Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : PRESSE INTERNATIONALE
  • PRESSE INTERNATIONALE
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

2 juin 2012 00:00

VOTEFN.jpgA Denain, dans le Nord, le vote FN est l’indicateur le plus sûr que la fracture sociale s’aggrave. Pour mieux comprendre, nous sommes partis à la rencontre de Jeff, fils d’ouvrier, qui a voté pour Marine Le Pen au premier tour.

Jeff Martinache a beaucoup réfléchi. Puis il a décidé de nous dire pourquoi il vote pour le Front national. Comme la plupart des électeurs d’extrême-droite, il a peur qu’on le traite de fasciste ou de xénophobe. Certains le sont.

Mais cet homme sensible et fan de heavy metal ne l’est pas.

Nous le rencontrons avec ses amis, dont beaucoup ne votent pas comme lui, au « Palace du café », à côté de la mairie, à Denain, dans le Nord. Dans ce département, Marine Le Pen a attiré 22% des électeurs, un score record ici.

La ville de Denain dispute à Roubaix, 45 km plus loin, le titre de « ville la plus pauvre de France ». Denain ne s’est jamais vraiment relevée après la fermeture d’Usinor en 1979. 6000 emplois furent alors supprimés pour une population qui en comptait 25 000. Aujourd’hui, le revenu mensuel moyen par foyer n’atteint pas les 1000 euros. Le taux de chômage est pratiquement de 20%. C’est deux fois pire que la moyenne nationale.

« LA GAUCHE A DÉÇU. LA DROITE AUSSI. »

Le choix politique de Jeff est banal et spectaculaire à la fois. Banal, parce qu’il a fait comme 26% des habitants de Denain en optant pour Marine Le Pen au premier tour. Spectaculaire, parce que Jeff est fils d’ouvrier d’usine,

issu d’un milieu où l’on vote forcément à gauche, comme par religion. (…)

Jeff nous fait découvrir la place Gambetta. Deux mosquées se font face : l’une pour les Algériens, l’autre pour les Marocains. L’islam est partout dans le quartier. Des hommes portent la djellaba. Beaucoup sont barbus. La plupart des femmes sont voilées.

Nous pensions être chez les Chtis. Nous voilà en Afrique du Nord.

« Moi, je dis stop à l’immigration. On ne peut pas accueillir plus d’étrangers ici », commente Jeff, laconique. Et il tient à nous rassurer : « Mais je dis oui à l’intégration. Ceux qui y sont doivent être traités avec respect. Il faut d’abord apprendre à nouveau à vivre ensemble. » (…)

La Vie

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société