considérant que des persécutions religieuses ont eu lieu lors de mouvements migratoires, notamment en avril 2015, lorsque 12 chrétiens se sont noyés après avoir été jetés à l’eau parce qu’ils priaient sur l’embarcation qui devait les mener en Italie ;

considérant que des migrants Algériens ont agressé à Hemer, en Allemagne, un Érythréen et sa femme enceinte car celui-ci portait une croix ;

considérant que, dans le camp de réfugiés de Freising en Bavière, une famille chrétienne venue d’Irak a subi des violences physiques et a fait l’objet de menaces qui l’ont contrainte à rentrer à Mossoul ;

considérant que des Assyriens originaires de Göteborg, en Suède, ont reçu des menaces signées EIIL ;

considérant que le Conseil central des chrétiens orientaux en Allemagne a dénoncé le silence qui, pour des raisons idéologiques, entoure les persécutions subies par les réfugiés chrétiens ;

demande aux autorités de l’Union européenne et aux médias de dénoncer les manifestations de haine envers les chrétiens ;

demande à toutes les autorités compétentes de prévenir tout acte de persécution des chrétiens ;

demande aux gouvernements d’accélérer et de faciliter le déplacement vers d’autres camps, des chrétiens persécutés lorsque ces derniers sont en danger.

Source : Nouvelles de France, 23 mai

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 01:43

Christ-Church Jerusalem

source

Juifs et chrétiens, nous sommes fondamentalement reliés – de manière différenciée – à la tradition biblique de l’alliance de D.ieu avec son peuple Israel.

  • Vous êtes juif/juive, attaché(e) à vos valeurs spirituelles, culturelles et éthiques, mais vous allez rarement ou pratiquement jamais à la synagogue…
  • Vous êtes chrétien(ne), baptisé(e), conscient des apports humanistes qui ont construit la société occidentale, mais pour diverses raisons vous n’allez plus à l’église…

Cependant, vous voyez que les événements s’accélèrent dans le monde et ont des répercussions directes dans la vie quotidienne de nos démocraties européennes, malmenées par un islamisme à la fois judéophobe et christianophobe.

Il est de ce fait indispensable de faire front ensemble à cette déstabilisation générale, en pensant aux générations à venir. Faites un geste simple :

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur Paypal.Dreuz et choisissez le montant de votre don.

Allez au temple, à l’église, à la synagogue

Manifestez physiquement votre présence dans ces lieux de culte chaque shabbat, chaque dimanche ! Faites-le sans hésiter, car ce sont des espaces d’accueil ouverts à tous, mais allez-y, pour établir une chaîne de résistance non violente et spirituelle en faveur des vraies valeurs humaines et de leurs fondements bibliques. Ce sont les bases de notre civilisation !

Croyants, mal croyants, sympathisants, rejoignons les autres pratiquants de l’option humaniste, sans préjugés, sans clichés stériles, pour faire contre-poids au remplissage des mosquées et à leurs émanations belliqueuses ! Il ne suffit plus de protester sur les blogs. Manifestons chaque semaine notre présence sur le terrain des lieux de culte juifs et chrétiens. Cela donnera une visibilité tangible à nos convictions, et nous poserons les jalons d’une vigie résistante pour l’avenir.

Dès ce week-end, tous à l’église, au temple, à la synagogue !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pourDreuz.info.

source

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 01:20

 

L'attente d'un Mahdi

Pour les sunnites, le cycle de la prophétie est clos. A l'opposé, le chiisme attend et prépare l'arrivée du "Mahdi", sorte de Messie qui "comblera la terre de justice et d'équité autant qu'elle est actuellement remplie d'injustice et de tyrannie". 
Cette attente, qui implique souvent chez les chiites un rejet de l'ordre actuel et la préparation de l'arrivée du Mahdi, est un facteur de déstabilisation.

 

Imamat contre califat

Pour le chiisme, l'existence dépend de la présence d'un imam, vivant intercesseur entre le monde spirituel et temporel, entre le Prophète et les croyants. L'imam est doté, dans le cadre de l'exégèse du Coran de la "connaissance" et de "l'infaillibilité".
Le Coran a un sens évident et un sens "caché" qu'il faut étudier, et que les imams sont chargés de transmettre aux fidèles les plus méritants. Cette importance accordée à l'imam n'a pas d'équivalent dans le sunnisme et explique l'organisation, la hiérarchisation et l'autorité du clergé chiite (par exemple, en Iran).

 

Prédétermination contre action

Le chiisme pratique la méthode du Kalam (raisonnement déductif), qui insiste sur le raisonnement, l'argumentation, le libre arbitre et le caractère créé du Coran, à l'opposé du sunnisme. Les chiites croient en la liberté de la volonté individuelle. 
Le sunnisme vient en effet de Sunna, c'est-à-dire la Tradition du Prophète, qui comprend ses paroles, ses actes et ses pratiques.Être musulman sunnite revient davantage à perpétuer mimétiquement la Tradition du Prophète. Les sunnites croient que le Coran (la parole divine) n'a pas été créé, et que l'univers et l'Histoire sont prédéterminés.

 

SOURCE

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 01:48

Members of the Muslim Brotherhood moveme

« Il est inacceptable que la Foire musulmane offre de nouveau un podium à des extrémistes musulmans dangereux qui sont connus pour leur appel à la haine envers les non-musulmans », a déclaré sur son site internet le parti d’extrême droite Vlaams Belang, une rengaine que le parti flamand a l’habitude de siffloter à chaque veille de la Foire musulmane.

Pour sa 4e édition, la Foire musulmane de Bruxelles semble avoir rassemblé moins de pèlerins qu’à l’accoutumée. L’an passé, environ 20.000 visiteurs avaient foulé des pieds les stands et conférences du grand rassemblement annuel, organisé par la Ligue musulmane de Belgique – figure des Frères musulmans dans le « plat pays ».

Vlaams Belang a renchéri à l’annonce d’une longue liste d’invités islamistes en menaçant de manifester devant la Foire, qui a eu lieu du 6 au 9 à Tour&Taxis à Bruxelles, et s’est déroulée sans trouble majeur.

Sans trouble majeur – ou presque – si l’on met entre parenthèse les diverses tentatives d’annulation de la Foire poussées par des citoyens qui se sont dits « affolés », selon les témoignages recueillis.

Des sources ont rapporté que de nombreux appels, emails et messages ont été envoyés à la police de Bruxelles, ainsi qu’au bourgmestre, afin d’exiger l’annulation des festivités. Des tracts à l’encontre de la Ligue des musulmans de Belgique, les associant aux islamistes des Frères musulmans, ont même été distribués face au nez de ces derniers.

La Foire accueille chaque année des dizaines de stands d’associations islamiques, de mets orientaux, de mode musulmane, de librairies éphémères, de jeux pour enfants, mais aussi des conférenciers du monde entier. Le thème de l’année, « Islam et Réforme » était représenté par quelques personnalités considérées comme « libérales » dans le champ islamique, comme l’imam français Mohamed Bajrafil, qui prêche à Ivry-sur-Seine.

Parmi les invités : le cheikh Omar Abdelkafi qui suggère de tuer les femmes non-voilées

Dans le viseur des « plaignants », quelques personnalités controversées, comme le cheikh Omar Abdelkafi, prédicateur égyptien qui suggère de tuer les femmes non-voilées, et appartient aux Frères musulmans égyptiens, et Abdellah al Moslih, qui avait affirmé en 2004 sur la chaîne saoudienne Iqraa TV, qu’il fallait condamner les attentats-suicides dans les pays musulmans car« le sang d’un musulman est plus sacré aux yeux d’Allah que le sang d’un mécréant ».

Parmi les organisateurs, on affirme clairement la ligne éditoriale adoptée par la Ligue musulmane de Belgique et ses « frères » invités à la Foire. On prône ouvertement la voie d’un islam affirmé et fier. Si bien que d’aucuns regrettent la «société belge trop aseptisée » et « qui espère trop souvent étouffer la religiosité dans la sphère privée », comme on peut le lire sur le site belge la Libre. (lalibre.be)

Des résultats probants ?

Si les opposants à la Foire ont peiné à se faire entendre, quelques points sont à relever :

  • Omar Abdelkafy a annoncé qu’il annulait sa venue, quelques heures avant de devoir embarquer du Qatar pour Bruxelles.
  • Des visiteurs auraient également confié que la 4e édition a été beaucoup moins fréquentée et populaire que les précédentes en raison, peut-être, de l’affluence impressionnante de policiers autour de la zone.
  • Selon un autre site internet, appelé « Ikhwan », un journaliste aurait été agressé par un islamiste, « responsable à la fondation Al Aqsa » (ikhwan). Une petite victoire pour les opposants à la Foire.

 

Certains ont regretté le manque de réactivité des forces de sécurité devant la venue d’imam très contestés, comme Hassan Iquioussen, ou encore Tariq Ramadan.

 

La Belgique est, selon des analystes, un terrain propice au développement du terrorisme, notamment en raison d’une réactivité plutôt faible des autorités fédérales.

Cette année 2015 a pourtant quelque peu réveillé les esprits belges, entre l’attentat au Musée juif de Bruxelles, la tentative du Thalys, et le procès des membres de Sharia4Belgium, une organisation appelant à transformer la Belgique en un Etat islamique sous le régime de la sharia.

(...)

© Ariane Savestre, responsable de contenu / rédactrice en chef de l’Observatoire des Frères musulmans, FM monitor pour Dreuz.info

source

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 02:17
Cet article est basé sur une étude danoise faite sur le comportement des musulmans au Danemark, mais ses conclusions sont bien sûr valables pour tous les autres pays d'Europe de l'Ouest, et d'une manière générale, pour tout l'Occident: partout, les musulmans deviennent de plus en plus musulmans (et non pas radicaux ou extrémistes), c'est-à-dire qu'ils se rapprochant du dogme que leur a laissé Mahomet, tant dans l'esprit que dans la lettre. Partout, c'est un retour aux sources, aux fondements de l'islam.
Ce phénomène n'est pas surprenant: il est la conséquence logique de la multiplication des mosquées, partout en Occident.
 
 
 
L'enseignement qu'on dispense dans toutes ces mosquées de l'Ouset, ce sont les 114 sourates du coran, leurs exégèses, le fiqh - jurisprudence islamique - et la tradition laissée par Mahomet.
Un enseignement qui ne peut pas différer de ce qui est enseigné dans toutes les autres mosquées du monde, y compris dans les plus grandes Université coraniques, telles al-Azhar du Caire, Oqba ibn-Nafi de Kairouan ou Masjid al-Nabawi de Médine.
C'est l'enseignement de l'islam, le seul et vrai islam. Celui mis en oeuvre également par l'État islamique.
 
 
Face à l'islam, l'Occident continue de se comporter de manière extrêmement naïve. Les Occidentaux sont en train de creuser leurs tombes à cause de la méconnaissance que la plupart d'entre eux ont de l'islam. Parce que lesOccidentaux, dans leur ensemble, ont une perception erronée de l'islam, pour au moins deux raisons.
 
Primo, ils traitent l'islam sur un même pied d'égalité que les autres religions, sans savoir que c'est le seule qui ait une vocation hégémonique et la seule qui n'accepte pas une humanité non soumise entièrement à leur dieu Allah. La seule qui ait pour commandement l'asservissement total de l'humanité:
"Et combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'association et que la religion soit entièrement à Allah, et à Allah seul" (coran, 2:193 et 8:39)
Secundo, et c'est le plus important, ils pensent qu'on peut appliquer à l'islam et aux musulmans les principes humanistes de tolérance, d'ouverture, d'égalité, de justice, ... et qu'en contrepartie, les musulmans sont capables d'adopter ces principes et de les appliquer aux autres. Alors que rien n'est plus faux: non seulement ces notions n'existent tout simplement pas en islam, mais elles sont farouchement combattues par les musulmans car elles représentent des principes en totale contradiction avec le coran et les enseignements laissés par Mahomet. Ces principes sont reniés, rejetés et combattus par l'islam, qu'il se dise "modéré" ou non. Les seules notions de bonté, d'assistance, de miséricorde, sont réservées exclusivement aux membres de la Oumma. La seule règle qui s'applique aux non-musulmans est le combat, jusqu'à ce qu'ils adoptent la "profession de foi".
 
Tant que les Occidentaux n'auront pas compris ces deux principes et qu'ils continueront à appliquer aux musulmans les règles qui ne prévalent pas en islam et parallèlement leur accorder concession sur concession sans aucune contrepartie, ils contribueront à l'extinction progressive mais inéluctable de leur civilisation.  
 
La logique voudrait pourtant qu'on applique aux musulmans la formule "pas de liberté aux ennemis de la liberté", qui n'a jamais été plus d'actualité qu'aujourd'hui à cause de l'islam. Mais l'Occident continue à pratiquer la politique des trois singes, en attendant stoïquement sa mort prochaine. Tant pis pour la poignée de personnes lucides qui se battent comme ils peuvent, bien souvent comme Don Quichotte: contre des moulins à vent.
 
___________________________________ 
 
Une étude effectuée dans le microcosme européen que représente le Danemark a révélé que les trois-quarts des musulmans enregistrés dans le pays se radicalisent, bien plus aujourd'hui qu'il y a une décennie. 
 
Alors qu'il y a 10 ans on aurait pu considérer les musulmans du Danemark comme relativement modérés, aujourd'hui un sondage du journal Jyllands-Posten constate que les attitudes se sont durcies - et plus les musulmans sont jeunes, plus ils sont susceptibles d'avoir des opinions radicales. 
 
Dans une série de sondages publiés par le journal, il a été révélé que les musulmans sont maintenant plus susceptibles de prendre le coran dans un sens littéral et pensent que l'enseignement coranique doit être pris à la lettre. En 2006, le nombre de personnes qui étaient d'accord avec l'affirmation "les instructions du coran doivent être suivies à la lettre" était de 62 %, aujourd'hui, ce chiffre est de 77 %, une forte augmentation. 
 
Alors que beaucoup ont fait valoir que les versets les plus violents du coran, qui inclut les commandements pour "tuer les ennemis de la religion", ont été pris hors contexte et ne doivent pas être interprétés littéralement [1], le point de vue de trois quarts des musulmans vivant au Danemark semble contredire cette affirmation. 
 
En plus de revenir à la foi de manière plus littérale, les musulmans du Danemark pratiquent également avec plus de dévotion: plus de la moitié d'entre eux font maintenant leurs cinq prières quotidiennes et une proportion similaire rejette les notions de toute forme de modernisation ou de réforme. 
 
Le journal Jyllands-Posten rapporte que cette attitude envers une éventuelle réforme islamique est perçue comme une grande déception pour le petit groupe qui représente l'élite des musulmans qui vivent dans les quartiers à la mode et les quartiers chics de Copenhague, comme le député conservateur Nasser Khader, qui milite pour une telle réforme. 
 
Le journal rapporte les commentaires d'un musulman syrien militant de gauche, qui a dit en réponse aux résultats du sondage que les musulmans danois ont failli à leur mission de modernisation parce que le message avait été mal formulé et nécessite une relance avec un nouveau concept de réforme capable d'une mise à jour en conformité avec les idéaux métropolitains. Le journal a aussi mentionné les remarques de l'imam Fatih Alev, du Centre Islamique Danois, qui contredit cette proposition vaniteuse et qui a dit : "Vous ne pouvez pas changer ce qui est dans le coran et ce que le prophète nous a demandé de faire. Désormais, vous n'êtes plus musulman[2]
 
En matière d'intégration, les attitudes envers les enfants des familles musulmanes épousant des non-musulmans au Danemark ont varié. Alors qu'auparavant une minorité a soutenu l'idée qu'une fille puisse épouser quelqu'un en dehors de la foi, aujourd'hui ils sont 74% (nombre remarquable), a dire qu'ils seraient heureux d'avoir un fils qui épouse une non-musulmane [3]
Cela peut être moins surprenant compte tenu de l'interprétation littérale du coran qui est maintenant approuvée par la majorité des musulmans au Danemark et qui permet la polygamie, et pour certaines femmes d'être traitées moins bien que d'autres. 
 
Le sociologue Brian Arly Jacobsen, de l'Université de Copenhague, a exprimé sa surprise à l'examen de ces conclusions. 
 
Il a déclaré au journal: "Il semble que les musulmans danois soient devenus plus religieux dans toutes les dimensions, à la fois en termes de foi et en termes de pratique. En règle générale, nous nous attendions à ce que le contraire se produise, à savoir qu'ils finiraient par ressembler au reste des Danois, qui ne sont pas particulièrement attirés par l'activité religieuse". 
 
Il a dit que l'ouverture de 30 nouvelles mosquées au cours de la dernière décennie a été probablement la cause principale de la radicalisation, un avertissement-clé pour d'autres nations européennes qui envisagent actuellement de permettre la construction de mosquées pour servir leurs propres populations musulmanes en plein essor [4]
 
Les commentaires de Katrine Winkel Holm, présidente de Free Press Society(société de presse qui se déclare "plus grande organisation du Danemark consacrée exclusivement à la défense du droit à la libre expression"), sont peut-être les plus révélateurs de tous: elle a dit à propos des conclusions qu'elles étaient un signe de la force des musulmans dans un Danemark "qui se délite à pleine vitesse". 
 
Le fait que les musulmans danois sont plus extrémistes aujourd'hui qu'ils ne l'étaient il y a dix ans devrait interpeller les militants de la liberté de la presse dans le pays. Cela remonte à 2005, à peine une décennie, que les caricaturistes qui travaillaient avec le Jyllands-Posten avaient été menacés d'exécution après que le journal ait publié les caricatures de Mahomet. 
 
Les informations reflètent une tendance également observée en Grande-Bretagne. En 2007, il a été révélé que le nombre astronomique de 36 % des jeunes musulmans pensent que celui qui quitte l'islam mérite la mort [5].
___________________________________
 
 
Sur le plan social, ce n'est guère mieux, à l'image de ce qu'on peut constater partout ailleurs en Occident. Les chiffres de "Danmarks Statistik" révèlent l'ampleur des dégâts:
 
- Le taux d'emploi des Libanais de la tranche d'âge 30-59 ans est de 30,4 %, tandis que le taux d'emploi des Danois de souche est de 82,3 %. 
- Parmi les immigrés irakiens (et les réfugiés), seulement 32,8 % des 30-59 ans avaient un emploi en 2013. 
- Les Syriens ont actuellement le plus faible taux d'emploi de tous les groupes ethniques au Danemark. 
- Les Libanais détiennent le taux le plus élevé de criminalité de tous les groupes ethniques au Danemark (indice 254). 
- Les indices de criminalité des autres musulmans du Danemark (les musulmans sont présents 8 fois dans le "top 10" de la criminalité): Turcs 192, Marocains 189, Somaliens 189, Pakistanais 179, Irakiens 166, Iraniens 133, Afghans 123 . Alors que l'indice de criminalité des Danois de souche est de 98. 
___________________________________ 
 
[1] L'auteur de l'article (ou de l'étude) se trompe complètement dans son affirmation. 
 
D'une part, les versets du coran qui incitent à la violence sont les plus récents et viennent ainsi abroger les versets plus anciens un peu moins sanguinaires, suivant le principe "naskh - mansukh" (abrogatif - abrogé) bien connu des musulmans, ce qui donne raison en quelque sorte aux trois-quarts des musulmans du Danemark que l'étude décrit comme "radicalisés". 
 
D'autre part, ces versets violents ne sont pas du tout "sortis de leur contexte" comme affirmé par cette étude. Ils ont été interprétés de manière unanime par les plus grands ulémas ("savants") et exégètes de l'islam et là encore, les exégèses donnent raison aux musulmans "radicalisés" du Danemark. À tel point que, parfois, les savants et exégètes vont plus loin et sont plus sévères que le texte coranique brut. La réalité est bien là: ce sont ceux qu'on dénomme "radicaux" ou "extrémistes" qui détiennent la vérité sur l'islam et qui tiennent le vrai discours coranique. Il faudra bien qu'un jour ou l'autre l'Occident en convienne, avant qu'il ne devienne le dhimmi - l'esclave - de l'islam. 
 
[2] En quoi l'imam a parfaitement raison, et doublement: 
 
- selon l'islam, le coran est "incréé", c'est l'oeuvre d'Allah et à ce titre, aucun être, "ni humain ni djinn", ne saurait en changer ou en modifier quoi que ce soit. Il est donc réellement très vaniteux de vouloir réformer l'islam, ne serait-ce que par l'ajout ou le retrait d'un de ses signes de ponctuation, dénommés signes diacritiques, alors qu'il a été établi que ces signes ont été ajoutés par la suite, après la mort de Mahomet,
 
- quiconque modifie ou interprète à sa manière le moindre mot ou sens du moindre verset du coran est banni de la Oumma, il devient hérésiarque et/ou apostat. 
 
[3] Là encore, erreur monumentale des enquêteurs. 

D'emblée, on peut dire que la question a été mal posée, puisque, dans un premier temps, le sujet était le mariage d'une musulmane avec un non-musulman ("l'idée d'une fille [en anglais: daughter] qui épouse quelqu'un dehors de la foi") alors que par la suite, il n'a été question que du garçon qui se marie avec une kafir ("ils seraient heureux d'avoir un fils [en anglais: son] qui épouse une non-musulmane")

Le vrai problème n'est pas celui évoqué - la polygamie et la place de la femme chez les musulmans - dont la pratique est bien réelle en islam, mais contre laquelle on peut lutter puisque la justice européenne possède l'arsenal juridique qui empêche (en théorie) toute pratique discriminatoire ou intolérable.
Le vrai problème est bien le mariage inter-religieux (ou inter-racial, et l'islam à ce sujet développe un racisme primaire invraisemblable). Le vrai problème est: une musulmane peut-elle se marier avec un non-musulman?
La réponse est dans les crimes d'honneur: parfois, il suffit du regard d'une jeune fille sur un non-musulman, pour qu'elle se retrouve au fond d'un trou à 2 mètres sous terre, dans le pays d'origine de ses parents.
Dans tout l'Occident, ce fait est reconnu: les mariages entre chrétiens et musulmans sont toujours à sens unique: le garçon est musulman, la fille le devient d'office par ce mariage, c'est la condition acceptable par l'islam.
Quelques exceptions, mais là encore, il y a une condition: le non-musulman doit se convertir avant les noces. Alors que l'inverse est logiquement bien vu par l'islam: en épousant une chrétienne, le musulman fait une bonne action qui lui vaudra des hassanates (sortes de "bons-points" qui s'accumulent durant toute la vie et qui conditionnent l'entrée au paradis d'Allah) car il agrandit la Oumma d'une unité et les enfants à naître ne pourront qu'être musulmans.
Cette erreur des enquêteurs, involontaire ou non, dénote bien la méconnaissance qu'ont les Occidentaux en ce qui concerne l'islam, méconnaissance que j'avais évoqué au début de ce post.
 
[4] Que dire alors de la France, qui compte environ 2400 mosquées, nombre que Dalil Boubakeur voudrait voir doublé. Et il y en a plus de 160 en projet. 
 
L'Allemagne, quant à elle, compte environ 2.500 lieux de culte, dont près de 140 avec dômes et minarets. Plus les 200 autres mosquées promises par ... l'Arabie Saoudite et qui vont servir des casernes (pardon: de lieu de culte) aux nouveaux réfugiés. 
 
[5] ... Et que 51 % des musulmans américains veulent l'application de la charia, tandis que 60 % d'entre eux âgés de moins de 30 ans se disent plus fidèles à l'islam qu'à l'Amérique.  
 
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 02:50

SOURCE Midi Libre

L’imam et le nouveau président démissionnent. Des radicaux tentent de prendre le pouvoir. La mosquée El Baraka s’enlise alors que de nouvelles élections auront lieu dimanche 25 octobre.

De nouvelles élections auront lieu dimanche 25 octobre au sein de la mosquée El Baraka. Rachid Belhaj, président de l’association des Musulmans de Lunel – qui la gère – a annoncé dimanche 18 octobre aux fidèles, qu’il démissionnait, dix mois à peine après son élection.

Ceci alors que l’imam Elhaj Benasseur vient lui aussi de démissionner. Ce dernier avait porté plainte pour des menaces de mort réitérées contre deux jeunes fidèles. Jugés en septembre dernier, condamnés et interdits de mosquée pour deux ans, ces derniers ont fait appel et sont immédiatement revenus sur place. L’imam, lui, a préféré déménager et démissionner. Et depuis, la mosquée n’a plus d’imam attitré.

« J’ai peur. Pour moi, pour ma famille », confie, sous couvert d’anonymat, un fidèle. Témoignant de l’atmosphère tendue, décrite comme un climat de violence verbale à la limite de l’affrontement physique, qui règne depuis plusieurs mois dans le lieu de culte lunellois.

Deux faits principaux ont amené à cette situation de pourrissement interne. Tout d’abord, bien sûr, les départs en Syrie et la mort, au fil d’un décompte macabre durant six mois, de huit jeunes Lunellois. Les premières annonces de décès datant d’il y a tout juste un an. Et les déclarations du précédent président de la mosquée, Lahoucine Goumri, qui avait refusé de condamner ces départs au jihad.

De multiples pressions

Puis, dans un second temps, la montée en puissance et en protestation d’un groupe de jeunes fidèles, qui a provoqué des tensions fortes. Ces derniers s’opposant à l’imam et revendiquant des pratiques jugées radicales par certains observateurs.

S’ajoutent à ces faits majeurs des pressions multiples. Deux des anciens présidents de la mosquée ont ainsi tenté de reprendre la main, durant l’été. Des jeux de pouvoir se nouent également entre Marocains d’origine (majoritaires à Lunel) et non Marocains ; entre adhérents nés à Lunel et immigrés récents.

Mais dans l’enlisement actuel, la difficulté la plus importante vient sans doute de l’affrontement entre le groupe de jeunes fidèles et le reste des croyants.

Doctrines tabligh, salafi et takfiri s’affrontent

Il correspond à un affrontement entre doctrines. La mosquée de Lunel est réputée “tabligh” – des piétistes. Des “salafi” la fréquentent également. Les désaccords entre ces pensées sont fréquents mais se règlent par la discussion. Ce qui n’est pas le cas, depuis un an avec un autre courant, “takfiri”.

Ses membres sont jugés menaçants par de nombreux musulmans lunellois. Ces derniers préfèrent ne pas prononcer leur nom et répondent à nouveau par ces mots : « J’ai peur ». Ils racontent que ce groupe remet en cause les règles édictées par les dirigeants de la mosquée et par l’imam. Qu’il a cherché à déstabiliser ce dernier en jouant sur le fait qu’il ne parle pas français, lui reprochant d’avoir condamné les départs en Syrie. S’isolant aussi dans des salles de la mosquée et refusant de rendre des comptes lorsque les gestionnaires viennent en demander.

Le fait que l’imam a porté plainte pour les menaces de mort a aussi été critiqué. Certains estimant que tout aurait dû se régler en interne : « Dans le Sud, on a le sang chaud. Ce sont des jeunes. Ce sont des paroles. Ils ne l’auraient pas fait », estime un proche, qui ne voit de plus aucune radicalité chez eux.

Mais ces paroles pèsent lourd aujourd’hui. L’affluence aux prières a diminué de moitié. « Je prie à la maison, indique ainsi un jeune Lunellois. L’imam s’en va. Celui de la Paillade aussi. Il faut se poser les bonnes questions. Pourquoi est-ce qu’ils partent, alors qu’ils prônent la paix ? (…) Ces jeunes, on ne sait pas trop combien ils sont. Ils ont la barbe, ils font de la muscu, mais ils sont incapables de citer le Coran. On ne sait pas ce qu’ils veulent. On dirait un phénomène de mode. Dans cette ambiance, autant rester prier à la maison. Mais on espère que ça va s’arranger ».

[...]SOURCE

Midi Libre

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 02:18

SOURCE

 

Entre le « Grand remplacement » qui serait, pour certains, à droite, déjà commencé et la négation pure et simple par la gauche de tout problème  lié à l’islamisation de la France, il est difficile de se faire une opinion éclairée.

Par ailleurs, la presse évite de faire toute enquête sérieuse sur le sujet. Ceux qui se risquent à aborder le sujet comme Eric Zemmour ou d’autres, sont accusés immédiatement de « faire le jeu du Front national« , l’argument massue que l’on nous assène depuis vingt ans !

J’ai découvert récemment le site Annuaire des mosquées en France, un site très documenté sur le sujet. Ce site a été édité par le C.S.P.I.F (Collectif de Surveillance de la Progression Islamique de la France). Il ne s’agit pas, a priori, d’un site de propagande. Il y a très peu de texte ! L’essentiel du site consiste en un recensement des lieux de cultes musulmans en France. Il fournit les chiffres bruts département par département et globalement pour la France. Il montre également l’évolution de ces chiffres au cours des 30 dernières années.

Je n’ai pas les moyens de vérifier, encore moins de garantir, la véracité des chiffres présentés, mais les précisions données sur les modalités de recensement des lieux de culte, le niveau de détail présenté ainsi que les marges d’erreur annoncées par les auteurs dans leur introduction m’ont inspiré confiance.

Voici quelques informations extraites du contenu de l’Annuaire des mosquées en France :

Introduction

Les marges d’erreur :

  • Marge d’erreur des lieux répertoriés sur ce blog : 3 %,
  • Lieux non encore répertoriés : 10 à 15 %

Que trouve t-on dans l’Annuaire des mosquées ?

Sous le titre générique de : « Annuaire des mosquées en France » sont répertoriés :

  1. Les mosquées, les salles de prière
  2. Les adresses physiques des associations cultuelles et des associations culturelles
  3. Les écoles coraniques (madrassa)
  4. Les lieux de culte, les centres cultuels et les centres et instituts éducatifs islamiques.

Nous ne nous sommes pas uniquement  limités à la recherche et au classement de cette enclave dénommée « MOSQUÉE » connue et surtout reconnue  par sa forme architecturale et son décorum / architecturalement identifiable – Nous avons inclus tous les lieux et aussi les adresses physiques des associations qui remplissent le rôle de « MOSQUÉE » /non architecturalement identifiable – Ceux-là même et celles-là même qui servent de propagation à la foi musulmane qui régit et imprègne tous les domaines physiques et spirituels de la vie de ses croyants. Ce sont donc de fait des mosquées, certes sans l’architecture type mais qui en possèdent, la prérogative, la fonction et les extensions.

Cartographie des mosquées

Les derniers chiffres

Au 1 et août 2015, le nombre de lieux recensés était de 4 801.

