Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

15 avril 2021 23:48

La gauche française semble plus mal en point que jamais. Les sondages semblent garantir aux candidats qui s’en réclament une déroute à la Présidentielle de 2022. Pour le politologue Frédéric Saint Clair, l’effondrement de cette famille politique est avant tout idéologique. Explications.

«La gauche s’est contentée de transformer le prolétariat ouvrier en un prolétariat immigré.»

Le politologue Frédéric Saint Clair n’y va pas par quatre chemins pour analyser le fiasco que promettent les sondeurs à la gauche française. En effet, les chances de victoire pour un candidat issu de cette famille politique sont plus minces que jamais. Si l’on en croit un sondage de l’IFOP paru dans Le Journal du dimanche du 11 avril dernier, ni Jean-Luc Mélenchon (40%), ni Yannick Jadot (47%), ni Anne Hidalgo (50%) ne parviendraient à battre Marine Le Pen au second tour dans chacun des onze scénarios testés. Et encore faudrait-il que la gauche parvînt à hisser l’un de ses (nombreux) candidats en finale, ironiseront les mauvaises langues.

«Le logiciel socialiste, commun à l’ensemble de la gauche, est en train de mourir: il est en asphyxie progressive», diagnostique notre interlocuteur.
[...]

«Le Pen incarne aujourd’hui le leader politique le plus proche des ouvriers»

En d’autres termes, la gauche aurait abandonné la défense des couches populaires des zones périphériques du territoire au profit de la mise en avant des demandeurs d’asile et autres personnes issues de l’immigration. Ce basculement stratégique expliquerait la montée en puissance des idées du Rassemblement national, selon un phénomène de vases communicants, poursuit l’analyste politique.

«Marine Le Pen incarne aujourd’hui le leader politique le plus proche des ouvriers et du peuple qui travaille. Elle prend en compte toutes les problématiques liées à l’ouverture des frontières et aux flux financiers: immigration, choc civilisationnel, etc. Ce que la gauche est incapable de faire», tance l’auteur de «La refondation de la droite» (éd. Salvator).

Et Frédéric Saint Clair de fustiger cette incapacité de la gauche actuelle à répondre aux problématiques des Français en offrant une alternative crédible:

«On prend en pleine face toutes les thèses américaines», argue-t-il. «Il suffit pour s’en convaincre de voir la façon dont on s’est approprié de manière si naturelle le phénomène George Floyd [du nom de cet Afro-Américain ayant succombé lors de son arrestation par des policiers américains en mai 2020, ndlr], qui ne nous concerne pas du tout! Mais on ne peut pas faire de procès qu’à la gauche à ce niveau-là. La pensée libérale accompagne cet indigénisme propre à la gauche radicale. Plus que la gauche, il faut cibler l’alliance idéologique des libéraux et de cette gauche-là», surenchérit Frédéric Saint Clair.
Pour le moment, trois candidats se sont officiellement déclarés dans la course à la Présidentielle (Jean-Luc Mélenchon pour La France insoumise, Nathalie Arthaud pour Lutte ouvrière et Fabien Roussel pour le Parti communiste français). Mais Anne Hidalgo, maire de Paris, l’ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg, ainsi qu’Éric Piolle, Sandrine Rousseau et Yannick Jadot du côté d’Europe Écologie-Les Verts (terreau inépuisable en postulants) ont également fait part de leurs velléités de concourir. Sans compter le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), qui devrait lui aussi présenter un candidat.

 

«Il y a bien évidemment des querelles d'égos et des logiques de partis au sein de la gauche, mais il y a aussi un effritement idéologique propre à la gauche française, lequel lui interdit de trouver un socle commun», théorise Frédéric Saint Clair.

Et l’essayiste de se montrer très critique à l’endroit de la gauche issue du canal historique du Parti socialiste, aujourd’hui «globalement libérale et ralliée à Macron», coupable selon notre interlocuteur d’avoir versé dans un «cosmopolitisme idéaliste qui consiste à dire que n’importe qui peut vivre n’importe où».

«Cette gauche-là est deux fois coupable! Elle a ouvert les portes du pays avec la promesse d’un nouveau prolétariat immigré. C’est la gauche “Terra Nova”, coupable d’avoir rendu possibles les thèses indigénistes et racialistes. Si cette gauche n’existe plus véritablement -elle serait représentée à la rigueur par Olivier Faure [le premier secrétaire du Parti socialiste, ndlr]-, c’est elle qui a planté les ferments de ce que l’on vit aujourd’hui», s’emporte Frédéric Saint Clair.
source

Partager cet article

Repost0