Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 17:02

Exclusif. Et si les électeurs étaient consultés pour décider de la politique migratoire de la France ? L’idée d’un référendum fait son chemin à droite. Mieux, selon le sondage Ifop que nous publions, 76 % d’entre eux y sont favorables.

Emmanuel Macron, le chef d’État lui-même, recommande de lire Stephen Smith, qui affirme dans son dernier ouvrage (la Ruée vers l’Europe, Grasset) que notre vieux continent « va s’africaniser ». Son ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, évoque de son côté « des régions qui sont en train de se déconstruire parce qu’elles sont submergées par le flux des demandeurs d’asile ». 

[...]

« C’est du Hollande en pire »

Pourtant, dimanche soir, après que l’Assemblée nationale a voté en première lecture la loi asile et immigration défendue par le gouvernement, le sentiment était grand, parmi ceux qui avaient participé au débat parlementaire, que, loin de répondre aux urgences de notre temps, la majorité présidentielle était passée à côté de son sujet. Valérie Boyer, la députée LR des Bouches-du-Rhône, ne cachait pas son amertume et cette « impression de vivre au pays des Shadoks ».

« Ce que l’on fait d’un côté, on le détricote de l’autre », expliquait-elle sans détour dans l’Hémicycle. Fin connaisseur de ces problématiques migratoires, Guillaume Larrivé, le député LR de l’Yonne, jugeait quant à lui que ce texte marquait « une étape de plus, discrète, du désarmement de la France face à la menace terroriste ».

 

Au mieux, à entendre les dirigeants de la droite, c’est un texte qui ne sert à rien, parce qu’il « ne comporte aucune mesure sérieuse qui permette de réguler l’explosion de l’immigration », condamne Laurent Wauquiez, le président des Républicains. Le plus souvent, comme nous le confie Christian Jacob, le président du groupe parlementaire LR à l’Assemblée nationale, « c’est du Hollande en pire ». Il est vrai que le gouvernement, pour tenter de répondre au procès en inhumanité qui lui était fait par La France insoumise et l’aile gauche de sa majorité, s’est employé à donner nombre de gages pour les contenter. C’est l’élargissement du regroupement familial aux mineurs isolés, l’assouplissement du délit de solidarité, qui va, selon Jacob, « transformer les No Borders en des Uber » de l’immigration clandestine.

[...]Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202018-04-25%20a%CC%80%2011.11.31.png

Comme le montre le sondage Ifop que nous publions en exclusivité cette semaine, 76 % des Français souhaitent être consultés par référendum pour donner leur avis sur la politique migratoire de la France : 83 % des sympathisants LR et 88 % des sympathisants du Front national sont favorables à cette mesure. Il n’est pas jusqu’aux soutiens de Jean-Luc Mélenchon, soucieux de plus de démocratie participative, qui ne demandent massivement son organisation : 93 % des sympathisants de La France insoumise sont favorables à un référendum sur la politique migratoire de la France.
Seuls les sympathisants du PS (68 %) et ceux de La République en marche (61 %) manifestent moins d’enthousiasme, encore qu’une grande majorité d’entre eux ne se montrent pas opposés à ce référendum. Un plébiscite !
 

Les Français rêvent de s’exprimer sur la politique migratoire que devrait conduire le gouvernement. Le pouvoir en place est, lui, beaucoup moins enthousiaste. D’autant plus qu’à lire les enquêtes d’opinion qui se succèdent sur le sujet, les Français se montrent souvent radicalement opposés aux mesures défendues par leurs dirigeants.

Dans la dernière enquête de l’Ifop pour l’Express parue en décembre 2017, 64 % des Français jugent que le rythme de l’immigration en France s’effectue à un rythme trop élevé ; 56 % d’entre eux sont opposés à l’obtention automatique de la nationalité française pour les enfants nés en France de parents étrangers ; 57 % d’entre eux sont favorables à la suppression du regroupement familial.

Parcours du combattant

Voulue par Nicolas Sarkozy, qui pendant sa campagne présidentielle de 2007 avait promis d’instaurer un référendum d’initiative populaire sur le modèle de la votation suisse, la mesure ne sera pas retenue par le gouvernement Fillon dans le projet de loi de modernisation des institutions.

Signe de l’embarras du pouvoir, habile à promettre toujours plus de démocratie mais méfiant des humeurs de son peuple et vacciné contre le recours au référendum après le refus massif des Français de la Constitution européenne en 2005, cette proposition sera réintroduite à la faveur d’amendements parlementaires. Au passage, le référendum d’initiative populaire aura été vidé de sa substance et transformé en un référendum d’initiative partagée.

Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202018-04-25%20a%CC%80%2011.11.53.png

Dans les faits, l’initiative n’est plus citoyenne. Quand, à l’origine, 10 % du corps électoral pouvaient saisir le législateur d’un problème, désormais, ce sont aux parlementaires de donner l’impulsion. Un cinquième des parlementaires doit porter cette initiative. Soit 185 d’entre eux. Un quorum que LR (qui disposent d’un groupe de 102 députés à l’Assemblée nationale et de 145 au Sénat) pourraient atteindre sans même le concours du Front national et de Debout la France… Encore n’est-ce qu’une étape !

La proposition des parlementaires est alors transmise au Conseil constitutionnel, qui, après déclaration de sa conformité, organise la collecte des pétitions d’électeurs : 4,6 millions de signatures, représentant 10 % du corps électoral, doivent être réunies en neuf mois avant que les deux chambres n’entérinent dans un délai de six mois la proposition de référendum.
Si les parlementaires traînent, Emmanuel Macron est alors dans l’obligation d’organiser ce référendum. Un parcours du combattant. « C’est de l’ordre du possible », avance prudemment Christian Jacob, qui confesse avoir été pris de court par la proposition de Laurent Wauquiez. Reste désormais à savoir si l’opposition, au-delà des effets d’affichage, veut aller jusqu’au bout de cette démarche.

source

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS