Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

28 mai 2020 21:54

Le Livret A et l’assurance-vie sont les deux principaux placements financiers des Français. Depuis le début de la crise sanitaire ils ont connu une évolution très particulière. Le Livret A ne cesse de se garnir alors qu’au contraire l’assurance-vie se vide rapidement.

Le grand plongeon de l’assurance-vie

Le climat économique actuel a poussé les Français à très fortement piocher dans leur assurance-vie. En avril, les détenteurs de contrats d’assurances-vie ont puisé 2,1 milliards d’euros dans leurs cagnottes, et 2,2 milliards en mars il s’agit des plus forts mouvements de décollecte depuis 2011. Pour le moment en 2020 les Français ont retiré 1,9 milliards de plus qu’ils n’en ont déposé dans leurs assurances-vie.

Les Français retirent plus mais déposent aussi moins sur leurs assurances-vie. Au mois d’avril 2020, les dépôts ont chuté à 6,4 milliards d’euros. Une chute qui s’explique par le ralentissement de l’activité économique. 

Une montée en flèche du livret A

Alors que l’assurance-vie chute, le livret s’élève et enregistre des taux de dépôt record. Si les collectes ont été très fortes au mois d’avril avec près de 5,5 milliards d’euros contre 2,71 milliards en mars les Français se sont montrés économes et ont fortement épargné. En effet, au mois d’avril les livrets A ont enregistré un total des sommes déposées de 428,2 milliards d’euros, soit près du triple qu’en avril 2019. 

Une hausse qui s’explique par le confinement et le fort ralentissement de l’activité économique qui ont mené les Français à épargner. Éric Lombard, directeur général de la Caisse des dépôts explique : «  Aujourd'hui, nous estimons l'épargne des Français à 40% de leurs revenus » une situation qui n’améliore pas la santé économique française il ajoute au sujet de cette épargne : « que le plus tôt elle ressortira (…) pour financer la consommation et l'investissement, le mieux ce sera ».

 

source

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS