Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

23 novembre 2020 19:34

Fervent partisan de l’invasion américaine de l’Irak, en 2003, Joe Biden a même plaidé pour la division de ce pays en trois entités autonomes, tout en stigmatisant la France en termes injurieux.

Alors que Barack Obama s’opposait courageusement à l’invasion de l’Irak, en 2003, son futur vice-président en était un chaud partisan au Sénat. Joe Biden est allé encore plus loin que la plupart des « faucons », proposant en 2006-2007 que l’Irak soit divisé en trois entités autonomes, sunnite, chiite et kurde, ce qui n’aurait fait qu’aggraver la guerre civile alors en cours, elle-même directement causée par l’occupation américaine.

Il est important de revenir sur cet épisode, très révélateur de la vision du Moyen-Orient du prochain locataire de la Maison blanche, afin que l’idéalisation du vainqueur de Donald Trump ne conduise pas à de nouvelles et sérieuses désillusions. (…)

Dans un Irak encore largement multicommunautaire, surtout à Bagdad, le « plan Biden » aurait contribué, s’il avait été adopté, à accélérer le nettoyage ethnique perpétré par les milices confessionnelles.

La logique tripartite du sénateur démocrate est transposée abruptement depuis la Bosnie-Herzégovine, où elle n’a pourtant conduit qu’à paralyser l’autorité de Sarajevo.

Elle est en outre terrible pour les groupes minoritaires que sont les Chrétiens, les Turkmènes ou les Yézidis, livrés à l’arbitraire du groupe dominant dans son secteur respectif d’Irak.

Biden s’oppose en revanche au « surge » américain en Irak, où les renforts déployés s’appuient sur des milices sunnites, dites du « Réveil » (Sahwa), pour refouler, et finalement vaincre les groupes jihadistes.

Biden préfère plutôt poursuivre le mirage de son « plan », approuvé par un vote non-contraignant du Sénat en septembre 2007, au moment même où un sondage conduit par la BBC en Irak donne 9% de réponses favorables à une division de l’Irak (contre 62% en faveur d’un gouvernement central digne de ce nom).

www.lemonde.fr

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS