Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

27 mars 2021 13:39

Des Sud-Africains auraient été tués vendredi lorsque des insurgés djihadistes auraient envahi un hôtel de la ville côtière de Palma, dans la province de Cabo Delgado, au nord du Mozambique.

Plusieurs étrangers sont morts lorsqu’ils ont tenté de s’échapper en convoi de l’Amarula Lodge, où environ 185 expatriés étaient bloqués, cachés dans la chambre forte, depuis que les insurgés ont attaqué la ville mercredi après-midi. D’autres ont été tués lorsque les insurgés ont finalement envahi l’hôtel. Beaucoup ont fui dans la brousse et le nombre de morts et de blessés était impossible à estimer vendredi soir.

Des sources de sécurité ont déclaré que les étrangers présents dans l’hôtel avaient été complètement abandonnés par les forces de sécurité mozambicaines – peut-être parce qu’elles étaient à court de munitions.

Jusqu’à vendredi après-midi, la société de sécurité privée sud-africaine Dyck Advisory Group (DAG) avait tenu les insurgés en échec grâce aux tirs de ses trois hélicoptères légers de combat. Mais les hélicoptères de DAG ont dû se retirer car ils n’avaient plus de carburant et la nuit est tombée, selon les sources.

Les expatriés se trouvant dans l’hôtel sont restés sans protection. Lorsqu’ils ont vu que les insurgés semblaient avoir déplacé leur attention vers un endroit proche, un Sud-Africain a décidé de mener une tentative d’évasion, selon les sources.

Un convoi de 17 véhicules a tenté de s’échappé, mais l’attaque à proximité n’était apparemment qu’une diversion. Le convoi d’évasion est tombé dans une embuscade tendue par les insurgés aux portes du complexe hôtelier. Trois véhicules ont été détruits et sept personnes ont été tuées. Seuls sept véhicules ont pu s’échapper, avec environ 40 à 50 personnes à bord, mais certaines d’entre elles ont été tuées, a déclaré une source de sécurité.

“Il y avait une voiture avec un mari, une femme et deux enfants qui ont pu sortir. Mais le mari a été tué”, a déclaré une source de sécurité.

Le reste des étrangers est retourné à l’hôtel. Mais peu de temps après, les insurgés ont réussi à pénétrer dans la chambre forte, faisant fuir dans la brousse des étrangers et des locaux paniqués, selon les sources. Plusieurs ont été tués, dont des Sud-Africains.

“L’ensemble de la communauté internationale doit assumer la responsabilité de cette situation”, a déclaré un analyste de la sécurité en colère. “Ils avaient trois jours pour réagir et personne ne l’a fait. Ces gens sont morts sans raison.

DailyMaverick



Workers’ camps at the gas project in Cabo Delgado, Mozambique

Des dizaines de travailleurs étrangers ont été tués ou capturés alors qu’ils tentaient de fuir des militants islamistes qui se rapprochaient d’un hôtel servant au plus grand projet gazier d’Afrique.

Les expatriés ont été pris en embuscade alors qu’ils quittaient en convoi leur base de Palma, dans le nord du Mozambique, après avoir attendu deux jours pour être évacués par voie maritime et aérienne.

Sur les 17 véhicules partis de l’hôtel Amarula Palma, seuls sept ont pu s’échapper, a indiqué une source de sécurité.

“Il y a beaucoup de victimes et de nombreuses personnes portées disparues, c’est un désastre absolu”, a-t-il déclaré. Hier soir, les proches des victimes tentaient frénétiquement de découvrir le sort de leurs proches.

Des témoins ont rapporté que des corps, certains décapités, jonchaient les rues et la plage de la ville, où les combats entre les forces de sécurité de l’État et les insurgés ont fait rage hier pour la troisième journée. […]

Hier soir, la Grande-Bretagne, les États-Unis, l’Union européenne et d’autres pays ont publié des déclarations apparemment coordonnées condamnant les attaques terroristes. Malgré le déploiement de forces spéciales pro-gouvernementales et d’autres renforts de troupes, le dernier rapport écrit par des sources de sécurité conclut “qu’il semble actuellement que les insurgés contrôlent la ville. Les rues de Palma sont jonchées de corps, la plupart décapités”.

Les troupes gouvernementales ont également subi de lourdes pertes.

L’attaque à trois volets des militants a été décrite comme bien planifiée et a impliqué une centaine de combattants vêtus de noir et brandissant des drapeaux de l’état islamique. Elle a été programmée pour humilier au maximum le gouvernement mozambicain et ses investisseurs étrangers, quelques heures seulement après que Total ait annoncé qu’il était suffisamment confiant dans les nouvelles dispositions de sécurité pour reprendre le travail sur le projet. […]

The Times


Face à l’attaque menée par un groupe jihadiste ayant fait allégeance à Daesh, environ 180 personnes, parmi lesquelles figurent des expatriés, se sont réfugiées dans un hôtel de Palma (Mozambique). Piégées, elles ignorent si elles pourront être sauvées. L’attaque avait commencé mercredi après l’annonce par Total de la reprise des travaux de construction d’un gigantesque projet gazier, auquel est associé le groupe français.

L’armée mozambicaine tente toujours de trouver un corridor aérien afin de permettre leur évacuation par voie aérienne. Un nombre non précisé de personnes a déjà pu être sauvé.

Cette zone située à l’extrême nord-est du pays est le théâtre d’une violente insurrection depuis quatre ans menée par des jihadistes armés connus sous le nom d’Al Shabab (« les jeunes » en arabe). Le conflit a fait au moins 2.600 morts, dont plus de la moitié de civils et contraint plus de 670.000 personnes à quitter leur foyer, selon l’ONU.

CNEWS

 

 

Partager cet article

Repost1