Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

6 novembre 2017 1 06 /11 /novembre /2017 12:18

Au centre pénitentiaire de Rennes-Vezin, certains détenus invités par l’association FACE à passer les tests et intégrer une formation d’annonceur sentinelle « sont suivis au titre de la radicalisation ».

Dans le cadre du dispositif destiné à favoriser l’insertion des détenus, l’administration pénitentiaire organise des forums pour l’emploi. Très bonne idée.

Or il se trouve – simple hasard ? – que la formation d’annonceur sentinelle « semble assez prisée des détenus pour quatre raisons : une formation rapide, un salaire élevé, la garantie de trouver un emploi rapidement et surtout, précise la note, il n’est pas nécessaire d’avoir un B1 [Le bulletin n° 1 est un type d’extrait de casier judiciaire qui inclut l’ensemble des condamnations et décisions portées au casier judiciaire. Ndlr] vierge.

A Rennes, FACE propose une formation intensive et gratuite de 140 heures. Chaque promotion compte 12 personnes que la fondation adresse ensuite aux entreprises qui recrutent. Ces entreprises ne demandant pas [d’extraits de casier judiciaire], FACE n’en demande pas non plus. Résultat : chaque session comporte au moins une personne qui est passée ou qui est encore en détention. »

«En raison d’une incitation récente de la propagande djihadiste à planifier un déraillement de train, une attention particulière doit être accordée à toute remontée d’information relative à une intrusion ou une tentative de sabotage dans les entreprises dédiées à la circulation des trains» : cet avertissement est extrait d’une note confidentielle de 7 pages rédigée début septembre par la Direction générale de la Police nationale.

Conclusion de l’auteur de ce document : « Le fait que certains détenus suivis au titre de la radicalisation, que ce soit au niveau local par l’établissement pénitentiaire, au niveau interrégional par la cellule interrégionale du renseignement pénitentiaire (CIRP) ou encore par la DGSI, se voient proposer et autoriser à suivre une formation et donc accéder facilement à un emploi dans le domaine de la sécurité ferroviaire sans aucune vérification de leur passé judiciaire et leur éventuelle inscription au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) interroge…

Breizh-info

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS