Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

28 septembre 2017 19:42

Le mariage industriel franco-allemand entre Alstom et Siemens, annoncé le 26 septembre, provoque peu de remous outre-Rhin mais fait fortement grincer des dents en France : politiques et syndicats déplorent une perte pour l'industrie hexagonale.

Alors que l'annonce de la fusion entre le constructeur ferroviaire Alstom et la branche ferroviaire du groupe allemand Siemens reçoit un accueil plutôt favorable en Allemagne, elle suscite des réactions pour le moins mitigées en France.

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a beau assurer au micro de BFMTV le 28 septembre que le gouvernement a «les moyens d'exercer la pression nécessaire» pour que Siemens tienne ses engagement sur l'emploi, les opposants à la fusion, de droite comme de gauche, n'ont que des mots durs pour qualifier ce rapprochement industriel.

...

La France vendue à l'encan ?

Concrètement, la fusion annoncée le 26 septembre se traduira par une prise de contrôle de la société française par le groupe allemand, qui sera majoritaire au conseil d'administration. C'est ce point tout particulièrement qui fait froncer les sourcils dans la sphère politique française.

En marge d'une conférence de presse, Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains (LR), a regretté les récentes fusions industrielles françaises : «STX aux Italiens, Alstom aux Allemands, passent aux mains étrangères ! Emmanuel Macron avait pourtant dit qu'il n'y avait pas de grand pays sans grandes industries.» Il faisait ainsi référence à la reprises des chantiers navals STX basés à Saint-Nazaire par l'italien Fincantieri.

«La France industrielle bradée», pour Woerth

Eric Woerth, président de la commission des finances, s'est également «étonné», estimant que contrairement à STX, dans le cas de la fusion d'Alstom, «la France industrielle» était «bradée».

 

source

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS