Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

18 décembre 2014 04:05

55200-emplois-prives-detruits

 

Selon l’INSEE, la France a détruit 55 000 emplois au troisième trimestre 2014.

 

Les chiffres du chômage sont toujours sujets à contestation du fait du nombre de radiations effectuées, des emplois publics artificiellement créés (contrats d’avenir) ou des changements de catégories (A, B, C) de certains chômeurs.
Le chiffre du nombre d’emplois dans le secteur privé, beaucoup plus significatif de la santé du pays, mais rarement utilisé est beaucoup plus fiable.

Un article du Figaro.fr (Economie) nous apprend que la France n’a jamais autant détruit d’emplois dans le secteur privé depuis 2009 au plus fort de la crise. La population active salariée est retombée au niveau de 2004, donc celle d’il y a 10 ans !

L’échec de François Hollande en termes économiques est patent !  Il nous ramène aux pires moments de la crise de 2008-2009, alors que les effets de cette crise sont largement atténués dans tous les autres pays d’Europe. Mais pas en France ! Trouvez l’erreur !

 

L’erreur a un nom : François Hollande !

Et une cause, l’idéologie socialiste !

C’est cette idéologie qui a guidé les deux premières années du quinquennat et qui a étouffé la France après le tsunami fiscal qui l’a frappée.

 

C’est dans la bâtiment que la situation est la plus catastrophique : merci madame Duflot !

Voilà ce qu’en dir l’article du Figaro :

« L’hémorragie est particulièrement importante dans le secteur du BTP, qui perd 20,6% de ses effectifs par rapport à l’année précédente. L’Insee pointe également le fort reflux du secteur de la construction au 3e trimestre, tous types d’emplois confondus.
L’institut n’y avait pas enregistré autant de destructions de postes depuis… le troisième trimestre 1993. Le secteur n’en finit pas d’encaisser les mauvaises nouvelles. Les mises en chantier ont encore reculé de 5% sur trois mois en octobre et les professionnels s’attendent à une année noire en 2015. »

Quand on pense que François Hollande s’est fait élire en niant la crise de 2008 et en attribuant exclusivement les difficultés économiques de la France de 2012 à la politique de Nicolas Sarkozy, on se dit qu’on peut avoir énormément de regrets à ne pas avoir défendu de façon plus plus pugnace le bilan de l’ancien président.

Au rythme hollandais, c’est plus de 600 000 emplois qui auront été perdus dans le secteur privé à la fin du quinquennat !

… A moins que quelque chose ne vienne interrompre, ce quinquennat !


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2014/12/14/destruction-massive-de-55-000-emplois-fin-2014-merci-francois-hollande/#ub5FpuZ6d18tSTii.99

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
7 décembre 2014 14:41

chomage

 

Le chômage s’envole au mois d’octobre. Nul ne s’émeut de cette plaie endémique. Il semblerait qu’une espèce de fatalisme ait submergé les esprits de l’irréversibilité de l’échec total et totalement pitoyable d’un quinquennat non maîtrisé et vain.

Pour le peuple, le constat était fait… Mais écoute t-on le peuple aujourd’hui ? Gouverne t-on pour lui (bien qu’on fasse mine de le faire en son nom) ?

Quand on l’interrogea, sur la constitution européenne, il fut décidé que sa réponse n’était pas la bonne et l’on fit semblant de ne pas l’entendre.

Quand M. Hollande fut sifflé, sur le lieu mythique de ses promesses non tenues, à Florange, il expliqua avec une piteuse condescendance, à ce bon peuple qui n’avait rien compris, que ses serments avaient été pourtant tenus.

Lorsque M. Juppé fut confronté aux sifflets des adhérents de l’UMP, sa réaction se manifesta de façon arrogante comme s’il s’était agi d’une mutinerie intolérable qui ne méritait qu’une réponse autoritaire et méprisante.

Il y a longtemps que les élites politiques, unies dans la confrérie des énarques maçonniques distingués, ont inversé le sens démocratique de la République. Ils ne sont plus les exécuteurs du dessein  populaire, ils sont les tuteurs de ce peuple immature, frondeur et influençable auquel ils entendent dicter la voie.

Depuis 40 ans, l’UMP et le PS jouent la scène de l’alternance. Un coup, la droite, un coup  la gauche. On se contredit, on s’invective, on va parfois jusqu’à se tendre des pièges médiatico-judiciaires, mais on se partage les ors, les palais les complaisances de l’état.

Après 40 ans le constat est sans appel : la situation du pays est dramatique, fruit d’actions convergentes, sinon concertées : Le chômage, consubstantiel des choix de chacun ;

l’immigration massive, incontrôlée, inassimilable et hostile au fait indigène, constitutive d’un sous prolétariat voulu par la droite et d’un libertarisme débridé de la gauche ; un abandon de la souveraineté nationale, sans compensation, livrée au jugement de commissaires non élus, hautains et sans nuance ; la volonté universaliste imposant à la nation oubli de l’histoire, gommage de l’identité, dévalorisation de la culture au profit d’un multiculturalisme porteur d’indifférenciations malsaines.

Au cours de 40 ans, nous avons eu un discours de droite et un discours de gauche avant chaque élection et une même politique conduisant aux mêmes effets une fois l’élection acquise.

L’UMP, qui ne s’appellera plus l’UMP, trahissant les principes constitutionnels, mime la gauche dans des primaires fratricides. A gauche, la légitimité, bien écornée du Président sortant, est récusée sans ménagement. Ils se préparent à nous rejouer en 2017 (ou peu être avant) le jeu des successions désuètes dont chacun sent bien qu’il n’est porteur d’aucun espoir, auquel nul ne peut plus vraiment croire.

L’enjeu du pouvoir sera entre le souverainisme et la mondialisation, le débat sera entre les gardiens des valeurs de la France éternelles et les "progressistes sans frontières" fossoyeurs de notre civilisation.

 

vu sur : http://www.bvoltaire.fr/jeanjacquesfifre/le-chomage-senvole-nul-ne-sen-emeut-plus,142417?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=9c090830a0-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-9c090830a0-30494613&mc_cid=9c090830a0&mc_eid=3bbbfa4636

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
7 décembre 2014 02:41

peugeot

 

C’est un article impressionnant des Echos qui décrit les conséquences de l’effondrement productif de nos constructeurs automobiles : ce sont pas moins de 70 000 emplois qui ont été supprimés depuis 10 ans. Et encore, cela ne prend pas en compte les conséquences sur les sous-traitants.

 

Dix ans d’effondrement productif

Il y a quatre ans et demi, j’avais fait un papier qui évoquait le fait que Renault et PSA avaient délocalisé la moitié de leur production en seulement quatre ans. Les chiffres donnaient le tournis puisque la production automobile de la France s’était effondrée depuis le milieu des années 2000, passant de plus de 3 millions d’automobiles à seulement 1,6 millions en 2009, la crise aggravant encore la situation.
Le plus incroyable étant que Renault est allé bien plus loin que PSA dans la délocalisation de sa production puisqu’à peine un petit quart de la production de l’ancienne Régie est encore hexagonale, contre une petite moitié pour PSA. Les Echos chiffrent une partie des conséquences pour l’emploi.

Et elles sont dévastatrices : PSA employait près de 128 000 salariés en France en 2004. Il n’en emploie que plus de 80 000 aujourd’hui. Renault, qui avait 76 000 employés dans l’hexagone en 2004, n’en a plus que 45 000 à date.

Pire, l’estimation d’une destruction de 70 000 emplois des Echos ne couvre qu’une partie de la saignée puisque généralement deux tiers de la valeur ajoutée vient des sous-traitants et que non seulement le nombre de voitures produites en France a beaucoup baissé mais en plus la part des composants produits en France a baissé, d’où un impact probablement encore plus dur pour les sous-traitants. On peut imaginer qu’en réalité, près du double de postes ont été perdus au total.

Pourquoi un tel désastre ?

Les raisons de cet effondrement productif sont tristement simples puisque Maurice Allais nous avait alerté il y a une bonne trentaine d’années. L’ouverture déraisonnée de nos frontières à des pays où les salaires ne sont qu’une infime fraction des nôtres est forcément suicidaire pour notre industrie, étant donné que les concurrents de nos constructeurs nationaux ne se privent pas pour produire dans des pays à bas salaires étant donné que nos frontières sont des passoires.
S’y ajoutent en plus la cherté de l’euro qui rend notre production encore plus cher et les politiques économiques austéritaires absurdes des pays européens qui ont plongé nos économies dans une récession destructrice d’activité.

Bref, tous les traités européens que le PS, l’UMP, les centristes et les écologistes ont votés portent une lourde part de responsabilité dans le désastre de l’industrie automobile de notre pays, qui a envoyé au chômage des dizaines de milliers de personnes.

Le pire est que l’Asie, mais aussi l’Amérique du Sud, démontrent au contraire qu’il est parfaitement possible de protéger son industrie et donc sa croissance et ses emplois, à condition de le vouloir. Et ce n’est pas une question de taille puisque des pays plus petits que la France (Corée du Sud ou Argentine par exemple) y arrivent sans s’attirer les foudres de la communauté internationale. Bref, il n’y a aucune fatalité à laisser faire ce désastre.

Merci aux Echos de rappeler la lourde facture que paie notre industrie et Pôle Emploi à la folie laisser-fairiste de nos dirigeants depuis plus de trente ans. Le problème est que l’automobile n’est pas seule et que beaucoup de secteurs sont dans la même situation.

vu sur : http://lagauchematuer.fr/2014/12/03/effondrement-de-lindustrie-automobile-francaise-plus-de-70-000-emplois-supprimes/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
7 décembre 2014 02:19
Muslim invasion of West

      De Doumé Amprou, Blogueur Les créations du Diable rouge  
 
L’Insee publiait vendredi son enquête chiffrée de l’immigration en France.


 Les résultats sont sans appel : entre 2004 et 2012, 200.000 immigrés sont arrivés chaque année en moyenne, soit environ l’équivalent de la population de la ville de Rennes. 

Au total, entre 2004 et 2012, c’est donc 1,6 million d’immigrés qui sont arrivés en France soit deux fois l’équivalent de la population de la ville de Marseille, deuxième ville la plus peuplée de France !
46 % du reste de l’immigration est intra‑européenne.
 L’Afrique représente 30 % des flux migratoires qui arrivent en France
.
Cependant, l’enquête de l’Insee ne prend pas en compte les estimations de l’immigration illégale, ni les personnes qui résident en France pendant moins de douze mois. 
Une enquête, donc, qui ne traduit pas toutes les réalités de l’immigration. 
En France aujourd’hui, on estime que les chiffres de l’immigration illégale sont quasiment identiques à ceux de l’immigration légale soit en tout 400 000 immigrés nouveaux par an, et 3,6 millions en 10 ans. 
Bien entendu sur ces 3,6 millions nombre d’entre eux ont donné naissance à des enfants, qui eux-mêmes ne sont pas comptés dans les chiffres de l’INSEE.

Les Français passifs hier concernant l’immigration sont aujourd’hui abasourdis par les chiffres réels et se plaignent au quotidien de l’envahissement du pays. 

 La hausse significative du taux de criminalité et de la délinquance accrue, des actes d’incivilités des immigrés et l’hygiène déplorable constaté partout en France, mais aussi les trafics en tout genre dont la drogue en est devenu le fléau, du vandalisme, des voitures brûlées, sans parler du racisme anti chrétiens, anti Juifs et anti blanc, les prières de rue, le nombre croissant de constructions de mosquées financés par l’Etat au mépris de la loi sur la laïcité et des échoppes de kebab et magasins halal qui poussent plus vite que des champignons !!!

Quand on parle de « Grand Remplacement », ce n’est pas une lubie de notre part, ou une vision complotiste mais bien une réalité politique. 

source

 

vu sur : http://by-jipp.blogspot.fr/2014/12/par-ideologie-linsee-menti-sur-ses.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+blogspot/ojiPR+(Ma+France)

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
3 décembre 2014 02:58

En trois trimestres, Pôle emploi a déjà détecté un volume de fraude comparable à celui de l'ensemble de l'année dernière.

Pôle  a détecté 89 millions d'euros de fraude sur les neuf premiers mois de 2014, selon un bilan partiel transmis au Comité central d'entreprise (CCE) de l'opérateur. Sur cette somme, 31 M€ de préjudice ont pu être évités, Pôle emploi ayant repéré la fraude avant versement.

Selon le document, ces chiffres sont le résultat de 7472 affaires frauduleuses, qui concernent 9118 demandeurs d'emplois et 259 entreprises. Le nombre de demandeurs d'emploi indemnisés par Pôle emploi s'élève à 2,7 millions.

En trois trimestres, Pôle emploi a déjà détecté un volume de fraude comparable à celui de l'ensemble de l'année dernière (100 M€ en 2013). Depuis 2011, les sommes sont en hausse continue : 76 M€ en 2012 et 62 M€ en 2011. Mais à titre de comparaison, ces montants restent très faibles par rapport aux 30 milliards d'euros d'allocations versés en 2013 par exemple.



«On ne parle que d'une part infinitésimale du montant  des allocations chômage versées par Pôle emploi et environ la moitié est récupérée par la suite», fait remarquer Jean-Charles Steyger, délégué syndical central FSU. «Malheureusement, l'actualité se focalise plus sur le contrôle des chômeurs, beaucoup moins sur celui des employeurs, c'est un problème», estime pour sa part Pascal Mezan, représentant CFDT au CCE de Pôle emploi.



Le document détaille, par ailleurs, les fraudes constatées en 2013 : les principaux mécanismes sont les emplois non déclarés (38 M€), les emplois fictifs (16 M€) et le fait de toucher des prestations tout en résidant à l'étranger (10 M€).

VIDEO. Le «naufrage» de Pôle emploi, raconté par un ex-dirigeant


VIDEO. L'édito du Parisien. Chômage : Rebsamen lance le débat sur les abus


LeParisien.fr 

vu sur :http://www.leparisien.fr/economie/emploi/pole-emploi-89-millions-d-euros-de-fraude-en-neuf-mois-28-11-2014-4330247.php

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
26 novembre 2014 10:42

ILLUSTRATION. L'emploi en interim a chuté de 2,9 % en octobre en raison de la baisse de l'activité dans le bâtiment et les transports

Alors que les chiffres du  pour octobre seront connus jeudi, la dégringolade des embauches en intérim, révélée ce mercredi par France Info, est mauvais présage pour l'en  dans les prochains mois. Le mois dernier, les embauches en intérim ont chuté de 2,9%, selon le baromètre Prism'Emploi, qui observe plus de 600 agences de travail temporaire.

 

Depuis le début de l'année, ce sont plus de 5 000 missions d'intérim qui ont disparu. 

Le bâtiment va mal.Confirmant la baisse des mises en chantier, c'est essentiellement le secteur de la construction - près de 20 % des intérimaires - qui est touché. Selon France Info, le nombre d'intérimaires y a chuté de plus de 20% depuis le début de l'année. Ce recul «historique» s'explique en partie à cause «des élections qui ont asséché un certain nombre de marché, et la législation sur le bâtiment et le logement qui ont ralenti le marché», explique François Roux, délégué général de Prism'Emploi. Les mesures prises en juin et en août par le gouvernement pour relancer le bâtiment (délai d'instruction des permis de construire, révision de certaines normes,...) ne sont toujours pas appliquées ou retardées au premier semestre 2015. 

Même le transport est touché. Depuis six mois, ce secteur était dans le vert. Le recul de 0,5% au mois d'octobre préfigure un ralentissement de l'activité dans d'autres secteurs. Ce sont les camions qui fournissent l'approvisionnement des marchandises dans les usines, dans les hypermarchés, pour l'exportation... 

Industrie, commerce et services en hausse. Plusieurs secteurs parviennent encore à tirer leur épingle du jeu. C'est le cas dans l'industrie, où le taux des missions est stable grâce en partie à la reprise modérée du marché automobile. L'activité dans les commerces et les servicesaffiche de son côté une légère hausse de 2%. Un chiffre qui pourrait encore progresser dans les prochaines semaines à l'approche des fêtes de fin d'année. 

Le seuil des 10% repassé en 2015 ? Cet indicateur va dans le même sens que les prévisions de l'OCDE. Selon cette organisation, la France, qui compte 3,43 millions de demandeurs d'emploi, devrait voir sa situation s'aggraver jusqu'en 2016. Le taux de chômage de 9,9% devrait repasser au dessus de la barre symbolique de 10% à 10,1% à la fin 2015. Selon l'OCDE, «la faible croissance de la demande implique peu d'emploi, ainsi qu'un niveau élevé de chômage et de sous-emploi». Le sous-emploi concerne 6% des actifs (temps partiels, en période de chômage technique,....) 

Gattaz : «Il faut prendre les bonnes mesures» .Interrogé ce mercredi sur France Info, Pierre Gattaz, qui arborait à la boutonnière le pin's «un million d'emploi», a sonné une nouvelle charge contre le gouvernement. Le patron du Medef estime que les «bonnes mesures» ne sont pas prises. Selon lui, si le gouvernement a promis un allègement de charges pour les entreprises de 40 milliards d'euros, la fiscalité continue toujours à augmenter. En outre, il demande «au minimum» un moratoire sur le dispositf de pénibilité qui, selon lui, est «extrêment complexe» à mettre en oeuvre pour les chefs d'entreprise. Si Pierre Gattaz ne fera pas distribuer de sifflets lors de son prochain congrés, la semaine prochaine, pour dénoncer la politique du gouvernement, il reste convaincu que «les gens qui nous gouvernent ne comprennent pas le malaise des chefs d'entreprise». «Les patrons ont peur d'embaucher», lance-t-il, insistant sur la nécessité de réformer la législation et la fiscalité comme la négociation des 35 heures dans chaque entreprise ou la suppression de l'ISF. 

Seule parade, les emplois aidés Pour tenter de faire mentir cette perspective, le gouvernement a décidé de renforcer son dispositif des emplois aidés et compte sur son pacte de responsabilité grâce aux 40 milliards d'euros d'allègement de cotisations pour les entreprises pour tenter de relancer la machine. Emmanuel Macron, le ministre de l'économie, doit aussi présenter début décembre sa future loi sur l'activité pour «déverrouiller l'économie française» avec un assouplissement des règles sur le travail dominical ou sur les professions réglémentées.

L'analyse du marché de l'intérim par François Roux, délégué général de Prism'emploi


Nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A en septembre

LeParisien.fr

VU sur : http://www.leparisien.fr/economie/emploi/emploi-la-chute-de-l-interim-se-confirme-26-11-2014-4323803.php#xtor=EREC-109----2954573@1

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
7 novembre 2014 02:51

La Bretagne fait partie des régions ayant le plus faible salaire médian note l’INSEE-Bretagne dans une nouvelle étude. La moitié des salariés bretons gagne en effet moins de 10 euros nets de l’heure en 2011 contre 10,20 € pour les régions de province.

Toutefois, entre 2009 et 2011, ce salaire médian a progressé de 4,4 % en Bretagne contre 4 % au niveau national.

De même, le salaire horaire net moyen breton est de 12 € alors qu’il est égal à 13,9 € en France métropolitaine et à 12,6 € pour la France de province.

Salaires des bretons

 

 

Salaires des bretons

 

vu sur : http://www.fdesouche.com/535465-breton-gagne-moins-10e-nets-lheure

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
6 novembre 2014 02:07
 
 
La fin des petits entrepreneurs en France, c’est maintenant. 
 
Les socialistes préparent encore un tour de vis fiscal, cette fois sur les dividendes des petits entrepreneurs (SA et SAS).
En effet, désormais tous les dividendes seront soumis au maximum des cotisations sociales par souci d’égalité.
Une menace de plus sur ce qui bouge encore un peu en France.
 
« Un amendement totalement suicidaire économiquement », commente Nicolas Doze ce mardi sur BFM TV : « si ce truc passe, c’est la deuxième faute lourde du quinquennat après l’article 6 du budget de 2013, l’article qui a surtaxé le capital.
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
31 octobre 2014 11:58
L'NSEE prévoit la destruction de plus de 11 millions d'emplois d'ici 10 ans

La réalité est plus grave que l'on le pense

L'NSEE prévoit la destruction de plus de 11 millions

d'emplois d'ici 10 ans

 

 

On commence enfin à parler du tsunami qui va déferler sur l’emploi salarié aussi bien en France d’ailleurs que dans le reste du monde. Petit Chinois, grand Norvégien, cher Français blond, brun, noir, blanc ou marron, nous allons tous être égaux devant l’obsolescence programmée de l’homme à l’égard de la machine.

 

Baisser le coût du travail ? Une chimère. On peut baisser le coût du travail jusqu’à zéro, ce qui revient de fait à rétablir l’esclavage, qu’un humanoïde restera tout de même plus rentable et nettement moins pénible à « manager » qu’un être humain.

 

>> Relancer la croissance ? Une crétinerie sans nom car à quoi servira une croissance sans création d’emploi (ce qui est déjà ce que nous vivons depuis plusieurs années avec un chômage en hausse constante).

 

>> Faire de l’austérité ? Rien à en attendre puisque de toute façon cela nous entraîne encore plus dans la spirale infernale récession/déflation.

 

>> Utiliser la planche à billets ? Pourquoi pas mais au final, sans croissance, sans emploi, sans création de richesse, c’est la monnaie qui finira par valoir zéro.

 

Mais tous ces problèmes ne sont rien par rapport à ce qui va nous arriver. Comme vous vous en êtes rendu compte ces derniers jours, je partage avec vous mes réflexions autour de cette révolution robotique, la robolution qui s’annonce à partir de 2015 avec la commercialisation des premiers humanoïdes de série.


Les chiffres de l’INSSE

 

Aujourd’hui, nous aller parler ensemble chiffres, à partir des statistiques de l’INSEE, c’est donc parfaitement officiel et accessible à tous et nous allons tordre le cou à certaines idées du type « demain nous serons tous ingénieurs » ou « nous n’avons rien à craindre car nous sommes indispensables ».

 

C’est un document de travail précieux que je vous communique ici et que vous pouvez télécharger là sur le site du ministère de l’Emploi. Il s’agit de la répartition de la totalité de notre population active secteur par secteur, métier par métier.

 

Allez directement à la page 14 et 15. Il s’agit d’un document exceptionnel qui compare l’évolution de l’emploi secteur par secteur entre deux périodes (1982-1984 et 2007-2009). Les choses ont sans doute un peu changé depuis mais pour notre raisonnement, tout cela restera dans l’épaisseur du trait.


Le mythe du tous ingénieurs 

Nous allons monter en gamme (c’est d’ailleurs ce que l’on nous disait pour la mondialisation, aux petits Chinois le textile et à nous le haut de gamme, résultat : nous avons évidemment pêché par orgueil et le petit Chinois n’est pas plus crétin que le petit Français et 15 ans après, il est capable de fabriquer votre iPhone chez Foxconn pour beaucoup moins cher et les téléphones SAGEM n’existent plus et les Nokia du début des années 2000 ne survivent plus qu’en tenant à un fil). 

Mais soyons « gentils » et admettons que nous montions en gamme. 

En 1982, nous avions 105 000 ingénieurs et la progression par rapport à la période 2007-2009 a été fulgurante puisque le nombre d’ingénieurs et cadres de l’industrie (c’est le libellé INSEE) a progressé de 116 % pour s’établir à… 227 000 ingénieurs.

En clair, en 30 ans, la France a « gagné » 122 000 ingénieurs de l’industrie… la population active est de 25 millions de personnes. Quand bien même cette progression serait maintenue dans les 30 prochaines années, quand bien même nous ne ferions pas 116 % de plus mais 300 % de plus que cela ne changera rien et ne sera en aucun cas suffisant. 

Pour les informaticiens, c’est exactement la même chose (en pire). Ils étaient 49 000 en 1982 donc pas vraiment très nombreux et aujourd’hui, après une hausse de 547 %, ce qui est colossal en 30 ans et montre bien que la révolution informatique dans l’emploi a bien eu lieu ainsi que les efforts de formation nécessaires, ils sont en 2009… 317 000…
Alors avant que nous occupions 25 millions de personnes dans l’informatique, tandis que désormais les « développeurs » se font remplacer par des indiens pas cher (cela porte le doux nom de « développement offshore », ce qui fait nettement mieux que « délocalisations d’informaticiens »). Vous pourrez vérifier vous-même ces chiffres page 14 et 15 de ce document, je le répète parfaitement officiel et qui ne sort pas du cerveau d’un contrarien malade mais du cerveau d’un contrarien qui sait juste lire, écrire et compter (mais cela semble devenir rare ces derniers temps). 

Une fois posé ce constat démontré par les chiffres, de façon factuelle, purement factuelle, il ne faut pas rêver, quand bien même tous nos futurs gamins seraient des génies ayant tous le bac en poche (mais ne sachant toujours ni lire, ni écrire, ni compter), nous ne pourrons pas être 25 millions à être ingénieurs ou informaticiens.

Ceux qui véhiculent ce discours au mieux se trompent et n’ont jamais pris le temps de lire ce document et de poser ces quelques chiffres sur un bout de papier (un truc qui se faisait dans l’ancien temps pour organiser ses idées et bâtir un raisonnement), au pire, évidemment ils nous mentent, ils vous mentent sciemment et consciemment, ce qui est encore plus grave.


Passons en revue le nombre d’emplois automatisables dans cette liste fournie par l’INSEE. 

Et là, mes amis, nous allons passer les chiffres à la moulinette et cela va être un véritable carnage à l’emploi. 

1/ Administration publique Catégorie A, B, C, D, E, F, G, et jusqu’à Z, il y a 2,2 millions de personnes, dont 422 000 personnes pour la catégorie « pompiers, armée, police »…
Bon, partons du principe que les compagnies de CRS seront avantageusement remplacées par des armées de robots « titans » et que les pompiers aussi, et que de toutes les façons, vu tous les postes qui vont être perdus, les déficits et dettes cumulées, l’état de quasi-faillite de notre État et le fait qu’il n’y aura bientôt plus personne pour payer les fonctionnaires, ils vont se faire réduire par deux, sans oublier enfin que l’on va pouvoir évidemment automatiser énormément de tâches via toutes ces nouvelles technologies.
Supprimons donc 1,2 million de fonctionnaires comme en rêvent le FMI et la finance (sans doute la bonne, celle qui est copine avec Macron). 



2/ Banque et assurance… énorme rigolade.
Nul besoin d’une agence alors que les banques en ligne fonctionnent parfaitement.

Conclusion : tout cela va disparaître et d’ici 10 ans, il n’y aura presque plus d’agences bancaires (ce qui constitue l’essentiel de l’emploi dans ce secteur) et d’ailleurs les nouveaux formats d’agences de la BNP par exemple préfigurent parfaitement aussi bien ce phénomène que cette stratégie. Supprimons donc 700 000 postes, les banques tourneront aussi bien avec 70 000 personnes, ce qui est déjà énorme pour ne pas dire encore trop pour tenir 10 sites Web en ligne… 



3/ Commerce. Ce sont les caissiers, les vendeurs et tous ces jobs qui ne servent à rien à l’époque de l’humanoïde et de la caisse libre service. Supprimons donc 1,1 million de postes (ça commence déjà à faire mal le sous-total là). 



4/ Hôtellerie, restauration, alimentation, tout pareil, en plus beaucoup de sous-secteurs de cette catégorie sont orientés à la baisse sur 30 ans… Peu de chance qu’ils reprennent une croissance de la création de l’emploi. Soit 330 000 postes en moins. 



5/ Services aux particuliers… C’est en particulier dans cette catégorie que l’on retrouve les emplois à la personnes en hausse phénoménale et vous comprenez l’engouement des politiques à ce sujet par ces chiffres. En 30 ans, on est passé de 333 000 postes à… 918 000 !!


Vous avez également 1,2 million d’agents d’entretien et 208 000 vigiles et « agents de gardiennage »… Bref, tous ces postes sont évidemment remplaçables dès 2015 par les premiers humanoïdes. D’ailleurs, avoir une femme de ménage robotte 24/24h ça c’est le luxe, et c’est nettement moins contraignant qu’une vraie femme de ménage. Vous pouvez donc supprimer au moins 1 348 000 postes. Ouille ! Ça pique. 



6/ Secteur de la santé. Infirmières, on garde… Je ne suis pas sûr mais bon, soyons « optimistes », médecins idem, on vire les aides-soignantes qui globalement font du ménage donc robottes, et on peut supprimer au moins 50 % des infirmières tout de même, Ucroa pourra nous piquouser assez rapidement sans nous faire trop de mal. On supprime au moins, dans cette catégorie, 763 000 postes. Pourtant, on en garde plein et je suis sûr qu’il y a moyen d’optimiser nettement plus… 



7/ L’enseignement. Haaaaa mon préféré, . Comme le dit Laurent Alexandre dans sa vidéo (ci-dessous), qui restent des propos de psychopathe, l’Éducation nationale est aussi dépassée que la médecine du Moyen Âge. Dans ce cas, écoutez cette vidéo si vous ne l’avez pas déjà fait hier. En gros, on peut tout simplement supprimer l’essentiel des postes et conserver tout de même 340 000 postes d’enseignants/formateurs mais c’est en fait encore beaucoup trop, ce sera nettement moins dans 30 ans. Donc cela nous fait tout de même 1 million de postes en moins. Là, je peux vous dire que la Mammouth de Claude Allègre sera très largement dégraissée, on pourrait même dire dépecée mon cher Claude, tout en accompagnant le tout d’une bonne vieille privatisation de l’éducation saupoudré d’une bonne sauce de libéralisme.
Je ne vous parle même pas des robottes profs ou instits qui surveilleront nos petits chérubins… 



8/ Agriculture, marine et pêche… Bon, en 30 ans, ce secteur s’effondre, donc il va poursuivre sa tendance et de toutes les façons, il n’y a plus de poissons à pécher vu que nous avons consciencieusement vidé les océans et flingué l’environnement.
Allez zou ! On en garde 100 000 pour faire joli mais tous les ramasseurs de raisins, de légumes et tout ça, hop ! un humanoïde et c’est réglé, même plus besoin de faire appel aux roumains sans papiers journaliers…

Le prôôôgrès quoi ! Moins 849 000 postes. N’oubliez pas l’exemple de la ferme des 1 000 vaches, ou les vaches à hublot dans les pays du nord, on leur installe un hublot dans le ventre. On ouvre la fenêtre et on malaxe directement dans l’estomac de la vache… Ha, le prôôôgrèèèèèès. 



9/ BTP… Là c’est drôle, entre les imprimantes 3D, les robots ouvriers et les plans informatisés et programmés d’avance, je suis sûr que d’ici 30 ans la maison se monte toute seule sans intervention humaine. Mais encore une fois, soyons optimistes, ce secteur occupe 1,897 million de personnes, allez, supprimons seulement 360 000 postes… Vous ne pouvez pas dire que je suis pessimiste et puis comme ça, ça fera une moyenne avec ceux qui pensent que là j’en ai pas supprimé assez et que j’ai viré trop de profs… Ça va se compenser dans le meilleur des cas, sinon ce sera encore pire hahahahahaha. 

10/ Mécanique et travail des métaux… on est passé de presque 1,3 million de postes en 1982 à 949 000 en 2009 donc sur 30 ans, la baisse est réelle et va se poursuivre donc on supprime 50 % des effectifs, soit 450 000 postes en gros.

 

11/ Matériaux souple, bois, et tout… on a déjà perdu 55 % des effectifs en 30 ans, disons que dans les 30 prochaines années, on en perdra que 50 % et pas 55 % hop ! on supprime encore 150 000 jobs. 



12/ Enfin, les métiers du transport et de la logistique, c’est mon deuxième poste préféré après les profs, on peut virer tous les chauffeurs de camions, de cars (c’est Macron qui va faire la gueule vu que personne l’a prévenu que sa dernière idée géniale était juste complètement naze), de taxis (en plus la Google Car sera certainement plus aimable que nos vieux ronchons tendance grincheux actuels) et on peut se débarrasser enfin de 911 000 postes supplémentaires grâce à tous les véhicules qui se conduisent tout seul (en espérant que Windows ne plante pas en plein milieu de l’autoroute des vacances parce que là, ce sera un beau et vrai carnage). 



13/ Et enfin, la gestion et l’administration où l’on a encore 488 000 secrétaires qui n’ont pas encore été virée alors qu’elles ne servent à rien vu que je tape mes mails tout seul et 164 000 secrétaires de direction.
Sans oublier que, dans cette catégorie, nous avons tout de même 2 534 000 postes donc en supprimer moins de la moitié, soit que un petit million, c’est largement jouable.

 

TOTAL général du carnage programmé : 11 763 000 postes massacrés.

 

Je pense qu’avec un peu d’efficacité nous devrions pouvoir faire nettement mieux que cet objectif somme toute trop raisonnable. Cela veut dire que d’ici 2025, ce n’est pas 3 millions de postes qui pourraient disparaître mais presque la moitié de notre population active.

 

En Grèce, d’ailleurs, 50 % des Grecs sont déjà pauvres…

Vous pourrez donc vous amuser à faire vous-même vos propres analyses et vos propres simulations mais l’emploi va se raréfier considérablement et ça, c’est une réalité, une donnée avec laquelle nous allons tous devoir apprendre à faire, nous devons nous adapter et nous y préparer pour être plus forts et plus résistants. Bon courage mes amis.

 

Il est déjà trop tard, prépare-vous.

 

À demain… si vous le voulez bien !!


Charles SANNAT

Vu sur : 
http://echelledejacob.blogspot.com/2014/10/ce-nest-pas-3-millions-de-postes-qui.html

ET :

http://www.wikistrike.com/2014/10/l-nsee-prevoit-la-destruction-de-plus-de-11-millions-d-emplois-d-ici-10-ans.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
26 octobre 2014 03:49
Vrais chiffres chômage septembre 2014, 67900 chômeurs de + malgré 283300 radiés

Nouvelle hausse

Vrais chiffres chômage septembre 2014, 67900 chômeurs de + malgré 283300 radiés

 

Toujours 1 inscrit sur 2 qui ne perçoit aucune indemnité de Pôle emploi.

Seuls 2 chômeurs sur 10, sortent des listes pour "reprise d'emploi déclarée".

Après la fausse baisse du mois dernier, imputable aux augmentations des radiations, le rééquilibre se fait, donc, avec une moyenne hélas courante d' environ 1000 chomeurs de + par jour (lissée sur les 2 derniers mois).

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, Septembre 2014 :
 

- Défauts d'Actualisation : 194 800, 43,3 % des sorties des listes.

- Radiations Administratives (les punis) : 42 700, 9,5 % des sorties. +4,4 % sur 1 mois

- Autres Cas ( les morts, suicidés, emprisonnés .. ) : 45 800 et 10,2 % des sorties.
 
soit 283 300 radiés des listes (63 %) pour autres motifs que :
 

- Stages parking : 40 400, 9 % des sorties. + 7,2 % sur 1 an

- Arrêts maladie, maternité etc : 36 900, 8,2 % des sorties. + 7,9 % sur un an
 

- Reprises d'emploi déclarées : 89 500, ne représentent que 19,9 % des sorties des listes de pôle emploi.
 
Demandeurs d'emploi par catégories :

A : 3 432 500 +0,6 % ( + 4,3 % sur 1 an ).
B : 677 700 +1,1 % ( + 5,9 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
C : 1 018 000 +2,4 % ( + 10,9 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures.
D : 278 100 +6,9 % ( + 2,2 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 394 600 -0,2% ( + 5,8 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 5 800 900 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 5,8 % sur 1 an, 67900 chômeurs de plus, par rapport à Aout.

TOTAL, dom-tom compris : 6 134 200 ( page 15 du rapport de la DARES, lien en bas de page )

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 13,3 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 18,8 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 12 % sur 1 an.

+ d'1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (52,8 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l'emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER ...)

Offres d'emploi dispo, dernier chiffre connu : 207 690.


Le + scandaleux, LE CHÔMAGE INVISIBLE, complètement en dehors des statistiques :
 
Ne sont pas comptés dans ces 6 134 200 demandeurs d'emploi et travailleurs pauvres occasionnels :
 
1 358 300 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 300 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 941 700 sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d'autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu'un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d'un demandeur d'emploi en son sein, donc si on parle en nombre d'individus c'est pire.

+ 1 000 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l'AAH ou d'une pension d'invalidité, ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d'accès à emploi adapté.

+ d'1 million de SANS-DROITS, principalement :
 

- des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d'emploi, qui comme vous le savez n'ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe)
 

- des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 650€ d'allocation chomage, ou 800€ d'allocation adulte handicapé, vous n'aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 642€ par mois, si vous êtes NON SDF.

- des bénéficiaires de pensions de reversions ( veufs, veuves ) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA ( 448€ pour une personne seule ), et qui n'ont pas l'age pour prendre leur propre retraite ou pour percevoir le minimum vieillesse ( 67ans ) qui s'appelle aujourd'hui "A-S-P-A" (allocation solidarité aux personnes âgées), qui est récupérable sur le patrimoine, au décès.

- des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

- on peut également évoquer, des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d'emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits)
 

- on peut évoquer enfin, des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d'emploi en parallèle.

 - on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable.

Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 9,5 MILLIONS demandeurs d'emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.
 
Sources : Rapport complet de la DARES de 20 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : 
http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/p...

 

Source

http://www.wikistrike.com/2014/10/vrais-chiffres-chomage-septembre-2014-67900-chomeurs-de-malgre-283300-radies.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
24 octobre 2014 22:43

Chomage-19.200-demandeurs-d-emploi-de-plus-en-septembre.jpg

Après une pause en août, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle Emploi en catégorie A repart à la hausse en septembre, pour s’établir à 3,432 millions.

Après avoir marqué une pause au mois d'août, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle Emploi en catégorie A repart à la hausse en septembre pour s’établir à 3,432 millions, apprend-on vendredi 24 octobre du ministère du Travail. 

Le solde net pour le mois de septembre est de 19.200 demandeurs d'emploi en plus, "résultant de près d’un million de mouvements d’entrée/sortie", explique le ministère du Travail. 

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en activité réduite (catégories B et C) s’établit à 1.695.700 en France métropolitaine fin septembre 2014. Sur un mois, il augmente de 1,1 % pour l’activité réduite courte (catégorie B, +5,9 % sur un an) et de 2,4 % pour l’activité réduite longue (catégorie C, +10,9% sur un an).

Lire Contrôles des chômeurs : "remotiver" sans stigmatiser 

Au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établit à 5.128.200 en France métropolitaine fin septembre 2014 (5.431.500 en France y compris Dom). Ce nombre augmente de 1,0% (+50.200) au mois de septembre. Sur un an, il augmente de 5,7%.

Le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi en catégories D et E s’établit à 672.700 en France métropolitaine fin septembre 2014. En septembre, le nombre d’inscrits en catégorie D augmente de 6,9% et le nombre d’inscrits en catégorie E augmente de 0,2%.

 

http://www.planet.fr/revue-du-web-chomage-19200-demandeurs-demploi-de-plus-en-septembre.717203.1912.html?xtor=ES-10-717217[Planet-Alerte-Infos]-20141024

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
19 octobre 2014 01:45

Budget-de-la-Defense--7-500-postes-de-militaires-supprime.JPG

Le ministère de la Défense doit annoncer, ce mercredi, l'ensemble des restructurations ou suppressions d'unités pour l'année 2015 dans le cadre de la Loi de programmation militaire (2014-2019) votée fin décembre. Ces restructurations doivent permettre de réaliser d'importantes économies budgétaires et de nouvelles coupes dans les effectifs des armées.

[...]

Autre coupe, le 1er Régiment d'artillerie de marine de Châlons-en-Champagne (Marne), plus ancien régiment d'artillerie de la marine et l'état-major de la 1ère Brigade mécanisée. Benoist Apparu, député-maire de la ville, a appris leur dissolution avant l'été 2015 après un rendez-vous, mardi, avec le ministre de la Défense . 
La réaction de Benoist Apparu


Un coup dur pour cette ville de 45 000 habitants. Au total, 960 emplois vont être supprimés. «Pour Châlons, 1000 emplois en moins, c'est un drame. C'est un drame pour notre territoire pour deux raisons : la première c'est l'économie, c'est un choc énorme. La deuxième raison, c'est pour ce qu'est notre ville. Châlons est une capitale militaire, régionale.
Je trouve cette décision inique et injuste. Il n'y a pas de raison que Châlons supporte seule la restructuration militaire», a lancé le député maire. 


«L'Etat, ce n'est pas propre à ce gouvernement, ne se préoccupe plus d'aménagement du territoire, a regretté Benoist Apparu. Les compensations que nous demandons, c'est le développement de vrais projets industriels, pour créer de l'activité économique pérenne». 

Selon la mairie de Châlons, c'est presque 7% de la population de la ville qui directement ou indirectement va être touché par cette décision, soit 3 000 personnes en tout. Parmi eux, 400 enfants sont scolarisés. Selon la commune, un emploi sur deux dépend de la présence militaire dans la ville alors que le chômage dans la région est de l'ordre de 16%. 

La base aérienne de Drachenbronn (Bas-Rhin) sera aussi touchée avec la perte de 190 postes militaires et 3 postes civils, a annoncé ce mercredi Guy-Dominique Kennel, président du conseil général du Bas-Rhin. «Cette annonce faisant suite à une première diminution des effectifs l'an dernier, il ne restera plus sur le site que 110 personnels, ce qui fait craindre un démantèlement du site à plus ou moins brève échéance», a-t-il estimé. [...]

LeParisien.fr

http://www.leparisien.fr/economie/budget-de-la-defense-7-500-postes-de-militaires-supprimes-15-10-2014-4215369.php

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
17 octobre 2014 01:57

Attaques en série contre l’assurance chômage

En début de semaine dernière à Londres, Manuel Valls a évoqué une réforme de l’assurance chômage. Selon le premier ministre, il est « légitime » de remettre en cause « l’efficacité et l’équité » du système d’assurance chômage. Cette nouvelle attaque contre le système actuel avait été précédée par de nombreuses autres, comme à Berlin où il avait déclaré : « La France a une préférence pour le chômage de masse bien indemnisé, c’est un fait ».

Cette dernière sortie avait conduit les syndicats à élever de fortes protestations, conduisant l’Élysée à réagir. Il y a « suffisamment de sujets pour que nous soyons bien occupés et que nous montrions que nous faisons des réformes utiles à l’emploi » avait fait savoir François Hollande.

C’est le tout nouveau ministre de Rothschild, un mois après sa nomination au gouvernement, qui a repris le flambeau de Manuel Valls.

« Il ne doit pas y avoir de tabou ni de posture. L’assurance-chômage est en déficit de 4 milliards d’euros ; quel responsable politique peut s’en satisfaire ? Il y a eu une réforme, elle est insuffisante. On ne pourra pas en rester là. C’est aux partenaires sociaux qu’il appartient de faire avancer les choses. Mais comme l’État garantit financièrement le régime, il peut aussi reprendre la main si les blocages sont trop lourds. Le sujet reviendra en temps voulu »

a déclaré Emmanuel Macron dans les colonnes du Journal du dimanche enflammant la polémique endormie depuis l’intervention de François Hollande en milieu de semaine.

360 milliards pour les banques fautives, 0 pour les chômeurs ?

« Mais la nouvelle donne européenne repose d’abord sur nous. La France doit faire le travail »

a précisé Emmanuel Macron, en référence au New Deal de Franklin D. Roosevelt, une politique qui s’était avérée totalement inefficace contre le chômage et pour la relance de l’économie, qui n’avait été possible que par la marche à la guerre engagée par le gouvernement américain contre l’Europe.

Le ministre de Rothschild veut reprendre à son compte les propositions de la commission Attali – dont il était membre – chargée par Nicolas Sárközy de « libérer la croissance » en 2008. C’est d’ailleurs Jacques Attali qui a présenté Emmanuel Macron à François Hollande.

Korbo.E.U banksters

Emmanuel Macron a dénoncé le déficit de 4 milliards d’euros de la caisse d’assurance chômage.
Cette sortie est d’autant plus étrange sur un sujet déclaré clos par François Hollande qu’Emmanuel Macron ne s’était pas ému quand le précédent gouvernement avait mis en place un plan de 360 milliards pour sauver les banques et enrichir la mafia capitaliste internationale.
Alors qu’il était encore plus directement à son service, il ne s’était pas demandé alors si la « réforme » du système financier international était « suffisante », ni si les peuples pouvaient « s’en satisfaire ».

par-ici-la-monnaie-

 

Un couac contrôlé ?

« La gauche n’a pas de tabous, mais elle a quelques totems, en particulier le fait que quand le président de la République s’exprime, les ministres appliquent »

a répliqué Jean-Christophe Cambadélis.

« L’assurance chômage est un acquis social et ce n’est pas en période de crise qu’il faut toucher à un acquis comme celui-ci »

a renchéri Ségolène Royal.

« Il fait une interview pour parler du New Deal” de la relance économique, il a une phrase mal ajustée [sic] et il ouvre une polémique. [Il était] tellement concentré sur ce mot de New Deal dont on voit bien que c’était l’essentiel du message qu’il voulait faire passer, il y a [eu] une phrase de trop ».

a tenté de justifier Claude Bartolone.

« Je dis halte au feu, il faut faire attention aux annonces qui sont faites. Aujourd’hui, donner l’impression que nous sommes en difficulté économique, pas par la désindustrialisation, mais par l’indemnisation liée au chômage, attention je dis »

Si Claude Bartolone se vante de ne pas respecter la volonté des Français, il tient visiblement à ce que cela reste discret.

En tout état de cause, ce sont les « partenaires sociaux » qui sont chargés d’élaborer la nouvelle convention sur le chômage.

Au-delà des oppositions de façade au sein du Parti socialiste, les uns flattant leur électorat populaire, leurs maîtres à la tête des banques et de l’Union européenne, cette polémique serait orchestrée directement depuis l’Élysée.
L’idée serait d’entretenir le débat artificiellement pour permettre, le moment venu, d’y avoir habitué le public et d’ancrer l’idée qu’une réforme est indispensable.
L’entretien d’Emmanuel Macron au JDD a en effet été relu par les conseillers de l’Élysée qui ont donné leur accord pour la publication, et certains ont relayé cet entretien sur les réseaux sociaux.

françois_hollande_veritable-adversaire_finance-laurence-boone-macron

http://jeune-nation.com/2014/10/10150-offensive-du-ministre-de-rothschild-et-de-valls-contre-les-chomeurs/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
16 octobre 2014 01:42
Tous les deux jours, un agriculteur se suicide

Une info déjà évoquée sur WikiStrike mais aujourd'hui diffusée dans les médias de masse comme ici Itélé

Tous les deux jours, un

agriculteur se suicide

 

 

L’institut de veille sanitaire (INVS) a publié il y a quelques jours une étude sur la surveillance de la mortalité par suicide des agriculteurs exploitants, portant sur les années 2007, 2008 et 2009. Les résultats sont plus qu’alarmants. En France, près de 500 suicides d’agriculteurs ont été enregistrés durant les 3 années étudiées. Autrement dit, c’est un agriculteur qui se suicide tous les deux jours dans le pays. Retour en détail sur les chiffres d’une étude qui fait froid dans le dos.

Tous les deux jours, un agriculteur se donne la mort

Toutes morts confondues, la population des agriculteurs montre une sous-mortalité par rapport à la population française. Cela peut s’expliquer, notamment, par un « healthy worker effect », par une plus faible mortalité par certaines maladies - liées à une moindre consommation de tabac -, ou encore par le fait que la rudesse du travail nécessite une meilleure santé que la population générale.

En revanche, si l’on étudie uniquement la mortalité par suicide, elle est supérieure de 20% par rapport au reste de la population générale française.

La problématique est encore plus flagrante lorsque l’on compare les chiffres avec ceux concernant les cadres. Un agriculteur exploitant présente un risque trois fois plus élevé de se donner la mort qu’un cadre (deux fois plus élevé pour les agricultrices).

Ainsi, l’étude de l’INVS confirme que la catégorie sociale des agriculteurs exploitants possède la mortalité par suicide la plus élevée parmi toutes les catégories sociales.

Cette surmortalité est particulièrement marquée chez les éleveurs âgés de 45 à 64 ans qui ont un risque de décéder par suicide respectivement de 31% et 47% plus élevé que la population générale.

L’étude de l’INVS révèle également que le suicide est la troisième cause de mort dans le monde agricole, après les cancers et les maladies cardiovasculaires.

Tous ces chiffres sont édifiants, mais comment les expliquer ? 

Corrélation directe entre suicide et difficultés économiques

L’isolement social que rencontre un grand nombre d’agriculteurs et les contraintes particulières liées à l’exercice du métier -qu’elles soient physiques, climatiquespolitiques ou sociales- sont avancés pour expliquer ce phénomène.

Mais il faut insister sur la corrélation directe entre suicide et difficultés économiques. Les observations de l’INVS coïncident avec la temporalité des problèmes financiers rencontrés dans ces secteurs sur la période d’étude.

Par exemple, la surmortalité par suicide chez les éleveurs bovins-lait coïncide avec la rupture en 2008 d’un accord tacite entre producteurs et acteurs économiques qui apportait certaines garanties aux agriculteurs (pas de concurrence étrangère, notamment).

Vigilance pour les mois à venir

La Mutualité sociale agricole (MSA), qui est chargée de mettre en oeuvre le plan de prévention du suicide dans le monde agricole de 2011 dont fait partie l’étude de l’INVS, insiste sur le fait que « la vigilance s’impose » pour les mois à venir.

En effet, la colère des agriculteurs s’est à nouveau exprimée ces dernières semaines, notamment dans les filières fruits, légumes et élevage bovin, face à des cours qui s’effondrent et à des contraintes administratives et environnementales que les agriculteurs jugent trop pesantes.

Fin septembre, des centaines de maraîchers bretons ont incendié la Mutualité sociale agricole de Morlaix (Finistère), après avoir déversé leurs légumes invendus devant le bâtiment. Le centre des impôts local a également été visé par ces violences.

Lundi, la MSA a mis en place Agri'écoute, un service téléphonique destiné aux agriculteurs en difficulté. Le numéro (09 69 39 29 19) est accessible 24h/24 et 7j/7 et permet aux agriculteurs qui le souhaitent de discuter de façon anonyme avec des personnes formées aux situations de souffrance ou de détresse.

L'étude de l'INVS était attendue par de nombreux acteurs du secteur. Elle est considérée comme la première étude officielle et exhaustive sur le sujet du suicide chez les agriculteurs.
Si ses résultats sont déjà très alarmants, certains acteurs estiment qu'ils sont sous-estimés. Ainsi, le syndicat agricole 
la Coordination Rurale affirme que de nombreux suicides sont déclarés comme étant des accidents afin que les assurances puissent être touchées par les proches. L'Apli (Association des producteurs de lait indépendants) avançait pour 2009 le chiffre de 800 suicides au sein de la population des agriculteurs...

 

Source Itélé

http://www.wikistrike.com/2014/10/tous-les-deux-jours-un-agriculteur-se-suicide.html

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
10 octobre 2014 23:44
 Big bug, les chômeurs ne seront pas payés avant...

Il faut bien trouver des excuses, le mois où l'Etat présente son planning économique....


Les chômeurs ne seront pas payés avant...

 

Selon LeParisien-Aujourd'hui en France, le logiciel conçu pour appliquer les nouvelles règles de l'assurance-chômage, et notamment les droits rechargeables, ne sera pas opérationnel avant le 20 octobre. Ce dysfonctionnement pourrait entraîner des retards de paiement des allocations.

C'est un bug qui pourrait être plus lourd de conséquences pour les chômeurs que le bug SFR, qui avait fait faussement baisser les chiffres du chômage en août 2013. 

Selon LeParisien - Aujourd'hui en France ce mardi, le logiciel qui sert à actualiser la situation des demandeurs d'emploi n'est pas encore prêt à appliquer les nouvelles règles de l'assurance-chômage, qui entrent pourtant en vigueur... demain.

Le quotidien affirme que ce logiciel ne sera pas opérationnel avant le 20 octobre prochain, ce que confirme Pôle emploi au figaro.fr. Il est pourtant l'outil indispensable qui permet de déclencher le versement des allocations chômage.

En témoignent de nombreux agents de Pôle emploi, prévenus de ce «bug» lors de la formation qu'ils ont reçue pour maîtriser les nouvelles règles d'indemnisation chômage. «On nous a dit, sans s'en cacher, qu'on ne pourrait pas entrer sur le système informatique avant le 20 octobre pour actualiser la situation des demandeurs d'emploi. Que cela allait générer de gros retards dans le versement des allocations, voire des ruptures de paiement. Je préviens déjà les gens. Car on va voir arriver à l'accueil des gens très en colère, et rien n'est prévu», redoute ainsi un conseiller de banlieue parisienne, dans les colonnes du journal.

Le ministre du Travail, François Rebsamen, a concédé ce mercredi qu'il «y aura peut-être quelques retards mais personne ne passera à travers les mailles du filet. Ceux qui auront acquis des droits rechargeables continueront à recevoir leur indemnisation».

Timing serré

Pôle emploi et l'Unedic se veulent cependant rassurants. «Des mesures seront mises en place, explique par exemple Pôle emploi. Toutes les agences se seront organisées de façon à pouvoir étudier et gérer les dossiers entre le 20 octobre et le début novembre, les allocations chômage n'étant versées qu'à partir du 8 du mois». Quant à l'allocation de solidarité spécifique, soit un peu moins de 500 euros par mois versés aux chômeurs en fin de droits, Pôle emploi s'engage à la verser avant même de recalculer les droits, de sorte qu'il n'y ait aucun retard de versement.

Les nouvelles règles d'indemnisation chômage entrent en vigueur ce mercredi 1er octobre avec déjà quatre mois de retard - le délai accordé à Pôle emploi pour s'adapter et former ses 39.000 agents. Elles prévoient notamment la mise en place de «droits rechargeables» pour les demandeurs d'emploi, un dispositif qui leur permet de conserver leurs droits au chômage s'ils retrouvent un travail avant la fin de leur période d'indemnisation.

Jusqu'à présent, les compteurs étaient remis à zéro à chaque nouvel emploi. Il s'agit d'inciter les chômeurs à reprendre un travail, même s'il est de courte durée.

 

http://www.lefigaro.fr/emploi/2014/09/30/09005-20140930ARTFIG00110-possible-nouveau-bug-en-vue-a-pole-emploi.php

http://www.wikistrike.com/2014/10/big-bug-les-chomeurs-ne-seront-pas-payes-avant.html

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
9 octobre 2014 18:48
Ajoutée le 7 oct. 2014
         
Manuel Valls envisagerait de réformer
l'assurance-chômage en réduisant le taux ainsi que
la durée d'indemnisation des chômeurs.
 

 C'est du moins ce que croient savoir nos confrères du Monde qui se basent sur une
conversation privée, dans laquelle le Premier ministre évoque cette hypothèse avec des journalistes britanniques.
 Les explications de nos spécialistes Myriam Encaoua et Jérôme Libeskind

http://by-jipp.blogspot.fr/2014/10/chomage-valls-veut-reduire.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+blogspot/ojiPR+(Ma+France)

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
2 octobre 2014 01:11
Vrais chiffres chômage aout 2014, 15200 chomeurs de moins, mais 31000 radiations de plus

La montée baisse

 

 

 

 

 

 

 

 

Vrais chiffres chômage aout 2014, 15200 chomeurs de

moins, mais 31000 radiations de plus !

 

Vous l'aurez compris, la baisse est pour tout ou partie artificielle, par contre ce sont bien des êtres vivants, les radiés des listes (à part les morts classés dans "autre cas", bien entendu).

327 500 radiations en Aout contre 296 500 radiations en Juillet. (soit 31000 de + que le mois précédent).

Toujours 1 inscrit sur 2 qui ne perçoit aucune indemnité de Pôle emploi.

Seuls 2 chômeurs sur 10, sortent des listes pour "reprise d'emploi déclarée".

221 172 offres (y compris précaires) pour 6 063 900 demandeurs d'emploi officieux (sans compter les 3 500 000 invisibles).

33 % environ de la population active sans emploi ou sans emploi stable.

 

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, Aout 2014 :
 
- Défauts d'Actualisation : 227 700, 45,7 % des sorties des listes. +14,4% sur 1 mois

 

- Radiations Administratives (les punis) : 52 500, 10,5 % des sorties. +5,4 % sur 1 mois

- Autres Cas ( les morts, suicidés, emprisonnés .. ) : 47 300 et 9,5 % des sorties.
 
soit  327 500 radiés des listes (65,7 %) pour autres motifs que :
 
- Stages parking : 37 400, 7,5 % des sorties. +13% sur 1 an

- Arrêts maladie, maternité etc : 38 800, 7,8 % des sorties.
 
Reprises d'emploi déclarées : 84 100, ne représentent que 18,9 % des sorties des listes de pôle emploi.
 
Demandeurs d'emploi par catégories :

A : 3 413 300 -0,3 % ( + 5,2 % sur 1 an ).

B : 670 300 +0,8 % ( + 6 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
C : 994 400 +0% ( + 8,5 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures.
D : 260 100 -3,1 % ( + 0,9 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 394 000 -0,3% ( + 10,8 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

 

TOTAL : 5 732 100 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 6 % sur 1 an, 15200 chômeurs de moins, par rapport à Juillet.

TOTAL, dom-tom compris : 6 063 900 ( page 15 du rapport de la DARES, lien en bas de page )

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 14,5 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 18,2 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 11,6 % sur 1 an.

+ d'1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (53,1 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l'emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER ...)

Offres d'emploi dispo, dernier chiffre connu : 221 172.

Le + scandaleux, LES INVISIBLES, complètement en dehors des statistiques :
 
Ne sont pas comptés dans ces 6 063 900 demandeurs d'emploi et travailleurs pauvres occasionnels :
 
1 393 200 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 300 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 906 800 sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d'autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu'un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d'un demandeur d'emploi en son sein, donc si on parle en nombre d'individus c'est pire.


+ 1 000 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l'AAH ou d'une pension d'invalidité, ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d' accès à emploi adapté.

+ d'1 million de SANS-DROITS, principalement :
 
- des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d'emploi, qui comme vous le savez n'ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe)
 
- des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 650€ d'allocation chomage, ou 790€ d'allocation adulte handicapé, vous n'aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 629€ par mois, si vous êtes NON SDF.

- des bénéficiaires de pensions de reversions (veufs, veuves) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA, et qui n'ont pas encore l'age pour prendre la retraite ou encore percevoir le minimum vieillesse "ASPA" ( 67 ans) ASPA récupérable sur le patrimoine, au décès.

- des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

- on peut également évoquer, des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d'emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits)
 
- on peut évoquer enfin, des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d'emploi en parallèle.

 - on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable


Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 9,5 MILLIONS demandeurs d'emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.
 
Sources : Rapport complet de la DARES de 20 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : 
http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/p...

Rendez-vous le samedi 25 Octobre 2014, pour avoir les vrais chiffres du chômage de Septembre 2014.

 
 
http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/vrais-chiffres-chomage-aout-2014-157201
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
22 septembre 2014 00:42

hausse-chomage-juillet-2014.png

 

Le gouvernement avait prévenu que les chiffres du chômage seraient « mauvais » ; ils sont catastrophiques. En un peu plus de deux ans, depuis l’arrivée de François Hollande à la tête de leur République, le chômage, toutes catégories confondues, a augmenté de 16 %, passant de 4 928 000 à 5 747 300.

Sur un mois, pour la seule catégorie A, le chômage augmente de 0,8 %, soit 26 000 chômeurs de plus. La hausse est aussi forte chez les seniors (+0,7 % et +11,6 % sur un an) que chez les jeunes (+0,7 %, -1,8 % sur un an) et les 25-49 ans (+0,8%, +3,4 % sur un an).

Il y a désormais plus d’un million de chômeurs de longue durée dans notre pays.

 

http://jeune-nation.com/2014/08/8676-5-747-300-chomeurs-en-france-16-depuis-larrivee-de-francois-hollande/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
5 septembre 2014 00:23

Le gouvernement avait prévenu que les chiffres du chômage seraient « mauvais » ; ils sont catastrophiques.

En un peu plus de deux ans, depuis l’arrivée de François Hollande à la tête de leur République, le chômage, toutes catégories confondues, a augmenté de 16 %, passant de 4 928 000 à 5 747 300.

Sur un mois, pour la seule catégorie A, le chômage augmente de 0,8 %, soit 26 000 chômeurs de plus. La hausse est aussi forte chez les seniors (+0,7 % et +11,6 % sur un an) que chez les jeunes (+0,7 %, -1,8 % sur un an) et les 25-49 ans (+0,8%, +3,4 % sur un an).

Il y a désormais plus d’un million de chômeurs de longue durée dans notre pays.

hausse chomage juillet 2014

  http://jeune-nation.com/2014/08/8676-5-747-300-chomeurs-en-france-16-depuis-larrivee-de-francois-hollande/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
4 septembre 2014 03:53

Avec la rentrée revient sur la table le sujet du travail dominical. Le gouvernement pourrait avoir recours à des ordonnances pour faire passer sa loi. Certains syndicats sont déjà vent debout contre cette perspective. C’était aussi le cas de François Hollande il n’y a pas si longtemps…

 

 

 

SOURCE : http://www.ndf.fr/nos-breves/02-09-2014/abandon-du-repos-dominical-une-loi-sous-ordonnance-comme-celle-que-denoncait-francois-hollande-le-8-juin-2005-a-lassemblee-nationale?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29#.VAbV2Pl_uUU

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
7 mai 2014 00:06

Les sénateurs français ont définitivement adopté une proposition de loi socialiste qui prévoit d'interdire la culture du maïs transgénique en France lors d'un vote sur un texte conforme à celui déjà approuvé par l'Assemblée nationale. /Photo d'archives/REUTERS/Tomas Bravo

Reuters/Reuters - Les sénateurs français ont définitivement adopté une proposition de loi socialiste qui prévoit d'interdire la culture du maïs transgénique en France lors d'un vote sur un texte conforme à celui déjà approuvé par l'Assemblée nationale. /Photo d'archives/REUTERS/Tomas Bravo

 

PARIS (Reuters) - Les sénateurs français ont définitivement adopté lundi une proposition de loi socialiste qui prévoit d'interdire la culture du maïs transgénique en France lors d'un vote sur un texte conforme à celui déjà approuvé par l'Assemblée nationale.

Seul le groupe UMP a voté contre ce texte, adopté par 172 voix pour et 147 contre, qu'il juge anti-constitutionnel et contraire au droit européen.

>>"Il y a nécessité de trouver un cadre juridique", a dit Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture. "Cette proposition de loi vise à combler le vide juridique qui existe aujourd'hui en France."

>>Elle reprend dans son intégralité une proposition de loi du sénateur socialiste Alain Fauconnier, que la haute assemblée avait rejetée le 17 février par 171 voix contre 169 en adoptant une motion de procédure.

>>Le groupe socialiste de l'Assemblée avait alors décidé de déposer immédiatement une nouvelle proposition, le but de ce texte étant d'interdire le maïs transgénique avant la période des semis, notamment le MON810 de Monsanto, le seul autorisé à la culture dans l'UE, et le Pioneer TC1507.

>>Le texte précise que l'autorité administrative peut ordonner la destruction des cultures concernées en cas de non respect de cette interdiction.

LE CONSEIL D'ETAT APPUIE L'INTERDICTION

Les députés avaient rejeté un amendement du groupe écologiste qui proposait d'interdire la culture de toutes les plantes génétiquement modifiées.

Plusieurs dizaines de militants anti-OGM, dont le député européen José Bové, ont affronté le 2 mai des pro-OGM autour d'une parcelle de 11 hectares de maïs transgénique située à Saubens, dans la Haute-Garonne, au sud de Toulouse.

Dans un arrêté du 14 mars, Paris a interdit l'utilisation du maïs MON 810 de Monsanto en attendant l'adoption définitive de cette proposition de loi.

Le Conseil d'Etat a refusé lundi de le suspendre en urgence, comme le demandaient une association de producteurs de maïs et deux exploitants agricoles, estimant qu'il ne portait pas une atteinte "grave et immédiate" à la situation économique de la filière.

Le Conseil d'Etat a par deux fois, en 2011 et en 2013, annulé des décrets identiques qu'il a jugé contraires à la réglementation européenne.

Il a considéré que les preuves dont disposait la France "n'étaient pas suffisamment étayées". La réglementation européenne autorise un pays à interdire la culture d'un OGM seulement s'il présente les preuves scientifiques "d'un risque important mettant en péril de façon manifeste la santé humaine, la santé animale ou l'environnement".

Faute de majorité qualifiée, l'Union européenne n'a pu bloquer le 11 février l'autorisation de cultiver un nouveau type de maïs OGM, le Pioneer TC 1507, et reste divisée sur la latitude à donner aux Etats membres dans la procédure d'autorisation des organismes génétiquement modifiés.

 

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
3 mai 2014 00:28

euros2

Najat Vallaud-Belkacem vient d’avoir une idée de génie :« mettre le paquet sur l’emploi dans les quartiers populaires »,« parce que rénover le cadre de vie ne suffira jamais si on y transpose les mêmes difficultés sociales ». Un Programme d’investissement d’avenir (PIA) va donc être créé pour injecter dans les quartiers difficiles la rondelette somme de 600 millions d’euros.


Depuis 40 ans, toute la classe politique de droite ou de gauche s’est donc complètement fourvoyée : en 1973, nous avons eu droit – sous Georges Pompidou – à l’opération « Ni tours ni barres », ces dernières étant jugées« peu conformes aux volontés des habitants ». Le ministre de l’Équipement (Olivier Guichard) espérait, par cette mesure, éviter la ségrégation par l’habitat. Ne riez pas !

En 1977, c’est le premier plan banlieue baptisé « Habitat et vie sociale ». 53 banlieues bénéficieront d’une amélioration de leur cadre architectural, de logements plus confortables et du « développement d’une vie sociale dans les quartiers ».

L’arrivée au pouvoir de François Mitterrand, en 1981, verra la création des ZEP, et l’année suivante fleurissent les missions locales pour aider les 16-25 ans sortis du système scolaire sans qualification, ainsi que la mise en place des premières vacances pour ces mêmes jeunes afin de les éloigner de leurs quartiers… pourtant réhabilités les années précédentes et dorénavant dotés d’une vie sociale !

En 1983, c’est un « Plan banlieue 89″ qui réaménage les banlieues au nom du « droit à l’esthétisme pour tous ». En 10 ans, on se dit qu’ils n’ont pas eu le temps, encore, de tout réhabiliter…

En 1991, c’est la mixité pour tous : les villes de plus de 200.000 habitants sont sommées de construire 20 % de logements sociaux dans leurs quartiers. C’est aussi le début des années où certaines personnes appelées « Français de souche » – mais pas seulement – commencent à déserter ces mêmes quartiers.

Passons sur le plan Marshall de Jacques Chirac, « un pacte de relance pour la ville ». Pacte : un mot dont raffolent nos hommes et femmes politiques.

De 1999 à 2001, Jospin présentera deux plans : un pour la « rénovation urbaine et de solidarité » pour éviter… la création de ghettos. Ceux-là mêmes qui ont commencé à voir le jour 10 ans plus tôt. Et un second de 20 milliards de francs + 5,4 milliards d’euros + 15,24 millions d’euros pour les espaces verts, les équipements sportifs et des jeux. Le mot « solidarité », c’est certain, n’est pas inapproprié.

En 2008, eu égard à l’ampleur des échecs successifs des différents « plans », Fadela Amara préfère la prudence et parlera d’« Espoir banlieue ». Un milliard d’euros plus tard, la pauvre Fadela démissionnera en avouant qu’« il est très difficile de faire bouger tous les conservatismes, tout l’appareil d’État ».

Enfin, concernant les emplois francs allouant aux entreprises 5.000 euros de subventions pour l’embauche d’un « jeune » en CDI, monsieur Ayrault ne peut malheureusement plus nous éclairer sur la réussite ou non de cette mesure.


« Co-investir dans des projets structurants comme des pépinières d’entreprises ou des maisons de santé », précise encore Najat Belkacem. Pas très clair mais joliment présenté.

En revanche, lorsque le ministre des Droits des femmes conclut en évoquant « reconquérir la confiance des quartiers populaires où l’abstention avait été très forte aux municipales », cela nous parle davantage. 600 millions d’euros : parce qu’ils le valent bien !

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
1 mai 2014 00:58

Wikimedia

 

M. Hollande préside à l'élimination des derniers fleurons de notre industrie. Au nom de Jean Jaurès !

 Aujourd’hui (24/4) que l’on parle de l’américanisation possible d’Alstom, oserai-je encore évoquer le sort des « Gauloises », réglé depuis le 14 avril 2014 ? Le ministère de l’Économie, lui, reste muet…

M. Mitterrand a présidé à la liquidation de la sidérurgie en Lorraine (où aujourd’hui 55 % des ouvriers menacent de voter FN aux européennes imminentes). M. Hollande préside à l’élimination des derniers fleurons de notre industrie. Au nom de Jean Jaurès !

flecheLa plus importante des deux dernières usines de cigarettes en France, bien de la SEITA, est située à Carquefou, dans la banlieue de Nantes. Elle emploie 327 salariés et a produit l’an passé 12,2 milliards de cigarettes blondes, principalement des « Gauloises » et des « Gitanes ». Elle est rentable, mais son propriétaire anglais, Imperial Tobacco, veut augmenter ses bénéfices. C’est à cette fin qu’il entend délocaliser en Pologne.

Héritière du monopole de la fabrication et de la distribution du tabac instauré par Colbert à la fin du XVIIe siècle, la SEITA a été une société d’État avant d’être privatisée en 1995 et de fusionner avec son homologue espagnole Tabacalera en 1999 pour former ALTADIS. En 2007, le nouvel ensemble a été racheté par Imperial Tobacco, dont le siège est à Bristol. Plus aucun Français ne siège au conseil d’administration depuis 2010. En grande majorité anglais, les principaux dirigeants, administrateurs et actionnaires privilégient leur pays lors des décisions douloureuses. Une partie de la production de l’usine nantaise pourrait même être rapatriée sur le site de Nottingham plutôt qu’en Pologne, croit savoir « Le Figaro » (14/4).

Anglais et/ou polonais, les ouvriers d’Imperial Tobacco vont donc œuvrer, non sans quelque perplexité, imagine-t-on, sous le casque ailé dessiné en 1936, redessiné en 1947 pour le paquet de « Gauloises » par l’immigré russe Marcel Jacno (1904-1989).

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
29 avril 2014 17:47
Cambodge grève manifestations ouvriers textile

s'informerLundi 28 avril, une grève touchait 20 000 ouvriers du textile, dans une trentaine d’usines dans deux zones franches. Elle a commencé spontanément la semaine dernière et a pris de l’ampleur lundi. Les grévistes exigent une prime de 50 dollars qui leur avait été promise.

Aux mois de décembre et janvier une grève puissante avait été durement réprimée par le gouvernement qui avait fait tirer sur des milliers de grévistes qui bloquaient un site. Il y avait eu de nombreux morts. Les ouvriers réclamaient un salaire de 160 dollars par mois.

Le Cambodge est devenu une plate forme d’exportation textile pour les multinationales américaines et européennes. 650 000 ouvrier(e)s travaillent pour des sous-traitants des grands groupes. Le Cambodge étant un des pays les plus pauvres du monde, il est apparu avantageux aux grandes firmes d’utiliser la concurrence du Cambodge pour faire pression sur les ouvriers de Chine ou du Bangladesh en les menaçant de délocalisation.

Les patrons avaient cherché à diviser les ouvriers en janvier en promettant à ceux qui ne faisaient pas grève une prime de 50 dollars. Aujourd’hui l’association des employeurs déclare qu’il n’y a pas eu de promesse et refuse toute augmentation.

De plus le procès de 23 délégués des grévistes arrêtés en janvier s’est ouvert vendredi dernier à Phnom Penh.

L’Organisation Internationale du Travail (OIT) a demandé leur libération et a constaté la dégradation des conditions de travail. Les syndicats dénoncent la sous-alimentation des ouvriers et leur épuisement provoquant des séries d’évanouissements.

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage
23 avril 2014 17:19
edito-logo

L’EDITO d’INFORMATIONS OUVRIERES
par Daniel Gluckstein,
Secrétaire national du POI.

 

Plus de 1 000 emplois sont détruits chaque jour en France. Jamais le nombre de chômeurs quittant Pôle emploi parce qu’ils ont retrouvé un travail n’a été aussi bas. Partout le chômage s’étend et frappe particulièrement la jeune génération.

 C’est dans ce contexte dramatique qu’Hollande a osé évoquer ses états d’âme : il pourrait ne pas être candidat à l’élection présidentielle de 2017 au cas où le chômage ne baisserait pas d’ici là. La belle affaire ! On ne sait ce qui l’emporte ici, de l’inconscience ou de la provocation.

N’en déplaise au président, les travailleurs, les jeunes et surtout les chômeurs n’ont que faire de ses états d’âme. En revanche, ils sont en droit de s’interroger : Hollande n’est-il pas président ?

N’aurait-il pas le pouvoir, dans les nombreuses entreprises où l’Etat a une participation, de bloquer les plans et garantir l’emploi ? Dans la fonction publique n’aurait-il pas le pouvoir de maintenir les emplois et de créer les dizaines de milliers de postes nécessaires dans les écoles, les hôpitaux, les administrations publiques ? S’agissant des entreprises d’une importance stratégique pour l’économie du pays (sidérurgie, automobile, aéronautique…), n’aurait-il pas le pouvoir de bloquer les plans de licenciements ? Ne serait-ce pas la voie la plus directe pour combattre le chômage ?

Qui s’opposerait à ces mesures ? L’Union européenne ? C’est un fait : au nom de la concurrence libre et non faussée, elle interdit toute intervention de l’Etat dans l’industrie. C’est un fait : l’Union européenne, ses traités, sa Banque centrale, son Parlement imposent la « réduction des déficits publics » et le remboursement de la dette pour apurer les milliers de milliards d’euros donnés pour renflouer les capitalistes. S’opposent aussi à une telle politique les capitalistes eux-mêmes qui dénoncent le « coût du travail » trop élevé en France.

La « stratégie de l’emploi » de François Hollande se résume à ceci : essayer de convaincre les patrons qu’ils seraient avisés d’investir dans notre pays. Lesquels patrons rétorquent à Hollande : pour que nous investissions en France, vous devez réduire le coût du travail, briser la Sécurité sociale de 1945, réduire nos charges, remettre en cause les garanties collectives (conventions et statuts).

Faites-moi confiance, leur répond Hollande : avec mon pacte de responsabilité, je vais contraindre la classe ouvrière à renoncer à nombre de ses droits, permettant une surexploitation sans précédent. Les patrons voudraient y croire… mais ils se méfient d’une classe ouvrière qui n’a jamais accepté de subir sans réagir. Ils voudraient le succès du pacte… mais craignent qu’il ne débouche sur l’explosion sociale. Ont-ils tort ?

Garantir l’emploi, créer l’emploi, c’est répondre à l’aspiration fondamentale de tout jeune, de tout travailleur de pouvoir vivre dignement de son travail.Cela implique de ne pas craindre de remettre en cause le carcan de l’Union européenne, de ses institutions, et de ses traités qui font de la stabilité de l’euro la clé de toute politique. Le premier pas dans cette direction, c’est le rejet du pacte de responsabilité, instrument de destruction des emplois et des droits.

En un mot, cela passe par la rupture avec la classe capitaliste et ses institutions.

Quant au reste — les états d’âme de François Hollande ou la stabilité de l’euro —, les travailleurs sont en droit de dire : cela ne nous concerne pas.

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage