Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

24 avril 2021 10:08

Un universitaire chevronné qui s’oppose au concept de “safe spaces” à l’université a raconté comment des étudiants “puritains” tentent de ruiner sa carrière en l’accusant anonymement de racisme.

Plusieurs étudiants ont utilisé des forums en ligne pour alléguer que le Dr Neil Thin, maître de conférences en anthropologie sociale à l’Université d’Édimbourg, était raciste, sexiste et les faisait se sentir en danger. “Nous ne pouvons pas permettre ce sectarisme dans nos espaces universitaires et il faut faire quelque chose”, a écrit une personne anonyme.

M. Thin s’était joint à d’autres universitaires, dont Sir Tom Devine, l’historien le plus éminent d’Écosse, pour s’opposer publiquement à la décision de renommer la tour David Hume de l’université, après que des militants ont mis en évidence des commentaires racistes formulés par le père des Lumières écossaises en 1742.

Il a également qualifié la circoncision des garçons de cruelle et de mutilante, et a exprimé ses préoccupations concernant un événement organisé sur le campus intitulé “Résister à la blanchité”, qui comportait une zone exclusivement réservée aux personnes de couleur.

“Cet épisode a eu des conséquences très graves pour moi”, a-t-il déclaré. “Ma santé s’est dégradée et j’ai à peine dormi en deux semaines. Cela a rendu plus difficile de faire face à une situation déjà éprouvante.”

Il a décrit les responsables comme des puritains et une foule intimidante de censeurs. “Je pense que les étudiants ont regardé mes tweets et ont pensé que j’étais mûr pour être « canceled »”, a-t-il déclaré. “Cependant, ils n’ont pas pu trouver de mauvaise blague ou de commentaire offensant qui aurait pu me couler”.

Dans une lettre ouverte à ses collègues, Thin, qui donne des cours depuis 34 ans, s’est défendu contre ces allégations.

“Ce qui a changé, de façon spectaculaire, c’est la tendance des étudiants ayant certains types d’opinions politiques à chercher à les imposer à tous les autres, et à essayer de censurer quiconque les remet en question en prétendant qu’ils sont vulnérables et facilement ‘déclenchés’, et qu’ils doivent être protégés de la diversité des points de vue dans des ‘safe spaces'”, a-t-il déclaré.

“Comme je l’ai souvent expliqué aux étudiants, si vous voulez progresser en tant qu’érudit ou apporter des contributions valables à la compréhension humaine, il est absolument crucial de rester ouvert à un changement d’avis lorsque vous êtes confronté à des preuves et à des contre-arguments.”

Il a ajouté : “Tout ce que je demande, c’est d’être autorisé à m’engager librement sur des questions importantes de moralité publique sans que les censeurs n’essaient de me contraindre au silence. Je suis sûr que vous aimeriez tous avoir la même liberté.”

BlackED, un groupe antiraciste basé à l’université, a critiqué Thin pour avoir utilisé la phrase “La civilisation est pour tout le monde” sur sa biographie Twitter, la décrivant comme une “pièce à conviction A”.

D’autres étudiants ont demandé qu’il soit empêché de superviser des thèses et que ses présentations PowerPoint et ses conférences soient vérifiées pour s’assurer qu’elles soient “appropriées”.

Thin, qui se décrit comme un “libre penseur, ni de gauche ni de droite”, a souligné qu’il tenait à rencontrer ses détracteurs afin d’éviter toute nouvelle “escalade d’animosités”.

L’université a déclaré qu’elle était “fermement engagée à défendre la liberté d’expression” et que toute plainte serait traitée sérieusement et soumise aux procédures internes standard.

The London times

Partager cet article

Repost0