Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

22 novembre 2017 13:28

C’est Le Figaro du 20 novembre qui nous la dévoile par un article de Jean-Marie Leclerc d’abord intitulé : « Nice s’érige en verrou de la frontière sud », titre anodin par rapport à un contenu explosif.

... « La police fait face à une seconde vague migratoire venue de Tunisie et d’Algérie qui inclut nombre de repris de justice ».

La lecture de l’article donne plusieurs raisons pour tomber de sa chaise : flottilles de petits bateaux indétectables par les radars et chargés de délinquants relâchés des prisons surpeuplées du Maghreb, débarquements clandestins d’islamistes qui, à la différence des subsahariens, ne se laissent pas relever les empreintes et refusent l’aide des bénévoles de la Croix-Rouge pour ne pas se faire détecter. Tout ça en aggravation de l’interminable et ridicule partie de ping-pong entre policiers français et policiers italiens qui se renvoient les migrants de Menton à Vintimille et de Vintimille à Menton.

« La solution ne saurait être seulement policière »

Il faut reconnaître que le président de la République et le ministre de l’Intérieur ont posé des actes forts contre les islamistes : le premier a lâché des ballons multicolores dans le ciel de Paris le 13 novembre, le second allume des bougies à sa fenêtre. Il faut reconnaître aussi qu’ils « se tiennent au courant heure par heure de la situation ».

Mais se tenir au courant d’une situation n’est pas intervenir. Alors, M. Macron l’autoritaire et M. Collomb tolérance-zéro-comme-à-New-York, on se décide, on fait quelque chose ?Un attentat gravissime, une voiture piégée devant les vitrines de Noël sur les Grands Boulevards, un ou plusieurs des malfaiteurs ayant transité ces jours-ci par une plage de Sardaigne ou de Sicile, et c’en est fini de vos carrières...

L’article très détaillé de Jean-Marie Leclerc se termine par une phrase sidérante : « une chose est sûre, la solution ne saurait être seulement policière ». Et l’auteur s’arrête, terrifié à la pensée du lynchage médiatique qui s’abattrait sur lui s’il allait au bout de sa pensée...

Les plus courageux des faiseurs d’opinion nous disent : oui, il faut arrêter ce déferlement incontrôlé, et la meilleure manière d’y parvenir, c’est de développer l’Afrique. Voilà une idée parfaitement colonialiste et raciste puisqu’elle suppose que les Africains sont incapables de résoudre leurs problèmes eux-mêmes.
Certes ils doivent lutter contre deux calamités gigantesques qui appauvrissent leur continent et l’empêchent d’avancer : l’hypernatalité et l’hypercorruption. Le président Macron lui-même, qui n’est pas aveuglé par les œillères idéologiques de son prédécesseur, a déclaré que 8,2 enfants par femme, c’était beaucoup trop pour permettre le développement.

La Méditerranée oui, le Mali non

Quant à l’hypercorruption, l’exemple du Mali n’incline pas à l’optimisme. On se souvient peut-être des « châteaux de la sécheresse », ces splendides demeures construites à Bamako dans les années 1970 avec les dons destinés à secourir les victimes des violentes sécheresses qui avaient affamé le Sahel.
Voilà que Le Monde, oui Le Monde, le journal phare de la pensée correcte, a publié le 17 novembre un article consternant de Christophe Ayad qui a pour titre « Le Mali est notre Afghanistan ». Article consternant, non par les qualités d’analyse de ce journaliste mais par ce qu’il révèle. Et on se demande comment ces révélations ont bien pu passer sous les radars du rédacteur en chef.

D’abord, la présence de l’armée française « accélère la corruption, l’irresponsabilité des élites et les manipulations de la classe politique ». Ensuite, l’armée française, comme l’armée américaine en Afghanistan, unifie et mobilise contre elle ceux qu’elle était venue combattre, elle construit sans le vouloir la rébellion au lieu de la détruire.
Enfin le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta a « détourné l’argent prévu pour la reconstruction de cette région sinistrée (le nord sahélien du pays), et il n’a rien fait pour reconstruire l’armée malienne »...

Si l’on attend le développement de l’Afrique pour arrêter les navigations clandestines en Méditerranée, l’Europe sera depuis longtemps dans les fers de régimes dictatoriaux impitoyables, ou dans les feux des guerres civiles, ou les deux à la fois.

lire la suite

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS