Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

6 mai 2021 01:50

La France continue de dépenser à tour de bras pour compenser les dommages causés par son confinement. Le danger est que ces aides ne s’arrêtent pas toutes avec la disparition de la pandémie. Pour récupérer le vote des jeunes, le gouvernement multiplie les projets en leur faveur. Mais plus on redistribue, plus on appauvrit les Français, comme le montre le niveau de notre salaire moyen.

Déjà, depuis 2014 existe un programme d’aide de l’Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV), sous tutelle des ministères de l’Économie et du Tourisme, nommé « Départ 18:25 », qui accorde aux jeunes une prise en charge des réservations « vacances » jusqu’à 75 %, dans la limite de 200 €.

Le gouvernement veut maintenant instaurer une garantie jeune universelle : une allocation financière qui pourrait atteindre 500€ par mois au profit de 750 000 jeunes. Pour sa part, le ministre de l’Agriculture voudrait distribuer des chèques alimentaires de 50€ par mois à un million de personnes pour améliorer la qualité de leurs paniers alimentaires par des achats répondant aux critères « durables ».

C’est le meilleur moyen de gâcher notre jeunesse qui a moins besoin d’aides que de travail. Au lieu d’imaginer –avec l’accord du Medef !- un salaire minimum européen qui exclura encore un peu plus certaines populations de l’emploi, il vaudrait mieux alléger les contraintes qui pèsent sur les niveaux de rémunération, l’embauche et la rupture des contrats de travail pour faciliter l’emploi des jeunes, pour qu’ils apprennent à mettre la main à la pâte plutôt qu’à tendre la main.

La France est déjà le pays de l’OCDE qui a le plus haut niveau de dépenses publiques de l’OCDE (66,8% du PIB selon les chiffres de l’Insee) et notamment le plus haut niveau des dépenses sociales (plus de 32% du PIB).
Pour aider ses concitoyens, elle les appauvrit. La preuve en est dans le niveau du salaire moyen français donné ci-dessous par l’OCDE, exprimé en dollars US convertis à l’aide de la PPA (c’est à dire tenant compte du niveau de vie de chaque pays). La France est en milieu de tableau, à la traîne derrière beaucoup de pays plus libéraux :

Ne vaudrait-il pas mieux que les Français gagnent plus et reçoivent moins d’aides publiques ?

En dispensant du pain et des jeux, le gouvernement français détourne du travail, affaiblit l’esprit d’entreprise et d’initiative, détruit les incitations dont chacun a besoin pour s’engager professionnellement. C’est le risque majeur de cette distribution d’argent sans fin et sans compter –l’argent hélicoptère—qui tue à petit feu le courage et la vertu.

L’Europe s’y engage dans un plan de 750 Md€ dont elle ne sait pas encore comment elle le remboursera. L’Amérique du Nord est elle-même en train de s’y livrer avec des mesures successives d’aides publiques si importantes et si larges qu’on ne les compte plus. A défaut de réagir pour mettre fin sans trop tarder à cette dérive insolente autant que démagogique, c’est l’Occident tout entier qui y risque sa survie et pourrait s’y perdre, comme Rome déjà succomba aux mêmes maux.

 

source

Partager cet article

Repost0