Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

17 novembre 2020 2 17 /11 /novembre /2020 23:22

La course au vaccin contre le Covid-19 fait rage et des résultats encourageants ont été annoncés. Véritable signe d’espoir pour un retour à la normale, des pays ont déjà réservé des millions de doses alors que les résultats ne sont pas stabilisés. Mais le professeur Bernard Bégaud appelle à la prudence. Entretien.

Le 17 novembre 2019, la Chine enregistrait son premier cas de SARS-CoV-2. En quelques mois, l’épidémie se transformait en pandémie mondiale et les scientifiques de tous les pays s’attelaient à en découvrir le remède. Seulement un an plus tard, des laboratoires annoncent des résultats probants pour un vaccin. Ce 9 novembre, Pfizer a annoncé une efficacité proche de 90% et quelques jours plus tard, c’est le russe Spoutnik V qui a fait monter les enchères en déclarant une efficacité à 92%. Finalement, l’américain Moderna a roulé des mécaniques avec un vaccin efficace à 94,5%.

S’il faut saluer et se réjouir de tels résultats, la prudence reste de mise, selon le professeur Bernard Bégaud. De nombreuses interrogations subsistent encore.

Quelle sera la durée de vie des anticorps? L’efficacité vaut-elle autant sur une personne âgée que sur un jeune? Choisie par Pfizer et Moderna, la technologie «ARN messager» –qui consiste à injecter une molécule d’ADN viral pour inciter l’organisme à produire une fraction inactive du virus, puis les anticorps– n’a encore jamais été approuvée pour l’homme. Un risque supplémentaire?

oublier le défi logistique que présente la conservation de cette technologie, à de très basses températures, jusqu’à -80 degrés.

Alors que des doutes subsistent, la Commission européenne a confirmé l’achat de 300 millions de doses du vaccin de Pfizer et la France, qui se prépare à une campagne vaccinale de masse, en a préréservé 90 millions. 35 millions de Français seraient concernés. Mais pour le moment, aucune population cible n’a été annoncée.

«Il y a une grosse attente de la population, un gros coup à jouer pour les firmes, une grande peur que l’on veut résoudre et cela fait que certaines décisions ne sont pas très raisonnables et réfléchies», déclare le Pr Bernard Bégaud à Sputnik.

La campagne vaccinale a d’ores et déjà été annoncée pour le premier semestre 2021 alors qu’aucun résultat n’a été confirmé. Dans l’immédiat, cette décision accentue une défiance antivaccin déjà palpable au sein du corps soignant et de la population. Un Français sur deux déclare qu’il ne se fera pas vacciner contre le Covid-19, selon un sondage Odaxa pour France Info.

Reste à savoir si, quand vaccin il y aura, ce dernier deviendra obligatoire et s’il sera perçu comme une atteinte aux libertés individuelles, déjà mises à mal par les mesures entreprises pour lutter contre l’épidémie.

source

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS