Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

30 mars 2021 10:15

Le Point : Que sait-on des islamistes qui gagnent du terrain au Mozambique ?

Wassim Nasr : Depuis 2007, il existe des groupes de prédicateurs au Mozambique, avec des ramifications en Tanzanie. Ils prônent l’instauration de la charia. Ils ont commencé leurs actions violentes contre l’armée et les forces de l’ordre en 2017 puis ont prêté allégeance à l’EI en 2018. Ils se sont emparés de la ville de Mocimboa de Praia en août 2020, située à 80 kilomètres au sud de Palma. Mercredi dernier, ils ont attaqué cette ville, où sont basés des employés de Total, qui a un immense projet offshore au large du Mozambique.

Ils se sont emparés de la ville de Palma. Comptent-ils l’administrer comme autrefois Raqqa ou Mossoul ?

Difficile à dire. Les populations fuient les villes du Mozambique qui passent sous le joug des djihadistes, contrairement à une partie de la population de Mossoul ou Raqqa. En Syrie et en Irak, l’EI avait même fait travailler les fonctionnaires qui souhaitaient rester. Surtout, le Mozambique est un pays majoritairement chrétien, moins de 20 % de la population est musulmane. Conquérir un territoire est une chose, l’administrer en est une autre.

Où Daech contrôle-t-il des territoires aujourd’hui dans le monde ?

L’Afrique est devenue l’épicentre de l’EI. Ce n’est plus le Levant. Pour s’en rendre compte, il suffit de lire leur journal, c’est le continent africain qui fait désormais le plus souvent la une. Sur les bords du lac Tchad, l’EI en Afrique de l’Ouest est sa branche la plus puissante, elle a levé une armée de professionnels, pas de simples locaux qui se battent de manière sporadique.

Au Nigeria, ils contrôlent des points de contrôle et font du racket pour amasser de l’argent. La situation rappelle celle de la Syrie en 2013-2014. Placée sous sa tutelle se trouve la branche au Sahel, qui parvient à nouveau aujourd’hui à attaquer l’armée malienne et les milices touaregs. Il y a la filiale en Afrique centrale : Mozambique, Congo, Tanzanie, puis celle au Sinaï, qui résiste à l’armée égyptienne malgré le soutien des Israéliens.

L’EI est toujours présent en Syrie et en Irak, mais il ne parvient plus à monter des opérations d’envergure. En Afghanistan, il a aussi des combattants, mais les Talibans, un temps menacés d’être débordés, ont finalement repris le dessus. Aux Philippines, ils ne contrôlent plus de territoire à proprement parler depuis 2017 et la bataille de Marawi.

[…]



Le Point

Partager cet article

Repost0