Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : PRESSE INTERNATIONALE
  • PRESSE INTERNATIONALE
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

29 janvier 2017 01:15

Le réseau autoroutier français a besoin de quelques aménagements et quelques rénovations qui, bien évidemment, coûtent cher.
L’État et les concessionnaires des autoroutes ont trouvé un accord : les travaux seront financés à parts inégales entre les collectivités locales et les entreprises de gestion.
Ces dernières, toutefois, financeront la somme en augmentant les tarifs des péages.

Un accord d’un montant inférieur que prévu

Jeudi 26 janvier 2017 l’accord a été signé entre Alain Vidalies, secrétaire d’État chargé des Transports, et les concessionnaires des autoroutes de France. Un accord d’un montant inférieur d’un cinquième par rapport à celui qu’avait annoncé et qu’espérait l’État : au lieu d’un investissement d’un milliard d’euros ce ne seront finalement que 800 millions d’euros qui seront débloqués pour les quelques 32 chantiers prévus sur le réseau autoroutier de France.

Sans surprise, les travaux ne seront pas intégralement financés par les entreprises qui gèrent le réseau, au contraire : les collectivités locales sur lesquelles les travaux seront réalisés financeront « plus de 50 % en moyenne » du montant. Le reste sera à charge des gestionnaires. Mais l’argent des collectivités locales venant des impôts des Français, au final, ce sont eux qui payent.

On pourrait penser que le reste sera donc à charge des gestionnaires des autoroutes mais… ce n’est pas le cas.

De nouvelles hausses des tarifs des péages pour financer les travaux

Alors que les concessions autoroutières ont été au centre d’un scandale car qualifiées de « rentes » pour les sociétés qui les ont, l’État a négocié avec ces dernières, dans le cadre de ce vaste plan de travaux, des hausses des tarifs des péages. Des hausses légères mais des hausses quand même : entre 0,1 % et 0,4 % par an entre 2019 et 2021.

Grâce à ces hausses, les concessionnaires vont pouvoir financer le reste du montant des travaux qui est à leur charge. Puis, une fois 2021 passé, les sommes perçues resteront dans leur poche car il n’y aura pas de baisse.

Ces nouvelles hausses, de plus, s’ajoutent à celles déjà prévues dans le cadre du rattrapage du gel des tarifs autoroutiers de 2015 : les concessionnaires avaient obtenu une hausse des tarifs de 0,25 % par an entre 2019 et 2023.

Entre les impôts et les péages, ce seront donc bien les automobilistes qui paieront l’ensemble des travaux du réseau.

source

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS