Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : PRESSE INTERNATIONALE
  • PRESSE INTERNATIONALE
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

1 septembre 2017 18:24

La polémique entourant les films « Les Proies » et « Detroit » sur la question raciale illustre le risque d’aller vers une police de la pensée, souligne Michel Guerrin, rédacteur en chef au « Monde ».

On n’a pas vu venir la polémique autour du film Les Proies, de Sofia Coppola. Elle était introuvable quand le film a obtenu le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes, en mai. Même chose lors de sa sortie en France, le 23 août.

C’est aux Etats-Unis que ça s’est joué. Autour d’une question : Coppola est-elle raciste ? Oui, raciste. Les Proies, c’est l’histoire d’un soldat nordiste blessé pendant la guerre de Sécession, qui est soigné par sept femmes d’un pensionnat situé dans une plantation de coton du Sud.

Du roman de Thomas Cullinan, paru en 1966, Don Siegel avait tiré un film, en 1971, privilégiant le point de vue du soldat (Clint Eastwood). Coppola, elle, met en avant celui des femmes – leurs émois sensuels et leurs rivalités.

Aux Etats-Unis, certains ont noté que la cinéaste a gommé du roman deux personnages de femmes noires – dont celui joué par Kirsten Dunst. D’où l’accusation de whitewashing (« laver blanc »), aboutissant à rayer la question raciale. La salve la plus virulente est venue en juin de l’écrivaine noire Seren Sensei sur le site Medium. Qui écrit ceci. Pour Coppola, « la blancheur n’est pas une race mais est invisible, elle est la norme, le standard », elle est supérieure aux autres couleurs. Cette posture induit que les Noires sont uniquement déterminées par la race, et non le genre, alors que les deux notions sont liées.

Et Seren Sensei d’interpeller violemment la cinéaste : «Dis que tu voulais créer un fantasme raciste et suprémaciste blanc, Sofia Coppola, et vas-y. C’est comme ça que tu t’en tiendras à ce que tu connais.» Pour l’écrivaine, la cinéaste refuse de voir la réalité du pays au profit de ses obsessions de petite bourgeoise blanche privilégiée, qui, dans ses films, «blanchit ses personnages à la chaux ». […]

Le Monde

VIA http://www.fdesouche.com/880517-ecrivain-noir-accuse-sofia-coppola-de-blanchir-personnages-a-chaux

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS