Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

7 novembre 2017 13:33

En 2016, la France a battu la Finlande en devenant ainsi championne d’Europe des dépenses publiques, soit 56,2% du PIB selon les données d’Eurostat.

Et encore elles avaient diminué puisqu’en 2014, elles se trouvaient à 57,1% du PIB, contre 56,7% en 2015 !

Si l’on compare la France avec quelques pays européens, l’Italie est à 47,1%, l’Allemagne à 44,3% et le Royaume-Uni à 42,1%. Quand la France se situe à 56,2% du PIB, la moyenne des pays européens est à 47,7%, ce qui représente 396 Mds d’euros de plus ! 

Comment être compétitif avec cette forte différence ! Mais ce titre n’est pas le seul, nous sommes devenus également le leader mondial des dépenses publiques des économies développées. Beau palmarès dont on se serait bien passé !

Pourquoi ?

Plusieurs facteurs se conjuguent.

- Un « modèle social » très coûteux à financer.
- Un endettement public très important.
- Des recettes publiques élevées.
- Un déficit toujours au-delà des 3%.

Le modèle social

Le niveau des dépenses publiques, historiquement élevé s’explique par la spécificité de son modèle social qui propose une panoplie importante de services publics, d’aides en tout genre qui sont très coûteux à financer. En 2016 la seule protection sociale se montait à 33,8% du PIB, soit 751 Mds d’euros.

L’endettement public

Notre classement n’est guère meilleur. Nous sommes un des mauvais d’élèves de l’Europe au niveau de l’endettement public. Celui-ci a atteint 96,3% du PIB en 2016, alors que la moyenne de la zone euro se situe à 83,5%. La France diminue le niveau de son endettement beaucoup plus faiblement que les autres, pénalisée par une croissance plus faible. Heureusement que les taux d’intérêts sont restés à un niveau très bas encore jamais vus !

Les recettes publiques

En ce qui concerne les recettes publiques, nous ne sommes pas le leader, mais le deuxième après la Finlande avec 52,8% du PIB. Triste record qui malgré ce niveau élevé ne permet pas de trouver l’équilibre des comptes, mais pénalise la consommation, les investissements et donc la croissance !

Le déficit public

Le montant du déficit est vite réalisé : Dette moins recette : 56,2 moins 52,8 égal 3,4% du PIB. Un niveau plus lourd que prévu, lié en premier à une croissance faible de 1,1%, loin des 1,5% espérés à l’origine par le gouvernement Hollande ! Les exportations y ont, entre autres, été pour beaucoup avec un taux de croissance le plus faible depuis la crise de 2009.

Comparaison PIB – Dette publique en France

Comment faire baisser la dépense publique sans la « compresser » ?

C’est simple, il suffit d’augmenter le PIB. Plus le PIB augmente, plus les dépenses baissent en pourcentage. Quel niveau de PIB faudrait-il pour se situer au niveau européen de 47,7% ? Soit 15.3 points à trouver ! Une simple règle de trois permet de trouver le chiffre de 2619 Milliards. Soit 2223 Mds de PIB (2016) multiplié par 56,2 divisé 47,7.

Pour atteindre le niveau européen, il faudrait donc une augmentation de 17,8% de PIB. Le PIB étant très proportionnel aux heures travaillées, passer de 35 à 40 heures permettrait une hausse de 14,3%. Il manquerait encore 3,5%. Où les trouver ? En augmentant la durée d’activité, par exemple passer le départ en retraite de 62 à 63 ans. Sachant qu’une année de plus travaillée à cet âge rapporte 60 Mds de plus dans l’économie, soit environ plus de 3% de PIB. Donc pour arriver à la moyenne européenne de dépenses publiques, il suffirait de passer à 40 heures de travail par semaine et d’augmenter d’une année la durée d’activité, 62 à 63 ans de départ en retraite.

Pour arriver à n’être plus en déficit et presque sans chômage, il faudrait que chaque salarié travaille 11.500 heures de plus sur sa durée de vie. Soit 40 heures/semaine et 65 ans de départ en retraite.

Ce qui n’est pas énorme par rapport aux horaires moyens qui étaient en vigueur au début des années 1980. Environ 280 heures de plus travaillées sur une année ! C'est-à-dire 45 H et 65 ans. NOTA : Pour information, les plus hauts taux d’augmentation de PIB se sont situés en 1950 +8,6%, en 1976 + 4,3%, en 2000 +2,9%, au regard de nos 1,1% en 2016 !

www.livres-daniel-moinier.com

via http://www.economiematin.fr/news-pour-diminuer-la-depense-publique-il-suffit-d-augmenter-le-pib

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS