Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

28 décembre 2017 4 28 /12 /décembre /2017 18:33

Contrairement à ce qu’on lit régulièrement dans la presse, l’Insee recueille des données de type ethnique – pays et nationalité de naissance des parents – comme le font maintenant de nombreux pays européens, certains depuis déjà assez longtemps.

L’Insee s’y est mis dans les années 2000, de manière régulière avec l’enquête Emploi depuis 2005 et l’enquête Logement depuis 2006. Mais ces enquêtes ne couvrent pas tous les âges.

L’enquête Emploi, par exemple, interroge des personnes âgées d’au moins 15 ans dans les ménages ordinaires (c’est-à-dire hors logements collectifs), tout en collectant des informations sur les enfants d’une qualité jugée insuffisante par l’Insee qui préfère compléter les données de l’enquête Emploi par celles des enquêtes annuelles de recensement pour les moins de 15 ans encore au foyer des parents. (…

Justement, l’Insee vient de sortir un Insee-Première intitulé Être né en France d’un parent immigré, Une population diverse reflétant l’histoire des flux migratoires. Ce quatre pages présente la situation en 2015 : 7,3 millions auraient au moins un parent immigré (11 %). (…)

Si l’on ajoute les deux générations (immigrés et enfants d’immigés), cela donne un total de 13,5 millions, soit 20,4 % de la population.

On a donc un peu plus d’un habitant sur cinq d’origine étrangère sur deux générations en 2015. On aimerait, ce qui n’est pas bien difficile à faire, que l’Insee donne la même information sur la France métropolitaine, pour laquelle j’ai fait trois estimations plus anciennes (1986, 1999, 2011), ce qui permettrait de donner une idée de l’évolution.

Si l’on ramène les chiffres de l’Insee à la France métropolitaine, on a, à peu près, 13,2 millions de personnes d’origine étrangère sur deux générations (soit 20,5 %), à comparer à 12,1 millions quatre ans plus tôt et 9,8 millions en 1999, soit 19,2 % en 2011 et 16,8 % en 1999.
 La population d’origine étrangère sur deux générations aurait donc augmenté de 9 % entre 2011 et 2015, contre 2,6 ‰ seulement pour les natifs au carré. (…)

 Mais il n’en va pas de même après (1999-2015), période pendant laquelle ce taux d’accroissement moyen annuel a été légèrement supérieur à celui des Trente Glorieuses : 1,5 % contre 1,3 % entre 1946 et 1962 et 1,4 % entre 1962 et 1975.
La population d’origine subsaharienne est celle qui croit le plus rapidement. En quatre ans (2015-2011), sur deux générations (immigrés, enfants d’immigré(s)) elle aurait ainsi augmenté de 43 %.
Elle est extrêmement jeune. 80 % des enfants d’immigrés subsahariens ont moins de 25 ans en 2015.  (…)
L’Insee fait quelques distinctions par origine, mais pas toujours. Selon ce qui est étudié, la composition par origine s’éloigne beaucoup de celle de l’ensemble des descendants directs d’immigré(s). Il en va ainsi des unions formées par les descendants d’immigrés de 25 ans ou plus, informations recueillies dans les ménages de l’enquête Emploi. Deux tiers d’entre eux vivent avec un conjoint natif au carré nous dit l’Insee.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/revolution-silencieuse-insee-france-recueille-desormais-donnees-type-ethnique-et-voila-qu-elles-apprennent-immigration-3265344.html#iWyGS5frssr8UuCm.99
 

 

 

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS