Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

25 novembre 2020 13:42

Les efforts des médias progressistes [liberal] pour cacher aux électeurs les scandales liés à Joe Biden et enterrer les bonnes nouvelles concernant l’administration Trump ont coûté l’élection au président, selon deux nouveaux sondages.

Si les électeurs avaient été au courant des questions problématiques qui tournent autour du démocrate et de certains des succès de la Maison Blanche sous Trump, notamment les accords de paix au Moyen-Orient, la croissance de l’emploi et l’indépendance énergétique, suffisamment de personnes se seraient détournées de Biden pour donner à Trump 311 votes électoraux, plus qu’assez pour gagner [270], ont révélé les sondages.

S’en prenant aux médias, Brent Bozell, fondateur du Media Research Center, a déclaré : “S’ils avaient fait leur travail, Donald Trump aurait gagné l’élection.

Bozell a ajouté : “Ce n’est pas un hasard, ce n’est pas une coïncidence”.

De plus les médias avaient un partenaire en Twitter, qui, selon Bozell, a censuré Trump, sa campagne ou des membres de sa famille 262 fois au cours de la fin de la campagne. L’équipe de Biden ne l’a jamais été.

Dans un sondage réalisé pour MRC par McLaughlin & Associates, un nombre suffisant d’électeurs de Biden auraient changé leur vote s’ils avaient été au courant du scandale financier de son fils Hunter pour donner la victoire à Trump. Dans ce sondage, 4,6 % des électeurs de Biden ont déclaré qu’ils ne l’auraient pas choisi s’ils avaient été au courant de l’affaire de l’argent de son fils en Chine.

Dans le second, réalisé par la société de sondage pour la MRC, 17% des électeurs se seraient détournés de Biden s’ils avaient été au courant des scandales de Biden et des réussites de Trump.

Un sondage réalisé auprès des électeurs des principaux États du champ de bataille, à savoir l’Arizona, la Géorgie, le Michigan, le Nevada, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie et le Wisconsin, a révélé qu’il y avait suffisamment d’électeurs de la circonscription de Biden qui changeaient de camp pour donner la victoire à Trump dans chaque État. Le sondage ne part pas du principe que les électeurs quittant Biden se tourneraient vers Trump, ce qui montre à quel point ces courses étaient serrées.

Le groupe de Bozell a critiqué les médias pendant les années Trump, et pendant l’élection, il a déclaré que la presse avait caché ou occulté des rapports sur les allégations d’agression sexuelle contre Biden, l’affaire Hunter Biden, et les scorecards montrant que la colistière, la sénatrice Kamala Harris, est le membre la plus à gauche [liberal] du Sénat.

L’enquête de la société de sondage a également révélé que jusqu’à la moitié des partisans de Biden ne connaissaient pas les principales réussites de Trump, notamment la récente croissance économique et le programme d’accélération de la mise au point de vaccins contre les coronavirus, appelé “Operation Warp Speed”.

“Il aurait gagné 311 votes électoraux. Autrement dit, et regardez la dernière diapositive, c’est le chiffre qui est stupéfiant : 17% des électeurs de Biden n’auraient pas voté pour Joe Biden s’ils avaient eu connaissance d’au moins une de ces huit histoires. Pensez-y un instant.

Donald Trump aurait gagné toutes les courses serrées en Amérique. Sur les six courses disputées, il aurait gagné chacune d’entre elles. Et vous auriez eu au moins 311 votes électoraux”, a déclaré M. Bozell.

Il a exhorté les républicains et les conservateurs à se détourner des médias de masse et à s’informer sur les réseaux sociaux. “Nous devons abandonner les médias d’information nationaux”, a-t-il déclaré lors d’un appel aux dirigeants conservateurs.

Mais il a ajouté que les réseaux sociaux pourraient ne pas être accueillants, citant les efforts de Facebook et Twitter pour limiter les voix des conservateurs.

Washington Examiner

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS