Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 20:57

Le Fonds monétaire international vient de rendre son rapport sur la Russie. Il constate une bonne résilience de l’économie du pays depuis 2014, malgré les sanctions occidentales et la baisse des cours du pétrole.

«La croissance du PIB au cours des trois dernières années a été en moyenne de 1,4% et devrait se poursuivre au même rythme en 2019», affirme le Fonds monétaire international dans son rapport annuel sur la Russie.

Pourtant, selon l’institution, «les contributions extérieures à la progression de l’économie devraient être limitées, car les sanctions, l'incertitude politique et commerciale mondiale et la baisse des prix du pétrole ont remplacé les conditions extérieures favorables qui ont contribué à la croissance dans les années 2000».

Le FMI loue aussi la politique économique mise en place par les autorités depuis 2014 «dans des conditions difficiles, sous la forme d'un ciblage de l'inflation, de la flexibilité du taux de change et de la politique budgétaire».

En revanche l’institution déplore que le Fonds de prévoyance national (réserve pour anticiper les déséquilibres du système de retraites) soit souvent utilisé comme une réserve budgétaire pour les dépenses de l’exercice en cours, plutôt qu’alloué à des placements de haut rendement.  

L’institution constate aussi une nette amélioration de la solidité du secteur financier qui permet aux banques de mieux soutenir la croissance. Elle recommande tout de même d’en poursuivre l’assainissement, notamment en encadrant mieux les prêts à la consommation souvent attribués sans garantie.

Impact attendu des dépenses d'infrastructures sur la croissance

Autre succès économique, la stabilisation de l’inflation dont le FMI prévoit qu’elle ne dépassera pas 4% en 2019, alors qu’elle atteignait près de 20% par an dans les années 2000. L’institution estime désormais que la politique monétaire est modérément serrée et que le temps est venu de pratiquer un assouplissement (émission monétaire) pour soutenir l’investissement.

L’institution pense aussi que «les dépenses en infrastructures publiques chiffrées dans le cadre des projets nationaux [88 milliards d’euros d’ici 2024] devraient permettre une croissance potentielle de 0,1 à 0,5 point de pourcentage».

Malgré tout, au titre des faiblesses structurelles pouvant ralentir la croissance, le FMI pointe «le problème persistant de l’absence de concurrence dans l’économie et, partant, la forte empreinte de l’Etat, tant par sa part importante dans l’économie que par son intrusivité dans les activités commerciales». L’Etat russe est en effet actionnaire majoritaire, et souvent unique, de près de 30 000 entreprises dont le FMI recommande d’améliorer la gestion ainsi que la transparence de la comptabilité.

Le FMI estime par ailleurs «bienvenus» les projets des autorités en faveur d'un changement du système fiscal (notamment le relèvement du taux supérieur de TVA de 18% à 20%) ainsi que l’augmentation prévue des investissements publics, des dépenses supplémentaires en matière de santé et d’enseignement «à condition qu’elles soient bien ciblées pour améliorer encore le capital humain relativement fort de la Russie».

Enfin, l’institution présidée par la Française Christine Lagarde salue la décision de la Russie d’avoir été un des premiers pays à se porter volontaire pour une évaluation de sa transparence budgétaire par le FMI dès 2014.

source

 

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Russie
15 mai 2019 3 15 /05 /mai /2019 20:40

Le président russe reçoit le chef de la diplomatie américaine alors que les relations entre les deux puissances sont tendues, notamment autour des dossiers syrien, ukrainien, vénézuélien et iranien.

Iran, Venezuela, Syrie, Ukraine... Les pommes de discorde entre Moscou et Washington ne manquent pas et c'est dans ce contexte que le président russe Vladimir Poutine a reçu, à Sotchi, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, ce 14 mai. Le dirigeant russe a affirmé vouloir «rétablir des relations complètes avec les Etats-Unis».

«Il y a quelques jours, j'ai eu le plaisir de discuter avec le président américain au téléphone [...] J'ai eu l'impression que le président était enclin à rétablir les relations et les contacts entre la Russie et les Etats-Unis afin de résoudre ensemble les questions qui sont d'intérêt mutuel pour nous», a expliqué Vladimir Poutine.

«Pour notre part, nous avons plus d'une fois déclaré que nous voulions aussi rétablir des relations complètes [avec Washington], et nous espérons que les conditions pour le faire sont désormais réunies», a-t-il poursuivi.

Vladimir Poutine a en outre salué comme «assez objective» l'enquête du procureur spécial Robert Mueller, qui a conclu à l'absence de collusion entre Donald Trump et Moscou (tout en validant les accusations d'ingérence russe dans la présidentielle de 2016).

La Maison Blanche espère de longue date que la fin de l'enquête du procureur spécial Robert Mueller, qui n'a conclu à aucune collusion entre l'équipe du candidat Trump et Moscou durant la dernière campagne présidentielle américaine, permettra de tourner la page de relations glaciales entre les deux pays. Début mai, Donald Trump a eu une conversation téléphonique «très positive», selon ses propos, de plus d'une heure avec Vladimir Poutine.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a dit espérer que la visite du secrétaire d'Etat américain permettrait de «stabiliser quelque peu» les relations entre Moscou et Washington. Il a cependant reconnu, cité par l'agence Interfax, que les discussions s'annonçaient «difficiles» sur le Venezuela, les positions des deux pays étant «diamétralement opposées».

 

SOURCE

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Russie ETATS-UNIS
9 mai 2019 4 09 /05 /mai /2019 16:11

Jupes blanches, bottes noires, sourires étincelants… Le passage d’une unité féminine s’est imposé comme l’un des grands moments du défilé sur la place Rouge de Moscou, à l’occasion de la fête de la Victoire sur les nazis lors de la Seconde Guerre mondiale.

Des femmes militaires, vêtues de jupes blanches, ont participé au défilé de la Victoire qui s’est déroulé le 9 mai 2019 sur la place Rouge à Moscou à l’occasion du 74e anniversaire de sa victoire sur l’Allemagne nazie en 1945.

 

Une unité féminine de l'Académie de défense aérienne et spatiale Joukov, l'un des principaux centres d'éducation de la force de défense aérospatiale situé à Tver, sur la Volga, a pour la première fois défilé sur la place centrale de la capitale russe.

Les jeunes femmes sont de plus en plus nombreuses à se lancer dans une carrière militaire en Russie, a indiqué le commentateur du défilé lors du passage de ces militaires en jupes devant le Président russe.

Le défilé sur la place Rouge a mobilisé plus de 13.000 militaires et 132 véhicules de combat. Il a été présidé par le ministre de la Défense Sergueï Choïgou et dirigé par le chef des forces terrestres Oleg Saloukov. Les deux hommes ont passé en revue les troupes dans des limousines Aurus Senat de fabrication russe, qui ont été dévoilées à cette occasion.

Cette année, l’événement a compris deux parties au lieu de trois: le passage de l'armée de terre et le défilé des équipements militaires. Le volet aérien a été annulé en raison des conditions météorologiques*

source

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Russie
25 avril 2019 4 25 /04 /avril /2019 12:05

Le chef d'Etat russe a salué une discussion constructive avec son homologue nord-coréen, qu'il rencontrait pour la première fois à Vladivostok. Il a souligné l'importance du droit international dans la résolution de la crise de la péninsule coréenne.

Le président russe Vladimir Poutine s'est exprimé le 25 avril lors d'un point presse à l'issue de son entretien avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, pour la première rencontre entre les deux dirigeants sur l'île Rousski, près de Vladivostok en Russie.

Dénucléarisation : «restaurer la force du droit international»

La question de la dénucléarisation dans la péninsule coréenne a occupé une place importante dans les discussions.

Le président russe a rappelé sa position sur cette question, à savoir qu'il était favorable, comme les Etats-Unis, à la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne. Il a fait savoir que Kim Jong-un lui-même s'était dit favorable à la dénucléarisation, ajoutant toutefois : «La Corée du Nord a besoin de garanties sur sa sécurité et sa souveraineté.»

Saluant une «discussion intéressante et constructive» avec son homologue, Vladimir Poutine a souligné l'importance de «restaurer la force du droit international» comme clé de la résolution des tensions dans la région.

Auteur: RT France

 

Lors d'un précédent sommet entre Pyongyang et Washington à Hanoï en février, Donald Trump avait déjà expliqué que Kim Jong-un s'était dit prêt «à procéder à une dénucléarisation». Mais le sommet s'était finalement conclu sans accord, le dirigeant américain invoquant les conditions demandées par son interlocuteur : «Nous ne pouvions pas renoncer à toutes les sanctions.»

Lire aussi : Vladivostok : Poutine salue la politique de détente entamée par Kim Jong-un dans la péninsule

 

source

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Russie Corée du Nord
22 avril 2019 1 22 /04 /avril /2019 16:44

Pourquoi y a-t-il «autant de pauvreté» sur un continent aussi riche en ressources naturelles que l’Afrique? L’ancien vice-Premier ministre gabonais Bruno Ben Moubamba, revendiquant «pour les Africains le droit de s’enrichir», a expliqué au micro de Sputnik en marge du Forum économique international de Yalta comment la Russie pourrait y contribuer.

L'ancien vice-Premier ministre gabonais et président du parti Alliance pour le changement et le renouveau, Bruno Ben Moubamba, a évoqué, dans une interview à Sputnik dans le cadre du 5e Forum économique international de Yalta, l'importance du partenariat entre la Russie et les pays africains.

«Si on tient compte de la population essentiellement jeune, si on tient compte des terres agricoles, de l'eau, il ne devrait pas y avoir autant de pauvreté», a déploré l'homme politique gabonais.

Ainsi, M.Moubamba estime que le partenariat avec la Russie, «un pays qui n'a jamais colonisé aucun pays africain», devrait aider l'Afrique à entrer sur la voie du développement.

«Moi, je revendique pour les Africains le droit de s'enrichir, d'avoir de l'argent», a-t-il déclaré en soulignant que la mondialisation «doit intégrer le progrès de l'Afrique».

En parlant de la situation politique au Gabon, Bruno Ben Moubamba a en outre expliqué que renoncer au franc CFA ne serait pas une solution ultime car tout d'abord il est nécessaire de «créer les mécanismes pour régler ce problème».

«Il faut faire circuler l'argent, il faut acter le droit des populations africaines de gagner de l'argent, d'avoir de l'argent dans les poches», a-t-il dit en ajoutant qu'«il faut donc que la France comprenne la nécessité pour les Africains d'avoir des capitaux».

«Je suis venu ici pour demander […] une résolution des Nations unies, peut-être sous le leadership de la Russie, pour que justement il y ait des mesures contraignantes par rapport aux États qui bloquent l'évolution africaine», a-t-il poursuivi.

Bruno Ben Moubamba est notamment d'avis qu'«il faut changer la gouvernance» mais que c'est cependant impossible «si on n'a pas de soutien des grandes puissances, et la Russie fait partie des grandes puissances».

«Je ne vois pas ce qui empêcherait la Russie d'aider le Gabon […]. Et je ne crois pas que les autres puissances s'y opposeraient parce que c'est de la logique pure, il y a les autres, pourquoi pas la Russie?», a conclu l'interlocuteur de Sputnik.

 

source

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Russie Afrique
20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 22:03

Lors de sa rencontre avec des chefs d'entreprises français à Moscou, le président russe a jugé les relations bilatérales satisfaisantes. Il s'est aussi félicité de voir la Russie dépasser la France dans le classement Doing Business.

La Russie poursuit ses efforts visant à éliminer les barrières administratives : c'est ce qu'à expliqué le président russe lors de la rencontre avec des chefs d'entreprises français. Selon lui, ces efforts ont permis à la Russie de dépasser la France dans le classement Doing Business de la Banque mondiale mesurant la facilité à faire des affaires.

«Nous accordons une attention constante à la suppression des obstacles administratifs afin d’assurer une fiscalisation optimale. Grâce à ces efforts, cette année la Russie a pu monter dans le classement de la Banque mondiale [de la facilité à faire des affaires] de quatre positions à la fois et s'est classée 31e. Nous avons dépassé la France [32e selon le classement, ndlr.]», s'est ainsi félicité le président russe.

Le classement Doing Business de la Banque mondiale (institution financière internationale qui accorde des prêts à des pays en développement pour des projets d'investissement) est le 16ème d’une série de rapports annuels mesurant les régulations favorables et défavorables à l’activité commerciale dans 190 économies. Doing Business mesure les réglementations concernant 11 domaines du cycle de vie d’une entreprise.

Dix de ces domaines sont inclus dans le classement de cette année sur la facilité de faire des affaires : création d'entreprise, l'obtention d'un permis de construire, raccordement à l'électricité, transfert de propriété, obtention de prêts, protection des investisseurs minoritaires, paiement des taxes et impôts, commerce transfrontalier, exécution des contrats et règlement de l’insolvabilité.

 

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans RUSSIE
16 avril 2019 2 16 /04 /avril /2019 12:33

Le feu qui a ravagé lundi soir la cathédrale Notre-Dame de Paris a infligé une «douleur dans le cœur des Russes», a déclaré Vladimir Poutine au lendemain du sinistre, exprimant ses condoléances à Emmanuel Macron et au peuple français. Le chef de l’État a également proposé l’aide de spécialistes russes pour la restauration du monument.

Vladimir Poutine a présenté ce mardi matin ses condoléances à Emmanuel Macron et au peuple français suite au violent incendie qui a détruit une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

«Le Président russe Poutine a envoyé un télégramme au Président de la République française Macron pour exprimer ses sympathies personnellement au Président français et à l'ensemble du peuple français suite aux conséquences tragiques de l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris», annonce la présidence russe.

Dans son message, Vladimir Poutine souligne que le feu a provoqué une «douleur dans le cœur des Russes».

«Notre-Dame est un symbole historique de la France, un trésor inestimable de la culture européenne et mondiale, l'un des sanctuaires chrétiens les plus importants. Le malheur qui s'est produit cette nuit à Paris a infligé une douleur dans le cœur des Russes», indique le message.

Le chef de l'État russe a exprimé son espoir de voir la cathédrale reconstruite, tout en proposant d'envoyer en France «les meilleurs spécialistes russes qui possèdent une vaste expérience dans la restauration des sites du patrimoine mondial, dont des édifices du moyen-âge».

Ravagée lundi par un incendie, Notre-Dame de Paris a été défigurée mais ne s'est pas totalement effondrée grâce à l'intervention des pompiers qui sont parvenus à maîtriser les flammes et sauver la structure de l'édifice. Quelque 400 pompiers ont lutté une bonne partie de la nuit contre les flammes, l'un d'entre eux ainsi que deux policiers ont été légèrement blessés.

source

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Notre-Dame Russie
6 mars 2019 3 06 /03 /mars /2019 20:38

Ils sont venus en Russie en 2018 pour suivre le Mondial de football. Ils ont profité du « Fan ID » pour passer la frontière. Un document simplifié, couplé à un billet, qui ne nécessitait pas de visa. Mais après la compétition, de nombreux voyageurs africains sont restés illégalement dans le pays.

 

Selon le ministère de l’Intérieur, près de 12 000 personnes sont restées illégalement en Russie après la fin de ce délai. Elles n’étaient plus que 5 500 en février.

Dans l’appartement qu’il occupe en banlieue de Moscou, Lamin ne conserve que quelques vêtements et une bible, apportée dans ses bagages quand il est arrivé en Russie, comme des milliers d’autres Africains, avec un visa de supporter pour le Mondial de football.

Près de huit mois après la fin de la compétition, le Gambien de 23 ans vit dans deux pièces avec neuf autres personnes, dont le bébé âgé de quelques semaines d’un couple de Congolais, et cherche à éviter l’expulsion. Lamin est arrivé avec un « Fan ID », document dispensant les supporters de visas pour passer la frontière.

Si la plupart de ses détenteurs sont venus pour les matchs, d’autres comptaient rester et trouver du travail. Certains pensaient demander l’asile politique ou de faire de la Russie un tremplin vers l’Europe. Leurs espoirs ont été douchés: le ministère russe de l’Intérieur accentue ses efforts pour expulser ces invités indésirables. […]

francetvinfo

 

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans russie