Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

1 mars 2021 11:02

L’année dernière, la moitié des demandeurs d’asile n’ont pas été en mesure de fournir des documents prouvant leurs informations personnelles lorsqu’ils sont entrés en Allemagne, a rapporté le Junge Freiheit.

“En 2020, la proportion de demandeurs d’asile de 18 ans et plus sans papiers d’identité pour la première fois était de 51,8 %“, a cité l’agence de presse DPA du ministère fédéral de l’Intérieur en réponse à la demande du Parti démocratique libre (FDP).

Par rapport à 2019, c’est une légère augmentation. A l’époque, environ 49 % des demandeurs d’asile n’étaient pas en mesure de fournir de tels documents. Lorsque les autorités ont commencé à enregistrer la présentation de documents d’identité en 2017, 61 % des demandeurs d’asile ne pouvaient fournir que des informations verbales sur leur identité.

Par le passé, le gouvernement fédéral a donné plusieurs raisons pour expliquer l’absence de papiers d’identité. Il a souligné les problèmes du système de signalement dans les pays d’origine, la perte de documents lors de la fuite, ou la confiscation de papiers d’identité par les passeurs. Le gouvernement a également admis que certains demandeurs d’asile avaient détruit leur carte d’identité parce qu’ils pensaient avoir ainsi de meilleures chances d’être admis en Allemagne.

La porte-parole du FDP, Linda Teuteberg, a souligné que le nombre élevé de migrants sans papiers pose des problèmes majeurs aux autorités, car seules les personnes “qui ont besoin d’être protégées contre les persécutions politiques” ont droit à l’asile.

Selon le gouvernement, l’Office fédéral des migrations et des réfugiés a vérifié l’authenticité de 190 608 documents l’année dernière. Sur ce nombre, l’office n’a pas reconnu 4 488 documents d’identité.

En janvier 2019, il s’est avéré que le fait de donner de fausses informations d’identité verbales n’avait aucune conséquence dans la procédure de demande d’asile d’un demandeur. Seule la présentation de faux documents ou de documents étrangers est un délit pénal. À l’époque, le ministère fédéral de la justice, dirigé par le SPD, a rejeté une tentative du ministre fédéral de l’intérieur Horst Seehofer (CSU) de criminaliser les fausses informations verbales dans la procédure d’asile.

RMX.News

Partager cet article

Repost0