Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : PRESSE INTERNATIONALE
  • PRESSE INTERNATIONALE
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

8 septembre 2022 10:55

Contrairement à ce qu’espérait Elisabeth Borne, qui avait demandé aux ministères d’étudier les économies possibles dans leur secteur, presque tous les budgets seront en hausse, pour la modique somme de 14 milliards d’euros supplémentaires. De quoi alourdir un budget lourdement déficitaire d’année en année.

 

La rentrée des membres du gouvernement est passée. Il est temps de se mettre sérieusement au travail avec, pour commencer, la préparation du budget 2023 qui promet son lot de polémiques. Taxes sur les “superprofits”, suppression de la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises), allègement des droits de succession…, les idées pour augmenter les recettes de l’Etat, ou à l’inverse pour diminuer le matraquage fiscal, risquent de soulever quelques contestations dans l’un ou l’autre des rangs de l’Assemblée.

Quant aux dépenses, l’exécutif tente de se rassurer : les débats devraient être plus calmes, car, comme le dit Charles Sitzenstuhl, député de la majorité, “les sujets les plus compliqués seront pour le projet de loi des finances 2024”. C’est vrai qu’il n’y a pas encore urgence, nous sommes à peine à 3 000 milliards de dette !

Contrairement à ce qu’espérait Elisabeth Borne, qui avait demandé aux ministères d’étudier les économies possibles dans leur secteur, presque tous les budgets seront en hausse, pour la modique somme de 14 milliards d’euros supplémentaires. De quoi alourdir un budget lourdement déficitaire d’année en année.

On cherche bien des solutions, comme réformer les aides au logement ou rationaliser le budget de l’apprentissage qui bénéficie surtout aux bac+3 et 5. La réforme la plus importante semble être celle du crédit impôt recherche (CIR), que le gouvernement voudrait recentrer sur les dépenses les plus légitimes et “verdir” en le rendant plus généreux pour les recherches en faveur d’une “économie verte”.

Malheureusement, le budget courageux dont la France a besoin pour libérer les énergies et avoir un Etat plus efficient ne sera pas pour l’année prochaine. Et pour cause, personne ne semble voir les profondes réformes dont les différentes administrations ont cruellement besoin.

Un conseiller du gouvernement, cité par L’Opinion, ose affirmer qu’il ”n’y a pas 50 champs dans lesquels faire des coupes”. A l’IREF, on est pourtant à peu près sûr qu’en recentrant l’Etat sur ses prérogatives régaliennes, on saurait les trouver.

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS