Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

29 octobre 2017 20:05

Société. Pour la première fois, les quelque 571 bidonvilles en France ne pourront pas être évacués pendant toute la durée de la trêve hivernale. Mais les expulsions s'accélèrent avant le 1er novembre.

La trêve hivernale est imminente. Comme chaque année à compter du 1er novembre, les locataires ne pourront pas être expulsés de leur logement même si une mesure a été prononcée. Mais pour la première fois, cette directive s’appliquera également aux bidonvilles. Comme le rappelle RTL, les quelque 571 camps de fortune, qui abritent près de 16.000 personnes en France, ne pourront pas être démantelés et évacués jusqu'à la fin du mois de mars.

Pression des gendarmes et de la police

Mais les autorités n’ont pas dit leur dernier mot et comptent bien optimiser les prochaines 48 heures pour accélérer les expulsions. Exemple dans le village de Vauhallan, dans l'Essonne, où 40 familles sont entassées dans des caravanes ou baraques en bois. “Les gendarmes, la police...

Ils peuvent faire pression en disant que s'ils partent le jour même de l'expulsion, ils ne pourront pas récupérer leurs affaires, explique à RTL Nicolaé Oïta, pédagogue social à l'association Intermèdes Robinson. 

Vous imaginez bien que les familles, tout ce qu'elles ont, se trouve dans ces baraques.” La priorité de ces familles est donc de récupérer la tôle, les bâches et les planches dans l’espoir de trouver un nouveau campement. La trêve hivernale prendra fin le 31 mars 2018.

 

SOURCE

 

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS