Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

17 décembre 2019 17:59

Des agents de la régie de transports parisiens, en grève, ne se cachent pas d’être chauffeurs privés le soir.

L’histoire est racontée par Sophie de Menthon sur le site de Challenges.

Jeudi 12 décembre, alors que le mouvement de grève contre la réforme des retraites a commencé depuis une semaine, la présidente du mouvement patronal ETHIC et figure des Grandes gueules, raconte un épisode avec son chauffeur Uber.

Un voyage qu’elle a effectué le 4 décembre, veille de la première grande mobilisation. Elle raconte comment son chauffeur pratique le soir son second métier : chauffeur. Mais surtout qu’il est agent à la RATP et futur gréviste. « Comment allez-vous faire demain, cela va être terrible avec la grève, impossible de circuler ? », lui demande-t-elle curieuse.

Son chauffeur, honnête avoue : « Non, non, c'est des bons jours pour nous ! Ça paie mieux, et puis moi je travaille le soir parce que ‘j’ai deux métiers. » À son grand étonnement, elle lui demande alors ce qu’il fait, ce à quoi il répond qu’il est « agent à la RATP ». « Vous faites grève demain ? », réplique Sophie de Menthon. Réponse laconique : « Bien sûr ! Ça peut doubler le tarif, c'est des bonnes journées », dit-il expliquant que beaucoup faisaient ça.

Un double métier est-il légal ?

Mais travailler pour deux employeurs est-il permis ? C’est ce que s’est évertuée de découvrir la patronne, après avoir posté son message sur Twitter. Accusée de mensonge ou de généralisation, certains lui ont même demandé de devenir « délatrice » parce qu’ils voulaient « retrouver » le chauffeur.

Avec le service Checknews de Libération, elle entame alors une procédure de vérification. En théorie, être fonctionnaire et entrepreneur est interdit en vertu de la loi du 13 juillet 1983. Cependant, « un emploi non complet et inférieur ou égal à 70% de la durée légale de travail, avec autorisation hiérarchique » pourrait lui permettre de travailler. Selon le syndicat des Chauffeurs Privés VTC, il existe « des chauffeurs RATP avec l’équivalence du permis VTC ».

À la RATP on tempère, estimant que selon le règlement interne, « il est interdit à tout agent, sous peine de mesures disciplinaires, d’exercer à titre professionnel une activité privée lucrative ».

Mais pied de nez, selon Sophie de Menthon, Uber et la RATP ont décidé de collaborer ensemble récemment afin « d’expérimenter les passerelles entre les activités de chauffeur VTC et de livreurs indépendants et les métiers du Groupe RATP ».

En somme, des ponts seraient créés entre les métiers des deux entreprises pour inciter à la mobilité professionnelle des travailleurs indépendants. Peut-on s’attendre alors à des sanctions ?

source

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS