Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 15:27

 

Selon Nicolas Lerner, le patron de la DGSI, l’activité des services antiterroristes demeure soutenue malgré le contexte de l’épidémie du coronavirus. Neuf enquêtes judiciaires ont été ouvertes depuis le début du confinement.

[…] les services de renseignement – DGSI et renseignement territorial – ont réalisé trois visites domiciliaires chez des « cibles » islamistes entre le premier jour du confinement et le 15 avril. Sur la même période, ils ont demandé le placement de 21 individus radicalisés sous mesures individuelles de surveillance (Micas) […]

Parmi eux, un délinquant multirécidiviste, proche de la mouvance radicale, sorti de prison jeudi après une condamnation pour violation de son contrôle administratif. […]

Des suivis renforcés ont également été instaurés pour les détenus condamnés pour terrorisme et libérés pour fin de peine – six depuis le début du confinement. […]

Source

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans terrorisme
30 avril 2019 2 30 /04 /avril /2019 16:08

Cinq tentatives d’attaques terroristes ont été déjouées depuis le début de l’année 2019. L’arrestation vendredi 26 de quatre individus suspectés de vouloir commettre un attentat contre les forces de l’ordre rappelle que la menace terroriste reste forte en France.

La menace terroriste reste particulièrement élevée en France. Depuis le début de l’année 2019 pas moins de cinq attentats liés à l’islamisme radical ont été déjoués par les services de sécurité. Ainsi, quatre personnes soupçonnées de préparer une attaque pouvant viser les forces de l’ordre « à brève échéance » ont été interpellées vendredi et sont encore en garde à vue ce lundi 29, dans le cadre d’une enquête ouverte pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

[…]

Si cette période est sacrée pour les musulmans du monde entier, les groupes djihadistes considèrent qu’il s’agit d’une période propice au djihad . Déjà en 2015, Abou Mohammed al-Adnani, le porte-parole de l’État islamique à l’époque, diffusait un message expliquant que

« Les meilleurs actes qui vous rapprochent de Dieu résident dans le djihad, alors accourez durant ce mois sacré pour envahir (des territoires) et tomber en martyrs, musulmans et djihadistes partout dans le monde, faites en sorte que le Ramadan soit un mois de malheurs pour les mécréants« . Et d’ajouter: « Celui qui est doué de raison doit prendre soin d’être constamment au djihad pendant le Ramadan car aucune adoration n’équivaut au djihad. Le djihad pendant le Ramadan n’équivaut en rien au djihad dans un autre mois« .

Face à cette menace d’attentats, les forces de l’ordre sont en première ligne. En effet, les dirigeants de l’Etat islamique avaient appelés leurs partisans à s’en prendre spécifiquement aux policiers et aux gendarmes. En 2014, le même Abou Mohammed al-Adnani expliquait déjà:

« Levez-vous, monothéistes, et défendez votre Etat depuis votre lieu de résidence, où qu’il soit (…). Attaquez, tuez les soldats des tyrans, leurs forces de police et de sécurité, leurs services de renseignements et leurs collaborateurs« .

Mi-avril, un adolescent de 16 ans, radicalisé sur Internet, a été arrêté en possession d’éléments troublants à l’occasion d’une "visite domiciliaire". Sur son ordinateur, les enquêteurs avaient retrouvé des "tutoriels détaillant des méthodes d’action terroriste", des vidéos djihadistes et des "recherches sur internet concernant des militaires et la police, notamment la DGSI". […]

 France Soir

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans terrorisme
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 17:44

Un imam affirme en vidéo que la septuagénaire qui a tué un enfant de 7 ans à Bâle est une terroriste. Ses propos suscitent une vive polémique outre-Sarine [NDLR : Sur le Facebook de l’imam, les Albanais soutiennent ses propos anti-Suisses par le biais de commentaires accusant les chrétiens d’attaquer les musulmans. Le journaliste ne le mentionne pas.].

La femme de 75 ans qui a tué un garçon de 7 ans à coups de couteau jeudi 21 mars dernier à Bâle, n’était pas atteinte de maladie mentale, estime l’imam bâlois Ardian Elezi, «sinon elle aurait été dans un service psychiatrique. (…) C’est une terroriste, une criminelle». L’imam a tenu ces propos dans une vidéo tournée il y a quelques jours, lors de la cérémonie de recueillement en mémoire de l’enfant de 7 ans d’origine kosovare violemment poignardé alors qu’il rentrait de l’école, en mars dernier.

Troubles mentaux

De nationalité suisse et âgée de 75 ans, l’assaillante souffrirait de troubles mentaux, selon les enquêteurs, qui ont recouru à un examen psychiatrique. Ce qui remet en cause sa responsabilité pénale. Or pour l’imam Ardian Elezi, cela est «très problématique»: selon lui, la capacité de discernement de la vieille dame ne fait aucun doute.

«La terreur n’a pas de religion, la terreur n’a pas de nationalité, la terreur n’a pas de couleur de peau», déclare Ardian Elezi à son auditoire. «Cette personne est une terroriste», dit-il à propos de la Suissesse de 75 ans. Avant de demander: «Pourquoi est-elle dehors, et pas dans un établissement spécialisé, si elle est dangereuse pour les autres, pour la société?».

La vidéo d’Ardian Elezi est rapidement devenue le théâtre d’insultes et autres commentaires incitant à la haine. Interrogé par la BaslerZeitung, l’imam dit décliner toute responsabilité en la matière.

«Dénigrement primaire»

Pour la spécialiste de l’islam Saïda Keller-Messahli, ces déclarations s’apparentent à un «dénigrement et une représentation primaires». Selon elle, l’imam essayerait de capitaliser sur la mort du petit garçon: «l’instrumentalisation de la tragédie lui permet de donner un air inoffensif à ses opinions radicales», a-t-elle déclaré à nos confrères de 20 Minuten.

De son côté, Farhad Afshar, président de la Coordination des Organisations Islamiques de Suisse (KIOS) estime qu’un acte terroriste présuppose que l’on répande délibérément la peur par l’inhumanité. «Il faudra donc déterminer si la femme supposément instable a véritablement choisi de tuer un enfant au hasard, ou si elle a délibérément voulu tuer un enfant qui avait l’air musulman et étranger», a-t-il déclaré.

Ce n’est pas la première fois que des déclarations publiques d’Ardian Elezi suscitent la polémique. Par le passé, l’imam de 28 ans s’était déjà fait remarquer par des allocutions méprisantes à l’égard des homosexuels et des nageurs en bikini. Il est actuellement sous surveillance accrue des service bâlois de lutte contre la radicalisation.

20min.ch

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans terrorisme
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 22:21

Déroulement

L’auteur des attaques, Radouane Lakdim, est un Marocain naturalisé français en 2004, âgé de 25 ans et demeurant avec sa famille à la cité Ozanam de Carcassonne. Dans la matinée du , à 10 h 13 au parking des Aigles de la Cité à Carcassonne,

il vole une voiture Opel Corsa, tuant le passager, Jean Mazières, 60 ans, un vigneron à la retraite, et blessant très grièvement par un tir dans la tête le conducteur, Renato Silva, un jeune portugais de 25 ans, qu’il jette hors du véhicule. Il dit s’être attaqué à eux car il a pensé qu’ils étaient homosexuels .

Il patiente à proximité de la caserne de Laperrine du 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine(3e RPIMa), dans le but de s’en prendre à des militaires mais, n’en voyant pas, il se rabat sur un groupe de quatre CRS de la compagnie 53 qui terminent leur footing, avenue du Général-Leclerc et rentrent à la caserne. Il tire à six reprises et blesse grièvement l’un d’entre eux, originaire de Marseille et âgé de 43 ans.

À 10 h 38, Lakdim gare l’Opel Corsa qu’il a dérobée sur le parking du supermarché Super U, situé rond-point de l’Europe à Trèbes, à 8 km du lieu du premier meurtre. Seulement 26 secondes après être entré dans le magasin, il tire par deux fois (le premier coup ne part pas) et tue à bout portant le chef boucher âgé de 50 ans Christian Medvès, qui était parti discuter avec une caissière.

Sauf deux, les clients s’enfuient. Hervé Sosna, âgé de 65 ans est lui aussi tué d’une balle à bout portant dans la tête. Une vingtaine de personnes parviennent à s’échapper, d’autres à se cacher dans la chambre froide du supermarché.

Le terroriste lance dans le magasin une grenade, qui n’explosera pas, et se retranche dans la salle des coffres où s’était cachée l’hôtesse d’accueil du magasin, qui se trouve prise en otage Julie V., ancienne ingénieure de 40 ans devenue caissière l’année passée après la perte de son précédent emploi.

Elle parvient à engager un dialogue pour l’apaiser et sur son injonction, elle appelle le commissariat où le terroriste dit être membre de l’EI et exiger la libération de Salah Abdeslam. L’antenne du GIGN installée à Toulouse est alertée à 10 h 56 et demande l’assistance du groupe national dès 10 h 58 et 24 hommes décolleront à 12 h de la base aérienne de Villacoublay.

À 11 h 21, un groupe de gendarmes du PSIG de Carcassonne pénètre dans le magasin en compagnie du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, plus haut gradé sur place. Rapidement et malgré les mises en garde des agents du PSIG qui disposent eux de gilets pare-balle, il se propose comme otage en échange de la libération de l’hôtesse de caisse.

À 11 h 32, l’otage est libérée. Le PSIG évacue les derniers clients restés dans le magasin. Le GIGN de Toulouse est sur place dès 12 h 25 et ils sont rejoints par le RAID et la BRI. Vingt minutes plus tard, Arnaud Beltrame joint le commandant du groupement et répète les revendications de Lakdim.

Arnaud Beltrame apparaît une nouvelle fois comme bouclier humain quand la porte s’ouvre à 13 h 10. À 13 h 30, le terroriste est entendu prier. Plus tard, il exige un chargeur de téléphone portable qui lui est remis. À 14 h 13, un contact est noué sur le téléphone portable du gendarme et un négociateur du GIGN basé en région parisienne.

Lakdim réitère sa demande de libération de Salah Abdeslam, mais le négociateur lui répond qu’il n’en a pas le pouvoir. Une minute plus tard, il signale la présence de la mère de Lakdim. Beltrame crie : « Attaque ! Assaut ! Assaut ! ». Alors que le terroriste est en train de trancher la gorge et de cribler de balles le corps du gendarme, le GIGN ne semble pas comprendre de suite la scène ni interpréter les râles entendus.

L’équipe parisienne n’étant pas encore installée, c’est l’antenne du GIGN de Toulouse qui donne l’assaut à 14 h 24 min 30 s, soit 8 minutes 30 après les cris d’Arnaud Beltrame. Les hommes du GIGN entrent dans la salle des coffres alors que le terroriste, dos à la porte, tente de se relever et crie « allahu akbar » avant d’être abattu. L’assaut est terminé à 14 h 28.

Cinq personnes sont grièvement blessées, dont le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame. Cet acte de bravoure de l’officier est salué par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb. Deux gendarmes du GIGN ont été blessés par le terroriste lors de l’assaut.

Arnaud Beltrame succombe à ses blessures à l’hôpital dans la nuit du 23 au . L’autopsie révèle que les lésions par balles étaient non létales. La mort est due à « une plaie gravissime de la trachée et du larynx par arme blanche ». Outre son pistolet, un couteau de chasse et des engins explosifs artisanaux sont retrouvés dans le supermarché.

Il est annoncé plus tard que le nombre de blessés s’élève à seize. Quelques minutes après l’assaut, l’État islamique revendique, via son organe de propagande Amaq, les trois attaques du « soldat » et visait à travers cet acte les pays membres de la coalition internationale.

Le Système d’alerte et d’information des populations (SAIP) n’a pas émis d’alerte durant cette attaque. En mai 2018, le gouvernement abandonne SAIP pour se reposer sur Google, Facebook et Twitter. Pendant l’attaque de Trèbes, le dispositif de contrôle d’absence de danger Facebook (Facebook Safety Check) a été activé.

Wikipédia


Qui sont les victimes?

● Jean Mazières

Jean Mazières a été la première victime du tueur. Viticulteur à la retraite, il était âgé de 61 ans et résidait dans le petit village de Villedubert. Il a croisé la route de Radouane Bakrim vers 10h15, à Carcassonne, lorsque ce dernier a volé l’Opel Corsa blanche dans laquelle il se trouvait. Jean Mazières a été tué. Quant au conducteur du véhicule, son pronostic vital était toujours engagé samedi soir.

● Christian Medves

Connu de tous à Trèbes, Christian Medves était le chef du rayon boucherie du Super U. Le jeune quinquagénaire, deux fois père et une fois grand-père, est décrit par ses proches dans un article du Parisien comme un homme «qui vivait à 120% et ne faisait jamais rien à moitié», «un bon vivant extrêmement attaché à sa famille et à ses amis», «un cœur énorme, une figure, une belle personne». Il a perdu la vie sous les balles du terroriste.

● Hervé Sosna

À côté du chef boucher, se trouvait un client que le djihadiste a aussi abattu: Hervé Sosna, 65 ans, maçon à la retraite qui se rendait «dans ce magasin deux fois par semaine», a raconté son demi-frère William Durand au quotidien régional La Dépêche du Midi .

Cet habitant de Trèbes «avait de grandes capacités intellectuelles, lisait énormément, surtout des poèmes. Mais comme il n’avait jamais voulu quitter Trèbes, il s’était lancé dans le bâtiment», a témoigné William Durand, qui voyait son frère «tous les jours». «Il n’avait rien demandé et on l’a tué comme ça», s’est-il désolé.

● Arnaud Beltrame

Le nom de ce lieutenant-colonel du groupement de gendarmerie de l’Aude est désormais associé à la formule d’Emmanuel Macron: «tombé en héros». Le militaire de 45 ans a obtenu du terroriste qu’il le prenne en otage à la place de clients et employés du Super U. Blessé par balles par Radouane Lakdim, il a été secouru après l’assaut du GIGN mais a succombé à ses blessures dans la nuit de vendredi à samedi.

Le Figaro

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans terrorisme
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 19:43

Australien Brenton Tarrant, 28 ans, a tué au moins 49 personnes et en a blessé 48 autres après avoir mené une attaque terroriste contre des mosquées en Nouvelle-Zélande. Dans les vidéos qu’il a filmé, on peut voir des inscriptions en blanc sur ses armes.

L’examen des texte révèle une obsession pour les personnages historiques qui ont combattu l’Empire ottoman – la superpuissance islamique de l’époque – et le scandale des abus sexuels de Rotherham.

Ils brossent un tableau troublant d’un esprit torturé, dérangé, derrière l’attentat terroriste le plus meurtrier de Nouvelle-Zélande….

  1. David Soslan – Roi géorgien des XIIe et XIIIe siècles, connu pour son succès militaire dans les guerres contre les pays musulmans voisins.
  2. David IV de Géorgie – Aussi connu sous le nom de David The Builder, il est considéré comme le plus grand dirigeant de l’histoire géorgienne. Il chassa les forces turques du pays lors de la bataille de Didgori en 1121 avant de placer la majeure partie du Caucase sous son contrôle, inaugurant l’âge d’or géorgien.
  3. Dmitry Senyavin – Amiral russe, a mené des campagnes contre les Turcs, y compris la guerre russo-turque (1787-92) et la guerre russo-turque (1806-12).
  4. Serban Cantacuzino – Ancien prince roumain qui avait prévu d’attaquer et saccager Constantinople et de chasser les Ottomans (Turcs) d’Europe.
  5. Marko Miljanov (mal orthographié sur l’arme) – Un général monténégrin qui a mené plusieurs campagnes contre les Ottomans et s’est distingué comme leader influent.
  6. Stefan Lazarević – Prince serbe qui a servi de vassaux aux Ottomans avant de libérer son pays de leur domination et de créer un Etat indépendant.
  7. Edward Codrington – Amiral britannique et plus tard commandant en chef qui a combattu dans les guerres napoléoniennes. Il a également combattu les Turcs et les Égyptiens pendant la guerre d’indépendance grecque, aidant les Grecs à obtenir leur indépendance des Ottomans.
  8. Marco Antonio Bragadin – Officier de la République de Venise, a dirigé la résistance vénitienne lorsque les Turcs ont attaqué Chypre. Il a été tué par le général turc après s’être rendu avec tous les chrétiens restant dans la ville.
  9. Ernst Rüdiger von Starhemberg – Gouverneur militaire de Vienne qui a défendu la ville contre les Ottomans à la bataille de Vienne en 1683. Des références à cette bataille sont gravées à plusieurs endroits sur les armes du tueur.
  1. Pour Rotherham – Une référence au scandale des viols à grande échelle d’enfants de Rotherham, dans lequel un gang d’hommes musulmans pakistanais britanniques a abusé sexuellement de jeunes filles britanniques blanches vulnérables pendant des décennies et a été largement ignoré par la police.
  2. Alexandre Bissonnette – Auteur de la fusillade de la mosquée de Québec en janvier 2017. Six personnes ont été tués et 19 blessés après avoir ouvert le feu à la fin de la prière du vendredi. Bissonnette purge actuellement une peine d’emprisonnement à perpétuité.
  3. Luca Traini – Extrémiste italien qui a tiré sur six migrants africains dans la ville de Macerata en février 2017. Il a été arrêté alors qu’il faisait un salut hitlérien avec un drapeau italien sur les épaules. Il a été condamné à 12 ans de prison et s’est ensuite excusé pour ses actes.
  4. Bataille de Kagul 1770 – La bataille pivot de la guerre russo-turque, 1768-1774, qui a opposé environ 40.000 soldats russes et 75.000 Ottomans. Les Russes ont remporté la victoire, ne perdant qu’environ 1.000 hommes contre 20.000 musulmans.
  5. Bajo Pivljanin – Né sous la domination ottomane, il changea de camp pendant la cinquième guerre vénitienne ottomane (1645-1669) pour combattre ses anciens dirigeants et fut finalement tué au combat. Il était considéré comme l’un des plus grands hajduks – une infanterie paysanne.
  6. Bataille de Bulair, 1913 – La bataille oppose les forces bulgares à une force turque beaucoup plus importante, qui tente de briser le blocus bulgare d’une de leurs forteresses. Les Bulgares ont remporté la victoire, ne perdant que quelques centaines de soldats contre des milliers du côté turc.
  7. Prince Fruzhin – Un noble bulgare qui a lutté contre la conquête ottomane du Second Empire bulgare.
  8. Sebastiano Venier – Doge de Venise qui a combattu les Turcs pendant la quatrième guerre ottomane vénitienne (1570-1573). En tant que membre de la Ligue chrétienne, il a vaincu les Turcs à la bataille de Lépante.
  9. Col Shipka – Référence à la bataille qui a été menée dans le cadre de la guerre russo-ottomane (1877-1878). En août 1877, un groupe de 5 000 Bulgares et de 2 500 Russes a vaincu une armée turque de 40 000 hommes.
  10. Novak Vujosevic – Combattant de la bataille de Fundina pour la Principauté du Monténégro contre les Turcs ottomans. Il tua 28 musulmans et reçut plus tard une récompense de l’empereur russe.
  1. Konstantin II Asen – Constantin II de Bulgarie, un noble bulgare et allié de Stefan Lazarević, qui est mentionné sur une autre arme de Tarrant. Il a mené une rébellion contre les Ottomans qui a duré une demi-décennie mais qui s’est terminée par une défaite.
  2. Horogszegi Szilágyi Mihály – Micheal Szilagyi, général hongrois qui était capitaine de la forteresse de Belgrade quand elle fut assiégée par les Ottomans en 1456. La bataille s’est terminée par une victoire pour les Hongrois.
  3. Bohémond I d’Antioche – A fondé la monarchie normande à Antioche et a dirigé la première croisade ordonnée par le pape Urbain II pour reprendre la Terre Sainte aux forces turques entre 1095 et 1099. Elle a conduit à la reconquête de Jérusalem et à l’établissement du Royaume de Jérusalem.
  4. Gaston IV du Béarn – Un participant de la Première Croisade qui fut le premier à entrer à Jérusalem après que les murs de défense eurent été percés.
  5. Pelayu – Pélage des Asturies, un noble wisigoth qui a fondé le royaume des Asturies. Il est crédité d’avoir commencé la Reconquista qui a duré de 711 à 1491, et a vu les chrétiens reprendre la péninsule ibérique aux Maures.
  6. Charles Martel – Un homme d’État franc qui a vaincu les forces mauresques lors de la bataille de Tours en 732 après J.-C. et est crédité d’avoir mis fin à la dernière invasion arabe de la France.
  7. « 14 » – En référence aux 14 Mots, un slogan suprémaciste blanc dérivé du Mein Kampf d’Hitler.

 

  1. Josué Estébanez – Un néo-nazi espagnol qui a mortellement poignardé Carlos Palomino, un antifasciste de 16 ans, alors qu’il se rendait à Madrid en 2007 pour participer à une manifestation contre l’immigration. Il purge actuellement une peine de 26 ans de prison.
  2. Miloš Obilić – Un chevalier au service du Prince Lazar, mentionné ailleurs sur les armes de Tarrant, qui a combattu les Ottomans pendant l’invasion de l’Empire ottoman. On lui attribue l’assassinat du sultan Murad Ier pendant la bataille de Kosovo, en 1389.
  3. Sigismond de Luxembourg – Noble européen devenu empereur romain, il a mené la croisade de Nicopolis contre les Ottomans en 1396. La campagne a été un désastre et s’est terminée par une défaite, avec l’effondrement du Second Empire bulgare.
  4. Feliks Kazimierz Potocki – Un noble polonais et chef militaire connu pour avoir mené de nombreuses campagnes contre les Turcs et les Tatars, notamment pendant la Grande Guerre turque. En 1698, il vainquit une force de 14 000 Tatars avec 6 000 hommes à la bataille de Podhajce.
  5. Iosif Gurko – Maréchal de campagne russe qui a combattu les Turcs dans le cadre de la guerre russo-turque (1877-1878). Il a dirigé les troupes à la bataille du col de Shipka, qui est mentionné ailleurs sur les armes de Tarrant.
  6. Vienne 1683 – Une référence à la bataille de Vienne qui a marqué la première fois que le Saint Empire romain a coopéré militairement contre les Ottomans. Ils ont été victorieux, marquant le début de la fin des conquêtes ottomanes en Europe.
  7. Acre 1189 – Une référence au siège d’Acre qui a duré de 1189 à 1191, et a opposé le roi Guy de Jérusalem au souverain ottoman Saladin, qui tentait de reprendre la Terre Sainte aux croisés. Elle s’est terminée par la victoire du roi Guy et faisait partie de la Troisième Croisade.
  1. Voici votre contrat de migration ! – Une référence au Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière proposé par l’ONU après l’arrivée en Europe de millions de migrants du Moyen-Orient en 2016. Il engage notamment les signataires à lutter contre la discrimination à l’égard des migrants.
  2. John Hunyadi – Figure militaire hongroise de premier plan du XVe siècle, il était chargé de protéger les régions frontalières du sud du pays contre les attaques des Ottomans.
  3. « 14 Words » – Une référence à un slogan suprémaciste blanc dérivé du Mein Kampf d’Hitler. Le chiffre ’14’ apparaît à plusieurs endroits sur les armes de Tarrant.
  4. Tours 732 – Une référence à la bataille de Tours en 732 qui mit fin à la dernière invasion arabe de la France. Il a été gagné par Charles Mantel, qui est mentionné ailleurs sur les armes de Tarrant.
  5. Turkofagos – Une phrase qui signifie « mangeur de turc » en grec, c’était le surnom de Nikitas Stamatelopoulos, un révolutionnaire dans la guerre d’indépendance grecque qui a été menée contre les Ottomans entre 1784-1849.
  6.  
  1. Kolovrat – swastika des nazis slave. Sue le gilet pare-balles, le symbole, qui a vu le jour dans les anciennes cultures scandinave et celtique, a été adopté par les nazis puis les néo-nazis comme symbole d’une race blanche pure.
  2. Porte-clefs – A gauche, la version suprématiste blanche de la croix celtique, qui est l’un des symboles des suprématistes blancs les plus couramment utilisés. L’autre, à droite, est un autre dessin du Kolovrat.
  3. Sebastiano Venier – Doge de Venise qui a combattu les Turcs pendant la quatrième guerre ottomane vénitienne. Il est mentionné sur une autre arme de Tarrant.
  4. Marcantonio Colonna – Un aristocrate italien qui fut amiral de la flotte papale à la bataille de Lepante, en 1571. La bataille a vu une flotte de la Sainte Ligue – une alliance de nations chrétiennes – infliger une défaite majeure aux Ottomans.
Image tirée d’une vidéo diffusée sur les médias sociaux, apparemment prise par un homme armé et affichée en ligne en direct pendant que l’attaque se déroulait. L’homme entre dans une mosquée à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le 15 mars 2019.Dans les premières minutes de la vidéo, le tueur dit : « Souvenez-vous les gars, abonnez-vous à Pewdiepie », une chaîne YouTube suédoise populaire spécialisée dans les insultes raciales et les commentaires antisémites sur sa chaîne.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans terrorisme
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 14:06

Cet article est reposté depuis RP Defense.

Repost0