Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : PRESSE INTERNATIONALE
  • PRESSE INTERNATIONALE
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

20 mai 2022 21:39

Dans son discours d’ouverture prononcé ce matin à la Conférence sur l’Action Politique Conservatrice (CPAC) à Budapest, le Premier ministre Orbán a exposé les 12 points que les conservateurs du monde entier devraient prendre en considération s’ils veulent réussir politiquement.

S’adressant à une foule de leaders d’opinion conservateurs internationaux ce matin à Budapest, à l’occasion de la CPAC, le Premier ministre Viktor Orbán a déclaré qu’après les élections législatives du 3 avril, nous pouvons conclure sans risque que le conservatisme chrétien a prévalu en Hongrie. Mettant l’accent sur les mesures concrètes qu’il recommande aux conservateurs du monde entier de prendre s’ils veulent réussir, le Premier ministre Orbán a exposé sa recette en 12 points.

“Le premier point”, a commencé Orbán, “est que nous devons jouer selon nos propres règles”. Selon lui, on ne peut accéder à la victoire que si l’on n’accepte pas les solutions et les orientations proposées par les autres. “C’est pourquoi nous ne devons pas nous laisser décourager par le fait qu’on nous crie dessus, qu’on nous qualifie d’inaptes ou qu’on nous traite de fauteurs de troubles à l’étranger. En fait, il est suspect que rien de tout cela ne se produise. Remarquez que quiconque joue selon les règles de ses adversaires perdra certainement”, a déclaré le Premier ministre Orbán.

Pour en venir au deuxième point de sa recette, Orbán a déclaré qu’il faut mettre en œuvre le conservatisme national dans la politique intérieure. “La cause de la nation n’est pas une question d’idéologie, ni même de tradition. Les églises et les familles doivent être soutenues, car elles sont les éléments constitutifs d’une nation. Cela signifie également rester du côté de l’électorat”, a-t-il déclaré. Selon le Premier ministre, son gouvernement a décidé d’ériger une clôture à la frontière sud de la Hongrie parce que les Hongrois ont dit qu’ils ne voulaient pas vivre avec des migrants illégaux. “Ils ont dit : Viktor, construis un mur. Et trois mois plus tard, le mur était debout. Le secret de tout cela est de ne pas trop y penser”, a déclaré le Premier ministre.

Le troisième point consiste à garder l’intérêt national au centre de la politique étrangère. “Les progressistes ont toujours cru que la politique étrangère était une bataille d’idéologies, une bataille du bien et du mal, où se décide le cours de l’histoire. Mais d’après ce que je vois, mes chers amis, on a vécu au moins quatre de ces grandes batailles au cours des 100 dernières années. Quelque chose ne va pas dans la formule. Notre réponse devrait être une antithèse simple et claire aux progressistes. La Hongrie d’abord, l’Amérique d’abord. Nous avons besoin d’une politique étrangère fondée sur les intérêts. Ce n’est pas toujours facile, car la politique étrangère est souvent un monde compliqué“, a déclaré le Premier ministre.

Le quatrième point, a-t-il poursuivi, est que nous devons avoir les médias, car nous ne pouvons montrer la folie de la gauche progressiste que si nous avons les médias pour nous aider.” Selon Orbán, l’opinion de gauche ne semble être majoritaire que parce que les médias les aident à amplifier leurs voix. Le problème est que les médias occidentaux modernes sont alignés sur l’opinion de gauche. Ceux qui enseignaient aux reporters dans les universités, a ajouté le Premier ministre, professaient déjà des principes progressistes de gauche. “Je connais bien la vieille éthique de la démocratie occidentale selon laquelle les partis politiques et la presse doivent être séparés. C’est ainsi que les choses doivent être. Mais, mes amis, les démocrates d’Amérique, par exemple, ne respectent pas ces règles. Avez-vous déjà essayé de compter combien d’organes de presse servent le parti démocrate ? CNN, le New York Times, et je pourrais continuer encore et encore. Je n’arriverais pas à la fin, même si on y reste jusqu’à ce soir”.

Le cinquième point : Exposer les véritables intentions de vos adversaires. Selon le Premier ministre, l’existence de médias conservateurs est une condition nécessaire mais non suffisante à la victoire. “Il faut aussi être un briseur de tabous”, a déclaré le PM Orbán, ajoutant que “peut-être n’ai-je pas besoin d’expliquer cela à nos amis américains, car qui serait un plus grand briseur de tabous que le président Donald Trump lui-même.”

Le point numéro six concerne l’économie. Orbán a déclaré que seules les politiques économiques qui profitent même à ceux qui n’ont pas voté pour vous devraient être poursuivies. “Les gens veulent avancer dans la vie. Si un gouvernement de droite ne peut pas offrir cela, il est voué à l’échec”.

“Notre septième point est que vous ne devez pas vous laisser entraîner vers un extrême”. Selon lui, si les opinions extrémistes refont sans cesse surface à droite, comme à gauche, si nous regardons de près, nous constaterons que les gens ne veulent pas vraiment avoir affaire à elles. “Mais mes amis, quelle est la différence entre le déni de la science par l’extrême droite et le déni de la biologie par le mouvement LGBTQ ? La réponse est simple, il n’y a aucune différence. Nous devons donner à Dieu ce qui appartient à Dieu, à l’empereur ce qui appartient à l’empereur, et à la science ce qui appartient à la science“.

Le huitième point est que nous devons lire tous les jours. “Je sais que cela peut paraître étrange, je ne suis pas un scientifique, mais le fait est que les livres sont le meilleur moyen de comprendre et de communiquer des choses complexes. Et le monde est de plus en plus compliqué, il faut donc prendre le temps de le comprendre. Par exemple, je consacre moi-même un jour par semaine à la lecture”.

“Le neuvième point est que vous devez avoir la foi”, a déclaré le Premier ministre, ajoutant que si quelqu’un ne croit pas au jugement dernier, celui-ci pense pouvoir faire tout ce qui est en son pouvoir. “Leur manque de foi est donc dangereux”, a observé Orbán.

Point numéro dix : Se faire des amis. Selon le Premier ministre, “nos adversaires, les libéraux progressistes et les néo-marxistes, sont sans cesse unis. Ils se soutiennent mutuellement”. Les conservateurs, en revanche, sont capables de se chamailler entre eux sur la moindre question, a déclaré Orbán. “Et ensuite, nous nous demandons comment nos adversaires parviennent à nous ceinturer”. “Si vous voulez réussir en politique, ne regardez jamais en quoi vous êtes en désaccord avec une autre personne, mais cherchez où vous avez un terrain d’entente”.

Pour en venir au onzième point de sa recette du succès des conservateurs chrétiens, le Premier ministre Orbán a déclaré qu’il était vital de construire des communautés. “Mes amis, j’ai également appris au fil des années qu’il n’y a pas de succès politique conservateur sans communautés qui fonctionnent bien. Moins il y a de communautés et plus les gens sont seuls, plus les électeurs se tournent vers les libéraux. En revanche, plus il y a des communautés, plus nous obtenons de votes. C’est aussi simple que cela”, a déclaré le Premier ministre Orbán.

En guise de conclusion, le Premier ministre Orbán a déclaré que la construction d’institutions politiques est propice à la réussite. Selon le Premier ministre, si les politiciens vont et viennent, les institutions restent pendant des générations.

“Ce sont elles, les institutions, qui peuvent renouveler intellectuellement la politique. Nous avons besoin de nouvelles idées, de nouvelles pensées, de nouvelles personnes, encore et encore, et lorsqu’elles viennent à manquer, nous n’avons plus de munitions“, a déclaré le Premier ministre Orbán.

About Hungary

Partager cet article

Repost1
CITOYENS ET FRANCAIS