 

La répartition des mosquées en France

mosqueesenfrance1

Le site se réfère également à une carte élaborée dans le cadre d’un rapport d’une commission parlementaire publié en juin 2015 qui est la suivante :

mosqueesenfrance2

Quels sont les départements les plus et les moins islamisés ?

mosqueesenfrance3

Quid de Paris ?

mosqueesenfrance4

Sur le site, vous trouverez des cartes détaillées pour les entités géographiques suivantes :

Progression de l’islamisation en 30 ans

mosqueesenfrance5

Conclusion

Je me bornerai à constater à propos de la dernière infographie présentée, illustrant la réalité incontestable de la progression de l’islamisation de la France, qu’il est irresponsable et coupable devant l’histoire de ne pas se soucier du problème et d’ostraciser ceux qui ont le courage de le soulever.

Source net

hollandemerkelislam
femmessoldatetrefugies

NO COMMENT !!!

SOURCE

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 00:00
des betes

In Defense of Christians (En défense des chrétiens) a mis en ligne une vidéo de témoignages sur les abominations infâmes de l’État Islamique contre les chrétiens en Syrie. Le but de cette vidéo est de sensibiliser les membres de la Chambre des Représentants du Congrès des États-Unis à la situation des chrétiens victimes de l’État Islamique, et de faire voter une résolution (House Concurrent Resolution 75) déclarant les actes de l’organisation islamistes « crimes contre l’humanité » et« crimes de génocide ».

Dans cette vidéo, des réfugiés chrétiens qui ont réussi à fuir les islamistes apportent des témoignages abominables. Une jeune chrétienne y déclare :« Quand nous étions en Syrie, ils [les islamistes] nous ont mis dans une école qu’on appelait “l’école de la mort” : c’est là qu’ils avaient l’habitude de décapiter tous les hommes. Les filles étaient vendues sur le marché aux esclaves ». Un adulte raconte : « Il y a plein de familles qui ont perdu tous leurs enfants ». Un jeune garçon, en pleurs, déclare : « Ils [l’État Islamique] sont tous des animaux. Ils ne nous ont rien laissé dans ce pays ».

 

Source : Assyrian International News Agency, 10 octobre

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 02:33

Près de 7 000 catholiques à genoux dans la rue à Paris.
Enfin une bonne nouvelle, la France, notre France se réveille. Que va décider le ministre de l’intérieur ?

Si cela  continue on aura une intervention musclée des forces de l’ordre car ce genre de manifestation semble plutôt réservé aux islamistes avec la bienveillance  du ministre de l’intérieur et des cultes.
Près de 7 000 catholiques à genoux dans la rue, à Paris -Comme il l’est écrit plus loin: ça fait du bien. Espérons que cette manifestation n’est qu’un début et que très vite, nous verrons dans toutes les villes, des chrétiens montrer que la France est avant tout une terre chrétienne.

xx212108961_843139842465829_2342339307552565967_n

Pour une fois cela nous change et il faudrait que dans chaque ville on puisse en faire de même.
Près de 7 000 catholiques à genoux dans la rue, à Paris – Est-ce le réveil ?
Les catholiques ne veulent plus se laisser impunément insulter en France !
Accès aux vidéos ayant trait aux manifestations et processions contre les blasphèmes entre la place de l’Alma et le Rond-point des Champs-Élysées a rencontré un vif succès.

Les chapelles traditionalistes comme des églises avoisinantes, soutenus par la présence de prêtres d’horizons divers, ont d’abord prié en réparation des violentes offenses faites au Christ et aux Chrétiens dans la pièce qui se jouait cet après-midi à Paris. Rejoints même par des non Catholiques, ils ont eu à cœur de faire passer un message à leurs élus et compatriotes en affirmant leur volonté de ne plus voir l’image de Dieu traitée de la manière la plus ordurière qui soit. Le bon sens fera comprendre qu’il ne s’agit pas là de porter atteinte à quelque art ou liberté, termes abusivement sollicités pour l’occasion, mais tout simplement de garantir la forme la plus élémentaire du respect.
La presse s’est déplacée en grand nombre pour s’intéresser de plus en plus objectivement à ce grand mouvement de fond auquel peu de gens s’attendaient……..

xz12109174_843139815799165_2324128359463272126_nCe qui a le plus surpris les observateurs – médiatiques, politiques, mais aussi religieux « frileux » – ce sont les milliers de jeunes qui, depuis plusieurs mois, se mobilisent dans le calme, la détermination et la prière.
ce sont des prêtres et des paroissiens de tous horizons qui ont voulu marquer leur ras-le-bol des attaques contre la religion catholique. Le chapelet récité en réparation des blasphèmes et en union avec tous les absents
Les journalistes, les badauds, les observateurs ont été surpris – et édifiés – par la ferveur et le recueillement de ces milliers de Catholiques à genoux dans les rues de Paris.

Près de 7 000 catholiques à genoux dans la rue à Paris.
Enfin une bonne nouvelle, la France, notre France se réveille. Que va décider le ministre de l’intérieur ?
si ça continue on aura une intervention musclée des forces de l’ordre car ce genre de manifestation semble plutôt réservé aux islamistes avec la bienveillance du ministre de l’intérieur et des cultes.
Près de 7 000 catholiques à genoux dans la rue, à Paris -Comme il l’est écrit plus loin: ça fait du bien. Espérons que cette manifestation n’est qu’un début et que très vite, nous verrons dans toutes les villes, des chrétiens montrer que la France est avant tout une terre chrétienne.

xx212108961_843139842465829_2342339307552565967_nPour une fois cela nous change et il faudrait que dans chaque ville on puisse en faire de même.
Près de 7 000 catholiques à genoux dans la rue, à Paris – Est-ce le réveil ?
Les catholiques ne veulent plus se laisser impunément insulter en France !
Accès aux vidéos ayant trait aux manifestations et processions contre les blasphèmes entre la place de l’Alma et le Rond-point des Champs-Élysées a rencontré un vif succès.

Les chapelles traditionalistes comme des églises avoisinantes, soutenus par la présence de prêtres d’horizons divers, ont d’abord prié en réparation des violentes offenses faites au Christ et aux Chrétiens dans la pièce qui se jouait cet après-midi à Paris. Rejoints même par des non Catholiques, ils ont eu à cœur de faire passer un message à leurs élus et compatriotes en affirmant leur volonté de ne plus voir l’image de Dieu traitée de la manière la plus ordurière qui soit. Le bon sens fera comprendre qu’il ne s’agit pas là de porter atteinte à quelque art ou liberté, termes abusivement sollicités pour l’occasion, mais tout simplement de garantir la forme la plus élémentaire du respect.
La presse s’est déplacée en grand nombre pour s’intéresser de plus en plus objectivement à ce grand mouvement de fond auquel peu de gens s’attendaient……..

xz12109174_843139815799165_2324128359463272126_nCe qui a le plus surpris les observateurs – médiatiques, politiques, mais aussi religieux « frileux » – ce sont les milliers de jeunes qui, depuis plusieurs mois, se mobilisent dans le calme, la détermination et la prière.
ce sont des prêtres et des paroissiens de tous horizons qui ont voulu marquer leur ras-le-bol des attaques contre la religion catholique. Le chapelet récité en réparation des blasphèmes et en union avec tous les absents
Les journalistes, les badauds, les observateurs ont été surpris – et édifiés – par la ferveur et le recueillement de ces milliers de Catholiques à genoux dans les rues de Paris.

SOURCE

Source : FB

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 00:22

Une révolte se prépare à l’intérieur du Vatican alors que les Cardinaux conservateurs cherchent à arrêter la prise de pouvoir du Pape François.

Par Geoffrey Grider – Le 8 septembre 2015

« Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m’adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux…. Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles.  Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution.  Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre. » (Apocalypse 17:1,4,5)

NOTE DE L’ÉDITEUR : L’Église Catholique s’est longtemps vantée que depuis sa création, en 325 après Jésus-Christ, elle n’avait « jamais » changé.  C’est peut-être vrai, jusqu’au moment où François est devenu pape.  Depuis lors, les vents du changement ont soufflé tellement fortement que de nombreux cardinaux  conservateurs ne peuvent même plus la reconnaître.  Ce qu’ils ne réalisent pas, c’est pourquoi le Pape François fait tellement de changements aussi rapidement. Il est en train d’accomplir les prophéties bibliques de la fin des temps. Apocalypse 17 et 18 déclarent fermement que le Vatican est la « mère des prostituées », gouverné par un faux prophète qui prépare la voie à l’Antéchrist.

VATICAN — Plus tôt cette année, une équipe de tournage a pénétré dans un appartement bien aménagé juste à l’extérieur des portes du 9ème siècle de la cité du Vatican.  Vêtus impeccablement des robes noires et des ceintures écarlates des princes de l’Église Catholique Romaine, le Cardinal Raymond Burke né dans le Wisconsin était assis dans son fauteuil richement rembourré et semblait donner un avertissement au Pape François.

Un ardent conservateur et un bureaucrate du Vatican, le Cardinal Raymond Burke avait été rétrogradé par le pape, quelques mois plus tôt, mais, ceci ne lui a pas enlevé son esprit combattif.  François soutenait une ère plus inclusive, en donnant de l’espace aux voix progressistes sur les divorcés catholiques ainsi que les gays et les lesbiennes.  Devant la caméra, Raymond Burke a déclaré qu’il « résisterait » aux changements libéraux et semblait avertir François sur les limites de son autorité.  « Nous devons être très attentifs au sujet des pouvoirs du pape » a dit Raymond Burke à l’équipage de presse de la France.

Les paroles de Burke démentaient un sentiment croissant d’inquiétude chez les conservateurs stricts, en révélant ce qui est rapidement en train de devenir une guerre de culture sur la papauté de François et la puissante hiérarchie qui gouverne l’Église catholique romaine.

Pourtant, alors qu’il renverse les conventions de l’église, François est aussi aux prises avec une réaction conservatrice au moment libéral en construction à l’intérieur de l’église.  En plus d’une douzaine d’entrevues, notamment avec sept hauts responsables religieux, les initiés disent que les changements ont laissé la hiérarchie plus polarisée avec la direction de l’église qu’à aucun autre moment depuis les grands réformateurs de la papauté depuis les années 1960.

La rébellion conservatrice prend de nombreuses formes, dans les commentaires publiques, mais aussi, dans la popularité croissante des sites web catholiques conservateurs faisant la promotion de la dissidence envers François ; Les livres et le matériel promotionnel soutenus par les religieux conservateurs qui cherchent à contrer la tendance libérale ; Et les fuites dans les médias d’information, visant les réformateurs du Vatican.

Dans ses récentes observations, Raymond Burke faisait aussi un simple constat. Malgré les vastes pouvoirs du pape, la doctrine de l’Église sert en quelque sorte de constitution.  Et, pour les réformateurs libéraux, les ecchymoses théologiques par les conservateurs compliquent les efforts pour traduire le style transformateur du pape dans des changements tangibles.

« Au moins, nous n’empoisonnons plus nos calices les uns les autres, » a déclaré le révérend Timothy Radcliffe, un prêtre britannique libéral et allié du Pape François nommé à un poste influent au Vatican, en mai.  Timothy Radcliffe a déclaré qu’il se félicite du débat ouvert, et même de la dissension critique au sein de l’église.  Mais, il avouait lui-même avoir « peur » de « certaines choses que nous voyons »

« Nous avons un grave problème en ce moment, une situation très alarmante où les prêtres et les évêques catholiques disent et font des choses qui sont contre ce que l’Église enseigne, en parlant des unions du même sexe, de la communion pour ceux qui vivent dans l’adultère, » a dit l’officiel.  « Et pourtant, le pape ne fait rien pour les réduire au silence.  La conclusion est donc que c’est ce que le pape veut. »

Source :  Now The End Begins.com et lire

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 02:41
L’archevêque d’Alep a souligné une intervention russe en Syrie synonyme d’espoir pour les chrétiens.

Lors d’une interview donnée à la Télévision suisse-romande, Monseigneur Jean-Clément Jeanbart a salué l’engagement militaire russe en Syrie.

S’il se dit conscient que l’intervention russe est d’abord motivée par les intérêts de la nation, l’archevêque d’Alep a pointé ses bienfaits sur le moral des chrétiens de Syrie. Selon ses mots, elle leur redonne «espoir».

 

Monseigneur Jean-Clément Jeanbart estime que le président russe servait ainsi «la cause des chrétiens».

 

«Il y a un regain de confiance. Vladimir Poutine est en train de résoudre un problème et de nous sortir d’une situation inextricable» a déclaré l’homme d’église.

L’archevêque a également pointé du doigt «la position extrémiste» de la France dans son obstination à ne pas vouloir traiter avec Bachar el-Assad.

Source

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 02:13

Des migrants en Macédoine, attendant le train pour la Serbie, le 2 octobre 2015 © Boris Grdanoski/AP/SIPA

SOURCE

Les médias occidentaux nous abreuvent de sondages d'opinion d'Européens de souche sur l'afflux de réfugiés sur leur sol. Ils oublient en revanche d'évoquer le point de vue des Arabo-Musulmans.

Pourtant il suffit de tendre un micro à « l’immigré de souche », de suivre le citoyen arabe sur une chaîne de télévision locale ou sur les réseaux sociaux pour découvrir des débats passionnés et des réactions oscillant entre l’indignation et l’humour. En voici un florilège.

Côté immigrés maghrébins, inquiétude et peur dominent. On croit dur comme fer au principe du « celui qui arrive le dernier ferme la porte à clef » : « Il faut se méfier de ces gens-là (les réfugiés moyen-orientaux). Ils vont nous poser des problèmes », geint « l’épicier arabe » des banlieues européennes. « Ma parole ! Ils prendront notre place et grignoteront sur nos droits. » Et, tout naturellement : « La France, par exemple, leur ouvre la porte alors que les Français eux-mêmes n’ont ni boulot ni logement ! »

Côté citoyens arabes, c’est un concert d’indignations contre les gens du Golfe : « Vous vous dites les gardiens de la foi et invoquez l’hospitalité comme principe de l’islam mais ce sont les chrétiens qui accueillent vos frères, les habillent, leur font de la place. Les musulmans, ce sont eux et pas vous ! »

L’Europe n’est pas épargnée pour autant. Il y a ceux qui pensent qu’elle ne fait que récolter ce qu’elle a semé – « Les guerres du Golfe, les Printemps arabes, c’est elle. Et c’est normal qu’elle subisse aujourd’hui Daesh ou les réfugiés. »

Tout a été étudié et voulu : l’Occident provoque sciemment le chaos dans les pays arabes pour les appauvrir, voici la théorie du complot

Il y a aussi les adeptes de la théorie du complot : « Tout a été étudié et voulu : l’Occident provoque sciemment le chaos dans les pays arabes pour les appauvrir. Il a fomenté les récentes révolutions dans le but de détourner leur attention d’Israël. Il se réjouit de la ruine de leurs économies puisqu’il lui reviendra de les reconstruire. Il a provoqué l’exode pour vider la Syrie de ses habitants et en faire un État califal. »

Le journaliste Rachid Ali, animateur vedette de l’émission Questions audacieusessur Al-Hayat, s’amuse pour sa part à pointer les contradictions des musulmans eux-mêmes : « Pourquoi les réfugiés syriens ne se dirigent-ils pas vers les pays musulmans les plus proches d’eux ? Pourquoi préfèrent-ils mourir en mer en tentant d’atteindre les rives des pays que leurs imams et prédicateurs religieux condamnent et déconseillent de fréquenter ? Pourquoi vont-ils dans cette Allemagne gérée par une femme mécréante ? »

Enfin, les propos, entre humour et mépris, tel que cet appel lancé par un internaute à l’adresse des candidats à l’exil : « Je vous avertis : vous allez devoir respecter les lois, ne pas jeter vos paquets de cigarettes par terre, ne pas fumer dans les lieux publics, informer la police de tout délit, fût-ce le vol d’un chat, attacher votre ceinture de sécurité, asseoir votre enfant à l’arrière de la voiture et faire sagement la queue même sur des kilomètres. Mais je pense que si vous aviez été capables de respecter toutes ces règles, vous n’auriez pas ouvert la porte aux marchands de religion ni livré vos pays aux mercenaires ! »

Voilà. J’aurai fait mon boulot en relayant le ressenti d’une partie de l’opinion arabe. L’autre partie, vous la connaissez, elle s’exprime par la voix des officiels et des militants de tout poil.

SOURCE

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 01:13

invasion-620x330-448x293 

Le choix du Pape François de faire accueillir inconditionnellement les clandestins, majoritairement musulmans, dans les paroisses, est le coup de grâce qui brisera le lien de confiance et portera irrémédiablement préjudice au rapport spirituel avec les Chrétiens d’Orient.

Le Pape François semble ou feint d’ignorer que l’Occident se trouve submergé par une invasion planifiée par le régime islamique turc d’Erdogan et par le terrorisme islamique, qui dès 2011 prit le contrôle des côtes libyennes, dans une stratégie d’islamisation démographique de l’Europe.

L’Eglise de Rome a non seulement déçu, mais également trahi les attentes des Chrétiens d’Orient, les autochtones, qui résistèrent à l’islamisation forcée de leurs régions, dès le VIIe siècle.

A cette époque, les Chrétiens représentaient 98% de la population sur les rives méridionale et occidentale de la Méditerranée. Ce chiffre chuta à 20% en 1945 et à moins de 6% aujourd’hui, et ce pourcentage diminuera encore d’ici 2020. Depuis la seconde guerre mondiale, environ 10.000.000 de chrétiens ont été forcés de quitter les pays arabes.

La décision d’acquiescer à toutes les requêtes, émises par les gouvernements islamiques, en s’imaginant ainsi protéger les Chrétiens, l’adoption du relativisme religieux avec la «Déclaration Nostra Aetate» en 1965, par la légitimation de l’islam, en soutenant la théorie que les deux religions croient en un Dieu unique, vivant, miséricordieux et omniprésent, et que l’Eglise catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et sacré dans ces deux religions, a de fait légitimé la suprématie de l’islam et favorisé l’exclusion du christianisme.

• Jean Paul II, qui embrassa le coran le 14 mars 1999, fut le premier Pape à prier dans une mosquée, la grande mosquée des Omeyyades à Damas le 6 mai 2001, et convoqua la première prière interreligieuse à Assise le 24 janvier 2002.

• Le 30 novembre 2006, Benoît XVI, pour réparer la soi-disant offense à l’islam suite à la «Lectio magistralis de Ratisbonne» fut plus ou moins obligé de prier à la Mosquée bleue d’Istanbul, là ou le Pape François allait se rendre le 29 novembre 2014.

• A Strasbourg, le 25 novembre 2014, le Pape François a été jusqu’à se rendre disponible pour dialoguer avec les terroristes de l’EI :

« Je ne ferme les portes à personne (…) Je ne donne jamais rien pour perdu. Peut-être, sera-t-il difficile d’entamer un dialogue, ou quasi impossible, mais la porte est toujours ouverte. »

C’est très louable de sa part de vouloir dialoguer avec les égorgeurs de l’EI, mais sa proposition restera sans doute longtemps lettre morte, et les effets nuls.

De même, il mit sur le même plan le terrorisme islamique et le terrorisme d’Etat :

« Avec les terroristes, de nombreux innocents perdent leur vie. Si la menace terroriste existe bel et bien, il y a également une autre menace, c’est le terrorisme d’Etat. »

Les positions du Pape François sont rejetées par les prélats catholiques d’Orient

Syrian-Christians

L’Evêque catholique syrien, Issam John Darwich, déclara le 4 avril 2013 :

« Nous sommes victimes d’un complot international. Aujourd’hui, après, ce que vous les Occidentaux appelez les « Printemps arabes », la Syrie s’est transformée en quartier général des terroristes islamiques. Si l’Europe n’aide pas les Chrétiens du Moyen Orient, son tour arrivera également.»

Monseigneur Emil Nona, archevêque de Mosul, lors d’une interview au quotidien Avvenire le 12 août 2014 affirma sans détour que les terroristes islamiques représentent la véritable vision de l’islam :

« La base est la religion islamique elle-même. Dans le coran il y a des versets, qui appellent à tuer les Chrétiens et tous les autres infidèles. Le terme « infidèle » dans l’islam est une terme très fort : l’infidèle dans l’islam n’a aucune dignité, aucune humanité, aucun droit. Il est permis de faire subir à un infidèle n’importe quoi : le tuer, en faire en esclave, et tout ce que l’infidèle possède, selon l’islam, appartient de droit au musulman. Ce n’est pas une idéologie nouvelle, il s’agit d’une idéologie basée sur le coran lui-même. Ces personnes représentent la vraie vision de l’islam. »

Le Père Douglas Al Bazi, prêtre de la paroisse Mar Eillia à Erbril, participant au Meeting de Rimini le 23 août dernier, a déclaré que l’islam est égal au terrorisme.

L’Etat Islamique représente l’islam à cent pour cent

« SVP, si quelqu’un pense encore que l’EI ne représente pas l’islam, qu’il sache qu’il a tort. L’EI représente l’islam à cent pour cent. Je vous en supplie : ne parlez pas de conflit. Il s’agit d’un génocide. Réveillez-vous ! Le cancer est devant votre porte. Ils vous détruiront. Nous, Chrétiens du Moyen Orient, sommes les seuls à avoir vu le visage du Mal : l’islam. Réveillons-nous. »

Source : « La Chiesa aperta non difende i cristiani » Magdi Cristiano Allam – Il giornale. It

Il serait peut-être bon de rappeler ici cette vidéo de Brigitte Gabriel, une chrétienne libanaise, devenue américaine, et fondatrice du site « Act for America ».

Dans cette vidéo remarquable, Brigitte explique le processus d’islamisation de son pays, suite à l’immigration musulmane et palestinienne et ses terribles conséquences : la destruction du Liban, la persécution et le massacre des non musulmans.

C’est une mise en garde réaliste pour nos pays occidentaux qui s’apprêtent à revivre un « remake », mais à l’échelle européenne. Si nous ne réveillons pas à temps, nous suivrons le même destin tragique.

Elle rend également un bel hommage à Israël : « Nous avons demandé l’aide des Israéliens, nous partagions les mêmes valeurs ».

Il est dès lors raisonnable de s’interroger sur le Pape François et ses appels à accueillir affectueusement nos frères musulmans, sur ses déclarations bienveillantes au sujet de l’islam, qualifiant ce dernier de religion de paix, compatible avec le respect des droits humains et la coexistence pacifique… tout en invitant les musulmans à dénoncer les violences et les crimes contre les Chrétiens d’Orient et les « tueries » au nom de Dieu.

 

L’islam, une religion de paix ? Vous nagez en pleine fiction Pape François.

Lors de sa visite à Ground Zero, la semaine dernière, le Pape François a déclaré que le chagrin était toujours palpable, en ce lieu où près de 3000 innocents furent tués par des terroristes il y a 14 ans.

« Il est possible de vivre dans un monde de paix. Il est possible de vivre ensemble avec nos différences. Oui, c’est possible, si nous tous avec nos différentes cultures, nos différentes religions, nos différents chemins, nous nous respections mutuellement. Oui, c’est possible, à condition qu’un groupe n’essaye pas d’imposer son hégémonie aux autres, et de nier aux autres groupes des droits égaux » a déclaré le Pape François.

« Ce lieu, est un endroit où l’on pleure … à cause de l’impuissance que nous ressentons, face à l’injustice, à l’incapacité de surmonter nos différences, de dialoguer» a dit le Pape François en espagnol, lors d’un service de prière interconfessionnel sur le site du Mémorial au musée du 11 septembre.

Il a également mentionné l’impossibilité de trouver des solutions qui respectent le Bien commun.

Le Pape François suggèrerait-il que si l’Amérique avait offert au monde musulman une solution, charia-compatible, qui aurait respecté le Bien commun, les attentats du 11 septembre n’auraient pas eu lieu ?

Les jihadistes islamistes, qui assassinèrent 3.000 personnes en ce jour funeste, agirent en fonction de leurs croyances : il était de leur devoir de mener la guerre sainte contre les infidèles, dans le but final de les soumettre à l’hégémonie de la loi islamique.

Peu importe les concessions que les USA auraient été prêts à faire au monde islamique, seule la soumission à la charia pouvait calmer la rage des jihadistes.

Le Pape François est-il prêt à se soumettre à la charia ? Il semble avoir déjà intériorisé le délit de blasphème, s’ interdisant toute critique de l’islam.

Sa soumission et son acceptation du statut de dhimmi ou sa conversion à l’islam sont les seules solutions que les jihadistes islamistes trouvent acceptables pour le Bien commun.

Comme je l’ai déjà écrit, ce Pape est déroutant.

Il connait la vérité sur les dangers de l’islam pour la Chrétienté et le monde libre, mais jamais il ne l’exprime clairement. Il préfère noyer le poisson dans l’accusation générale : « nous sommes tous coupables ».

Je regrette le Pape Benoît XVI, le seul qui eut le courage de défendre ouvertement les Chrétiens d’Orient et dont la vie fut menacée par les très « tolérants » adeptes de la « religion de paix », pour ses prises de position très courageuses.

Le Pape Benoît XVI était violemment critiqué par le monde musulman. Sa démission inattendue et l’élection « surprise » du Pape François sont toujours un mystère.

Lors de la messe d’inauguration du Pontificat, le 24 avril 2005, Benoît XVI avait dit : « Priez pour moi, afin que je ne me dérobe pas par peur des loups.»

Cette phrase, qui à l’époque semblait mystérieuse, prend tout son sens aujourd’hui : les loups agissent à visage découvert.

L’un de ces « loups » est le Cardinal émérite belge Godfried Danneels.

Ce dernier a admis, à l’occasion de la sortie de sa Biographie*, être membre du «Mafia Club » réformiste de Saint Gall, opposé à Benoît XVI.

Lors de la présentation publique, la semaine dernière à la basilique de Koekelberg, de sa biographie écrite par Karim Schelkens et Jürgen Mettepenningen, le cardinal belge Godfried Danneels a affirmé avoir pris part pendant plusieurs années à des réunions d’un groupe de cardinaux opposés à la ligne du cardinal Ratzinger puis du pape Benoît XVI, appelé « groupe de Saint-Gall » et surnommé « la mafia » par ses membres.

Le rôle décisif de l’influent prélat belge à travers un « travail » de longue haleine de sape du Pontificat de Benoît XVI y apparaît clairement.

« L’élection de Bergoglio a été préparée à Saint-Gall, ça ne fait aucun doute. Et les grandes lignes de son programme sont celles dont Danneels et ses confrères discutaient depuis plus de dix ans »écrit Schelkens.

« Le 13 mars 2013, une vieille connaissance se tenait d’ailleurs aux côtés du nouveau pape François : Godfried Danneels. Officiellement, il était là en tant que doyen des cardinaux-prêtres, mais en réalité, il a oeuvré pendant des années comme faiseur de rois discret d’un pape capable de rendre un avenir à ‘son’ Église ».

Lire l’article complet sur le Vif.be

L’auréole du Saint-Siège perd de plus en plus de sa lumière…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie suivant la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 02:43
Vatican, le 3 octobre 2015. Le pape François prie à la veille d'un synode dans la basilique Saint-Pierre.
Vatican, le 3 octobre 2015. Le pape François prie à la veille d'un synode dans la basilique Saint-Pierre.
(AFP/ Filippo Monteforte.)

 

Les débats avaient été vifs lors d'une première rencontre il y a un an. Ils reprennent aujourd'hui et pour trois semaines au Vatican, où une nouvelle assemblée d'évêques a été convoquée par le pape François. C'est à lui que cet organe consultatif remis au goût du jour par Paul VI en 1965 remettra ses conclusions le 25 octobre.

Les forces en présence


Quelque 360 participants prendront part à ce synode sur la famille dont une quarantaine de cardinaux, près de 200 évêques des cinq continents mais aussi 17 couples, 23 experts laïcs et religieux et 25 membres de la Curie, legouvernement du Saint-Siège. Cinq évêques français et un couple spécialiste de l'accompagnement des personnes divorcées remariées sont du voyage à Rome. Comme lors de la première session, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, demeure l'un des quatre présidents délégués chargés d'assister le pape. 

QUESTION DU JOUR. L'Eglise doit-elle faire évoluer sa doctrine sur la famille ? 

Toutes les forces en présence, nommées par François, sont un savant dosage entre conservateurs et progressistes avec, dans chaque camp, des figures aux positions radicales.

 

 

Les sujets en débat

Lors du premier synode l'an passé, un rapport à mi-parcours reconnaissant des « valeurs positives » au mariage civil ou laissant entrevoir une ouverture pour les personnes homosexuelles ayant « des dons et des qualités à offrir à la communauté chrétienne » avait provoqué l'émoi des prélats tenants de la tradition. Le document final allait gommer ce souffle réformateur. Il n'empêche, pour la première fois, des sujets tabous avaient été abordés. Ce sont les mêmes qui reviennent sur le tapis synodal lors d'échanges à huis clos et qui devraient provoquer les mêmes lignes de fracture. Parmi les plus explosifs figure celui des divorcés remariés. Certains souhaitent leur accorder la communion, d'autres, au nom de l'indissolubilité du mariage, sont catégoriquement contre. Autres pommes de discorde : l'accueil des homosexuels, l'union libre, les mariages mixtes ou la contraception.

 

 


(Clic droit puis «afficher image» pour agrandir)

 

 

La position du pape



Face à des voix discordantes, François va devoir se livrer à un délicat numéro d'équilibriste. Même s'il fait preuve d'une certaine ouverture par rapport à ses prédécesseurs, symbolisée par sa fameuse phrase « Qui suis-je pour juger ? » à propos des gays, même s'il vient de simplifier les procédures de reconnaissance de nullité du mariage, il n'a pour l'heure pas touché aux dogmes. Il condamne régulièrement l'avortement ou le mariage gay.

Dans le débat autour des divorcés remariés, il s'est tenu en retrait. Et nul ne sait aujourd'hui ce qu'il décidera à ce sujet. En juillet, il a juste confié qu'il attendait un « miracle » à ce synode. Et des « solutions concrètes aux nombreuses difficultés » des familles brisées. « C'est un moment clé.

Ou bien le pape parvient à obtenir des avancées et il donne un ton réformateur à son pontificat ou bien il recule sur un certain nombre de points et il devient le pape qui n'a pas réussi à convaincre », décrypte le vaticaniste Bernard Lecomte.

SOURCE

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions