Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

18 août 2021 12:29

Afghanistan : après des manifestations dans la ville de Jalalabad à l’appui du drapeau national, les Talibans tirent sur la foule et maltraitent des journalistes (L’Agence de presse afghane, Pajhwok)


Au moins une douzaine de personnes ont été blessées mardi près de l’aéroport de Kaboul, en Afghanistan, lorsque des combattants talibans ont tiré des coups de feu et se sont acharnés avec des fouets et d’autres objets pour contrôler une foule de milliers de personnes espérant être transportées hors du pays.

Le sifflement du fouet, les cris des blessés.

Sur un rond-point poussiéreux situé juste à l’extérieur de l’aéroport de Kaboul, des combattants talibans survoltés ont rassemblé des centaines d’Afghans désarmés. Là, sous un soleil écrasant, une autre scène tragique et tumultueuse du retrait américain s’est déroulée mardi.

Les jeunes hommes aux côtés des talibans ne sont que quelques dizaines, mais la foule se recroqueville devant eux. Les hommes ont tiré en l’air avec des armes automatiques sans discernement, et ont parfois visé les hommes, les femmes et les enfants rassemblés.

Certains des combattants barbus sont vêtus du traditionnel shalwar kameez – pantalon bouffant et longue tunique – mais d’autres ont adopté des accessoires incongrus : baskets montantes, montres en or, chaussettes montant jusqu’aux genoux.

Les coups semblent être administrés presque au hasard, mais avec une délibérément effrayante. Bâtons, tuyaux en caoutchouc, cordes nouées, crosses de fusil, les combattants les brandissent tous.

Certains de ceux qui recevaient les coups tentaient de se faufiler par un trou dans la clôture pour entrer dans le périmètre de l’aéroport, mais d’autres étaient simplement accroupis sur le sol, essayant de se protéger.

Ce photographe, qui tentait de capturer une image d’un combattant pointant son arme sur la foule, a été fouetté à la jambe.

Des coups de feu sont entendus à quelques instants d’intervalle dans le rond-point, bloqué par des véhicules de l’armée afghane réquisitionnés par les militants lors de la chute de la capitale. Un combattant, après avoir lâché une volée de coups de feu, a adressé un sourire à l’un de ses camarades.

Au moins une douzaine de personnes ont été blessées. Une femme et un enfant ont été laissés couverts de sang ; quelques hommes dans la foule les ont tirés de l’autre côté de la rue pour les mettre à l’abri, les faisant monter dans un taxi Toyota Corolla jaune qui a ensuite filé. Un homme âgé vêtu d’une veste de sport tachée de sang portait un enfant mou, dont les yeux étaient ouverts et ne laissaient apparaître que le blanc des yeux.

Puis, comme si la scène n’était pas assez éprouvante, une tempête de poussière étouffante a commencé à envelopper la zone. Les gens plissent les yeux et se couvrent la bouche, utilisant des écharpes comme masques de fortune.

La foule à proximité s’est agrandie, et certains jeunes hommes ont joué au jeu du chat et de la souris avec les combattants talibans, essayant de traverser la route en masse pour se rapprocher de l’aéroport. Cela a attiré de nouveaux tirs de barrage.

L’un des jeunes hommes défiant les combattants était Samirullah Asil, étudiant à l’université. Vêtu d’une chemise en flanelle noire et blanche, les cheveux gras et coupés sur le côté, il était accompagné de cinq amis âgés de 21 à 25 ans, tous originaires du même village.

Il y a deux semaines, alors que des pans entiers de la campagne et des quartiers de villages tombaient aux mains des talibans, les six jeunes hommes ont fui vers l’ouest, en passant la frontière avec l’Iran. Ils sont restés trois jours avant d’être rattrapés et renvoyés dans la province afghane de Nimruz.

De là, ils ont tenté leur chance dans la capitale. Asil, qui étudie l’administration des affaires, a vu sur Facebook que les Américains faisaient sortir des Afghans de Kaboul par avion.

Avant de quitter sa famille, il avait promis d’envoyer de l’argent chez lui s’il le pouvait. Peut-être serait-il en mesure de se construire une vie meilleure.

Pour Asil et ses amis, c’était le rêve, mais il était assombri par une peur omniprésente : celle d’être enrôlés dans les rangs des talibans. Les mêmes combattants qui tourmentent maintenant cette foule.

Los Angeles Times

Partager cet article

Repost0