Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : PRESSE INTERNATIONALE
  • PRESSE INTERNATIONALE
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

18 janvier 2023 18:36

Docteur en neurosciences, Michel Desmurget est chercheur au CNRS et directeur de recherche à l’Inserm. Il est l’auteur de La fabrique du crétin digital. Les dangers des écrans pour nos enfants (Éditions du Seuil, 2019).

FIGAROVOX. – Selon Tristan Harris, ancien employé chez Google, la Chine abrutirait nos enfants via TikTok, tout en protégeant les siens avec une version bridée. Pensez-vous que les réseaux sociaux vont déterminer l’avenir de nos sociétés ?

Michel DESMURGET. – On observe déjà une véritable différence entre les pays de l’OCDE et les pays asiatiques. En 2009, lorsque la Chine a rejoint le programme PISA , qui évalue les compétences des enfants, ça a été un électrochoc pour l’Occident. Obama lui-même a parlé d’effet Spoutnik, ce qui renvoie au traumatisme des Américains lorsque les Russes ont lancé leur premier satellite. C’est ça qui a poussé les États-Unis à créer la Nasa et à mettre en place des programmes spatiaux colossaux. Ainsi, lorsque la Chine et les autres pays asiatiques ont rejoint le programme, l’Occident a réalisé son retard absolument considérable . Leurs enfants ont des performances bien supérieures aux nôtres, mais cette fois-ci nous n’avons pas réagi, et ça pourrait bien être déterminant pour l’avenir de nos sociétés.

Les réseaux sociaux, à l’heure où la Chine contrôle sévèrement leur utilisation , sont en grande partie responsables. Le gouvernement chinois a limité à 40 minutes par jour le temps d’usage de TikTok , et a drastiquement réduit le temps quotidien de jeux-vidéos des jeunes. Alors que nos enfants européens passent sept à huit heures par jour devant les écrans. La version de TikTok que l’on a en Occident n’est absolument pas limitée, ni en termes de contenu, ni en termes de temps. Et on nous sort régulièrement des effets positifs de ces réseaux, qui ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan des dégâts qu’ils causent. Le tabac a pour effet positif de faire perdre du poids, mais pour autant personne n’est assez stupide pour le recommander.

Quels sont concrètement les effets négatifs des réseaux sociaux, en particulier TikTok ?

Les réseaux sociaux ont des effets indirects, en prenant du temps sur d’autres activités, telles que le sommeil ou la lecture , qui est pourtant fondamentale dans le processus de développement du langage. On nous dit parfois que les jeunes lisent sur TikTok et Instagram, je n’en suis guère convaincu et le peu qu’ils lisent est à mille lieues de ce qu’apporterait même la lecture d’un piètre roman. Les conséquences sur les capacités langagières sont terribles. Et il y a des effets directs, comme sur l’attention, ces réseaux sont des sollicitations sensorielles permanentes. Ils sont également de gigantesques plateformes à créer des normes sociales, à imposer une pression terrible sur les adolescents.

[…]

L’élève moyen d’aujourd’hui a le même niveau que celui qu’on considérait être en extrême difficulté il y a 25 ans. Ca fait des années que l’on voit cela, et que les études montrent l’influence désastreuse des réseaux sociaux et du sur-usage du numérique , mais on laisse faire parce que quelques lobbystes intéressés continuent leur propagande.[…]

Il faut bien comprendre que si ces plateformes sont gratuites, alors le produit c’est l’enfant qui passe sa journée dessus. Finalement les chinois sont assez malins, ils font comme les PDG de la Silicon Valley , ils protègent leurs enfants tout en vendant leur produit aux nôtres. Nous sommes les dindons de la farce. Il y a eu des enquêtes assez poussées du New-York times qui montrent que les gens qui sont dans ce business-là, interdisent brutalement à leurs enfants d’employer ces technologies, car ils connaissent mieux que personne les effets désastreux de ce qu’ils vendent. […]

Donnez une console de jeux-vidéos à un enfant dans un milieu favorisé, et à raison d’une demi-heure par jour, ses résultats scolaires vont chuter. Offrez un smartphone à un gamin, et en trois mois son système attentionnel est cuit. Les réseaux sociaux sont des usines à créer des distraits pathologiques.

Le Figaro

Partager cet article

Repost0