Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

12 avril 2015 02:41
La reprise est là ? Celle des licenciements, oui, en effet !

Galeries Lafayette, André, DIM, la Halle, MoryGlobal, Kookaï… Depuis quelques jours, on ne les compte plus ces sites qui vont fermer, ces entreprises qui vont licencier et avec eux, ces milliers de salariés qui vont devoir pointer au chômage.

Une réalité qui transcende pourtant avec celle inventée par l’exécutif. La reprise est là. Personne ne sait où, ni comment elle se traduit, personne ne voit poindre le bout de son nez, mais malgré tout, la reprise est là.

Alors certes, les indicateurs économiques se retournent à la hausse, sauf que l’ampleur du retournement est tellement faible, qu’il est impossible que celui-ci se traduise positivement dans les chiffres.

Moi Président de la République j’avais promis qu’après mon arrivée à l’Elysée, tout allait changer. Dans un certain sens, on peut dire qu’il a réussi son changement. Accroissement de la pauvreté, de la dette publique, du déficit public, du chômage, effondrement du pouvoir d’achat et j’en passe…

C’est d’ailleurs tout l’intérêt de la gauche ; qu’il y ait de plus en plus de pauvres. De cette manière elle a longtemps cru pouvoir assoir durablement son socle électoral en jouant ponctuellement la carte de la « gauche près du peuple », cette gauche qui comprend ces français dans la difficulté.

Sauf que la stratégie d’appauvrissement des français, initiée par cette même gauche, vient de trouver récemment ses limites, avec la percée du Front National dans les milieux populaires et ouvriers, autrefois acquis à cette même gauche. Elle qui aimait tellement les pauvres, à un point tel qu’elle ne pouvait s’empêcher d’en fabriquer des nouveaux, va désormais devoir changer de stratégie.

Les échecs récurrents de cette majorité en matière d’emploi contribuent chaque jour encore un peu plus à creuser le lit des extrêmes. Les électeurs déçus, se détournent du politique. Après avoir appauvri le peuple et appauvri le niveau du débat politique, la gauche s’est désormais lancée dans une campagne de discrédit de la fonction de politique.

Pendant ce temps-là, la réalité du quotidien de millions de français suit son chemin… Des usines continuent d’être fermées, des français licenciés et cette triste réalité des chiffres du chômage tronqués par des emplois d’avenir et autres pansements coûteux et inefficaces…

Malgré tout la reprise est là ?

Et le Président se lance dans des projets d’investissements par le privé pour booster une reprise à son image, c’est-à-dire mollassonne. Laissez-moi rire… Pure esbroufe… S’agiter continuellement comme il le fait n’a jamais permis de détourner l’attention des français de ce qu’est réellement leur situation au quotidien…

Moi Président de la République j’ai détruit mon pays, détruit la parole politique, détruit la crédibilité du politique et j’ai détruit toute perspective d’un avenir meilleur en France pour les générations futures.


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2015/04/08/la-reprise-est-la-celle-des-licenciements-oui-en-effet/#afmQPSdoJ1Rh2FQ8.99


Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
11 avril 2015 02:04
Michel Sapin : «Pas de baisse du chômage avant 2016»

Le chômage ne devrait baisser en France qu’à partir de 2016, déclare le ministre des Finances dans une interview publiée jeudi par Le Figaro.

« Cette prudence est un choix délibéré qui vise à redonner à la France toute sa crédibilité ».

Michel Sapin, qui avait prédit comme le président François Hollande une inversion de la courbe du chômage fin 2013, jamais concrétisée, se montre également très prudent en ce qui concerne les prévisions de croissance de l’activité.

« Si la croissance prévue est au rendez-vous, l’économie devrait recréer des emplois de manière significative à partir de 2016 et en 2017« , déclare-t-il.

Selon les dernières prévisions de l’Insee ( ), le taux de chômage continuera d’augmenter en France au rythme de 0,1 point par trimestre en 2015 pour atteindre au 30 juin 10,2% en métropole (10,4% en incluant l’Outre-mer).

Michel Sapin table sur un redressement « rapide et puissant » du taux de marge des entreprises, notamment grâce aux mesures annoncées mercredi par le Premier ministre, Manuel Valls, en faveur de l’investissement ( ), qui devrait, selon lui, effectuer un « rebond marqué » en 2016. [...]

reuters

vu sur : http://www.fdesouche.com/586979-michel-sapin-pas-de-baisse-du-chomage-avant-2016

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
10 avril 2015 19:34
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
5 avril 2015 02:00
Chômage, la bérézina socialiste !

La plus grosse blague de François Hollande sera incontestablement d’avoir promis d’inverser la courbe du chômage pour fin 2013.

Sauf qu’elle ne fait pas rire les 6,3 millions de chômeurs français concernés. En mars, 15.400 sont venus grossir les rangs de la seule catégorie A, qui augmente sur un an de 4,9 % pour s’établir désormais à 3.509.800 inscrits. Une bérézina découlant, notamment, d’un matraquage fiscal destructeur pour l’emploi et le pouvoir d’achat, favorisant l’explosion du travail au noir.

Comme l’indique le député Chartier, de la commission des finances de l’Assemblée nationale : « En trente mois, ce sont 9,4 milliards d’euros nets à la charge supplémentaire des entreprises, pesant sur leur capacité de financement, et plus de 80 milliards d’euros en plus pour les contribuables. »

Et ce ne sont pas les bricolages législatifs successifs qui suffiront à redresser le cap : le CICE n’a que très peu profité aux petites entreprises ; les accords sur le maintien de l’emploi permettant de moduler salaires et horaires, trop compliqués, sont peu utilisés ; la loi Macron est jugée insuffisante par les chefs d’entreprise ; la tiédasse loi Rebsamen renonce à supprimer les seuils sociaux et« alourdit encore davantage le mille-feuille social », selon la CGPME.

Ce qui n’empêche pas ce gouvernement, décidément très satisfait de lui-même, de prétendre que ses mesurettes créeront 800.000 à 900.000 postes d’ici à 2020.

Emplois aidés, prime d’activité, coût zéro pour l’employeur d’un apprenti mineur, centres de service militaire volontaire pour jeunes en difficulté, la même recette avariée du saupoudrage clientéliste pour endiguer artificiellement le chômage continue de sévir. Faut-il en passer par la flexibilité pour relancer la turbine ?

Lire aussi : Le chômage provoque 10.000 à 20.000 décès par an

L’Union européenne presse la France d’engager des réformes structurelles sur le marché du travail. Au MEDEF, Pierre Gattaz réclame un assouplissement du CDI et « des contrats de professionnalisation sur mesure, en permettant aux entreprises d’embaucher à 80 % du SMIC ».

Un concept contre lequel s’insurge le président du conseil de surveillance de PSA Louis Gallois : « Moi, je suis contre les “mini-jobs” à l’allemande ou à la britannique. Ce qui me pose problème, c’est la remise en cause constante du SMIC.

Quand on est payé au SMIC, on n’arrive pas à faire les fins de mois. Payer des gens quatre euros et dire, ensuite, ce sera à l’État ou aux collectivités locales de faire le complément, ce n’est pas ce que je souhaite. »

​lire la suite

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
4 avril 2015 02:00
« La fin de l’auto-entreprise et la chronique d’un drame social annoncé »

Pour être auto-entrepreneur, il n’y avait rien de plus simple. Un petit formulaire à remplir par Internet et hop ! vous aviez le droit de travailler, d’encaisser des honoraires et des règlements. Pas de chiffre d’affaires ? Pas de charge. Aucune. Du chiffre d’affaires ? Et vous deviez juste vous acquitter d’un pourcentage entre 20 et 25 % de charges en faisant une simple déclaration trimestrielle de vos gains. Pas de bilan. Pas de comptabilité. Pas de charge déductible, par d’amortissement et autres raffinements.

Une telle simplicité dans notre pays ne pouvait être que suspecte et tant pis pour le succès dément de l’auto-entreprise avec plus de 1,5 million de créations. Car l’auto-entreprise avait deux défauts. Le premier c’est que sa simplicité était une provocation à l’égard d’un système juridico-administrativo-fiscalo-politico tout ce que vous voulez qui ne comprend que la complexité pour justifier son existence. Le deuxième c’est qu’en simplifiant à l’extrême cela est venu heurter de plein fouet certains lobbies puissants.

Car finalement, tout cela n’est qu’une question de lobbying et de nombre de voix aux élections ! Pourtant, le statut de l’auto-entreprise ne doit pas être vu comme une question électoraliste mais comme le seul statut de la dignité, du courage, et de la responsabilité personnelle. Le lobbying des artisans du BTP est bénéfique pour eux mais c’est une catastrophe économique pour la France, catastrophe que les politiques de gauche et désormais de droite ont décidé d’assumer à des fins d’intérêts personnels.

Non seulement le régime de l’AE est devenu nettement moins intéressant depuis la loi dite Pinel qui aligne l’AE sur le régime de la micro-entreprise, ce qui revient dans les faits en réalité à supprimer l’AE.
Ensuite les auto-entrepreneurs relèvent désormais du RSI, ce qui leur promet les mêmes tracasseries que les entreprises traditionnelles. Voilà qui devrait faire plaisir aux « vrais » artisans !!

Voici quelques exemples.

Paiement de la CFE

Paiement de la CFE (Cotisation Foncière des Entreprises) pour tous les auto-entrepreneurs réalisant du chiffre d’affaires, sauf l’année de création de l’auto-entreprise, et de manière forfaitaire (le montant est fixé par la communauté de communes)

Immatriculation obligatoire

Immatriculation obligatoire pour les commerçants et les artisans auto-entrepreneurs au Répertoire des Métiers (RM) ou Registre du Commerce et des Sociétés (RCS), y compris pour ceux déjà inscrits qui ont une année complète pour le faire.
Le corolaire de cette nouvelle mesure est le paiement de la Taxe pour frais de Chambre (TFC) de Commerce et d’Industrie ou Chambre des Métiers (pourcentage fixe sur chiffre d’affaires selon le type d’activité).

Stage Préalable à l’Installation

Suivi d’un SPI (Stage Préalable à l’Installation) obligatoire pour un artisan auto-entrepreneur qui se lance (pas obligatoire pour les artisans déjà inscrits avant le 01/01/2015).

Transparence sur l’assurance

Obligation pour certains métiers artisanaux de mentionner sur leur facture et devis leur assurance, dont l’assurance décennale pour un artisan du bâtiment auto-entrepreneur.

Compte bancaire

Obligation d’ouvrir un compte bancaire dédié à l’activité.

Baisse des prestations maladie et maternité

Un décret du 3 février signé par Manuel Valls porte sur le montant des prestations en espèces versées au titre de l’assurance maladie et maternité des auto-entrepreneurs. La modification est immédiatement entrée en vigueur pour la maladie, et elle sera effective le 1er mai prochain pour la maternité.

Source

Une catastrophe sociale à venir et surtout la fin de l’espoir et du statut de la dignité

Voici la réalité des auto-entrepreneurs en quelques graphiques. Il faut bien comprendre qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Nous parlons avant tout de gens qui cherchent juste à survivre petitement, sans avoir à recourir à l’humiliation de l’assistanat.

Ainsi 55 % des autoentrepreneurs cherchent-ils juste à se dégager un smic (et accessoirement à cotiser pour leur retraite).

lire la suite sur : http://www.lecontrarien.com/la-fin-de-lautoentreprise-et-la-chronique-dun-drame-social-annonce-02-04-2015-edito?utm_source=Le+Contrarien+Matin&utm_campaign=6318484f1b-daily_newsletter_2015_04_02&utm_medium=email&utm_term=0_b6dd3f3e5f-6318484f1b-45389269

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
1 avril 2015 03:02
Flexibilité du travail : ce que prépare le gouvernement

vu sur : http://www.leparisien.fr/economie/flexibilite-du-travail-ce-que-prepare-le-gouvernement-30-03-2015-4651167.php

Pas de coup de barre à gauche, mais une accélération des réformes du marché du travail. Au lendemain du second tour des élections départementales, l'exécutif est prêt à accorder plus de souplesse aux entreprises en contrepartie du maintien de l'emploi.

Imposer une baisse des salaires et augmenter le temps de travail, plutôt qu'envoyer les gens au chômage... C'est désormais la doxa gouvernementale en matière sociale. Alors que la hausse quasi continue du chômage n'en finit pas de compromettre l'engagement présidentiel d'une inversion de la courbe, l'exécutif va accélérer le chantier de la réforme du marché du travail ouvert il y a deux ans.

Après des discussions menées en coulisse ces derniers jours, selon nos informations, legouvernement s'apprête à poser la première pierre d'un nouveau compromis avec lessyndicats... réformistes. Objectif : lâcher la bride aux entreprises en difficulté en leur donnant plus de souplesse (aménagement du temps de travail, modération salariale) le temps que la tempête passe. Une demande du Medef. A une condition : le maintien des emplois. Les partenaires sociaux doivent se rencontrer aujourd'hui pour en discuter avant une rencontre au sommet le 3 avril.

Depuis deux ans, les « accords de maintien de l'emploi » permettent déjà cette sorte de flexisécurité à la française.

En cas de graves difficultés économiques, par un accord majoritaire avec les syndicats, l'entreprise peut imposer aux salariés de sauvegarder l'emploi en échange de contreparties en termes de salaire ou de temps de travail.

Sauf que le dispositif n'a jamais décollé : seulement quelques dizaines d'accords ont été signés. Cette mesure négociée en 2013 par le patronat, la CFDT, la CFTC et la CGC « doit être améliorée car, de l'avis des experts, y compris les moins ultralibéraux, elle est quasi inapplicable », indique une source gouvernementale.

Coup de barre libéral ?

Parmi les pistes envisagées selon nos informations, l'exécutif souhaite augmenter le délai pendant lequel un employeur peut imposer baisses de salaire et plus d'heures de travail. Actuellement limitée à deux ans au maximum, cette durée pourrait être portée à trois ou quatre ans.

Autre assouplissement : jusqu'ici il était impossible de diminuer la rémunération des salariés touchant moins de 1,2 smic, ni de descendre en dessous de ce seuil pour tous les autres. Ce verrou pourrait sauter.

Autre modification en vue : les salariés refusant ces modalités bénéficient actuellement d'un droit au licenciement économique, plus avantageux en termes de formation et d'allocations. A l'avenir, ce serait un licenciement simple.

Enfin, il est envisagé de revoir la définition jugée trop vague et trop restrictive des difficultés économiques qu'une entreprise doit démontrer pour bénéficier de cette mesure. Syndicats et patronat auront apparemment beaucoup de choses à se dire... Le gouvernement, lui, devra s'assurer que sa majorité accepte ce coup de barre libéral.

Au soir du second tour, Valls évoquait «de nouvelles mesures»
«Mon gouvernement redoublera d'énergie, avec comme priorité l'emploi, l'emploi, l'emploi», a promis le Premier ministre Manuel Valls, dimanche peu après 20 heures, commentant sans tarder le résultat des élections cantonales, désastreux pour le Parti socialiste au pouvoir. «Les Français, par leur vote et même leur abstention, ont dit à nouveau leurs attentes, leurs exigences, leur colère, leur fatigue face à une vie quotidienne trop difficile», avait analysé auparavant le chef du gouvernement, assurant avoir «entendu ce message».

http://www.leparisien.fr/economie/flexibilite-du-travail-ce-que-prepare-le-gouvernement-30-03-2015-4651167.php
lire la suite sur :

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
30 mars 2015 01:05
Chômage, pauvreté, marginalisation : près de deux millions de jeunes concernés
Chômage, pauvreté, marginalisation : près de deux millions de jeunes concernés

En 2012, le candidat Hollande disait vouloir "être jugé sur un seul objectif : est-ce que les jeunes vivront mieux en 2017 qu’en 2012 ?".

Malheureusement, la réponse n'a jamais semblé aussi claire. Trois ans après leur sortie du système éducatif, 22% des jeunes présumés "actifs" sont toujours à la recherche d'un emploi (en 2007, ils n’étaient que 14% dans ce cas !).

Et chez les non-diplômés, la proportion grimpe à 48%, soit près d'un jeune sur deux ! C'est pour enrayer cette situation critique que le Conseil économique, social et environnemental appelle à réagir.

Génération sacrifiée ?

D'après le Conseil, près de deux millions de jeunes sont actuellement dans une situation critique, en France, car sans emploi, sans formation, sans diplôme.

La situation des jeunes est particulièrement préoccupante. Près de 25% des jeunes actifs sont actuellement au chômage, contre 10% de la population active française.Quand ils travaillent, ils sont près de quatre fois plus souvent en CDD que les plus de 30 ans. Résultat, un jeune sur cinq vit sous le seuil de pauvreté. Et parmi eux, les jeunes sans bagages sont plus que jamais laissés sur le carreau.

Ne pas laisser trop de jeunes sur le carreau

Alors le Conseil économique et social tire la sonnette d'alarme. Dans son projet destiné à sécuriser le parcours d'insertion des jeunes, il propose de pérenniser la garantie jeune. Cette garantie, créée dans toute l'Europe, est expérimentée en France depuis 2014. Elle offre aux jeunes de 18 à 25 ans sans emploi ni formation un accompagnement et une aide financière équivalente au RSA. 8 500 jeunes Français l’ont perçue l’an dernier, et à terme, d’ici 2017, 100 000 jeunes pourrait la recevoir.

Le Conseil suggère aussi d’ouvrir la nouvelle prime d'activité (qui va remplacer la prime pour l'emploi et le RSA activité) aux moins de 25 ans qui travaillent ; ou encore de mettre en oeuvre la garantie universelle des loyers, qui permettra aux locataires incapables de payer leur loyer de ne pas risquer de se faire expulser de leur logement.

On le sait, près de 70% des jeunes disent rencontrer des difficultés pour se loger. Certains jouent en conséquence les Tanguy malgré eux et restent vivre chez leurs parents jusqu'à un âge avancé, d'autres vivent en colocation à plusieurs, ou squattent chez des amis ici ou là...

vu sur : http://www.economiematin.fr/news-chomage-pauvrete-marginalisation-pres-de-deux-millions-de-jeunes-concernes

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
27 mars 2015 14:04
Valls : le chômage attendra

Quelle drôle de manière... Manuel Valls est interrompu par quelques journalistes alors qu'il bat le pavé à Fresnes, dans le Val-de-Marne. Il est 18 heures ce mercredi. Et à cette heure-là, comme tous les derniers mercredis du mois, les chiffres du chômage tombent. Ils ne sont pas bons. Le nombre de chômeurs sans aucune activité (catégorie A) a progressé de 12 800 personnes, de quoi faire oublier la baisse surprise de 20 100 chômeurs survenue en janvier.

Pis, au total, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s'établit à 5 262 500 fin février et à 5 561 000 en intégrant les Dom), soit une hausse de 0,6 % (+ 30 400) par rapport à janvier, et 6,5 % sur un an. Les journalistes veulent une réaction du Premier ministre. C'est la moindre des choses.

Il y a bien sûr cette fichue courbe qui ne s'inverse pas, il y a ces millions de Français - fatigués, voire désespérés - qui font la queue à Pôle emploi, et il y a aussi cette attente en coulisses des ténors socialistes, à l'affût d'un retournement de tendance qui ferait un superbe dernier argument de campagne électorale. Niet. Les mauvais chiffres sont là. À Fresnes, Manuel semble ailleurs, pour ainsi dire.

À la presse qui l'interroge donc sur "ses" mauvais chiffres, il balance : "Je suis en campagne. Je ne fais pas deux choses à la fois. Il faut vous y habituer." On a envie de croire qu'il ait parlé trop vite...

Les entreprises étouffent

Mais lorsqu'il tente d'expliquer ce grand blocage du marché du travail, Manuel Valls nous ressort un vieux discours, une lapalissade économique : "Nous savons parfaitement, et nous le savions, que tant que nous n'avons pas une croissance plus forte, autour de 1,5 %, il est difficile de créer de l'emploi." C'est vrai. Sauf que Manuel Valls oublie que le déficit de la croissance est imputable à la politique économique de son gouvernement, et que le budget 2015 est bâti sur une croissance à 1 %.

(...)

Rappel : en quarante ans, le volume d'heures travaillées chez nous a baissé de 20 %, alors qu'il est resté stable chez la plupart de nos partenaires. Le CICE ? Eh bien, selon les derniers chiffres de l'Insee, le taux de marge des entreprises françaises ne bouge pas à 29,7 % de la valeur ajoutée en 2014, malgré ce dispositif. En Allemagne, on frôle les 42 %.

[...)

Dimanche, à 20 heures, Manuel Valls aura d'autres chiffres à commenter - les résultats des élections départementales. Après, peut-être, il se penchera sur les données venues de Pôle emploi. Une chose après l'autre, c'est bien ça ?

vu sur : http://www.lepoint.fr/economie/valls-le-chomage-attendra-27-03-2015-1916285_28.php

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
26 mars 2015 14:49
Vrais chiffres chômage février 2015, 25600 chômeurs de +, malgré 296100 radiations ce mois

Janvier + 28 100, Février + 25 600

6 246 000 privés d’emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues, + 3 771 000 invisibles qui n’entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses ( chiffres détaillés bas de page ).

total : + de 10 MILLIONS de chômeurs en France. (fourchette basse)

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, Février 2015 :

  • Défauts d’Actualisation : 197 600, 43 % des sorties des listes. (- 4,7% sur 1 an)

  • Radiations Administratives (les punis) : 49 000, 10,7 % des sorties. (- 11,4% sur 1 an)

  • Autres Cas ( les morts, suicidés, emprisonnés .. ) : 49 500 et 10,8 % des sorties. (- 7,5% sur 1 an)

soit 296 100 radiés des listes (64,5 %) ce mois pour autres motifs que :

  • Stages parking : 44 600, 9,7 % des sorties. (+ 9,9% sur 1 an)

  • Arrêts maladie, maternité, etc : 36 200, 7,9 % des sorties. (+ 2,5 % sur un an)

- Reprises d’emploi déclarées : 82 600, ne représentent que 18 % des sorties des listes de pôle emploi. ( -13,9% sur 1 an )

Demandeurs d’emploi par catégories :

A : 3 494 400 +0,4 % ( + 4,6 % sur 1 an ).

B : 687 000 +1,0 % ( + 6 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
C : 1 081 100 +0,8 % ( + 13,5 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures.

D : 276 500 -1,3 % ( – 0,8 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 379 100 -0,3% ( – 2,9 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 5 918 100 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 5,5 % sur 1 an, 25600 chômeurs de plus, par rapport à Janvier.

TOTAL, dom-tom compris : 6 246 000 ( page 15 du rapport de la DARES, lien en bas de page ) et encore, données corrigées, les chiffres bruts sont + alarmants encore.

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 8,6 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 18,7 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 9,9 % sur 1 an.

+ d’1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (51,7 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l’emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER)

Offres d’emploi disponibles, dernier chiffre connu : 316 576.

Le + scandaleux, LE CHÔMAGE INVISIBLE, complètement en dehors des statistiques :

Ne sont pas comptés dans ces 6 246 000 demandeurs d’emploi et travailleurs pauvres occasionnels :

1 271 000 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 300 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 1 004 000 sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d’autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu’un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d’un demandeur d’emploi en son sein, donc si on parle en nombre d’individus c’est pire.

+ encore 1 100 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l’AAHou d’unepension d’invalidité, qui ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d’accès à emploi adapté.

+ encore 1 400 000 de SANS-DROITS, qui sont principalement :

  • des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d’emploi, qui comme vous le savez n’ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe), favorisant délits, crimes, trafics, prostitution, esclavagisme moderne etc.

  • des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 650€ d’allocation chomage, ou 800€ d’allocation adulte handicapé, vous n’aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 642€ par mois, si vous êtes NON SDF.

  • des bénéficiaires de pensions de reversions ( veufs, veuves ) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA ( 448€ pour une personne seule ), et qui n’ont pas l’âge pour prendre leur propre retraite ou pour percevoir le minimum vieillesse ( 65 ans ) qui s’appelle aujourd’hui « A-S-P-A » (allocation solidarité aux personnes âgées), qui est récupérable sur le patrimoine, au décès.

  • des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

  • des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d’emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits).

  • des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d’emploi en parallèle.

  • on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable.

Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 10 MILLIONS demandeurs d’emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.

Sources : Rapport complet de la DARES de 20 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-V9decB-2.pdf

Rendez-vous le mardi 28 avril 2015, pour avoir les vrais chiffres du chômage de mars 2015.

Sur le même thème

Vrais chiffres chômage janvier 2015, 28100 chômeurs de +, malgré 309600 radiations de + ce mois
Vrais chiffres chômage décembre 2014, 38300 chômeurs de + malgré 298100 radiés ce mois
Vrais chiffres chômage septembre 2014, 67900 chômeurs de + malgré 283300 radiés
Vrais chiffres chômage octobre 2014, 21400 chômeurs de plus malgré 295100 radiations ce mois
Retraites en danger et chômeurs âgés

vu sur : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/vrais-chiffres-chomage-fevrier-165328

Sur le même thème
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
25 mars 2015 23:41
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
25 mars 2015 19:47
Le chômage repart à la hausse en février

L’embellie du début d’année n’a pas duré. Alors que le chômage a connu une baisse record au mois de janvier avec un recul des inscriptions à Pôle emploi de 0,5% (19.100 inscrits en moins), il est reparti à la hausse en février.

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (sans aucune activité) a augmenté de 0,4% (+12.800 inscrits supplémentaires). Ils étaient ainsi près de 3,5 millions en France métropolitaine à la fin du mois dernier. Sur un an, la hausse s’établit ainsi à 4,6%.

Le nombre de chômeurs en activité réduite a lui aussi augmenté de 1,4% pour les personnes en « activité réduite courte » (catégorie B) et de 0,8% pour celles en « activité réduite longue » (catégorie C). Au total, la France comptait plus de 5,5 millions de demandeurs d’emploi, catégories A, B et C confondues et départements d’outre-mer inclus, à la fin du mois de février. [...]

Source

vu sur : http://www.fdesouche.com/581529-le-chomage-repart-la-hausse-en-fevrier

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
25 mars 2015 17:06
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
4 mars 2015 19:33

Le chômage semble être devenu un problème endémique et pourtant depuis quelques jours on ne parle que d’une baisse en trompe-l’œil des chiffres du mois de janvier 2015. Pensez-vous très sérieusement que les Ministres de la majorité seraient à ce point discret sur le sujet si la courbe du chômage avait finalement amorcé son inversion de tendance ?

Ceux qui hier fanfaronnaient du fait d’une erreur statistique à l’été 2013 ayant frauduleusement abaissé les chiffres du chômage, sont aujourd’hui les premiers à ne manifester aucun enthousiasme du fait que la tendance de la courbe du chômage, pour les chômeurs de la seule catégorie A, se serait inversée.

Catégorie A… Toutes catégories confondues…

Quelle catégorie prendre en compte ? Pour ma part j’utilise celle qu’apprécie Laurent Fabius et dont il s’est lors d’un face à face sur France 2 (je crois me souvenir) l’opposant à Nicolas Sarkozy. Je n’oserai imaginer que l’actuel Ministre des Affaires Etrangères aient volontairement pris en référence, pour tacler son adversaire, des chiffres qui ne seraient pas représentatifs de la situation actuelle du pays !

Pour la petite info, sachez très simplement qu’en janvier 2015, le nombre de demandeurs d’emploi toutes catégories confondues a progressé de +0,95% par rapport au mois de décembre 2014, de +6,89% par rapport au mois de janvier 2014 et de +20,44% depuis l’élection de François Hollande.

Sachez également que le nombre de chômeurs inscrits depuis un an ou plus sur les listes de Pôle Emploi a progressé de +0,67% par rapport au mois de décembre 2014, de +9,29% par rapport à janvier 2014 et de +36,44% depuis l’élection de François Hollande.

image: http://lagauchematuer.fr/wp-content/uploads/2015/03/inscriptions-depuis-un-an-ou-plus-cho.jpg

Nombre d’inscriptions sur les listes de Pôle Emploi depuis un an ou plus (en milliers)

Alors certes… Je vous le concède…

Pour une fois, le nombre de radiations des listes de Pôle Emploi a baissé de -4,79% sur un mois… Mais ont bel et bien progressé de +5,76% par rapport à janvier 2014 !

Alors parler d’une baisse du chômage… Laissez-moi rire ! (jaune)

image: http://lagauchematuer.fr/wp-content/uploads/2015/03/radiations-listes-pole-emploi-janvier.jpg

Nombre de radiations des listes de Pôle Emploi


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2015/03/03/chomage-095-sur-1-mois-689-sur-1-an-radiations-576-sur-1-an-ou-est-la-baisse/#IdW68mA4YclAF1ki.99

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
1 mars 2015 03:57
Hébergement d’urgence : un business rentable… sauf pour les contribuables !

L'hébergement d’urgence, vous connaissez ? C’est en priorité le SAMU social qui offre à des milliers de personnes une chambre d’hôtel, sans laquelle elles dormiraient dans la rue. L’hébergement d’urgence, c’est – normalement – du provisoire. Mais chacun sait ce qu’il en est du provisoire, hein : souvent, il dure, il dure…

C’est le cas de cette chambre d’hôtel, à Aubervilliers, occupée depuis 2010 par une famille géorgienne de trois personnes, en attente d’une « éventuelle régularisation ». Tout est gratuit : location, eau, électricité, impôts locaux, taxe d’ordure ménagère. Rien, « rien du tout », sourit le maître des lieux… Depuis cinq ans, donc. Un hôtel tout à fait attrayant, qui abrite des chambres toutes proprettes réaménagées pour le long cours.

30.000 personnes chaque jour bénéficieraient de l’hébergement d’urgence. Et les hôteliers de transformer les chambres de leur établissement en locatifs à l’année. Pour Belaïd Belharet – on le déduit -, ça vaut le coup. Plus d’énergie à dépenser en site Internet ni brochures publicitaires ; plus la peine d’embaucher du personnel pour le ménage quotidien. Et puis, ces familles sont « tranquilles », ce sont des gens « sérieux ». C’est vrai, une clientèle de passage, ça va, ça vient, ça râle, quelle plaie !

Est-ce rentable, puisque M. Belharet casse les prix pour « l’État qui paye » ? Absolument, car à 30 euros par nuit au lieu de 65, son hôtel est rempli à l’année avec, chaque fin de mois, l’assurance de toucher 15.000 euros d’argent public. Avec le SAMU social, à quoi ça servirait de se décarcasser ? Et le parc hôtelier bientôt transformé en parc pour immigrés ?

L’hébergement d’urgence, un problème déjà soulevé dans le « compte rendu analytique officiel » du Sénat, en décembre 2012, exposant l’explosion des demandes d’hébergement d’urgence – 60 % entre 2011 et 2012 – et son coût annuel exorbitant de 460 millions d’euros.

Aujourd’hui, l’État paye – chaque nuit – une chambre d’hôtel à 30.000 personnes contre 11.000 en 2013. Pour une famille de quatre personnes, la note s’élève à 2.000 euros par mois. Des hébergés parmi lesquels beaucoup de réfugiés, de sans-papiers ; des Français, aussi.

Alors, pour faire face à cet afflux intarissable, l’État, pour faire des économies, a eu une superbe idée : développer ces hôtels d’un genre nouveau ! Ainsi, à Pantin, le SAMU social a loué un immeuble qu’il a transformé en résidence.

Des chambres confortables à 13 euros la nuit par personne, des machines à laver, une grande cuisine commune, et des assistantes sociales qui aideront les occupants. À trouver un emploi ? Pas du tout ! Elles les aideront à trouver « un logement stable »

Et l’objectif final de ces résidences ? Que les familles « ne restent pas trop longtemps à la charge du contribuable » !

L’État veut faire des économies ? C’est une blague ?

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
27 février 2015 02:14
Le chômage de longue durée peut-il modifier la personnalité ?

En France, plus de 2 millions de personnes sont sans emploi depuis plus d'un an. Et d'après une étude menée par l'American Psychological Association, bien souvent, cela modifie la personnalité intrinsèque du demandeur d'emploi.

Moins extraverti, moins sympathique

D’après l’étude, cinq grands traits de la personnalité peuvent être modifiés après plus d'un an passé à la recherche d’un emploi. Ainsi l’intéressé deviendrait moins scrupuleux, moins sympathique, moins ouvert, moins extraverti et plus nerveux. Rien que cela ! Une évolution du comportement qui évidemment n'aide pas à retrouver un poste, notamment au sein d’une entreprise. Le chômeur, victime de lui-même ? La thèse est osée, et fera polémique.

D’après Xavier Camby, directeur de la société Essentiel Management interrogé par Atlantico, "oui, le changement de comportement des chômeurs est avéré. Mais peut-on en déduire que la personnalité des chômeurs change aussi définitivement ?". Pour lui, rien n’est moins sûr.

Il souligne en revanche la "grande souffrance intime, profonde et inconsciente" ressentie par de nombreux chômeurs, notamment liée au sentiment de perdre de son utilité sociale. Une souffrance profondément ignorée. Il évoque aussi "les sentiments de culpabilité personnelle, d'échec coupable, de faillite honteuse, d'inadaptation incurable" souvent accrus par la prise de psychotropes. Avec à la clef des "symptômes étonnamment proches de ceux du Burn-Out", le syndrôme d’épuisement professionnel. Et in fine, une dégradation de l’état de santé.

Remettre le pied à l'étrier par la formation

Le 9 février, le ministre du Travail François Rebsamen a annoncé une série de mesures destinées à lutter contre le chômage de longue durée. Parmi elles, la mise en place d'un droit à une "formation qualifiante gratuite" pour tous les chômeurs ayant un projet de formation éligible au compte personnel de formation(CPF) à partir de mars 2015.

En France, le nombre de demandeurs d'emploi de longue durée, c'est-à-dire inscrits à Pôle Emploi depuis un an ou plus, a explosé ces dernières années selon l’Insee. Il a bondi de 131% depuis juin 2008, pour atteindre 2,2 millions d’inscrits fin 2014. Soit une hausse de près de 10% en un an. Et près de 200 000 personnes supplémentaires.

vu sur : http://www.economiematin.fr/news-le-chomage-de-longue-duree-peut-il-modifier-la-personnalite-d-un-chomeur-

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
26 février 2015 18:27
Vrais chiffres chômage janvier 2015: 28 100 chômeurs supplémentaires, malgré 309 600 radiations de plus

Ce mois, ils ont tout révisé rétroactivement, les chiffres du mois de décembre 2014, en y rajoutant discrètement 13500 chômeurs de +, toutes catégories confondues, donc ont repart sur des bases faussées.

Si on veut être honnête, donc, 14600 officieux, + 13500 (passés à la trappe médiatiquement le mois passé) = 28100 chômeurs de +, par rapport aux derniers chiffres que l'on vous avait donné.

------------------------------------------
Sources : Rapport complet de la DARES de 20 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/p...
--------------------------------------------------

Bref leurs bidouillages ne changent rien, fondamentalement, au désastre de la pauvreté grandissante en France, pendant que les nantis continuent de se pavaner dans la démesure indécente.

Idem, ils ont "planqué" 3 600 radiations, en décembre, qui ont été rajoutées, rétroactivement, que je me dois de rajouter aux officieuses de ce mois, 3 600 + 306 000 = 309 600.

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, Janvier 2015 :


Défauts d'Actualisation : 207 600, 43,3 % des sorties des listes. (+ 7,2% sur 1 an)

Radiations Administratives (les punis) : 47 700, 10 % des sorties. (- 3,2% sur 1 an)

Autres Cas ( les morts, suicidés, emprisonnés .. ) : 50 900 et 10,6 % des sorties. (+ 0,2% sur 1 an)

soit 306 200 radiés des listes (63,9 %) ce mois pour autres motifs que :

Stages parking : 49 600, 9,3 % des sorties. (+ 9% sur 1 an)

Arrêts maladie, maternité, etc : 37 500, 7,8 % des sorties. (+ 8,7 % sur un an)

Reprises d'emploi déclarées : 90 600, ne représentent que 18,9 % des sorties des listes de pôle emploi. ( -7,1% sur 1 an )

Demandeurs d'emploi par catégories :

A : 3 481 600 -0,5 % ( + 4,8 % sur 1 an ).
B : 677 800 +0,0 % ( + 4,4 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
C : 1 072 700 +3,4 % ( + 12 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures.

D : 280 100 +0,1 % ( + 0,5 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 380 300 -0,5% ( - 1,7 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 5 892 500 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 5,3 % sur 1 an, 14600 chômeurs de plus, par rapport à Décembre.

TOTAL, dom-tom compris : 6 219 800 ( page 15 du rapport de la DARES, lien en bas de page ) et encore, données corrigées, les chiffres bruts sont + alarmants encore.

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 9,2 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 18,7 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 9,9 % sur 1 an.

+ d'1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (51,7 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l'emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER)

Offres d'emploi disponibles, dernier chiffre connu : 277 501.

Le + scandaleux, LE CHÔMAGE INVISIBLE, complètement en dehors des statistiques :

Ne sont pas comptés dans ces 6 219 800 demandeurs d'emploi et travailleurs pauvres occasionnels :

1 270 000 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 300 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 1 005 000 sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d'autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu'un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d'un demandeur d'emploi en son sein, donc si on parle en nombre d'individus c'est pire.

+ encore 1 000 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l'AAH ou d'unepension d'invalidité, qui ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d'accès à emploi adapté.

+ encore 1 million de SANS-DROITS, qui sont principalement :

des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d'emploi, qui comme vous le savez n'ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe), favorisant délits, crimes, trafics, prostitution, esclavagisme moderne etc.

des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 650€ d'allocation chomage, ou 800€ d'allocation adulte handicapé, vous n'aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 642€ par mois, si vous êtes NON SDF.

des bénéficiaires de pensions de reversions ( veufs, veuves ) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA ( 448€ pour une personne seule ), et qui n'ont pas l'age pour prendre leur propre retraite ou pour percevoir le minimum vieillesse ( 65 ans ) qui s'appelle aujourd'hui "A-S-P-A" (allocation solidarité aux personnes âgées), qui est récupérable sur le patrimoine, au décès.

des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d'emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits).

des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d'emploi en parallèle.

- on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable.

Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 9,5 MILLIONS demandeurs d'emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.

Sources : Rapport complet de la DARES de 20 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/p...

Rendez-vous le jeudi 26 mars 2015, pour avoir les vrais chiffres du chômage de février 2015.

Sources : Rapport complet de la DARES de 20 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/p...

Sur le même thème

Vrais chiffres chômage décembre 2014, 38300 chômeurs de + malgré 298100 radiés ce mois
Vrais chiffres chômage septembre 2014, 67900 chômeurs de + malgré 283300 radiés
Vrais chiffres chômage aout 2014, 15200 chomeurs de moins, mais 31000 radiations de plus
Vrais chiffres chômage juillet 2014, 27900 chômeurs de plus malgré 296500 radiations ce mois
Vrais chiffres chômage octobre 2014, 21400 chômeurs de plus malgré 295100 radiations ce mois

Source

vu sur : http://www.wikistrike.com/2015/02/vrais-chiffres-chomage-janvier-2015-28-100-chomeurs-supplementaires-malgre-309-600-radiations-de-plus.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
10 février 2015 03:03

Le vrai taux de chômage en France, c’est 19,2%. Si l’on rapporte le nombre total de chômeurs à la population active, c’est bien ce taux que l’on obtient. Rendons-nous compte que 5,5 millions de personnes sur un total de 28,6 millions de personnes en âge de travailler (dans les statistiques françaises cela veut dire dès 16 ans) ne travaillent pas, en France.

Et face à cela, que fait-on ? Rien. Rien de nouveau en tout cas. Pour lutter contre le chômage, on ressort – quoiqu’on en dise – les mêmes recettes : contrats aidés, allègement de charges, formation, apprentissage… De ce point de vue là, il est effectivement juste de dire que nous avons tout essayé. Plus exactement, nous avons essayé tout ce que nous avons déjà maintes et maintes fois mis en place, relancé, rebaptisé, musclé, réorienté et que sais-je encore.

Grands plans nationaux… inefficaces
 
En revanche, nous n’avons pas, pour ne pas dire jamais, innové dans ce domaine. Nous avons très peu expérimenté de nouvelles solutions, tenté de nouvelles approches. A chaque fois, nous avons répondu à ce problème par de grands plans nationaux qui ont fait la preuve de leur inefficacité.

Le diagnostic non plus n’est pas toujours bon. Si les problèmes pointés existent, les solutions pour les résoudre tapent à côté. Prenons le manque de mobilité des Français, souvent pointé du doigt. Qui regarde concrètement ce qui se passe quand une personne veut rapidement s’implanter dans une région ?

Qui a compris que la réglementation immobilière rend ce transfert extrêmement coûteux en temps (3 mois minimum de délais avant de pouvoir vendre une maison) et donc en argent (prêt relais…). Qui a compris que sur les populations fragiles, le fait de changer de territoires signifie aussi perdre l’avantage d’un réseau de solidarité informel auquel il n’aura plus accès en cas de coup dur ?

La bataille de l’emploi, un sujet local

Ces deux points, pour ne citer qu’eux, montrent bien que la bataille de l’emploi n’est pas un sujet national mais local. La lutte contre le chômage est un sujet qui doit se traiter au niveau des territoires pour éradiquer ce fléau qui mine la France.

Il faut redonner la main aux bassins d’emploi pour tenter, expérimenter de nouvelles choses et inventer de nouvelles manières de remettre au travail nos 5,5 millions de chômeurs. Vous en doutez ? Allez voir ce qui se passe à Vitré en Bretagne, Rodez dans l’Aveyron ou aux Herbiers en Vendée. Là, le plein-emploi est presque une réalité.

L’Usine Nouvelle

 

vu sur : http://fortune.fdesouche.com/373417-le-vrai-taux-de-chomage-en-france-cest-192#more-373417

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
1 février 2015 02:35

je-suis-chomeur

 

Une catastrophe.

 

Pour la 2nde année pleine consécutive depuis la prise de fonction de François Hollande comme Président de la République, le chômage a continué de progresser très fortement et ceci toutes catégories confondues. L’échec est cuisant. Flagrant. Incontestable. Un véritable naufrage.

Les perspectives de croissance pour l’année 2015 étant relativement faibles, l’hypothèse d’une inversion du sens de la courbe du chômage sur les 11 à 12 prochains mois est à exclure totalement.

 

En 2013, sur un an, le nombre de chômeurs pour la seule catégorie A, passait de 3 379 900 demandeurs d’emploi au 31 décembre 2012 à 3 563 400 fin décembre 2013. Un an plus tard, au 31 décembre 2014, ce chiffre est passé à 3 760 100. Une progression de +5,43% sur un an et de +11,25% sur 2 an. Pire. Depuis l’élection de François Hollande, le chômage de la seule catégorie A a progressé de 20,16%. (chiffres vérifiables en cas de contestation)

 

Pour les chômeurs toutes catégories confondues, ceux sur lesquels Laurent Fabius aime s’appuyer lorsqu’il commente le bilan de la droite, le résultat n’est pas meilleur ; au contraire.

 

Le seuil symbolique des 5 millions de chômeurs a très largement été dépassé fin mars 2013.

 

D’ailleurs en 2013, sur un an, le nombre de demandeurs d’emplois toutes catégories confondues passait de 4 907 900 au 31 décembre 2012 à 5 203 300 fin décembre 2013. Un an plus tard, le 31 décembre 2014, ce chiffre a encore une fois progressé pour s’établir à 5 521 200 demandeurs d’emploi toutes catégories confondues. Le taux de progression depuis l’élection de François Hollande culmine à +20,24%.

image: http://lagauchematuer.fr/wp-content/uploads/2015/01/20-300x171.jpg

+20

 

 

Du côté des radiations, j’en ai dénombré 530 800 en 2013 et 591 600 en 2014. Alors certes ça ne veut rien dire si on les cumule, mais cela nous révèle néanmoins une accélération inquiétante du nombre de radiations, qui frôle l’équivalent de 10% du nombre de demandeurs d’emploi toutes catégories confondues.

 

radiation1

 

 

Du côté des priorités de campagne de François Hollande, ça n’est pas mieux.

Les jeunes paient un lourd tribu de la confiance aveugle qu’ils ont accordé au socialiste puisque, toutes catégories confondues et à fin 2014, leur nombre de demandeurs d’emploi progresse de +2,63% en un an. Où sont les retombées positives des emplois d’avenir qui nous coûtent tant ?

Pareil pour les femmes autres priorités de campagne du candidat Hollande.

Toutes catégories confondues, le nombre de demandeuses d’emplois progresse sur un an, au 31 décembre 2014, de 5,76%.

Autre détail effrayant, la durée d’inscription sur les listes de Pôle Emploi. En l’espace d’un an, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits « depuis un an ou plus » a explosé de +9,72%.

Facile de fanfaronner à droite et à gauche en se servant de 17 cercueils.

 

 


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2015/01/28/en-2014-591-600-radiations-des-listes-de-pole-emploi-pour-327-100-chomeurs-supplementaires/#HGUDmhfFYocdZWgl.99

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
31 janvier 2015 02:58

 Illustration. Le nombre de chômeurs s'est établi en 2014 à 3 496 400 personnes sans emploi.

Le chômage a progressé de 5,7% en 2014 et 3 496 400 personnes étaient sans emploi en France métropolitaine. En décembre, le nombre d'inscrits en catégorie A a légèrement augmenté de 0,2%

 

«Je m'attends à un mauvais bilan», avait déjà prévenu le ministre du Travail, François Rebsamen, dans un entretien au Journal du Dimanche. Les chiffres du mois de décembre ont confirmé la mauvaise tendance qui a rythmé toute l'année 2014 et prolonge la crise du chômage dans l'hexagone.

Le nombre de personnes sans emploi (catégorie A) en France métropolitaine a augmenté de 0,2 % lors du dernier mois de l'année, soit 8 100 chômeurs supplémentaires. Il y a donc 3 496 400 demandeurs d'emplois en France.

Au total, le nombre de demandeurs d’emploi (catégories A, B, C) augmente de 0,8 % (+41 900) en décembre et de 6,4% sur l'année entière.

Déjà en novembre, avec 3,49 millions de demandeurs d'emploi sans activité en métropole, le chômage avait atteint un niveau historique en France. Sur le mois, Pôle emploi avait enregistré 27 400 inscriptions supplémentaires et aucune classe d'âge n'était épargnée.

 

vu sur : http://www.leparisien.fr/economie/2014-nouvelle-annee-noire-pour-l-emploi-en-france-27-01-2015-4483407.php

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
29 janvier 2015 13:01
Le nombre de chômeurs est désormais de 5,17 millions de personnes. 

Le ministre des Finances, Michel Sapin, la main sur le cœur, annonçait l’an dernier que la courbe du chômage s’inverserait.
 Encore raté.
 Nous assistons tout au contraire à une augmentation substantielle du nombre de chômeurs, ; ils sont proportionnellement plus nombreux à s’être inscrits sur les listes de Pôle emploi en 2014 qu’en 2013.
 Le nombre de chômeurs est désormais de 5,17 millions de personnes, et a crû de 181.000 en catégorie A sur les onze premiers mois de l’année 2014.
 Il devrait atteindre le triste record de 200.000 avec les données du mois de décembre. 
Le chômage n’a baissé qu’une fois lors de l’année écoulée : c’était au mois d’octobre, et d’à peine 11.100. 
Une fois n’est pas coutume : le gouvernement n’a pas tenu sa promesse. 
Ils n’ont eu pourtant de cesse de répéter, dès qu’un micro se présentait à eux, que les « objectifs de baisse seraient atteints ».

 Hors du coup, le gouvernement peut constater que sa politique produit l’effet inverse de celui attendu ; en 2013, Pôle emploi n’avait en effet enregistré « qu’un » solde positif de 174.800chômeurs supplémentaires. 
Les résultats ne sont pas mauvais, ils sont catastrophiques, et le chômage devient endémique en France à la manière de ce qu’on peut observer dans un pays comme l’Espagne.

La méthode Coué de Michel Sapin n’aura servi à rien d’autre qu’à le ridiculiser un peu plus. 

Rappelez-vous ses déclarations multiples, toutes plus fantaisistes les unes que les autres. 
D’abord en janvier dernier, il avait osé dire qu’« en 2014, tout en poursuivant une politique de l’emploi extrêmement intense, c’est l’ensemble du tissu économique qu’il faut mettre plus fortement en mouvement pour soutenir la croissance et inverser durablement la courbe du chômage pour les demandeurs d’emploi de tous les âges »
Puis s’enfonçant dans son mensonge, il se trompait trois mois plus tard en affirmant que l’inversion de la courbe du chômage s’était réalisée à la fin de 2013 au sens du BIT, lequel est reparti grandement à la hausse (+0,2 point sur douze mois fin septembre 2014).

 À la décharge du gouvernement, le contexte macroéconomique est particulièrement sinistre. L’« eurostérité » empêche de prendre les bonnes mesures, et rien ne se réglera sans des remises en question fortes, sans la reprise par la France de sa souveraineté nationale. 

La France doit prendre en considération l’enjeu terrible, des solutions iconoclastes, qui s’opposeront à la culture de la « non-embauche » qui s’est développée chez les entrepreneurs effrayés par les contraintes législatives du Code du travail, existent et n’ont pas été essayées (prenons l’exemple du télétravail, trop entravé par des normes liées à la sécurité au travail, ou bien encore celui du temps partiel, solution d’appoint qui devrait être réhabilitée, faute de quoi de nombreux patrons embauchent au noir pour certaines missions). 

Déficit prévisionnel de 26 milliards d’euros en décembre 2015, hausse record du chômage : sortons de l’enfer de l’austérité.

 

vu sur : http://by-jipp.blogspot.fr/2015/01/le-chomage-augmente-encore-lechec.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+blogspot/ojiPR+(Ma+France)

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
28 janvier 2015 20:35
Vrais chiffres chômage décembre 2014, 38300 chômeurs de + malgré 298100 radiés ce mois

312 900 chômeurs de + sur 1 an.

6 211 700 chômeurs officieux (toutes catégories confondues) + 3 300 000 invisibles (détails chiffrés en fin d'article) = + de 9,5 millions demandeurs d'emploi et travailleurs précaires occasionnels.

Soit 33% de la population active.

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, Décembre 2014 :


- Défauts d'Actualisation : 197 900, 42,6 % des sorties des listes. (+ 0,2% sur 1 an)

- Radiations Administratives (les punis) : 50 100, 10,8 % des sorties. (- 7,1% sur 1 an)

- Autres Cas ( les morts, suicidés, emprisonnés .. ) : 50 100 et 10,8 % des sorties. (+ 3,3% sur 1 an)
 
soit 298 100 radiés des listes (64,2 %) ce mois pour autres motifs que :

- Stages parking : 42 300, 9,1 % des sorties. (+ 6,5% sur 1 an)

- Arrêts maladie, maternité, etc : 37 200, 8 % des sorties. (+ 14,8 % sur un an)

- Reprises d'emploi déclarées : 86 600, ne représentent que 18,7 % des sorties des listes de pôle emploi. ( -9,4% sur 1 an )
 
Demandeurs d'emploi par catégories :

A : 3 496 400 +0,2 % ( + 5,7 % sur 1 an ).
B : 676 800 +0,7 % ( + 4,2 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
C : 1 045 000 +2,9 % ( + 10,1 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures.
D : 279 600 -0,1 % ( + 0,5 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 381 200 -0,8% ( - 0,1 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 5 879 000 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 5,6 % sur 1 an, 38300 chômeurs de plus, par rapport à Novembre.

TOTAL, dom-tom compris : 6 211 700 ( page 15 du rapport de la DARES, lien en bas de page )

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 10,7 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 19,1 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 10,4 % sur 1 an.

+ d'1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (52,4 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l'emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER)

Offres d'emploi disponibles, dernier chiffre connu : 238 784.


Le + scandaleux, LE CHÔMAGE INVISIBLE, complètement en dehors des statistiques :
 
Ne sont pas comptés dans ces 6 211 700 demandeurs d'emploi et travailleurs pauvres occasionnels :
 
1 321 600 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 300 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 978 400 sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d'autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu'un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d'un demandeur d'emploi en son sein, donc si on parle en nombre d'individus c'est pire.

+ encore 1 000 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l'AAH ou d'unepension d'invalidité, qui ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d'accès à emploi adapté.

+ encore 1 million de SANS-DROITS, qui sont principalement :

- des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d'emploi, qui comme vous le savez n'ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe), favorisant délits, crimes, trafics, prostitution, esclavagisme moderne etc.

- des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 650€ d'allocation chomage, ou 800€ d'allocation adulte handicapé, vous n'aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 642€ par mois, si vous êtes NON SDF.

- des bénéficiaires de pensions de reversions ( veufs, veuves ) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA ( 448€ pour une personne seule ), et qui n'ont pas l'age pour prendre leur propre retraite ou pour percevoir le minimum vieillesse ( 65 ans ) qui s'appelle aujourd'hui "A-S-P-A" (allocation solidarité aux personnes âgées), qui est récupérable sur le patrimoine, au décès.

- des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

- des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d'emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits).

- des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d'emploi en parallèle.

 - on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable.

Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 9,5 MILLIONS demandeurs d'emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.
 
Sources : Rapport complet de la DARES de 20 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/p...

Rendez-vous le mercredi 26 février 2015, pour avoir les vrais chiffres du chômage de janvier 2015.

 

Source

 

vu sur : http://www.wikistrike.com/2015/01/vrais-chiffres-chomage-decembre-2014-38300-chomeurs-de-malgre-298100-radies-ce-mois.html


Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
19 janvier 2015 02:14

image

 

Pour se donner un peu de courage, sortir de beau matin pour chercher du boulot, trouver un apprentissage, prendre le métro en compagnie des « sans dent », s’insérer dans le tissu social et autres balivernes que l’on ressort tous les jours vis à vis de ces pauvres jeunes sans emploi, forcément abandonnés dans les « cités défavorisées », laisser aux mains « des racistes franchouillards », ces pauvres jeunes victimes de la méchante société française qui ne le veut que du mal, vont pourvoir participer à la tambouille familiale, oeuvrer à mettre du beurre dans le couscous en offrant une allocations distribuée par le très cher Président de la République et son équipe de la « socia-lie ». Jugez-en.

*******

Source Service public.fr

Depuis le 2 octobre 2014, le gouvernement expérimente la “garantie jeunes banlieues” : 434 euros par mois, versés dans un premier temps à 100 000 jeunes sans emploi et ne suivant aucune formation.

En 2015, 61 nouveaux territoires supplémentaires vont être concernés par le dispositif de « garantie jeunes ». C’est ce qu’a annoncé le ministère du travail lundi 1er décembre 2014.


Ce dispositif dont les modalités de mise en place avaient été fixées par un décret et un arrêté du 1er octobre 2013 concerne les 18-25 ans en situation de précarité, sans emploi et sans formation. Il propose un accompagnement renforcé vers l’emploi, avec une allocation d’un montant équivalent au revenu de solidarité active (RSA) pendant les périodes sans emploi ni formation.

C’est dans le cadre du plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale que cette « garantie jeunes » avait été proposée en décembre 2012.

 


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2015/01/16/nouvelle-allocation-de-434emois-aux-jeunes-des-banlieues-ne-cherchant-pas-de-travail/#jWjkBKCgM8Ptrlkr.99

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
2 janvier 2015 02:18

ARCHIVE. Le député-maire du Puy-en Velay (Haute-Loire) et secrétaire général de l'UMP, Laurent Wauquiez, estime que «le quinquennat de François Hollande risque fort d'être un Waterloo de l'emploi.»

Pour la droite comme pour la gauche du gouvernement, le nouveau record du nombre de demandeurs d'emploi est l'énième signe de l'échec de la politique économique conduite par François Hollande et son Premier ministre, Manuel Valls.

La trêve des confiseurs n'est pas encore en vigueur. Peu après la publication des très mauvais chiffres du chômage du mois de novembre ce mercredi, la politique de l'emploi a été une nouvelle fois sous le feu des critiques.

Fin novembre, 3,488 millions de demandeurs d'emploi sans activité étaient inscrits à Pôle emploi, un chiffre en augmentation de 27 400 (+0,8%) par rapport au mois précédent, a annoncé mercredi le ministère du Travail.

Un «Waterloo de l'emploi» pour Laurent Wauquiez. Le nouveau secrétaire général de l'UMP n'a pas mâché ses mots quelques minutes après la publication des chiffres de novembre. «Les chiffres qui viennent de tomber sont accablants. On n'a même pas une bonne nouvelle pour Noël», a-t-il réagi lors d'une déclaration à la presse faite au siège du parti. «Mois après mois, c'est l'échec du gouvernement. Le quinquennat de François Hollande risque fort d'être un Waterloo de l'emploi. Le président nous avait promis l'inversion de la courbe du chômage pour l'année dernière. L'année suivante, on a pris 170 000 demandeurs d'emplois en plus. C'est juste un échec.»


«Le gouvernement ne peut pas continuer comme cela, ajoute Laurent Wauquiez. Il est évident que si rien ne change, la situation ne s'améliorera pas. François Hollande doit donc d'urgence revoir la totalité de sa politique de l'emploi qui finit cette année par des chiffres apocalyptiques.»

Le député de l'Oise et délégué général à l'économie et aux finances de l'UMP, Eric Woerth en appelle également à des changements majeurs de politique. «L'UMP demande avec force au président de la République et au gouvernement d'engager enfin les seules réformes capables de relancer la croissance et l'emploi : réforme du marché du travail et de la formation professionnelle, baisse des dépenses publiques et des prélèvements, incitation au travail, à l'investissement et à l'innovation. (...) Les mesures contenues dans la loi Macron semblent bien dérisoires voire provocatrices !»

Un «échec absolu» pour le Front national. Dans un communiqué, le parti présidé par Marine Le Pen considère que 2014 a été «une année noire» en raison «d'une politique économique en échec absolu». «Il y a tout lieu de craindre une année 2015 similaire voire pire, estime le parti frontiste. Le Front National appelle les Français à sanctionner très sévèrement en 2015 cette politique UMPS désastreuse, et à faire le choix des idées patriotes pour redresser l'économie. Les occasions ne manqueront pas, avec deux élections majeures prévues l'année prochaine (Ndlr: élections départementales et élections régionales), mais ce seront les dernières avant la présidentielle de 2017 ; des rendez-vous cruciaux qu'il ne faudra donc pas manquer.»

Lagarde (UDI) évoque un «niveau de chômage désastreux». Le centriste Jean-Christophe Lagarde, président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) se montre tout aussi critique que la droite. «M. Hollande approche le seuil des 3,5 millions de chômeurs qui, à ce rythme, sera franchi le mois prochain. Ce niveau de chômage désastreux n'avait encore jamais été atteint en France, note le député de Seine-Saint-Denis. Je formule le vœu qu'en 2015 notre gouvernement se réveille après trois ans d'erreurs et d'errements et engage une rupture économique favorisant l'emploi et l'entreprise.

Hollande déconnecté de la réalité selon le PC François Hollande et le gouvernement ne sont pas non plus épargnés sur leur gauche. «Aujourd'hui, depuis Saint-Pierre-et-Miquelon, François Hollande parle de 2017 avec une forme de prise de distance face à la réalité d'un pays qui souffre et qui, mois après mois, atteint des records historiques en nombre de chômeurs, avance le Parti communiste dans un communiqué. Un nombre considérable de familles passeront ces fêtes de fin d'année avec la peur au ventre, la crainte des prochaines semaines, des prochains mois.»

 

vu sur : http://www.leparisien.fr/economie/les-chiffres-du-chomage-sont-accablants-pour-le-gouvernement-selon-l-ump-24-12-2014-4398387.php

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
27 décembre 2014 02:47

intermittents-ca-va-peter

Un article de Fanny Guinochet, paru dans l’Opinion, nous apprend que le gouvernement a cédé devant les intermittents. Pire, il s’apprête à sanctuariser leur régime, qui jusqu’à présent devait être renégocié régulièrement. Une loi va couler dans le bronze leur régime pour interdire toute remise en cause par les partenaires sociaux.

Voici un résumé de cet article :

« Le gouvernement devrait sceller dans le marbre l’ossature du régime des artistes et techniciens de spectacle.« Il pourrait garantir par la loi les annexes VIII et X, qui a chaque renégociation de la convention de l’assurance chômage, font débat », confie un conseiller ministériel. Histoire de couper court à toute remise en cause du régime, comme l’avait par exemple demandé le Medef en février dernier. 


Cette sanctuarisation devrait être une des principales préconisations du rapport qui sera présenté début janvier. Vendredi dernier, lors de son intervention devant le Conseil national des professions du spectacle (CNPS), la ministre de la Culture Fleur Pellerin n’a pas dit autre chose : 

« Notre objectif doit être d’en finir avec la menace récurrente qui pèse sur le régime des intermittents et déstabilise les professionnels. Il faut entendre le malaise qui s’exprime et sortir des crises à répétition, il faut refonder ce régime et assurer sa pérennité. » Et de préciser :« Le régime des intermittents doit rester fondé sur le principe de la solidarité interprofessionnelle.» »


Le déficit annuel du régime des intermittents atteint 1 milliard d’euros

alors qu’il ne concerne qu’à peine 5 % des inscrits à Pôle Emploi.


J’avais déjà commis un article sur le sujet sous la forme d’un débat virtuel avec un syndicaliste intitulé : « Intermittents : un syndicaliste tente de se justifier« .

Bien sûr, le rapport ne résout rien des problèmes de financement. Pire, il a encore rendu le régime plus favorable aux intermittents.

Pour bénéficier du régime des intermittents, il fallait qu’un artiste travaille un minimum de 507 heures dans une période de 10,5 mois (ramenée à 10 mois pour les techniciens). Et bien, cette durée est allongée à 12 mois !


Pas cher prétendent les syndicats : seulement 35 millions d’euros par an. Sauf que ce chiffre ne prend pas en compte les nouveaux comportements des artistes face à l’évolution de cette durée !

C’est donc une nouvelle capitulation devant cette force de nuisance que semblent représenter ces intermittents.

 Et une nouvelle preuve du clientélisme qui sous-tend l’action de ce gouvernement.

 
En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2014/12/24/malgre-les-enormes-deficits-publics-le-gouvernement-lache-1-milliard-de-aux-intermittents/#zBMMObxpDpGJwGTy.99

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
18 décembre 2014 13:14

chomage8

 

Le Parti Socialiste est toujours très prompt à donner des leçons à la terre entière, seulement il n’applique jamais à lui-même les exigences qu’il a envers les autres. Le PS annonce qu’il fait un cadeau unique dans l’histoire de la république avec 40MD€ d’allègement fiscal sur 3 ans, sans dire qu’en 1 an il a fait augmenter les impôts d’entreprise de plus de 50MD€, et ordonne ainsi aux entreprises d’embaucher pour près d’1 million de chômeurs.

 

De son côté le Parti socialiste gavé de subventions publiques et d’allègements fiscaux lui n’embauche personne, pire, nous apprenons « Le Parti socialiste qui ne fait plus recette. A cause des défaites électorales à répétition — municipales, européennes, sénatoriales — l’argent ne rentre plus : trois millions d’euros en moins sur son budget 2014.

Les adhérents boudent également le PS : de 170 000 en 2012, le parti de Jaurès ne compte plus que 60 000 militants à jour de cotisation.

Résultat : la rue de Solférino doit réduire ses effectifs et son train de vie. 140 permanents pourraient se voir ainsi proposer un départ volontaire. Pour pallier à cette crise, le premier secrétaire du Parti Socialiste, Jean Christophe Cambadélis, propose de brader le coût de l’adhésion. Pas sûr que ça marche.

Le député Julien Dray se fait plus lucide sur l’état du parti majoritaire, je cite : « La gauche se meurt. Il nous reste quelques mois, peut être même quelques semaines, pour arrêter ce qui est en train de se passer ». »

Pourtant en apprenant cette triste nouvelle pour ces futurs chômeurs, nous n’avons constaté aucun soutien de la part de nos gouvernants et aucune condamnation des frondeurs ou autres partis de gauche. Bizarre comme si cela devait se faire en catimini, à moins qu’il ne vaut mieux pas médiatiser une affaire honteuse pour celui qui devait inverser la courbe du chômage.

Pour les français cette nouvelle est plus que déprimante, imaginez Hollande n’arrive déjà pas à résoudre le maintien de l’emploi au sein de son propre parti alors de la France.


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2014/12/17/le-parti-socialiste-qui-exige-des-entreprises-des-embauches-va-licencier-140-salaries/#oxxv7lydzsyOMbES.99

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage