Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

4 décembre 2017 12:39

Gabrielle Bouchard est la nouvelle présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ). Mais qui donc est cet homme devenu femme à l’âge adulte ?.

Bien sûr, les médias sont à quelques exceptions près devenus muets lorsqu’il s’agit d’interroger Gabrielle Bouchard sur son parcours.

Comment peut-elle parler au nom de toutes les femmes, elle qui a été formée dans la culture masculine, ignorant les expériences vécues par les femmes depuis l’enfance ? 

Nous sommes tous prisonniers d’une terrible rectitude politique puisqu’elle nous interdit d’exprimer quelque doute sur le bien fondé de pareille réalité. Car le risque est grand alors d’être honni et menacé sur les réseaux sociaux.
Aucun débat ne peut donc se dérouler sur ce qu’il faut bien nommer une offensive des transgenres à faire éclater la réalité des deux sexes pour imposer une vision ahurissante où il n’existerait plus ni homme ni femme.

Auto-identification

D’ailleurs, au cours des auditions publiques sur le changement de nom pour les transgenres tenues le 15 avril 2015 à la commission des institutions de l’Assemblée nationale, Gabrielle Bouchard est intervenue sur le sujet. « Ce serait le fun d’abolir les sexes, mais ça n’est pas quelque chose qui va arriver ».

En fait, Gabrielle Bouchard croit à l’auto-identification, c’est-à-dire l’idée que le genre est défini non plus par la société, mais par ceux qui le ressentent.
Durant cette commission, Gabrielle Bouchard a abordé aussi le cas de transgenres qui vont accoucher, puisque certaines femmes devenues hommes gardent leur utérus.
Voici le propos de Gabrielle Bouchard sur l’avenir de la conception de l’enfant. « Y a des gars qui vont accoucher. Donc, de dire “mère” pour automatiquement signifier que c’est la personne qui a accouché d’un enfant, déjà là, ça aussi, c’est un pas qu’on doit aussi déconstruire parce qu’il y a des pères qui vont accoucher. D’appeler ça une maternité, c’est le genrer (sic) ».
Pour parler clairement, Gabrielle Bouchard souhaite que les mots « mère » et « maternité » disparaissent du vocabulaire. « Peut-être que, bien, ce parent-là, qui se trouve la personne qui va accoucher, bien, il va peut-être avoir une barbe, là, ou peut-être avoir une grosse voix. »

Éradication

La nouvelle présidente a, à l’évidence, des difficultés à s’exprimer correctement. Désormais, elle parle au nom des femmes du Québec. Sachons qu’elle veut éradiquer les mots les plus chargés d’émotion dans toutes les langues, à savoir « mère » et « maternité ».
(…)

Le Journal de Montréal

source

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS