Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

2 juillet 2021 11:32
BKA : Office fédéral de police criminelle allemande
CO : Crime organisé

Bilan dramatique du BKA : En 2020, la police a appréhendé 890 immigrants présumés auxquels on attribue des activités de crime organisé (CO) – soit 76 % de plus qu’en 2019. En outre, 85 gangs de CO étaient dirigés par des immigrants – par rapport à l’année précédente, une augmentation de 89 %. Au sommet : les Albanais, les Libanais et les Turcs.

Les réfugiés gambiens contrôlent la scène de la drogue” (Stuttgarter Nachrichten) ou “Les gangs nigérians veulent s’étendre en Allemagne” (Welt) – ces titres font toujours sensation. Les rapports tournent autour d’un phénomène qui inquiète massivement les autorités de sécurité allemandes depuis plusieurs années : Les activités des demandeurs d’asile dans le domaine du crime organisé (CO).

Rapport de situation du BKA sur le crime organisé : davantage d’immigrants
Les experts de l’Office fédéral de police criminelle (BKA) tirent désormais la sonnette d’alarme. Dans le rapport fédéral de situation “Criminalité dans le contexte de l’immigration” pour 2020 qu’ils viennent de publier, ils consacrent un chapitre entier au thème du CO. L’affirmation centrale : les immigrés, notamment d’Albanie, du Liban et de Turquie, se font de plus en plus remarquer dans le milieu du crime organisé.

Les immigrés sont tous les étrangers qui ont été enregistrés avec le statut de “demandeur d’asile“, de “réfugié“, ou de “séjour irrégulier“.

Tant le nombre d’immigrants présumés dans la zone du CO que le nombre de groupes du CO dominés par des immigrants ont augmenté en 2020“, note l’autorité policière. Ces groupes sont particulièrement actifs dans le trafic de drogue et la contrebande. Le BKA avertit que les nouvelles structures du CO favorisées par l’immigration doivent être reconnues “à un stade précoce” et “combattues de manière ciblée“.

85 groupes d’agresseurs dominés par des immigrants

D’après l’analyse, quelque 600 procès ont été intentés contre des groupes de CO dans toute l’Allemagne l’année dernière. Dans le processus, le nombre d’immigrants présumés dans cette zone a augmenté “de manière significative” – de 505 en 2019 à 890 maintenant, soit une augmentation de 76 pour cent.

Le nombre de groupements du CO dominés par des immigrants a également augmenté en flèche. Alors que la police a dénombré 45 groupes de ce type en 2019, il y en avait 85 l’année dernière, soit une augmentation de 89 %. “Dominé” signifie que l’activité criminelle au sein de chaque groupe a été largement déterminée par les immigrants.

Dans ce contexte, les experts mettent en garde contre une nouvelle évolution. Il s’agit de l’implication croissante des immigrants dans la criminalité clanique. Déjà en 2019, la police a également enregistré des immigrants en tant que suspects dans environ un tiers des procédures contre des clans arabes criminels. Le président de l’Office fédéral de police criminelle (BKA), Holger Münch, avait déjà déclaré à l’époque qu’il fallait “continuer à suivre le phénomène de très près“.

Focus

Partager cet article

Repost0