Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

15 novembre 2020 7 15 /11 /novembre /2020 18:28

Après l’attaque terroriste de Vienne, l’Unité antiterroriste hongroise (TEK) a immédiatement fourni une assistance administrative et a collaboré avec la police et l’armée pour sécuriser la frontière. Toutefois, selon Georg Spöttle, expert en politique de sécurité chez Nézőpont Intsitute, la menace terroriste n’est pas plus élevée en Hongrie qu’avant l’attentat de Vienne.

M. Spöttle, qui est également un ancien membre d’une unité antiterroriste, a souligné : « L’idéologie de l’Etat islamique perdurait et tente de semer la terreur en Europe. Des choses comme les caricatures de Mahomet sont utiles pour les islamistes. » Selon lui, il est possible que les réfugiés qui sont légalement venus en Hongrie sympathisent avec les islamistes radicaux, mais « ils n’ont pas d’arrière-pays ici ». Entrevue.

L’interview originale a été publiée par notre site sœur, Ungarn Heute. Traduction par Fanni Kaszás.

« Le niveau de menace terroriste en Hongrie n’a pas augmenté »,selon le directeur exécutif du Centre hongrois de lutte contre le terrorisme (TEK) après l’attaque terroriste de Vienne. Mais dans quelle mesure l’attaque de lundi affecte-t-elle la lutte antiterroriste hongroise ? Les Autrichiens ont-ils demandé de l’aide d’une manière ou d’une autre ? Dans un tel cas, la communication commence-t-elle automatiquement et avez-vous besoin d’une attention accrue en Hongrie après une telle attaque?

Les services partenaires tels que TEK et COBRA, ainsi que les services secrets des deux pays travaillent en étroite collaboration depuis des années.

La vague migratoire de 2015 et les tentatives constantes des migrants et des passeurs ont montré que ces défis ne peuvent être combattus ensemble.

C’est le cas il y a quelques semaines, où un contrebandier allemand s’est suicidé avec un pistolet et une grenade à main lors d’un contrôle de police en Hongrie. Les cinq Syriens qu’il voulait amener en Autriche ont fui. Trois d’entre eux ont réussi à s’enfuir de l’autre côté de la frontière, où ils ont été arrêtés par des policiers autrichiens. Les enquêtes conjointes sont toujours en cours ici, et les autorités allemandes sont également impliquées.

Après l’attaque terroriste, les unités du TEK ont immédiatement fourni une assistance administrative et ont travaillé avec la police et les services militaires pour sécuriser la frontière. La situation était confuse et on a supposé qu’il y avait plusieurs assaillants, et il fallait s’assurer que les terroristes fugitifs ne pouvaient pas s’échapper de l’autre côté de la frontière vers la Hongrie.

Heureusement, la menace en Hongrie n’est pas aussi élevée qu’en Autriche, en Allemagne ou en France, parce que nous n’avons pratiquement pas d’immigrants de pays islamiques ici.
Il est possible que les réfugiés qui sont venus en Hongrie sympathisent légalement avec l’islam radical. Mais ils n’ont pas d’arrière-pays, ils ne trouveront pas d’aides ici qui peuvent obtenir des armes ou des explosifs ou offrir une cachette. Ils seraient perdus en Hongrie.

La police autrichienne, le COBRA (unité antiterroriste) et les unités de secours ont terminé leurs tâches avec une vitesse incroyable. Dans quelle mesure la Hongrie est-elle prête à un tel événement?

Le TEK, la police et les services de protection civile organisent régulièrement des exercices de lutte contre le terrorisme et les catastrophes dans lesquels les situations d’urgence sont simulées. Les unités sont également soutenues par les services de sauvetage aérien. Les exercices simulent des cas où il y a plusieurs dizaines de blessés et de morts. Les participants s’entraînent les uns avec les autres depuis des années, il est donc garanti qu’en cas d’urgence, des mesures seraient prises rapidement et professionnellement.

Le gouvernement hongrois poursuit constamment sa politique contre les migrations. Est-ce que cela rend la menace plus petite ou plus grande? Se pourrait-il que c’est précisément la raison pour laquelle le pays pourrait être sous le feu des critiques?

Cela n’est pas exclu. La majorité des migrants détestent littéralement la Hongrie parce que nous gardons les frontières fermées et qu’ils ne peuvent pas aller plus loin.

Mais c’est précisément cette protection cohérente des frontières et cette politique migratoire qui ont jusqu’à présent contribué à faire en sorte que nous n’ayons pas eu une seule attaque terroriste et donc à peine des crimes commis par des migrants.
Malheureusement, il est venu à la lumière qu’un ressortissant afghan qui vivait ici en tant que réfugié reconnu a commis une infraction sexuelle grave. Après avoir commis le crime, il s’est enfui en Autriche, mais a été arrêté dans un train peu de temps après.

« L’erreur en termes de sécurité n’était pas d’accueillir les gens qui se tenaient à notre porte. Non, l’erreur a été de ne pas avoir prêté attention dès le début, de ne pas avoir créé de conditions qui permettent aux gens de rester dans leur pays d’origine ” – a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel récemment à Davos […]

Pensez-vous qu’il est possible qu’il y ait aussi des gens en Hongrie qui sont sous surveillance spéciale par les services secrets parce qu’ils sont en contact avec l’Etat islamique?

En tant qu’ancien membre d’une unité antiterroriste, je pense que nous ne pouvons exclure aucune possibilité.

Mais je connais beaucoup de musulmans qui vivent ici. Ils sont venus en Hongrie en tant qu’étudiants, se sont mariés ici, et leurs enfants ont souvent des noms hongrois. Ces gens se sont intégrés ici et travaillent comme médecins ou ont des entreprises.
Le nombre de musulmans, cependant, s’élève à quelques centaines en Hongrie. Un nombre de masse est plus problématique. Là où il y a des millions, il y a bien sûr une plus grande tendance pour certains à se radicaliser. Le travail des services secrets est donc beaucoup plus facile ici en Hongrie.

Le ministre autrichien de l’Intérieur a admis qu’avant l’attaque, plusieurs erreurs s’étaient produites dans le système d’État. On savait que le terroriste avait l’intention d’acheter des munitions en Slovaquie et qu’il avait eu des contacts avec des islamistes radicaux à Vienne qui, à leur tour, sont surveillés par la lutte contre le terrorisme. Peut-on dire que l’attaque aurait pu être évitée?

Dans le passé, les services secrets en Autriche et en Allemagne ont empêché plusieurs attaques terroristes. Ils travaillent tous très, très bien. Des milliers d’informations arrivent chaque jour, car il y a beaucoup de radicaux et de menaces terroristes en Autriche. Malheureusement, il arrive que des informations aussi importantes se perdent. Ce ne devrait pas être le cas, mais ça arrive. C’est arrivé maintenant, et ça a coûté des vies. On peut et doit apprendre de leurs erreurs.

Compte tenu de la gravité de l’attaque, quelle est la règle pour l’avenir? Combien de temps l’Autriche sera-t-elle en attente? Peut-on s’attendre, par exemple, à ce que les forces armées actuellement appelées à Vienne soient renforcées pour une plus longue période?

La veille demeure parce que le danger n’a pas été évité. Il y a encore assez de radicaux vivant à Vienne et dans toute l’Autriche. La seule solution serait d’expulser ces personnes, voire de révoquer leur citoyenneté autrichienne si nécessaire.

Peut-on renforcer la lutte antiterroriste européenne et/ou les services secrets ? Est-ce que c’est nécessaire ?

Rien qu’en France, Il y a environ un million de musulmans radicaux, pour la plupart des jeunes.

Il est impossible de garder un œil sur tout le monde, que ce soit par voie électronique ou avec des agents. L’embauche d’un plus grand nombre d’employés et l’amélioration des conditions techniques coûtent de l’argent, mais il est fortement recommandé.
Les attaques de ces dernières semaines ont montré qu’il y a encore des failles.

Une punition collective – par exemple punir la famille de l’agresseur comme un moyen de dissuasion – pourrait-elle être une possibilité ? Si ce n’est pas le cas, quelle stratégie pourrait fonctionner pour les États européens ?

L’expulsion collective pourrait être un choix concevable; il arrivait souvent que l’agresseur se radicalise au sein de la famille.

La tolérance zéro pourrait-elle être la solution ? Doivent-ils être exclus de la société au moindre signe de radicalisation ?

C’est la seule façon à mon avis.

Quiconque se sent à l’aise dans les mosquées radicales ou les écoles coraniques et discute avec les islamistes ou visite les sites Web d’organisations terroristes telles que l’État islamique ou télécharge des instructions pour la production d’explosifs, doit être expulsé.

Nous ne pouvons tolérer que les gens nous mentent. À l’audience, ils disent qu’ils ont fui le terrorisme et la guerre et des semaines plus tard, ils deviennent des criminels ou sont pris pour cible par les services secrets.

Peut-on s’attendre à ce que la vague d’attentats terroristes se poursuive en Europe après les attentats à Vienne et en France ?

La question n’est pas de savoir si, mais quand. Cela se produira encore et encore.

Quels pays pourraient être touchés?

Tous les pays d’Europe, ainsi que les États-Unis.

Pourquoi et contre quoi l’État islamique combat en Europe ?

L’EI, ou comme ils s’appellent eux-mêmes, le califat, veut établir un état de Dieu, semblable aux talibans en Afghanistan à l’époque. Parfois, ils ont réussi. Pendant des années, ils ont occupé une zone en Syrie et dans certaines parties de l’Irak qui étaient aussi grandes que l’Angleterre. Ils voulaient que tous les chrétiens et les quelques juifs vivant dans la région se convertissent à l’islam. Ceux qui ont refusé ont été tués. Les musulmans chiites étaient également considérés comme des ennemis.

Les États-Unis, les Russes et les Iraniens ont mis fin au règne de la terreur. De nombreux islamistes ont fui, et beaucoup d’entre eux sont venus en Europe. Mais l’idéologie de l’EI perdurait et ils essaient de répandre la terreur ici.

Par conséquent, des choses comme les caricatures de Mahomet sont utiles pour les islamistes. Ils jurent vengeance et mobilisent des jeunes radicaux à travers l’Europe. L’EI est actuellement très actif. Ils exploitent des sites Web dans presque toutes les langues afin de s’adresser aux jeunes du monde entier. Comme le montrent les attentats de Nice, Berlin et Vienne, cette stratégie est couronnée de succès.

Hungary Today

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS