Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : PRESSE INTERNATIONALE
  • PRESSE INTERNATIONALE
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

27 février 2017 12:13

C'est la première victime de l'accord, passé jeudi 23 février, entre Benoît Hamon et Yannick Jadot. Nawel Oumer, candidate investie par le PS en décembre dans la 6e circonscription de Paris, va devoir céder la place à Cécile Duflot. Une décision prise au nom du "rassemblement", mais qui a du mal à passer chez les socialistes parisiens.

Sur la quarantaine de circonscriptions attribuées aux Verts dans l’accord, une seule a été particulièrement difficile à négocier : celle de Cécile Duflot.
L'ancienne ministre du Logement sera à nouveau candidate sous la bannière Verts-PS pour les législatives de juin 2017, dans la circonscription où elle a été élue en 2012.
Une investiture décidée contre la volonté de la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui n'a jamais accepté le parachutage, il y a cinq ans, de l'ancienne patronne des Verts.
Et en dépit du vote des militants socialistes, qui, en décembre, ont investi une candidate : Nawel Oumer, avocate de profession et conseillère de Paris.

La candidate socialiste "sereine et déterminée"

A l'époque, il semblait hors de question, côté PS comme côté EELV, de s’allier pour les législatives. Mais ça, c'était avant la victoire de Benoît Hamon le 29 janvier à la primaire de la gauche. Le soir même de sa désignation, il tend la main à Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot.

Presque quatre semaines plus tard, il scelle un accord avec EELV, qui lui permet de se revendiquer comme le candidat de l'écologie. Et qui réinvestit Cécile Duflot dans un fauteuil : celui de la 6e circonscription de Paris, à cheval entre le 11e et le 20e arrondissement, considérée comme une des meilleures pour la gauche.

source

 

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS