Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

16 octobre 2015 02:22
USA: 102,6 millions d’Américains en âge de travailler sont sans emploi

Le gouvernement fédéral américain utilise très soigneusement les chiffres manipulées pour couvrir la terrible crise économique qui se passe dans son pays.

Pour le mois de Septembre, le gouvernement fédéral nous a dit que 142.000 emplois ont été créés. Si cela était effectivement vrai, ce serait à peine suffisant pour contrer l’effet de l’augmentation régulière de la population. Malheureusement, la vérité est que les chiffres réels étaient en fait bien pire que cela.

Les chiffres non ajustés montrent que l’économie américaine a en fait perdu 248.000 emplois en Septembre et le gouvernement a ajouté plus d’un million d’Américains dans la catégorie “en dehors de la population active”.

chiffres bruts: 94 718 millions au 01-09-2015 – 93 706 millions au 01-08-2015 = 1 012 million d’américains qui se retrouvent en dehors de la population active sur un seul mois.

Lorsque j’ai vu ce chiffre pour la première fois, j’ai vraiment cru qu’il était inexact. Mais vous pouvez le vérifier par vous même sur le site de la Réserve Fédérale américaine ( FED) cliquez ici pour obtenir les chiffres bruts classés mois après mois

Selon l’administration Obama, il y a actuellement 7 915 millions d’Américains qui sont“officiellement au chômage” et 94 610 millions d’Américains en âge de travailler qui sont “en dehors de la population active”(sans emploi). Cela nous donne le total énorme de 102 525 millions d’Américains en âge de travailler et qui sont sans emploi actuellement.

Vous pouvez aussi vérifier ces ” chiffres officiels ” soit sur le site du département du travail américain (BLS) ou dans le tableau ci-dessous qui n’est rien d’autre qu’un C/C du tableau édité par le BLS ( Bureau of Labor statistics)BLS-sept-2015

Tout ceci n’a rien d’une reprise économique – C’est plutôt une crise économique d’une ampleur incroyable.

A ce sujet, mon ami Mac Slavo m’avait souligné quelque-chose l’autre jour. Je vous encourage à lireson analyse ici. Si nous avions mesuré le chômage de la même manière que nous le faisions il y a des décennies, nous serions tous en train de comparer l’économie d’Obama à celle de la Grande Dépression des années 1930.

Au lieu de cela, nous laissons le gouvernement fédéral nous sortir ce taux de chômage complètement frauduleux “de 5,1 %” et malheureusement la plupart d’entre nous croient les médias dominants quand ils nous disent que tout va bien.

Eh bien non, tout ne va pas très bien. À ce stade, le taux de participation à la population active est le plus bas depuis 1977. Et le taux de participation à la population active pour les hommes est à son plus bas niveau jamais enregistré. La façon dont le gouvernement fédéral a été en mesure d’obtenir cette forte baisse du taux de chômage officiel repose sur le fait de prétendre que des centaines de milliers d’Américains qui étaient au chômage sur une longue période “quittent le marché du travail» chaque mois.

Le graphique posté ci-dessous montre comment le taux de participation à la population active s’est détérioré depuis l’année 2000. Et en particulier, la baisse a été très frappante depuis l’installation du Président Obama à la Maison Blanche le 04 novembre 2008 . Est-ce que cela ressemble à une ” économie saine” selon vous ? …

 

Pour moi, le ratio emploi-population civile est une mesure beaucoup plus précise de la situation de l’emploi aux Etats-Unis que l’est le taux de chômage officiel. Juste avant la dernière récession, environ 63 % de tous les Américains en âge de travailler avaient un emploi. Au cours de cette récession, ce chiffre est passé sous 59 % et il y est resté pendant plusieurs années. Tout récemment, il a glissé au-dessus de 59 %, mais comme vous pouvez le voir ci-dessous, il est en train de chuter à nouveau…

La raison pour laquelle ce taux est en baisse est liée au fait que beaucoup d’Américains perdent leurs emplois ces derniers temps.

En réalité, nous assistons à des licenciements dans de grandes entreprises à un niveau que nous avons pas vu depuis 2009

jobless-queue-line-300x188Le rapport sur l’emploi américain d’aujourd’hui a été décrit comme «très mauvais», et ce dernier n’est pas le fait du hasard puisqu’il découle des licenciements dans l’énergie, dans les nouvelles technologies, dans la vente au détail, et dans d’autres secteurs qui ont récemment sérieusement nui au scénario optimiste.

“Le troisième trimestre a pris fin avec une forte augmentation des suppressions d’emplois,” voilà comment Challenger Gray, qui suit ces événements, a intitulé son rapport hier. En Septembre, les grandes entreprises américaines avaient annoncé 58 877 licenciements. Au troisième trimestre, ils ont annoncé 205 759 licenciements, le pire trimestre depuis les 240 233 licenciements au troisième trimestre de l’année 2009!

Depuis le début de l’année, nous sommes à près d’un demi-million d’annonces de suppressions d’emplois (493 431 pour être précis), en hausse de 36% par rapport à la même période de l’année dernière.

Certaines des entreprises qui ont annoncé récemment des licenciements sont Wal-Mart, RadioShack, Delta, Sprint, ConAgra, Caterpillar, Bank of America, Halliburton, Qualcomm, Microsoft et Hewlett-Packard.

Si vous avez besoin de trouver un emploi ou que vous envisagez de changer d’emploi dans un avenir proche, et bien, il n’y a plus de temps à perdre. les emplois vont devenir beaucoup, beaucoup plus difficiles à trouver dans les mois à venir, et chaque jour perdu rendra plus difficile la recherche.

À l’heure actuelle, il y a plus de 100 millions d’Américains qui obtiennent une sorte d’aide du gouvernement fédéral chaque mois. La dépendance au gouvernement est à un niveau que nous avons jamais vu auparavant dans l’histoire des États-Unis, et la situation va s’aggraver considérablement.

Si nous arrivons au point où le gouvernement est réticent voire incapable de prendre soin de tous ces gens, nous allons avoir un immense problème social sur les bras. Plus d’un tiers des personnes vivant aux Etats-Unis ne peuvent pas prendre soin d’eux et chaque jour de plus en plus d’Américains sortent de la classe moyenne. Lorsque l’état Providence commence à s’effondrer, le chaos qui en découlera sera bien pire que ce que la plupart des gens oseraient imaginer.

Alors qu’en pensez-vous ? Est-ce que les pertes d’emplois et les licenciements commencent à se produire dans votre pays ?

N’hésitez pas à donner votre avis.

Source: theeconomiccollapseblog

http://www.businessbourse.com/2015/10/11/etats-unis-aujourdhui-1026-millions-damericains-en-age-de-travailler-sont-sans-emploi/

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
2 octobre 2015 01:48
 
Voici une courte liste des massacres les plus "emblématiques" de la semaine...
 
Merci aux lecteurs qui m'ont envoyé les compléments à ma propre liste. Je précise que ceux de Caterpillar n'annoncent rien de bon pour 2016, ça va de soi, hormis des millions de suppressions d'emplois de plus.

- CATERPILLAR (je vous en avais parlé dans la vidéo du mois d'août) a annoncé qu'il allait licencier 10.000 salariés

- HEWLETT-PACKARD a décidé de virer 30.000 ingénieurs de plus... Dingue !!!

- LONGMAY, le géant minier (charbon) chinois a décidé de virer d'un coup 100.000 mineurs... soit 
40% de ses 240.000 salariés. Ouaaaa...

- GROUPON, le feu de paille de l'Internet 2.0, vient d'annoncer le licenciement de 1.100 de ses salariés 



- NVIDIA le fabriquant de cartes vidéos de haut de gamme mondialement reconnu se débarrasse de 500 ingénieurs

- le journal français L'EXPRESS va annoncer un plan social de 125 salariés qui vont prendre la porte

- SOCIETE GENERALE, la banque, va licencier 400 salariés... Et ce n'est pas fini !

- ESPN la chaîne de télé américaine va licencier 300 journalistes.

- LA PRESSE, journal canadien va 
virer 158 personnes

- VEDENTA, le géant indien des mines et des métaux précieux a jeté à la rue 4000 personnes.

PS: Notre lecteur Stéphane qui travaille chez Air France nous a écrit. Un nouveau plan de licenciements se prépare, et ce seront soit baisses des salaires, soit des licenciements: "Après avoir retiré 10 jours de vacances au personnel au sol, gelé les salaires, fait partir 20.000 personnes pdv et retraités, non remplacées pour le "Transformer 2015", la direction AF nous annonce maintenant, pour "Performance 2020", des licenciements secs et des baisse de salaires pour le personnel. Je ne vous parle pas de l'ambiance dans l'entreprise. Ça devient très très chaud chez nous".


Source via
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
27 septembre 2015 00:36

Moyenne de + 25 855 chomeurs par mois, au cours des 8 premiers mois de l'année.

6 452 100 privés d'emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues, + 3 951 900 invisibles qui n'entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses ( chiffres détaillés bas de page ).

total : + de 10,4 MILLIONS de chômeurs en France (fourchette basse), et autant de pauvres largement sous les seuils de pauvreté.

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, pour le seul mois de Aout 2015 :

- Défauts d'Actualisation (bugs informatiques + oublis + des découragés non indémnisés) : 221 300, 45,5 % des sorties des listes. (+ 0,8 % sur 1 an)

- Radiations Administratives (les punis) : 34 400, 7,1 % des sorties. (-25,7 % sur 1 an)

- Autres Cas (morts, suicidés, emprisonnés) : 48 400 et 9,9 % des sorties. (+ 2,1 % sur 1 an)
 
soit 304 100 radiés des listes (62,5 % des sorties) ce mois pour autres motifs que :

- Stages parking : 53 300, 10,9 % des sorties. (+ 31,9% sur 1 an)

- Arrêts maladie, maternité, départs en retraite : 34 500, 7,1 % des sorties. (- 8,5% sur un an)

- Reprises d'emploi déclarées : 94 900, ne représentent que 19,5 % des sorties des listesde pôle emploi. ( +3,6 % sur 1 an )

Demandeurs d'emploi par catégories :

 
 
 
A : 3 571 600 +0,6 % ( + 4,6 % sur 1 an ).

B : 708 500 -0,2 % ( + 6 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
C : 1 140 800 -0,9 % ( + 14,4 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures. 

D : 289 800 +3,6 % ( + 6,6 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 405 600 +0,5 % ( + 2,9 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 6 116 300 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 6,4 % sur 1 an, 20 500 chômeurs de plus, par rapport à juillet.

TOTAL, dom-tom compris : 6 452 100 ( page 15 du rapport de la DARES, lien en bas de page ).

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 6,3 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 18,6 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 10,3 % sur 1 an.

+ d'1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (52,6 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l'emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER)

Offres d'emploi disponibles, dernier chiffre connu : 474 214, environ 150 000 collectées via pole emploi, les autres via des "partenaires" privés, certaines pouvant apparaitre 4 fois, d'autres sont fictives et/ou mensongères (remplissages de candidatures de boites d'intérim, annonces faussement classées en CDI, etc).

 

Le + scandaleux, LE CHÔMAGE INVISIBLE, complètement en dehors des statistiques :

Ne sont pas comptés dans ces 6 452 100 demandeurs d'emploi et travailleurs pauvres occasionnels :
 
1 451 900 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 441 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 989 100 sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d'autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu'un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d'un demandeur d'emploi en son sein, donc si on parle en nombre d'individus c'est pire.

+ encore 1 100 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l'AAH ou d'une pension d'invalidité, qui ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d'accès à un emploi adapté.

+ encore 1 400 000 de SANS-DROITS, qui sont principalement :

- des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d'emploi, qui comme vous le savez n'ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe), favorisant délits, crimes, trafics, prostitution, esclavagisme moderne, radicalisations etc.

- des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 650€ d'allocation chomage, ou 800€ d'allocation adulte handicapé, vous n'aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 647€ par mois, si vous êtes NON SDF.

- des bénéficiaires de pensions de reversions ( veufs, veuves ) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA ( 452€ pour une personne seule ), et qui n'ont pas l'âge pour prendre leur propre retraite ou pour percevoir le minimum vieillesse ( 65 ans ) qui s'appelle aujourd'hui "A-S-P-A" (allocation solidarité aux personnes âgées), qui est récupérable sur le patrimoine, au décès.

- des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

- des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d'emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits).

- des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d'emploi en parallèle.

- on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable.

Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 10 MILLIONS demandeurs d'emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.
 
Sources : Rapport complet de la DARES de 20 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-BVNMK3.pdf

Rendez-vous le mardi 27 Octobre 2015, pour avoir les vrais chiffres du chômage de Septembre 2015.

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
24 septembre 2015 18:23

L'augmentation du mois dernier (+20 000) inscrits en catégorie A 

Le changement de ministre du Travail n’y aura rien fait : le chômage continue de progresser en août, avec 20 000 demandeurs d’emplois en plus en catégorie A (sans aucune activité), selon les chiffres publiés ce jeudi par Pôle Emploi. Soit une hausse dix fois supérieure à la baisse intervenue au mois de juillet (-1 900). Et un nouveau record d’inscrits, avec 3,57 millions de chômeurs (3,83 millions avec les DOM), un chiffre en progression de 0,6% sur un mois et de 4,6% sur un an.

Seule (petite) consolation : avec les catégories B et C (activité réduite), la hausse est plus faible (+8 400 personnes, +0,1% sur un mois et +6,5% sur un an), pour un total de 5,42 millions d’inscrits (5,72 millions avec les DOM). La hausse en août touche particulièrement les seniors (+1,4%) et les chômeurs de très longue durée (+1,2%). ...

Le chômage en aoûtLe chômage en août

 

La toute nouvelle occupante de la rue de Grenelle n’aura pas non plus fait dans l’originalité pour son premier – et douloureux – communiqué de presse qui accompagne traditionnellement ces chiffres.

A l’instar de son prédécesseur, qui déployait des trésors d’imagination pour construire des comparatifs moins négatifs que l’évolution mensuelle, Myriam El Khomri appelle à relativiser : «Les résultats au mois le mois doivent être analysés avec prudence ; seule la tendance compte : la hausse d’août intervient après une baisse en juillet et une stabilisation en juin.» Sans préciser, comme indiqué plus haut, que la baisse de juillet représente 10% de la hausse d’août.

... le chômage des moins de 25 ans avait davantage baissé entre-temps (au printemps 2014) avant de remonter depuis…

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
24 septembre 2015 18:20

Le nombre de demandeurs d’emplois a de nouveau progressé (+0,6%) au mois d’août après un mois de répit. Avec 20.000 chômeurs de plus, la France bat un nouveau record. Au total, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A s’établit ainsi à 3.571.600 personnes.

 

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
20 septembre 2015 22:38
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
8 septembre 2015 02:34

Depuis le début de l’été, les chiffres alarmants se succèdent. Un éleveur de porcs abandonne son activité chaque jour, alerte Xavier Beulin, président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), principal syndicat agricole français, et du groupe agro-industriel Avril-Sofiproteol. Quant au ministère de l’agriculture, il estime que 10 % des élevages (laitiers, porcins, bovins) seraient au bord du dépôt de bilan.

Face à cette crise de l’élevage, le gouvernement a mis en place un premier plan de sauvetage, le 22 juillet dernier : 600 millions d’euros pour restructurer les dettes et alléger les charges sociales. Insuffisant, selon la FNSEA, qui lance une nouvelle charge.

Le 23 août, à la veille d’une réunion avec le Président de la République et le Premier ministre, Xavier Beulin demande dans le Journal du Dimanche un grand plan de trois milliards d’euros pour « sauver l’élevage ». Le lendemain, à la sortie de la réunion, il annonce la venue de mille tracteurs à Paris pour ce jeudi 3 septembre.
Une façon de faire pression sur l’exécutif… et il semble que ça fonctionne, puisque que François Hollande a justement réservé l’annonce de nouvelles mesures d’aide à l’élevage pour aujourd’hui.

« Ce n’est pas un plan de sauvetage que propose Xavier Beulin. C’est un plan d’industrialisation de l’agriculture ! » rétorque Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne. « Cela fait longtemps que les paysans disparaissent, rappelle-t-il. Ils ne s’en rendent compte que maintenant ? On agite des chiffres pour justifier des plans d’urgence. »

« J’ai l’impression qu’on est à un tournant, poursuit-il. Toutes les crises ont fait grossir les exploitations, et la seule solution que l’on nous propose est d’accélérer encore. On est très inquiets. »

« Relancer l’industrie agricole »

A la FNSEA, on ne récuserait pas le terme d’industrialisation. Premier axe du « plan de sauvetage », la modernisation des bâtiments agricoles et l’automatisation des abattoirs. « Quand on fait un grand plan de relance dans un pays, on construit des routes. Là, il faut relancer l’industrie agricole, dit Christiane Lambert, vice-présidente de la FNSEA. On doit planifier sur quinze ans, regarder de quelles productions on aura besoin, et donc de quels outils. »

Pour le syndicat, la France n’est plus « compétitive » face à ses voisins européens. « On constate un retard d’investissement dans l’agriculture, affirme Christiane Lambert. En porcs et volailles, l’âge moyen des bâtiments est de vingt-cinq ans. On a chiffré que sur la seule filière porcine, 2,7 milliards d’investissement sont nécessaires pour se mettre à niveau ! »

« Nous n’avons pas besoin de cela, conteste Pierre Brosseau, responsable de la commission porcs à la Confédération paysanne. Les éleveurs de porcs français ont des résultats techniques aussi bons que les Allemands ou Espagnols. Notre coût de production est même plus bas que la moyenne européenne. » Pour lui, la crise est due à une surproduction de porcs en Europe. « Vous avez beau moderniser, le prix payé aux éleveurs sera toujours en-dessous des coûts de production », déplore-t-il.

Et puis, même si le gouvernement donne les trois milliards d’euros demandés, où iront-ils ? Pas aux petits producteurs, assure le paysan : « Il y a toujours des seuils d’exclusion. Par exemple, il y a quinze ans, sur mon département il y a eu des aides pour les éleveurs en difficulté financière. Nous étions 250 producteurs. Les huit plus gros ont empoché 51 % de l’enveloppe d’aides. Dedans, il y avait des présidents de syndicats et de coopératives. Ils s’étaient servis. Voilà leur philosophie : ils pensent que les petits producteurs n’ont pas d’avenir donc que cela ne sert à rien de les aider. »

Moins de charges, moins de normes environnementales

Autre cheval de bataille de la FNSEA, les normes environnementales, dénoncées comme plus sévères en France qu’ailleurs. Xavier Beulin a plaidé pour leur suspension pendant un an. « Sur les directives européennes oiseaux, nitrates, habitat, la France fait plus que ce que demande l’Europe », déplore la vice-présidente de la FNSEA.

La bête noire du syndicat est l’obligation d’enquête publique pour ouvrir un élevage de taille importante. Le gouvernement a déjà allégé la procédure pour les porcs et les volailles. « Il faut le faire pour les bovins maintenant », demande-t-elle. La FNSEA réclame aussi un assouplissement des règles pour la création de réserves d’eau et l’irrigation. Côté pesticides, elle souhaite que la France cesse de réduire la liste de ceux autorisés.

« Si un tel moratoire est mis en place, les conséquences pourraient être dramatiques, s’inquiète Laurent Pinatel à la Confédération paysanne. Si l’on suspend la directive nitrate, c’est une autorisation à polluer plus, à détruire les sols. Le jour où l’on n’aura plus qu’un sol mort pour cultiver, on ne pourra plus compter que sur les produits chimiques pour le nourrir. On sera à la merci de l’agriculture industrielle. »

« Ce n’est pas en polluant les rivières que l’on va régler l’avenir de l’agriculture porcine », rassure le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, interrogé par Reporterre en conférence de presse le jeudi 27 août. Il promet tout de même une « simplification des normes ».

La disparition programmée des petits éleveurs

Enfin, troisième axe du plan de Xavier Beulin, le « regroupement des exploitations ». L’idée est que les agriculteurs puissent mettre en commun du matériel et des tâches. Mais regroupement n’est-il pas synonyme d’agrandissement, pour la FNSEA « L’agrandissement est un choix personnel. Ceux qui veulent le faire doivent pouvoir le faire, répond Christiane Lambert. Mais tendanciellement, on va vers une augmentation de la taille des exploitations. »

Le président de l’interprofession porcine INAPORC, Guillaume Roué, va encore plus loin. Pour lui l’agrandissement n’est pas un choix, c’est un fait. « Le nombre d’exploitations va diminuer par trois d’ici quinze ans, il n’y a plus personne pour reprendre ! Et donc leur taille va être multipliée par trois. »

Au-delà, il prédit carrément une disparition des éleveurs. « L’agrandissement va s’accompagner d’une conversion au végétal, car c’est plus rentable et il y a moins de contraintes, estime-t-il. La France fera des céréales et l’élevage sera produit dans des industries comme en Allemagne, en Espagne ou en Amérique. »

Un scénario qui n’est pas loin de celui que redoute la Confédération paysanne. « Ce que dessine ce plan, c’est une agriculture sans paysans, dénonce Laurent Pinatel. On aura des fermes usines destinées à l’export, qui seront subventionnées parce que pas rentables. Même Hollande l’a admis, quand on l’a vu la semaine dernière. Et à côté de ça, on gardera une agriculture de niche qui fera joli dans le paysage et servira d’alibi au reste… »

« Leur pari avec ce plan, c’est de calmer les gros éleveurs en attendant que les petits producteurs disparaissent », complète Pierre Brosseau.

Est-ce le choix que fera aujourd’hui le gouvernement ? Selon Laurent Pinatel, « le gouvernement a très peu de marge de manœuvre. » Le porte-parole n’est pas très optimiste : « Quand on écoute les déclarations de Manuel Valls et Emmanuel Macron qui ne cessent de répéter qu’il faut produire et être compétitifs, si on replace cela dans la perspective de l’agriculture, ça fait peur… »

Reporterre

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
30 août 2015 02:59

Moyenne de + 34 866 chomeurs par mois, au cours des 6 premiers mois de l'année.

6 432 200 privés d'emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues, + 3 945 400 invisibles qui n'entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses ( chiffres détaillés bas de page ).

total : + de 10 MILLIONS de chômeurs en France (fourchette basse).

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, pour le seul mois de juillet 2015 :


- Défauts d'Actualisation (bugs informatiques + oublies + des découragés non indémnisés) : 212 700, 43,4 % des sorties des listes. (+ 5,6 % sur 1 an)

- Radiations Administratives (les punis) : 38 900, 7,9 % des sorties. (-19,6 % sur 1 an)

- Autres Cas (morts, suicidés, emprisonnés et départs à la retraite..) : 51 500 et 10,5 % des sorties. (+ 7,7 % sur 1 an)
 
soit 303 100 radiés des listes (61,8 % des sorties) ce mois pour autres motifs que :

- Stages parking : 50 500, 10,3 % des sorties. (+ 19,4% sur 1 an)

- Arrêts maladie, maternité, etc : 35 900, 7,3 % des sorties. (- 0,8% sur un an)

- Reprises d'emploi déclarées : 100 400, ne représentent que 20,5 % des sorties des listes de pôle emploi. ( +14,1 % sur 1 an )

Demandeurs d'emploi par catégories :

 
 
A : 3 551 600 -0,1 % ( + 3,9 % sur 1 an ).

B : 709 800 +0,3 % ( + 6,8 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
C : 1 151 100 +1,3 % ( + 15,7 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures. 

D : 279 800 -0,4 % ( + 0,8 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 403 500 +2,1 % ( + 6 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 6 095 800 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 6 % sur 1 an, 22 200 chômeurs de plus, par rapport à juin.

TOTAL, dom-tom compris : 6 432 200 ( page 15 du rapport de la DARES, lien en bas de page ).

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 6,6 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 18,6 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 10 % sur 1 an.

+ d'1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (52 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l'emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER)

Offres d'emploi disponibles, dernier chiffre connu : 513 164.

Le + scandaleux, LE CHÔMAGE INVISIBLE, complètement en dehors des statistiques :

Ne sont pas comptés dans ces 6 432 200 demandeurs d'emploi et travailleurs pauvres occasionnels :
 
1 445 400 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 441 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 995 600 sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d'autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu'un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d'un demandeur d'emploi en son sein, donc si on parle en nombre d'individus c'est pire.

+ encore 1 100 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l'AAH ou d'unepension d'invalidité, qui ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d'accès à emploi adapté.

+ encore 1 400 000 de SANS-DROITS, qui sont principalement :

- des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d'emploi, qui comme vous le savez n'ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe), favorisant délits, crimes, trafics, prostitution, esclavagisme moderne etc.

- des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 650€ d'allocation chomage, ou 800€ d'allocation adulte handicapé, vous n'aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 647€ par mois, si vous êtes NON SDF.

- des bénéficiaires de pensions de reversions ( veufs, veuves ) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA ( 452€ pour une personne seule ), et qui n'ont pas l'âge pour prendre leur propre retraite ou pour percevoir le minimum vieillesse ( 65 ans ) qui s'appelle aujourd'hui "A-S-P-A" (allocation solidarité aux personnes âgées), qui est récupérable sur le patrimoine, au décès.

- des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

- des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d'emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits).

- des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d'emploi en parallèle.

- on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable.

Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 10 MILLIONS demandeurs d'emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.
 
Sources : Rapport complet de la DARES de 20 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : 
http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-PDGB25.pdf

Rendez-vous le vendredi 25 Septembre 2015, pour avoir les vrais chiffres du chômage de Aout 2015.

 

Source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
28 août 2015 02:41

 

SOURCE

Cette fois, on renforce les contrôles ! Pôle emploi finalise actuellement le recrutement de 200 contrôleurs qui garderont les deux yeux grands ouvertes sur environ 180.000 demandeurs d'emploi. D'après les Echos, les Daleks du chômage seront opérationnels en septembre.

 
 

200 contrôleurs recrutés en interne

Ca, c'est si vous pensiez que Pôle emploi allait créer des emplois. Ses futurs contrôleurs sont recrutés en interne : il s’agira en grande partie d'anciens conseillers déjà au fait des tâches incombant à cette mission de contrôle. En effet, cette mission de contrôle incombait jusqu'à présent aux conseillers, mais ceux-ci avaient bien du mal à concilier cette fonction avec leur mission d'accompagnement. Mais selon Les Echos, ces contrôleurs ne seront opérationnels que fin septembre. 

Actuellement, "les fiches de postes ont commencé à être diffusées sur l'intranet", indiquent les Echos qui précisent néanmoins, citant une source interne, qu'"une fois recrutés les contrôleurs seront opérationnels". Cet effectif sera suffisant aux yeux de Pôle emploi pour réaliser des contrôles concomitants sur 180.000 demandeurs d'emploi. Un tiers de ces chômeurs seront ciblés complètement au hasard.

Une excuse pour multiplier les radiations ?

"Il n'y aura pas d'objectifs de radiations" assure Jean Bassères, directeur général de Pôle Emploi cité par les Echos. Qui en doute ?

Selon Pôle Emploi, il y a déjà aujourd'hui environ 1.000 radiations par mois pour défaut de recherche d'un travail. Depuis le 1er août dernier, le contrôle de la recherche d'emploi des chômeurs a été généralisé à l'ensemble de l'Hexagone après une expérimentation menée dans trois régions (Franche-Comté, Poitou-Charentes, Provence-Alpes Côte d'Azur).

Cette procédure de contrôle débutera par l'examen du dossier du demandeur d'emploi. Si l'équipe de contrôle a la moindre suspicion elle devra interroger par un questionnaire puis par téléphone, la personne en question pour éventuellement la rencontrer ensuite.Ce n'est qu'ensuite que le contrôleur pourra, s'il le juge pertinent, proposer une radiation, temporaire (allant de 15 jours à six mois) ou définitive.

Le premier bilan du dispositif est prévu pour le printemps 2016.

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
2 août 2015 00:37
Manuel Valls en août 2013 (Crédits : Claude Truong-Ngoc, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

Manuel Valls en août 2013 (Crédits : Claude Truong-Ngoc, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

Inutile de s’appesantir sur les motifs de cette dégradation tant ils semblent évidents. Les entreprises sont en panne de compétitivité, en panne de commandes et le moral des entrepreneurs est en berne. Les charges et prélèvements n’ont fait qu’augmenter au cours de ces 5 dernières années avec une accélération depuis 2012, année de prise de fonction de François Hollande et de ses amis.

La France a perdu et continue de perdre environ 64.000 entreprises par an. Ce sont autant d’employeurs qui disparaissent et des dizaines de milliers d’emplois qui sont détruits.

La technique de l’écran de fumée

Les carnets de commandes sont exsangues pour bon nombre d’entreprises et la rentrée de septembre risque de dévoiler l’étendue du sinistre. Avec à la clé, probablement, une augmentation du nombre de demandeurs d’emplois. L’exemple de notre compagnie aérienne nationale (Air France) est révélateur qu’embaucher en France est source de non compétitivité. Il faudrait abroger certaines obligations du Code du travail et revoir, en profondeur, les bases de notre système social.

Pendant ce temps-là, on nous explique que les chiffres doivent être analysés avec beaucoup de circonspection, car Pôle Emploi comptabilise de manière différente la répartition des personnes sans activité depuis le mois de juillet. Donc, si la barre fatidique de 6 millions de demandeurs d’emploi risque d’être atteinte avant 2017, on nous expliquera, probablement, que les chiffres ne sont pas le reflet d’un mal endémique.

Mais il est vrai que le gouvernement s’attelle à des choses particulièrement pertinentes, comme la simplification du bulletin de paie. Voilà un beau projet et un grand objectif qui galvanisera les Français. Mais de qui se moque-t-on, tant la pertinence du sujet laissera plus d’un chômeur dubitatif. Car n’en doutons pas, c’est en s’attaquant à des sujets mineurs que l’on fait oublier les sujets majeurs et qu’on fait croire, aux Français, que nos gouvernants travaillent. Dans le bon sens ? Laissons la question en suspens. Mais le sujet ne mobilise-t-il pas trois de nos éminents ministres (Sapin, Rebsamen et Touraine), sans compter les conseillers qui gravitent autour d’eux, à commencer par le DRH de Solvay ?

Une valse-hésitation

Alors que la gauche de la gauche remet sans cesse sur le tapis le Pacte de Responsabilité et le CICE, que le serpent (un boa ?) de la baisse des impôts pour les ménages ressort du placard et que les recettes fiscales sont en baisse, on peut s’interroger sur la capacité à vouloir réformer la France, 2 ans avant les élections présidentielles. Les chefs d’entreprises sont « ballotés » entre des annonces qui semblent pertinentes et d’autres qui creusent un peu plus la baisse de leurs marges. Au point, qu’aujourd’hui on parle plus de survie que de développement, de restrictions plus que d’investissements, de licenciements plus que d’embauches.

Mais pourquoi Hollande, Valls et consorts refusent-ils d’entendre ? Après un « J’aime l’entreprise »tonitruant l’an passé, Valls est devenu inexistant et inaudible ! Lui qui était un thuriféraire de l’entreprise il y a peu, semble être muet dans les choix qui s’imposent. Par contre, s’il est un point sur lequel tous se rejoignent, c’est bien celui de la création d’impôts nouveaux. Ne parle-t-on pas de mettre en place une taxe sur l’électricité pour combler le déficit budgétaire ?

Notre Président (ministre du Budget qui s’ignore ?) fait preuve d’une très grande imagination pour taxer. Ne devrait-il pas se souvenir de ce que disait Laffer sous Reagan (un chantre du libéralisme !) : « trop d’impôts tue l’impôt », ou tout du moins ses effets à moyen terme. Mais non, le rythme effréné des dépenses s’accélère, on refuse d’alléger là où il serait bon de le faire, on taxe à outrance en espérant que le citron a encore du jus et on cajole les Français avec des propos lénifiants qui laissent béat de crédulité.

La France se rassure, les Français désespèrent (voir l’explosion du nombre d’appels au 115) mais pendant ce temps, nos ministres font comme si l’avenir était radieux et que la France pouvait être encore, donneuse de leçons ! Affligeant et consternant…

 

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
28 juillet 2015 15:09

 

Image d'illustration. Photo © AFP

Chômage. Au mois de juin les chiffres officiels du chômage montrent une légère augmentation (+1.300 demandeurs d’emploi supplémentaires). Mais la réalité est bien différente.

Des chiffres qui semblent encourageants

Hier lundi, le gouvernement a rendu publics les chiffres du chômage pour le mois de juin. On recensait alors 1.300 demandeurs supplémentaires sur le mois. Ce qui porte à 3.553.500 personnes le nombre de chômeurs en France.

Une nouvelle méthode qui arrange le gouvernement

Comme le rapporte Le Figaro, une nouvelle méthode de décompte du nombre de demandeurs d’emploi a été utilisée. Cette nouvelle règle, décidée par le Gouvernement a permis de faire basculer 10.000 personnes de la catégorie A (« demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi » selon l’Insee, la catégorie la plus commentée), en catégorie D et E (respectivement selon l’Insee « demandeurs d'emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi - en raison d'un stage, d'une formation, d'une maladie » et « demandeurs d'emploi non tenus de faire de actes positifs de recherche d'emploi, en emploi »).

Les vrais chiffres : + 11 300 chômeurs

Si le pouvoir n’avait pas décidé de modifier les règles de comptabilisation des chômeurs, ce sont en réalité 11 300 personnes qui ont perdu leur emploi au mois de juin, qui auraient dû être enregistrées en catégorie A.

Le gouvernement habitué à maquiller les chiffres du chômage

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement utilise des artifices pour donner l’impression que sa politique est efficace pour relancer l’emploi en France. Plusieurs précédents, révélés par Valeurs actuelles, notamment en février et en juin, rappellent que le gouvernement est prêt à tout pour maquiller des mauvais résultats.

La France, mauvais élève européen

Et chez nos voisins européens, que se passe-t-il ? Alors qu’en France, le chômage ne cesse d’augmenter (hausse de 4,7% rien que sur une année), les pays de l’Union Européenne ont observé une baisse générale puisque le taux moyen est passé de 10,4% à 9,6 entre mai 2012 et mai 2015.

Hier lors du diner annuel de l’Association de la presse présidentielle, François Hollande a répété une énième fois qu’il conditionnerait sa candidature à l’élection de 2017 à son engagement de campagne : « Il faut qu'il y ait une baisse du chômage tout au long de l'année 2016, une baisse crédible, longue et répétée ».

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
24 juin 2015 18:41

 

Image d'illustration. Photo © AFP

Triste record. Il n’y a jamais eu autant de chômeurs en France. Les chiffres qui viennent d’être publiés sont catastrophiques : la France comptait en avril dernier 3,53 millions de chômeurs sans activité. Pour le mois de mai, le chômage a progressé de 0,5%.

Situation au mois d’avril

Les résultats qui ont été publiés par le gouvernement pour le mois d’avril étaient catastrophiques. La France comptait 26.200 demandeurs d'emploi supplémentaires, soit une augmentation de +0.7% d'après les calculs du gouvernement par rapport au mois de mars.

Au total, le nombre de chômeurs en France s’élevait à plus de 3.53 millions (3.536.000). Soit une hausse de 5,1% sur un an.

Record au mois de mai

Les résultats viennent d’être rendus publics. On recense pour le mois de mai une croissance de 0,5% du nombre de demandeurs d'emplois avec 16.200 chômeurs supplémentaires. Des résultats très mauvais à mettre au crédit de l'action du gouvernement.

Interrogé sur France Info ce mercredi matin, le ministre du Travail François Rebsamen avait affirmé : « L’année 2015 sera meilleure que 2014. A la fin de l'année, on constatera, j'espère, une phase de stabilisation et puis une décrue du nombre de demandeurs d'emploi ».

 

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
18 juin 2015 02:10

Souvent j’écris sur la « préférence étrangère » de nos élites mondialisées et chaque fois cela ne manque pas, nos lecteurs de gauche scrutant nos faits et gestes hurlent au populisme et à la démagogie. ...

...Pour en revenir au sujet du texte, j’affirme ici avec force qu’une « préférence étrangère » existe belle et bien, il s’agit même d’une politique d’Etat. Lorsque M. Hollande Président élu, dit en visite d’Etat en Algérie « développer l’emploi en Algérie et en France notamment en faveur de jeunesse algérienne », de quoi s’agit-il ?

Je pose la question. Ce n’est pas moi Mike Borowski qui le dit c’est M. Hollande. Le chômage de la jeunesse Française n’est donc pas assez élevé pour se préoccuper de celui de la jeunesse Algérienne ?

Visiblement M. Hollande répond par la négative à ma question, pour lui ce qui importe c’est l’autre. Il est persuadé comme l’ensemble de notre classe politique du changement de population, il est pour lui inéluctable et nécessaire.

Hollande ne croit pas dans la France, les Français. Pour lui il s’agit d’un vieux peuple, avec une culture désuète, des rites ringards, et une vision du monde allant à l’encontre de la sienne. Il faut donc s’en débarrasser.

Et qui de mieux qu’une jeunesse nord-africaine pour tuer un grand pays comme le nôtre ? Bertold Brecht disait en son temps « Quand le peuple vote mal, il faut changer le peuple.” Nous sommes en plein dedans.

Source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
5 juin 2015 02:10

Les chiffres du chômage publiés hier soir ont perturbé le message que le gouvernement prépare sur l'emploi dans les TPE.


Les résultats sont en effet très mauvais et commencent à poser des questions de fond sur la cohérence de la politique économique.

 

 

 

Bientôt 6 millions de demandeurs d'emploi



Pour le gouvernement, les chiffres sont sans appel. 
Pour les seuls demandeurs d'emploi indemnisés (catégorie A), le chômage a progressé de 0,7%, soit 25.000 unités en un mois. 
Le volume global de demandeurs d'emplois, indemnisés ou non, approche dangereusement des 6 millions pour la seule France métropolitaine.
Plus grave encore, les chiffres de la durée moyenne de chômage s'allongent dangereusement. 
Pour les indemnisations de plus d'un an, la progression est de 10% en un an.
 Pour les plus de 3 ans, elle est de quasiment 20% 
Autrement dit, le marché peu à peu se ferme aux seniors et piègent l'ensemble des demandeurs d'emploi.

Pire: les entrées dans l'indemnisation ont explosé ce mois-ci, avec un chiffre record de 540.000 arrivées, les sorties ont aussi battu un record... à la baisse.
 485.000 chômeurs seulement ont quitté les files actives de Pôle Emploi en avril, contre 500.000 l'an dernier à la même date. 
Pour cette raison, on peut parler d'avril noir pour le chômage en France.

 

 

 

Et pourtant le gouvernement continue à parler de reprise



Pour le gouvernement, la situation est évidemment extrêmement délicate à gérer.
 Depuis plusieurs semaines, le Président de la République répète que la reprise économique est en cours et que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.
 Malgré des avis convergents venus des entreprises sur la difficulté des temps, le gouvernement semble s'entêter dans un optimisme forcené, voire aveugle. 

L'annonce d'une nouvelle dégradation du chômage nourrit ce sentiment de malaise face à une rupture manifeste avec la réalité. 
François Rebsamen, ministre du Travail, qui a annoncé 100.000 emplois aidés supplémentaires, a ajouté: «Il faut un délai de plusieurs mois avant que la reprise de l'activité ne se traduise par des embauches».

 La méthode Rebsamen ressemble curieusement à la méthode Coué.

Dans la foulée, on imagine mal que le gouvernement puisse facilement annoncer de nouvelles mesures d'assouplissement du marché du travail: Valls a, selon Berger, d'ores et déjà renoncé à modifier le contrat de travail.

 

 

 

Le pire est-il à venir?



La question qui agite les esprits est encore moins rassurante.
 La France s'est engagée dans le pacte de responsabilité, et depuis plus d'un an Manuel Valls tente un exercice austéritaire qui tarde à porter ses fruits. 
Certes, cette austérité constitue largement un trompe-l'oeil. 
Comme l'a souligné la Cour des Comptes, en 2014, le déficit budgétaire a repris sa course à la hausse après plusieurs années de baisse. 
Il a augmenté de 10 milliards€ en un an pour atteindre les 85 milliards. 
Néanmoins, la politique de baisse de charge pour les entreprises, de limitation tous azimuts des droits divers et variés, ne produit pas les résultats escomptés.

 La croissance stagne et le chômage se dégrade. 
Ces perspectives inquiètent d'autant plus que le gouvernement ne semble guère en avoir encore "sous la pédale".
 Le Président de la République a d'ailleurs annoncé que le temps de la redistribution venait. 

Sur le fond, on peut se demander dans quelle mesure la France n'est pas entrée dans une spirale à la grecque. 
Les réformes de façade n'ont aucun apport positif à l'économie et les indicateurs systémiques se dégradent à vue d'oeil. 
La dette n'est toujours pas maîtrisée et le chômage poursuit sa course folle.
Pour l'instant, le gouvernement a mangé son pain blanc en profitant de la baisse des taux pour contenir le coût de son endettement. 
Une remontée des taux aurait des résultats désastreux, surtout si elle devait se produire brutalement. 

Et ce jour-là, le gouvernement verra le piège à la grecque se refermer sur lui.   
source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
2 juin 2015 02:50
Chômage : 26 200 demandeurs d'emploi supplémentaires en avril, nouveau record

Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a bondi en avril (+26.200 personnes, soit +0,7%) pour atteindre un nouveau record de 3,53 millions en métropole. François Rebsamen, ministre du Travail, promet «100.000 contrats aidés supplémentaires» en 2015.

Et ça continue, encore et encore. Pour le huitième mois consécutif, le chômage a augmenté en avril et un nouveau record a été enregistré. Ce mois là, 26 200 personnes supplémentaires sans aucune activité (catégorie A) se sont inscrites à Pôle Emploi, soit une augmentation de 0,7%.

Au total, 3,53 millions de personnes sont sans emploi. Sur un an, la hausse est de 5,1%.

Quant au nombre d'actifs en recherche du travail (catégorie A, B, C), il s’établit à 5 344 600 (+7 ,1% sur un an). Depuis son élection voilà trois ans, François Hollande n'a assisté qu'à cinq baisses des chiffres mensuels de Pôle emploi. Et près de 600 000 nouveaux chômeurs ont poussé la porte d'une agence pour l'emploi (voir l'infographie ci-dessous).

100 000 contrats aidés en plus

Face à cette énième mauvaise nouvelle, François Rebsamen a annoncé dans un communiqué «100 000 contrats aidés supplémentaires» en 201 et «60 000 demandeurs d’emploi supplémentaires en formation»

Pour enrayer cette spirale infernale, le gouvernement mise aussi beaucoup sur le pacte de responsabilité, avec ses 40 milliards d'allègements de cotisations sociales et fiscales à horizon 2017.

Sauf que, selon l'Insee, les patrons ont jusqu'ici davantage utilisé cette bouffée d'oxygène pour augmenter les salaires qu'investir et embaucher. L'institut estime que 40 000 emplois devraient être sauvés au cours du 1er semestre grâce à ce dispositif, trop peu pour contenir la hausse du chômage.

Mesures pour les chômeurs de longue durée

François Rebsamen estime que «la croissance économique enregistrée au premier trimestre (+0,6 %), dynamisée par la montée en charge du pacte de responsabilité et de solidarité, a été plus forte que la moyenne de la zone euro. Il faut toutefois un délai de plusieurs mois avant que la reprise de l’activité ne se traduise par des embauches.»

En attendant, le gouvernement multiplie les plans et les mesures pour mieux accompagner les chômeurs de longue durée, relancer l'apprentissage.

L'emploi dans les TPE-PME au menu des discussions avec Valls

Autre levier d'action : lever «les freins les freins au recrutement qui subsistent». Ce thème est d'ailleurs au coeur des échanges organisés aujourd'hui et demain à Matignon entre Manuel Valls et les partenaires sociaux, autour de l'emploi dans les TPE et PME. Mais que les chefs d'entreprise n'attendent pas la mise en place d'un nouveau contrat de travail plus souple pour créer des emplois. Manuel Valls a fermé la porte à cette éventualité lors des discussions, au grand dam du patronat.

​SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
19 mai 2015 00:14
Pourquoi tant de jeunes Français veulent-ils quitter la France ?
Pourquoi tant de jeunes Français veulent-ils quitter la France ?

On peut se demander à juste titre pourquoi tant de Français abandonnent la France et partent tenter leur chance en Australie, pays très éloigné, à la fois géographiquement et culturellement, de leur terre d’origine. La réponse est fort simple : c’est parce que l’avenir économique y paraît meilleur.

SOURCE

Le discours du ministre australien du budget de mardi dernier est l’occasion de constater un élément frappant de la politique australienne. En effet, celle-ci continue d’être très préoccupée par la réduction de la dette publique… alors qu’elle est à peu près trois fois inférieure à la nôtre, autour de 35% du PIB.

À l’aune de ce chiffre, plus besoin de se demander pourquoi les jeunes Français préfèrent s’envoler vers l’Australie plutôt que de rester en France où ils sont quasi assurés, non seulement de payer des impôts considérables jusqu’à la fin de leurs jours, mais où ils sont aussi quasi certains de ne pas percevoir leurs allocations retraites par implosion d’un système devenu insoutenable.

En Australie, cette faible dépense publique est le fruit d’une volonté politique présente depuis les années 1980, initiée d’ailleurs par un gouvernement travailliste et qui, hormis quelques politiques de relances ponctuelles, a continué jusqu’à nos jours. Le contrôle du déficit public fut ainsi le premier élément annoncé par le ministre du budget Joe Hockey lors de son discours. Il a annoncé que le déficit est passé de 123 milliards de dollars1 sous le gouvernement précédent, à seulement 82 milliards aujourd’hui, soit une réduction de plus du tiers.

Le déficit atteint donc 2,3% du PIB, alors que, rappelons-le, le gouvernement français peine à passer en deçà de la barre des 4,5%. Cette bonne gestion est d’autant plus marquante que le pays connaît depuis 3 ans un fort ralentissement de ses exportations de minerai vers la Chine, ce qui pèse beaucoup sur ses recettes fiscales.

Par ailleurs, alors que la France continue de s’occuper chaque jour d’accroître les contraintes sur les entreprises – le compte pénibilité en est l’exemple le plus frappant – l’Australie s’occupe sérieusement de réduire sa réglementation pourtant bien moins prolifique qu’en France. Ainsi, depuis 2 ans, l’Australie a supprimé 50.000 pages de régulations et règles administratives pesant sur les entreprises, ce qui représente un équivalent de baisse de charges de 2,5 milliards de dollars2 par an.

Contrairement à la France, le gouvernement australien semble en outre avoir compris d’où vient la création d’emplois, le ministre ayant en effet déclaré : « Notre croissance future viendra de la transformation des petites entreprises en grandes entreprises ». Joe Hockey a ainsi annoncé des mesures destinées uniquement aux petites entreprises, consistant notamment en réductions d’impôts.

À 6,2% le chômage australien est bien inférieur au chômage français qui est près du double, et il diminue régulièrement. Cela semble en tout cas démontrer que l’emploi et la bonne gestion de la dépense publique ne sont pas des éléments incompatibles.

A lire aussi :

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
5 mai 2015 03:30
L’armée remplace ses 4×4 Peugeot fabriqués à Sochaux par des Ford « made in USA »

Pour remplacer la P4 assemblée à Sochaux, l’armée française préfère un Ranger américain au Duster modifié par Poclain Etupes pour Renault. Incompréhension dans le pays de Montbéliard.

A l’heure ou les emplois sont rares, on croyait que le made in France sur le refrain « produisons français, achetons français », était un credo cher au gouvernement. L’armée française, qui achète des Ranger pur jus américain pour remplacer ses illustres P4 (Peugeot quatre roues motrices) assemblées à PSA Sochaux, ne fait que grattouiller un peu plus là où ça démange les constructeurs tricolores.

Renault avec son Duster et Citroën avec son Berlingo spécialement modifiés pour l’armée, se retrouvent (pour l’instant du moins), sur la touche d’un marché où Poclain Véhicules (Étupes) et Nedey (Montbéliard) étaient également positionnés.

Les deux régionaux de l’étape en sont verts de rage. Ou plutôt « vert Otan », comme la couleur du solide 4×4 Duster équipé pour traverser des gués de 80 cm d’eau, présenté au grand public la semaine dernière à Montbéliard. À l’occasion du lancement du nouvel Espace à la concession Renault. Depuis, le prototype a rejoint Paris.


Forcément, ce robuste véhicule tout terrain scotche les regards, interpelle les curieux. « Modifié par Poclain Étupes pour Renault, ce véhicule susceptible de transporter quatre soldats et leurs bardas était destiné à l’armée française, voué à crapahuter sur les terrains d’opérations extérieures », résume Pascal Bernard, le directeur général de Poclain, entreprise qui fait de la transformation de véhicules pour une flopée de constructeurs automobiles (Peugeot, Citroën, Renault, Nissan, Mercedes, etc.). Poclain Étupes a d’ailleurs signé la série spéciale du Cactus Citroën (Cross raider), version tout terrain, présentée à Genève.

Obama équipe-t-il son armée avec des véhicules français ?

L’armée française, via l’UGAP (centrale d’achat public), a donc préféré au Duster et au Berlingo, le Ford Ranger US. « Celle-là, elle est bien bonne ! », lâche un visiteur interloqué. « Obama vient-il nous acheter des véhicules français pour équiper ses armées ? » « L’État français qui, avec les impôts français, achète made in US au moment où on a grand besoin de travail, c’est juste fort de café », ajoute un autre.

Il avait pourtant passé les tests tout terrain avec succès

Comme toute histoire a un commencement, celle-ci débute par un appel d’offres de l’armée voulant renouveler, pour partie, son parc vieillissant de P4, un 4 roues motrices développé par Peugeot, pour la motorisation, en collaboration avec Mercedes, pour la carrosserie. La première P4 (qui succède à la Jeep de 1945) est sortie des chaînes de production en 1984, la dernière en 1992.

Le nouveau marché porte sur environ 5 000 véhicules et s’étale sur deux ou trois ans. Plusieurs constructeurs se positionnent, dont Renault Dacia avec le Duster. Les transformations mécaniques spécifiques pour le marché de l’armée sont confiées à Poclain Étupes tandis que Nedey Montbéliard réalise la peinture « vert Otan ».

Le Duster revisité quatre roues motrices, « moins cher d’ailleurs que les autres véhicules en lice », passe les tests tout terrain organisé par l’armée avec succès. Le véhicule franchit même des obstacles là où d’autres concurrents restent en rade. Et puis, patatras ! La nouvelle tombe.

La première tranche de 1.000 véhicules est attribuée au pick-up américain Ford. « Autant d’heures de travail qui ne sont pas affectées à la France », lâche Pascal Bernard. « Ce marché représentait 10.000 heures de travail pour nous, sept à huit personnes à l’année. Sans parler des 100.000 € investis dans le développement pour répondre au cahier des charges de l’armée et les essais de ce Duster modifié. Idem chez Nedey. »

Tout n’est pas perdu. D’abord, 4.000 autres véhicules sont à construire. Renault et Citroën seront peut-être conviés par l’armée au prochain festin tout terrain. Ensuite, pour amortir les investissements consentis, le Duster quatre roues motrices fait désormais les yeux doux aux pompiers, à l’ONF, aux administrations comme au grand public, amateur de tout terrain.

Maintenant, les constructeurs tricolores aimeraient bien savoir pourquoi la préférence de l’armée française est allée vers le made in USA. Un échange entre les deux pays ? Genre, si tu m’achètes mes Ford Ranger, je te prends trois ou quatre Rafale ! « Nous ne sommes pas dans les secrets des dieux », concèdent les constructeurs régionaux, « ni dans celui des décisions prises dans les alcôves. »

L’Est Républicain

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
2 mai 2015 02:04
Vallourec : suppression de 2.000 emplois

Entreprise. Vallourec a annoncé ce mercredi qu’il allait supprimer 2.000 emplois d’ici à 2017 afin de réduire ses coûts sur la période 2015-2016.

L’Europe visée

Le leader de la fabrication de tube en acier sans soudure a annoncé ce mercredi qu’il allait supprimer près de 2.000 postes dans le monde, soit près de 10% de la totalité de ses effectifs. L’entreprise, qui emploie près de 23.000 personnes dans le monde, vise particulièrement l’Europe : sur les postes menacés, 900 se situent en France et 600 en Allemagne.

Hier mardi, le groupe annonçait ses résultat pour le premier trimestre : le chiffre d’affaires a reculé de 17% pour atteindre légèrement plus d’un milliard d’euros, ce qui s’est traduit par un résultat net négatif. Vallourec a enregistré une perte de 76 millions d’euros. Le résultat brut d’exploitation a lui été divisé par quatre (53 millions d’euros). Philippe Crouzet, président du Directoire, a déclaré : «Vallourec évolue actuellement dans un environnement de marché très difficile marqué par les coupes importantes dans les investissements en exploration et production».

Recherche d’un partenaire majoritaire

Pour réduire les coûts, Vallourec avait lancé un plan d’économies en 2014, nommé Valens. Le président déclarait : «L'objectif de ce plan est à la fois d'améliorer notre compétitivité et de réduire nos surcapacités en Europe dans notre métier du tube sans soudure (…) La surcapacité est très importante, il faut s'y attaquer».

Le groupe a également annoncé ce mercredi vouloir trouver un partenaire majoritaire pour l’usine du Nord de Saint-Saulve afin de «rationaliser ses unités européennes de production de tubes et d'acier».

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
29 avril 2015 02:50
Chômage : le nombre record de 3,5 millions de demandeurs d’emploi a été atteint fin mars

L’inversion de la courbe du chômage, ce n’est toujours pas pour maintentant. Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A (sans aucune activité dans le mois) s’est établi à 3.509.800 en France métropolitaine fin mars 2015, un record, a annoncé le ministère du Travail, ce lundi. 15.400 personnes de plus sont venues s’inscrire à Pôle emploi par rapport à la fin février soit une hausse de 0,4% sur un mois et de 4,9% sur un an.

5.590. 600 chômeurs en incluant les Dom.

En incluant les chômeurs ayant exercé une petite activité, le chômage touche 5.290.500 personnes en France métropolitaine fin mars 2015 et 5.590. 600 en incluant les Dom). Ce nombre augmente de 0,5 % au mois de mars et de 6,7 % sur les douze derniers mois.

Des jeunes (+0,6% pour les moins de 25 ans) aux seniors (+0,5% pour les 50 ans et plus), en passant par les 25-49 ans (+0,6%) personne n’a été épargnée par ces mauvais chiffres du mois de mars.

«Le chômage de masse concerne en France quasi-exclusivement les travailleurs peu qualifiés» [...]

20minutes

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
28 avril 2015 17:47
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
28 avril 2015 12:42
Ce que cachent les 830.000 emplois à pourvoir en France d'ici à 2022

Le rapport «Les métiers en 2022», présenté mardi par France Stratégie et dont Le Figaro s'est procuré une copie, prévoit que 830.000 nouveaux postes seront à pourvoir entre 2012 et 2022. Les trois métiers les plus porteurs?

Les agents d'entretien, les aides à domicile et les enseignants, des jobs aujourd'hui peu prisés.

Mais derrière ces gros volumes calculés par le think-tank du gouvernement, la réalité reste mitigée.

Tout d'abord parce que 78 % de ces postes à pourvoir le seront en remplacement de départs à la retraite, et non grâce au dynamisme économique. Ensuite ...

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
28 avril 2015 12:26
Vrais chiffres du chômage en mars 2015: 30 000 chômeurs de plus malgré 305 400 radiés

Janvier + 28 100, Février + 25 600, Mars + 30 000

6 277 300 privés d'emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues, + 3 782 500 invisibles qui n'entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses ( chiffres détaillés bas de page ).

total : + de 10 MILLIONS de chômeurs en France. (fourchette basse)

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, Février 2015 :

Défauts d'Actualisation : 207 800, 44 % des sorties des listes. (- 1,4% sur 1 an)

Radiations Administratives (les punis) : 46 200, 9,8 % des sorties. (- 11,4% sur 1 an)

Autres Cas ( les morts, suicidés, emprisonnés .. ) : 51 400 et 10,9 % des sorties. (+ 1,2% sur 1 an)

soit 305 400 radiés des listes (64,7 %) ce mois pour autres motifs que :

Stages parking : 45 700, 9,7 % des sorties. (+ 8,6% sur 1 an)

Arrêts maladie, maternité, etc : 36 100, 7,6 % des sorties. (+ 5,9 % sur un an)

Reprises d'emploi déclarées : 84 800, ne représentent que 18 % des sorties des listes de pôle emploi. ( -10,7% sur 1 an )

Demandeurs d'emploi par catégories :

B : 684 000 -0,4 % ( + 4,5 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
C : 1 096 700 +1,4 % ( + 14,8 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures.

D : 279 600 +1,1 % ( + 1,3 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 378 000 -0,3% ( - 3,7 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 5 948 100 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 5,5 % sur 1 an, 30 000 chômeurs de plus, par rapport à Février.

TOTAL, dom-tom compris : 6 277 300 ( page 15 du rapport de la DARES, lien en bas de page ) et encore, données corrigées, les chiffres bruts sont + alarmants encore.

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 8,4 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 18,7 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 9,5 % sur 1 an.

+ d'1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (51,6 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l'emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER)

Offres d'emploi disponibles, dernier chiffre connu : 323 233.

Le + scandaleux, LE CHÔMAGE INVISIBLE, complètement en dehors des statistiques :

Ne sont pas comptés dans ces 6 277 300 demandeurs d'emploi et travailleurs pauvres occasionnels :

1 282 500 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 300 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 1 017 500 sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d'autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu'un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d'un demandeur d'emploi en son sein, donc si on parle en nombre d'individus c'est pire.

+ encore 1 100 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l'AAH ou d'unepension d'invalidité, qui ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d'accès à emploi adapté.

+ encore 1 400 000 de SANS-DROITS, qui sont principalement :

des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d'emploi, qui comme vous le savez n'ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe), favorisant délits, crimes, trafics, prostitution, esclavagisme moderne etc.

des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 650€ d'allocation chomage, ou 800€ d'allocation adulte handicapé, vous n'aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 647€ par mois, si vous êtes NON SDF.

des bénéficiaires de pensions de reversions ( veufs, veuves ) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA ( 452€ pour une personne seule ), et qui n'ont pas l'âge pour prendre leur propre retraite ou pour percevoir le minimum vieillesse ( 65 ans ) qui s'appelle aujourd'hui "A-S-P-A" (allocation solidarité aux personnes âgées), qui est récupérable sur le patrimoine, au décès.

des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d'emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits).

des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d'emploi en parallèle.

- on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable.

Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 10 MILLIONS demandeurs d'emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.

Sources : Rapport complet de la DARES de 20 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-BUG13N.pdf

Rendez-vous le mardi 2 Juin 2015, pour avoir les vrais chiffres du chômage de Avril 2015.

Source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
28 avril 2015 02:28
Encore 15.000 chômeurs de plus en mars

La France a dépassé de nouveau, en mars, le cap des 3,5 millions de personnes n’ayant pas du tout travaillé. 1.247.800 chômeurs sont inscrits à Pôle emploi depuis au moins deux ans.

Si certains indicateurs semblent indiquer un début de reprise, cela ne se traduit pas, ou en tout cas pas encore, dans les chiffres du chômage. En mars, le nombre de demandeurs d’emploi n’ayant pas du tout travaillé a encore progressé de 15.400, soit +0,4 %. Il a nettement franchi la barre des 3,5 millions, à 3.509.800 en métropole, selon les statistiques publiées ce lundi à 18 heures par le ministère du Travail. DOM compris, on atteint désormais le chiffre de 3.768.300.

La bonne surprise du mois de janvier , durant lequel les effectifs des chômeurs de catégorie A avait diminué après avoir franchi en décembre le seuil des 3,5 millions de chômeurs, pourrait bien n’être qu’un « accident », puisque les deux mois suivants, l’augmentation a repris à un rythme soutenu. Mais le ministre du Travail, François Rebsamen, veut croire que l’embellie de janvier n’aura pas été qu’un feu de paille. « Le début d’année 2015 demeure une phase d’amélioration de la tendance, même si elle ne suffit pas à obtenir, pour le moment, une baisse régulière du nombre de demandeurs d’emploi », affirme-t-il dans un communiqué, s’appuyant sur le fait que le niveau de mars est à peine plus élevé que celui de décembre 2014 (3.500.900 chômeurs en catégorie A). Il souligne que les intentions d’embauche de plus d’un mois progressent depuis janvier, en particulier dans les très petites entreprises.

Diminution des activités de courte durée

Excès d'optimisme ? Les chiffres d’avril le diront. Mais pour l’heure, les signaux positifs sont rares. Si l’on intègre les demandeurs d’emploi ayant travaillé dans le mois, la situation n’est pas meilleure puisque leur nombre a aussi progressé pour atteindre 5.290.500 dans l’Hexagone et 5.590.600 sur la France entière.

Seul signe un peu positif : on constate une diminution des personnes ayant travaillé, mais moins de 78 heures dans le mois (catégorie B, en baisse de 0,4 %) et une augmentation de celles ayant travaillé plus (catégorie C, en hausse de 1,4 %).

Ce sont les jeunes qui ont été le plus touchés par la hausse du chômage en mars. Le nombre de moins de 25 ans au chômage a augmenté de 1 % quand celui des seniors et des 25-49 ans - les plus nombreux - a progressé de moins de 0,5 %.

Ceci n’est pas sans lien avec la poussée des premières entrées sur le marché du travail enregistrées le mois dernier par Pôle emploi (+6,6 %), qui reste cependant très inférieure au volume des inscriptions de nouveaux chômeurs pour fin de contrat à durée déterminée (près d’une entrée sur quatre).

Baisse des radiations administratives

Du côté des sorties, on peut certes noter une progression du nombre de reprises d’emploi déclarées (+2,7 % sur un mois), mais il faut noter que leur niveau est inférieur de plus de 10 % à celui de mars 2014. Quant aux radiations administratives, qui parfois contribuent à limiter la hausse du chômage, elles n’ont clairement pas joué le mois dernier puisqu’elles ont baissé de près de 6 %.

De son côté, le chômage de longue durée a continué à progresser, avec une augmentation de 1,1 % sur un mois et 10,1 % sur un an. Catégories A, B et C confondues, le ministère du Travail a comptabilisé 2.308.800 demandeurs d’emploi concernés, dont 1.247.800 inscrits à Pôle emploi depuis au moins deux ans et 733.000 depuis au moins 3 ans.

Certes, cette tendance apparaît inéluctable tant que le marché du travail ne se retournera pas, les entreprises ayant tendance à regarder d’un mauvais œil les chômeurs trop anciens, dans un marché du travail où globalement l’offre excède largement la demande. Mais elle est très inquiétante car le retour à l’emploi s’avère d’autant plus difficile qu’on en a été éloigné longtemps.

LIRE AUSSI :

236.000 emplois détruits en France entre 2012 et 2014 (11/03)


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/economie-france/social/02133993263-encore-15000-chomeurs-de-plus-en-mars-1114877.php?0XVTOq1aT5QMUM47.99

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
25 avril 2015 01:16
Plans sociaux dans la logistique : 600 emplois rayés de la carte en Bretagne

(Breizh-info.com) – La désindustrialisation de la France n’entraîne pas la fin des plans de licenciements massifs. Ils se sont tout simplement déplacés vers d’autres secteurs comme le transport routier de marchandises (faillites successives de Mory-Ducros et de Mory Global) et la logistique, activité jugée jusqu’alors à l’abri puisque non délocalisable.

En fermant à l’horizon 2018 six bases – dont trois en Bretagne – Intermarché s’apprête à rayer 400 emplois de la carte en Bretagne, où les bases de Rostrenen (200 emplois) dans les Côtes- d’Armor, Saint-Gérand dans le Morbihan et Mellac dans le Finistère sont concernées. Le groupe a commencé un ambitieux redéploiement de ses bases, en regroupant deux à trois sites sur un seul. Cette année, ce sont ainsi 500 emplois qui disparaîtront avec la fermeture des sites de Gaillon (Eure) et Lectoure (Gers).

La fin de Mory Global concerne en France 2 150 salariés. L’on sait d’ores et déjà que 25 millions d’euros ont été débloqués pour le méga-plan social et qu’ils bénéficieront des mêmes conditions de départ que leurs collègues de Mory-Ducros l’an dernier. Alors que les graves soupçons des syndicats se voient confirmés, la Bretagne déjà éprouvée par la suppression de 300 emplois en perdra 26 à Caudan, 80 à Cesson et 28 à Nantes. Soit 137 de plus.

Par ailleurs un plan social est prévu à Gefco dont le résultat en France continue à baisser; l’agence de Rennes devrait perdre une soixantaine d’emplois. En tout, ça fait 600 emplois supprimés dans le secteur sur l’ensemble de la Bretagne historique, dont la plus grande partie est supportée par les départements déjà fragiles de la Basse-Bretagne.

La logistique emploie en France 53.000 personnes au sein de 1600 entreprises. En moins d’un mois le secteur aura perdu 3000 emplois. Pas de quoi préoccuper, semble-t-il, François Hollande et le gouvernement qui continuent malgré tout à voir des « signes de reprise« . Un optimisme démenti par la réalité des chiffres.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
23 avril 2015 02:40
Et Hollande renonce à réformer l’essentiel: le code du travail !

La grandiloquence, comme chacun sait, ne fait hélas pas une politique.

Voici trois jours à peine, François Hollande jurait qu’il était déterminé « à faire des réformes jusqu’au bout pour qu’il y ait plus d’emploi ». S’il songeait, à cet instant, à la loi Rebsamen, annoncée comme le grand soir social du quinquennat, l’affaire est mal partie.

Conçu en priorité pour ne pas irriter les syndicats et préserver leur pré carré, ce texte ne modifie pas d’un iota les mille lourdeurs qui entravent la vie économique du pays. Que disent à longueur de journée les experts les plus réputés, les institutions les plus sérieuses et toutes les entreprises de France et de Navarre ? Une chose simple : le droit du travail français est devenu un monstre réglementaire, d’une complexité telle qu’il dissuade les meilleures volontés d’embaucher.

Cette législation tentaculaire envahit chaque minute l’esprit des chefs d’entreprise, notamment dans les PME, lorsqu’ils devraient entièrement consacrer leur énergie à se battre pour conquérir des marchés. La rigidité sociale française est unanimement désignée, avec la surfiscalité, comme le principal handicap de notre économie et la cause majeure de notre compétitivité perdue.

Que propose le gouvernement pour lutter contre ce fléau ?

La suppression des seuils sociaux ?

Des 35 heures ?

Un nouveau contrat de travail ?

La fin du régime des intermittents ?

Rien de tout cela. En guise de révolution, il faudra s’accommoder d’un mini-réaménagement du fonctionnement des instances sociales, qui ne changera rien – ou presque – au fond du problème. Assorti, pour faire bonne mesure et assurer « le progrès social », d’un épouvantail et d’une usine à gaz supplémentaires : une nouvelle instance syndicale dans les régions, qui affole déjà les petites entreprises, et un compte personnel d’activité, qui effraie déjà les recruteurs…

Pour François Hollande, une chose est sûre : même le plus enragé des frondeurs aura du mal à justifier son opposition à un texte si creux. Mais pour la France, une autre ne l’est pas moins : c’est une nouvelle occasion manquée.

Par G. De Capèle – JSSNews

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage