Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

7 octobre 2015 23:26

© REUTERS/ Medecins Sans Frontiere

Le journaliste américain Glenn Greenwald est persuadé que les médias, notamment CNN et le New York Times font tout leur possible pour cacher la responsabilité des États-Unis de la frappe aérienne de l’hôpital de Médecins sans frontières en Afghanistan le 3 octobre dernier, qui a fait 22 morts.

 

Le coupable de la destruction de l’hôpital de l’organisation internationale Médecins sans frontières (MSF) dans la ville de Kunduz, au nord de l’Afghanistan, a été déterminé immédiatement, remarque Glenn Greenwald dans son article publié dans The Intercept.

Les représentants de MSF ont exigé de mener une enquête indépendante, en soulignant qu’ils ne pouvaient pas faire confiance à une enquête menée par le pays ayant fait un acte équivalent à un crime de guerre.Les titres et les articles des revues américaines sont univoques: l’hôpital a été détruit par l’aviation américaine.

« Une frappe aérienne de la Force aérienne des États-Unis dans la ville de Kunduz a fait 19 morts à  l’hôpital de l’organisation internationale Médecins sans frontières. Elle a été dénoncée par des organisations humanitaires de m’ONU », lit-on dans le Wall Street Journal.

Une vérité également publiée dans les revues VICE, et USA Today, sur la National Public Radio et Human Rights Watch, communauté qui se donne pour mission de défendre les droits de l’homme.

Pourtant, le portail The Intercept ainsi que la chaîne CNN et le journal The New York Times n’avaient apparemment pas hâte de reconnaître la responsabilité de la Force aérienne des États-Unis dans cette frappe fatale.

Dans le premier paragraphe de l’article publié sur le site de CNN, il est écrit que le bombardement coïncidait avec la frappe aérienne des États-Unis, ce qui laisse présumer qu’il n’y a pas forcément de cause à effet entre les deux événements.

« L’hôpital a été détruit approximativement au même moment où que les Etats-Unis menaient leur frappe samedi matin », cite CNN, repris par M. Greenwald.

Et d’ajouter: « 19 personnes sont mortes suite à une frappe à l’hôpital afghan, les Etats-Unis mènent une enquête. » Le journaliste est persuadé que cet article mène à une confusion: Washington passe du rôle de coupable à celui d’enquêteur.

Plus choquant encore, le journaliste reprend cette publication dans le New York Times. »L’hôpital de l’organisation Médecins sans frontières en Afghanistan a été détruit par une frappe aérienne ».

« Comme si une frappe, se baladant toute seule comme un touriste, s’était heurtée contre l’hôpital en Afghanistan », ironise Glenn Greenwald

Le journaliste est persuadé que les employés de ces médias connaissaient parfaitement le coupable. Pourtant, par la suite, tous les médias ont reconnu la culpabilité des États-Unis.

Pourtant, maintenant, la narrative a changé. D’une reconnaissance honteuse, on est passé à une frappe justifiée.

Glenn Greenwald conclut que même les militaires n’ont pas l’insolence de nier leur faute. Tant pis, les médias l’ont facilement fait à leur place.

© REUTERS/ Medecins Sans Frontiere

Le journaliste américain Glenn Greenwald est persuadé que les médias, notamment CNN et le New York Times font tout leur possible pour cacher la responsabilité des États-Unis de la frappe aérienne de l’hôpital de Médecins sans frontières en Afghanistan le 3 octobre dernier, qui a fait 22 morts.

 

Le coupable de la destruction de l’hôpital de l’organisation internationale Médecins sans frontières (MSF) dans la ville de Kunduz, au nord de l’Afghanistan, a été déterminé immédiatement, remarque Glenn Greenwald dans son article publié dans The Intercept.

Les représentants de MSF ont exigé de mener une enquête indépendante, en soulignant qu’ils ne pouvaient pas faire confiance à une enquête menée par le pays ayant fait un acte équivalent à un crime de guerre.Les titres et les articles des revues américaines sont univoques: l’hôpital a été détruit par l’aviation américaine.

« Une frappe aérienne de la Force aérienne des États-Unis dans la ville de Kunduz a fait 19 morts à  l’hôpital de l’organisation internationale Médecins sans frontières. Elle a été dénoncée par des organisations humanitaires de m’ONU », lit-on dans le Wall Street Journal.

Une vérité également publiée dans les revues VICE, et USA Today, sur la National Public Radio et Human Rights Watch, communauté qui se donne pour mission de défendre les droits de l’homme.

Pourtant, le portail The Intercept ainsi que la chaîne CNN et le journal The New York Times n’avaient apparemment pas hâte de reconnaître la responsabilité de la Force aérienne des États-Unis dans cette frappe fatale.

Dans le premier paragraphe de l’article publié sur le site de CNN, il est écrit que le bombardement coïncidait avec la frappe aérienne des États-Unis, ce qui laisse présumer qu’il n’y a pas forcément de cause à effet entre les deux événements.

« L’hôpital a été détruit approximativement au même moment où que les Etats-Unis menaient leur frappe samedi matin », cite CNN, repris par M. Greenwald.

Et d’ajouter: « 19 personnes sont mortes suite à une frappe à l’hôpital afghan, les Etats-Unis mènent une enquête. » Le journaliste est persuadé que cet article mène à une confusion: Washington passe du rôle de coupable à celui d’enquêteur.

Plus choquant encore, le journaliste reprend cette publication dans le New York Times. »L’hôpital de l’organisation Médecins sans frontières en Afghanistan a été détruit par une frappe aérienne ».

« Comme si une frappe, se baladant toute seule comme un touriste, s’était heurtée contre l’hôpital en Afghanistan », ironise Glenn Greenwald

Le journaliste est persuadé que les employés de ces médias connaissaient parfaitement le coupable. Pourtant, par la suite, tous les médias ont reconnu la culpabilité des États-Unis.

Pourtant, maintenant, la narrative a changé. D’une reconnaissance honteuse, on est passé à une frappe justifiée.

Glenn Greenwald conclut que même les militaires n’ont pas l’insolence de nier leur faute. Tant pis, les médias l’ont facilement fait à leur place.

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
6 octobre 2015 02:00

Dix personnes soupçonnées de chercher à recruter pour le compte du groupe État islamique, notamment des femmes, ont été arrêtées au Maroc et en Espagne, a annoncé dimanche le ministère espagnol de l’Intérieur.

Les dix suspects ont été appréhendés lors d’une opération menée conjointement par les services de renseignement du Maroc et de la police espagnole. Six ont été interpellés à Casablanca (nord-ouest du Maroc) et quatre dans les villes espagnoles de Tolède (centre), Badalona (nord-est), Xeraco (est), « ces dernières heures », précise le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

En Espagne, deux Marocaines, un Espagnol d’origine marocaine et un Portugais ont été interpellés, tous soupçonnés d’avoir eu un « rôle actif dans la radicalisation, l’endoctrinement et le recrutement de nouveaux adeptes pour Daech (acronyme de l’EI), visant principalement des femmes. »

L’un des hommes arrêtés au Maroc a par ailleurs déjà été condamné en Italie pour des activités en lien avec le terrorisme, selon le ministère marocain de l’Intérieur, qui n’a pas livré davantage de précisions.

Ce réseau avait pour but « l’envoi de combattants étrangers vers les régions de Syrie et d’Irak sous contrôle de Daesh », ajoute le communiqué. [...]

Jeune Afrique

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
5 octobre 2015 19:26
La Russie a « violé » l’espace aérien turc parce que la Turquie a « déplacé » sa frontière

SOURCE

Les avions russes en Syrie « ont violé l’espace aérien turc » nous répètent les agences médiatiques. Mais un précédent rapport montre que cette affirmation est probablement fausse et que ce sont les Etats-Unis qui poussent la Turquie à diffuser cette propagande.

Reuters (lundi 5 octobre 2015, 07:54 BST): La Turquie dit qu’un avion de guerre russe a violé son espace aérien

« Samedi, un avion de guerre russe a violé l’espace aérien turc près de la frontière syrienne, ce qui a obligé la force aérienne turque à dépêcher deux jets F-16 pour l’intercepter, a déclaré, lundi, le ministère des Affaires étrangères. 

Le ministère des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur de Moscou pour protester contre cette violation, selon un communiqué envoyé par courriel. La Turquie a exhorté la Russie à ne pas renouveler une telle violation, ou elle serait tenue pour « responsable de tout incident regrettable qui pourrait se produire. »

AFP (10:20 · 5 octobre 2015: La Turquie intercepte un jet russe violant son espace aérien

« La Turquie a déclaré lundi que ses avions F-16 avaient, pendant  le week-end, intercepté un avion de chasse russe qui avait  violé l’espace aérien turc près de la frontière syrienne,  et l’avaient forcé à rebrousser chemin. »

[...]

Un officiel turc de la sécurité a déclaré que vendredi tôt dans la matinée, un radar turc avait repéré un avion russe à al Yamdiyyah, un village syrien situé à la frontière turque. Il a dit que des avions de combat turcs l’auraient attaqué s’il était rentré dans l’espace aérien turc.

 Mais un responsable militaire américain a indiqué que l’incident avait failli dégénérer en affrontement armé. Il a lu un rapport selon lequel l’avion russe avait violé l’espace aérien turc de 8 km, et que des jets turcs avaient décollé pour l’intercepter, mais que l’avion russe était retourné dans l’espace aérien syrien avant qu’ils ne puissent l’atteindre.

Le responsable de la sécurité de la Turquie a dit qu’il ne pouvait pas confirmer cette déclaration. »

Ce sont donc les États-Unis, et non la Turquie, qui ont mentionné les premiers cette violation de l’espace aérien et le décollage des avions de combat. La source turque ne pouvait pas confirmer leurs allégations.

Mais comment peut-on parler de violation de l’espace aérien alors que les avions russes « volaient dans un rayon de cinq miles (environ 8 km, ndt) de la frontière turque et étaient peut-être entrés dans l’espace aérien turc ». Les avions russes volaient dans l’espace aérien syrien. Dire qu’ils « pourraient être entrés » dans l’espace aérien turc c’est comme dire que la terre « pourrait être plate ». Eh bien, peut-être qu’elle l’est, après tout ?

Le fait est que les Russes volent tout près de la frontière et bombardent les positions de certains combattants anti-syriens que la Turquie soutient. Ils ont de bonnes raisons de le faire:

« La ville, dans une région montagneuse du nord de la province de Lattaquié, a été une importante route de contrebande de personnes et de de marchandises entre la Turquie et la Syrie, et elle a, selon les rapports, servi de principale porte d’entrée  aux armes livrées aux rebelles syriens par les Amis de la Syrie, un groupe de pays  occidentaux et du Moyen-Orient dirigé par les Américains. »

Il se peut bien, en effet, qu’un avion russe ait légèrement franchi la frontière en manœuvrant. Mais la vraie raison pour laquelle le responsable militaire américain et la Turquie peuvent se plaindre de ces « violations », est que la Turquie a unilatéralement « déplacé » la frontière turco-syrienne de 8 km au sud :

« La Turquie maintient une zone tampon de 8 km à l’intérieur de la Syrie depuis juin 2012, depuis qu’un missile syrien de défense aérienne a abattu un avion de chasse turc qui s’était égaré dans l’espace aérien syrien. En vertu des nouvelles règles d’engagement mises en vigueur depuis,  l’armée de l’air turque considérera toute cible qui se trouve à moins de 8 km de la frontière turque comme un ennemi et agira en conséquence. »

Si les règles d’engagement syrien « déplaçaient » la frontière nord de la Syrie jusqu’à la mer Noire, est-ce que tout avion volant en Turquie orientale violerait l’espace aérien syrien? Personne ne peut croire à de telles absurdités et c’est la raison pour laquelle personne ne devrait accepter ces idioties américano-turques. Les avions russes n’ont pas à  respecter la « nouvelle » frontière turque mais seulement la frontière légale.

Le fait qu’un avion empiète parfois légèrement sur la partie turque en raison d’une urgence ou d’autres circonstances accidentelles ne serait pas non plus une raison suffisante pour commencer une guerre OTAN-Russie.

 Moon of Alabama | 5 octobre 2015

Article original: http://www.moonofalabama.org/2015/10/russia-violates-turkish-airspace-because-turkey-moved-its-border.html

Traduction : Dominique Muselet

Source: http://arretsurinfo.ch/la-russie-a-viole-lespace-aerien-turc-parce-que-la-turquie-a-deplace-sa-frontiere/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
5 octobre 2015 02:40
Première situation très dangereuse entre deux grands ennemis...

Première situation très dangereuse entre deux grands ennemis...

EXCLUSIF-Strategika 51: Six chasseurs multirôles russes de type Sukhoi SU-30 SM ont mis en fuite des chasseurs israéliens de type McDonnell Douglas F-15 au large des côtes syriennes.

Les appareils israéliens survolent depuis des mois l’espace aérien syrien et plus particulièrement la base aéronavale de Lattaquié, tête de pont des forces russes en Syrie. Les appareils israéliens suivent en général un plan de vol assez complexe et approchent Lattaquié à partir de la mer

 

Dans la nuit du 1er au 02 octobre 2015, six Sukhoi SU-30 SM russes ont décollé de la base aérienne syrienne de Hmimim en direction de Chypre avant d’intercepter en position d’attaque quatre  chasseurs israéliens F-15.

Surpris par une situation aussi inattendue et probablement non préparé à un combat aérien avec l’un des meilleurs chasseurs polyvalents russes, les pilotes israéliens ont vite rebroussé chemin vers le Sud en survolant à très grande vitesse le Liban.

L’armée libanaise a annoncé officiellement à 2313 Z (heure locale) que quatre « appareils ennemis » (israéliens) avaient franchi l’espace aérien du Liban.

Cet « incident » entre des avions de combat russes et israéliens a frappé de stupeur le commandement des forces aériennes israéliennes, lequel a estimé qu’un éventuel combat aérien entre les F-15 israéliens et les Su-30 russes aurait débouché sur la destruction des quatre appareils israéliens. Israël a vivement protesté auprès de Moscou de cet incident mais les russes ont exigé des explications sur la présence d’avions de combat israéliens en plein espace aérien syrien. Cet incident indique que la protection de l’espace aérien syrien est désormais sous la protection de l’arme aérienne russe. Ce qui cause des grincements de dents à Washington.

L’incident a été passé sous silence par les grandes agences de presse mais les relais politiques et médiatiques d’Israël aux Etats-Unis,  en Europe et dans le monde arabe vont redoubler d’efforts pour diaboliser le soutien russe au gouvernement syrien.

Source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
4 octobre 2015 01:58

Screen Shot 2015-10-03 at 13.57.01 PM

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.infoSOURCE

«Et quiconque émigre pour la cause d’Allah trouvera sur terre maints refuges et abondance.» Sourate des Femmes (An-Nisâ’)- La Hijrah (émigration) dans le sentier d’Allah.

Émigrer vers une nouvelle terre afin d’apporter l’islam est considéré comme un acte méritoire.

Nos irresponsables politiques nous abreuvent de mensonges, afin d’anesthésier nos réflexes de survie.

L’histoire des réfugiés qualifiés est un mythe

Plus d’un tiers des requérants n’a reçu qu’une éducation primaire

Selon Ilse Aigner, ministre de l’économie bavaroise, l’histoire des réfugiés qualifiés est fausse. Plus d’un tiers des requérants n’a reçu qu’une éducation primaire ou n’aurait bénéficié d’aucune scolarité. Le nombre d’analphabètes est également en hausse. « Nous n’avons pas à jeter l’argent par les fenêtres. Personne ne peut assurer une formation sans connaissances linguistiques. »

Andrea Nahles (SPD), ministre fédéral du travail et des affaires sociales, prévoit une augmentation de chômeurs et érémistes Hartz-IV. « Seuls 10 % des demandeurs d’asile aurait des possibilités d’intégration rapide dans le marché du travail. »

Source : jungefreiheit.de

Nos gentils refugiés africains et leur contribution à l’enrichissement de l’Italie.

Domitiana en Italie près de Naples, sur l’ancienne voie romaine Domitiana, est une zone de non-droits aux mains de l’immigration illégale africaine. Cette région est en proie à une guerre civile permanente dont personne ne parle jamais pour ne pas effrayer les européens… Assassinats, violences, drogue, prostitution, zone de guerre permanente.

Exigences honteuses de certains réfugiés

Les réfugiés veulent choisir leur pays d’accueil. Arrogance, insolence de leur part ou conscients de notre faiblesse ? (les trois à la fois, selon moi). 

Les pauvres migrants, fuyant la misère et la violence, montrent leur reconnaissance aux bonnes âmes qui les accueillent à la gare de Copenhague. Des réfugiés, ces gens ? J’ai quelques doutes. Ils veulent aller en Suède, pays beaucoup plus accueillant et généreux que le Danemark et ne cachent pas leur mécontentement.

Ces migrants « apeurés », «traumatisé», «fragilisés», recourent à la grève de la faim pour réclamer passeports et argent de poche : 2.000 Euros par mois !

Screen Shot 2015-10-03 at 13.56.38 PM

Vingt réfugiés de St. Kanzian ont entamé une grève de la faim, car ils ne reçoivent pas 2.000 Euros net par mois !

Klagenfurt (OTS) :

« La crise des réfugiés présente plusieurs visages. La détresse des vrais réfugiés côtoient l’opportunisme scandaleux d’autres.

Certains « refugiés » pensent pouvoir exploiter la culture de bienvenue pour émettre des revendications insolentes.

Vingt demandeurs d’asile avaient entamé une grève de la faim, car ils ne recevaient ni passeports, mais comme prévu par la loi, des cartes de résidents, ni 2.000 Euros net/mois comme argent de poche ! Et chose bizarre, ces réfugiés, grévistes de la faim, voulaient également organiser une conférence de presse ! Ils savaient pertinemment bien qu’avec l’aide des médias, ils auraient pu obtenir satisfaction.

Ces exigences honteuses de la part de ces 20 « réfugiés » de St-Kanzian révèlent un autre problème.

De toute évidence, les « réfugiés » arrivent chez nous, la tête remplie de rêves, victimes de propagandes mensongères : argent facile, logement gratuit, travail … Si l’asile accorde des droits, il exige également des devoirs. Et ces derniers sont rarement mentionnés.

Les généreuses prestations sociales accordées par l’Allemagne, l’Autriche et la Suède attirent les réfugiés comme un aimant, ce qui explique leur refus d’être accueillis par d’autres états membres de l’UE. Il devient urgent que cela change.

Source : Déclaration de Christian Ragger, président du Parti de la Liberté de Carinthie au Kärntner Freiheitlichen LR Mag.

Les réfugiés sont-ils vraiment majoritairement syriens ?

Selon le Daily Mail, quatre réfugiés sur cinq ne proviennent pas de Syrie

L’un des plus grands mensonges propagé par nos médias et nos irresponsables politiques concerne l’origine de ces prétendus refugiés. Ils affirment que la grande majorité des réfugiés sont des Syriens fuyant la guerre civile et ce, afin de justifier ces vagues massives de migrants aux yeux des populations européennes.

 

Or, selon le MailOnLine (Daily Mail) quatre réfugiés sur cinq ne proviennent pas de Syrie. Sur les 213.000 réfugiés, récemment accueillis en Europe, seulement 44.000 arrivaient de Syrie.

Parmi les arrivées récentes, 27.000 migrants venaient d’Afghanistan.

Et la filière afghane n’est pas prête de se tarir : des dizaines de milliers d’Afghans au chômage se pressent pour obtenir leur passeport et partir vers l’Eldorado allemand, où, pensent-ils, on construira des maisons pour eux.

Screen Shot 2015-10-03 at 13.57.01 PM

(Source : PI.News )

« Cela expose le mensonge colporté dans certains milieux qu’un grand nombre de ceux qui atteignent l’Europe sont originaires de la Syrie », a déclaré David Davies, député conservateur de Monmouth […] « Beaucoup de ceux qui ont choisi de risquer leur vie pour venir en Europe l’ont fait pour des raisons économiques »

David Cameron a proposé d’accueillir 20.000 Syriens, en provenance de camps de réfugiés proches de la Syrie, mais aucun des migrants arrivés en Europe. Il préfère s’assurer que la Grande Bretagne accordera l’asile à de véritables réfugiés syriens, et non aux faux refugiés syriens, actuellement présents dans les pays de l’UE.

Les discours officiels, larmoyants à souhait, mais non moins mensongers, nous laissent croire que les centaines de milliers de migrants réclamant le droit d’être accueillis dans l’UE sont tous des réfugiés syriens accompagnés de leur famille, fuyant les atrocités de l’EI ou la tyrannie de Bachar al-Assad.

Or les chiffres d’Eurostat dévoilent une autre réalité : près de 80 % sont des migrants économiques, du Pakistan, d’Afghanistan, du Bangladesh, du Nigéria, de l’Erythrée, de l’Ethiopie, de la Somalie, d’Albanie, sans oublier les « réfugiés » du Ghana, du Tchad, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Cameroun et du Maghreb, qui débarquent à Lampedusa, en Sicile et à Naples à flots continus.

Sur les 625.920 réfugiés qui introduisirent une demande d’asile dans l’UE en 2014, seulement 29.5% provenaient de Syrie, d’Afghanistan et d’Irak. (Source : Eurostat Countries of origin of (non-EU) asylum seekers in the EU-28 Member States, 2013 and 2014)

Les Autorités allemandes ont admis que 40% des migrants arrivés dans leur pays en 2015 étaient originaires des Balkans, incluant l’Albanie, le Kosovo et la Serbie. Ils ne fuyaient pas la guerre, mais la misère. (9482-asylantr_ge_im_juli_2015) (Bundesministerium des Innern).

Le chaos

L’Allemagne, en ouvrant grandes les portes du pays à tous les migrants, puis en fermant ses frontières, dépassée par l’afflux gigantesque, a créé le chaos dans tous ses pays voisins, envahis depuis son invitation irréfléchie par un nombre impressionnant de migrants en colère, arrogants et revendicatifs.

Aujourd’hui, dans les camps de réfugiés allemands, éclatent des bagarres sanglantes entre les différentes ethnies, les rares femmes abritées dans ces camps sont violées, les chrétiens sont menacés par les musulmans et revivent avec horreur ce qu’ils pensaient avoir fui.

Les partis d’extrême-droite, d’extrême-gauche et les islamistes se radicalisent et s’affrontent.

Par sa politique naïve et confuse, la Chancelière allemande a mis en danger, non seulement l’avenir de son pays, mais aussi celui de l’Europe.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
3 octobre 2015 23:03
L'Etat islamique voudrait planifier un "holocauste nucléaire" sur l'Occident et exterminer 500 millions de personnes
 
 
L'Occident ne mesure pas l'ampleur de la situation, l'Etat islamique est beaucoup "plus dangereux et organisé" que nous le pensons selon Jürgen Todenhöfer, un journaliste allemand qui a passé plusieurs jours au sein de l'organisation terroriste en Irak et en Syrie.
 
 Celui-ci affirme que le groupe terroriste aurait bien l'intention de déclencher une sorte de tsunami nucléaire contre l'Occident et d'éradiquer "tous les non-croyants".
 En outre, l'Etat islamique voudrait balayer l'ouest de la surface de la terre avec un "holocauste nucléaire" et prévoirait d'exterminer 500 millions de personnes."
Tous les chiites, Yazidi, les hindous, les athées et les polythéistes doivent être tués" selon Jürgen Todenhöfer.
 Le journaliste considère qu'il s'agit de l'organisation terroriste la plus dangereuse au monde. L'Occident "ne mesure pas la menace à laquelle il fait face" et sous-estime le risque "considérable" que représente l'Etat islamique.

Jürgen Todenhöfer raconte qu'il a échangé pendant des mois avec l'organisation terroriste via Skype, avant que celle-ci n'accepte de le recevoir.
 "J'avais vu les terribles vidéos de décapitations", explique le journaliste.
"C'est justement ça qui m'a posé le plus gros problème lors de mes négociations.
Au cas où, j'avais fait mon testament avant de partir".
 Le journaliste allemand décrit la vie sous le califat comme un enfer.
"Les gens vivent dans des casernes, dans des maisons bombardées. Je dormais sur un matelas en plastique à même le sol, j'avais de la chance".
 Selon lui, les vidéos de décapitations servent à asseoir l'autorité du groupe sur la population.

"Je ne vois personne capable de les arrêter. Seuls les Arabes le peuvent. Je suis revenu très pessimiste" a déploré Jürgen Todenhöfer.
 
 "Ils sont extrêmement brutaux. Non seulement ils coupent des têtes, mais ils parlent également d'une stratégie de nettoyage religieux. Voilà leur philosophie officielle : ils parlent de 500 millions de personnes qui doivent mourir".
 
 Les Occidentaux et tous les musulmans qui approuvent la démocratie, devraient être tués selon le groupe extrémiste.
Plus grave encore, Jürgen Todenhöfer explique que l'Etat islamique est certain de gagner ce combat. "Il y a un enthousiasme presque palpable et une confiance que je n'ai jamais vus dans d'autres zones de guerre"

source
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
2 octobre 2015 18:21
La Syrie, le Liban et l'Iran attendent le feu vert russe pour une offensive terrestre contre Daesh

 

Après les frappes russes en Syrie, bientôt l’opération terrestre de l’Iran? Selon l’agence de presse Reuters, qui cite deux sources libanaises, des centaines de troupes iraniennes sont arrivés en Syrie dans les 10 derniers jours et vont bientôt rejoindre les forces gouvernementales syriennes et leur allié du Hezbollah dans une massive opération terrestre soutenue par les frappes aériennes de l’aviation russe.

« Les frappes russes vont être bientôt accompagnées par une offensive terrestre de l’armée syrienne et de ses alliés« , a indiqué à Reuters une source sécuritaire. Les deux sources ont indiqué que l’opération avait pour objectif de recapturer les territoires perdus par le président syrien Bashar El-Assad au profit des rebelles.

Les rebelles visés par les Russes

...

Depuis le début de leur offensive aérienne, les Russes sont accusés de viser les rebelles plutôt que l’Etat islamique. Selon le sénateur américain John McCain, les bombardements russes en Syrie de mercredi ont visé des rebelles entraînés et financés par la CIA notamment pour combattre le groupe Etat islamique. ...

Des avions russes ont encore  frappé jeudi un camp d’entraînement d’un groupe rebelle soutenu par les Etats-Unis dans le nord-ouest de la Syrie, a affirmé à l’AFP un porte-parole de cette faction. « A 10H30 locales (9h30, heure française), quatre avions russes ont visé le camp d’entraînement de Souqour al-Jabal (les Faucons de la montagne) avec dix missiles« , a indiqué Moustapha Halabi à l’AFP via internet.

 

Source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
2 octobre 2015 01:36

A la suite d’attaques médiatiques contre la Russie, le porte-parole du secrétaire général de l'Onu a dû démentir l'authenticité des récentes déclarations de l’organisation.

 

Selon Farhan Haq, porte-parole du secrétaire général de l'Onu, les récentes déclarations du service de presse de l'Onu, affirmant que les frappes de l'aviation russe contre les positions de l'EI faisaient des morts parmi les civils syriens, n'étaient fondées que sur les informations de médias et d’organisations non gouvernementales.

 

"Nous avons reçu des messages de groupes civiles, y compris +White Helmets+ et des médias", a-t-il déclaré en répondant à la demande de préciser sur quelles données a été basée la récente affirmation du porte-parole du service de presse de l'Onu.

Ici, il s'agit du porte-parole du secrétaire général de l'Onu, Stéphane Dujarric, qui avait annoncé auparavant que "selon les données des messages initiales, près de 33 citoyens innocents auraient pu être victimes d’attaques dans la région de Homs". Selon lui, le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon "est informé que la Russie effectue des frappes aériens sur la ville de Homs et probablement sur d’autres lieux en Syrie".

Le ministère russe de la Défense a déclaré mercredi que l'Armée de l'air russe n'effectuait pas de frappes sur les infrastructures civiles syriennes et qu'elle n'avait engagé que des opérations militaires contre l'EI en Syrie.

Plus tôt, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a commenté les déclarations de plusieurs médias occidentaux qui affirmaient que l'opération militaire lancée par Moscou faisait des morts parmi les civils syriens, en précisant qu'il s'agit d'une attaque médiatique. Selon Mme Zakharova, la Russie fait l'objet d’une guerre de l’information car il n'y a eu aucune confirmation officielle de cette information.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150930/1018511148.html#ixzz3nLnkdvTe

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
1 octobre 2015 02:54

14601882594_50d2f7eb98_b

SOURCE

Vladimir Poutine a présenté le 25 septembre dernier deux voies possibles pour l’Union Européenne par rapport à la crise des migrants.

L’une d’elle serait de défendre par la force physique et l’armée les frontières de Schengen, la deuxième serait de laisser venir les migrants clandestins et avec eux des terroristes, ce serait alors la fin de l’Union Européenne ce qui pourrait induire/amener la troisième guerre mondiale et même un nouvel holocauste.

 

Selon le président russe, le plus important serait d’en finir avec l’arrivée des migrants au sein de l’UE et de dire clairement aux migrants, par les dirigeants de l’UE, de cesser de venir en Europe car ils seront rejetés.

« Si les politiciens de l’UE ne se réveillent pas à temps, en moins d’une année l’enfer se déchaînera en Europe

Pour les migrants qui fuient la guerre, ils devront être gardés dans des camps de réfugiés en Turquie jusqu’à ce que la guerre soit finie Syrie.

Selon Poutine, si les politiciens de l’UE ne se réveillent pas à temps, en moins d’une année l’enfer se déchaînera en Europe.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Plj Kandel pour Dreuz.info.

source: hirek.in

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
1 octobre 2015 02:44

Bon, on ne l’a pas vu. Mais le pitch du reportage est intéressant. Il rappelle que la France et l’Union Européenne verse des milliards aux palestiniens et que ces derniers ne font rien de l’argent. Enfin, les leaders se font bien construire des villas au Maroc ou s’achètent des appartements à Dubaï, mais les autres…

Regardez ce reportage, en français, et dites-nous ce qu’il vaut.

Voici sa description:

Malgré de considérables aides financières versées par l’Union européenne, la situation ne cesse d’empirer dans les territoires palestiniens. Un documentaire à charge contre la stratégie des Européens.

Rares dans le monde sont les régions qui reçoivent autant d’aides financières que la Palestine. Pourtant, la situation ne cesse d’empirer dans les territoires occupés. Plus de vingt ans après les accords d’Oslo (1993), la création d’un État palestinien coexistant avec Israël n’a jamais semblé aussi illusoire – seule une partie de la Cisjordanie est sous le contrôle exclusif des Palestiniens – alors que le bilan humain est catastrophique : la moitié de la population palestinienne vit sous le seuil de pauvreté, le taux de chômage avoisine les 25 % et les ressources en eau sont de plus en plus restreintes.

Et ce malgré les milliards versés par l’Union européenne… Ce documentaire analyse la politique des donateurs, tout en s’interrogeant sur le rôle de l’UE au Moyen-Orient. En préférant donner de l’argent plutôt que d’encourager des accords politiques, les Européens ne se trompent-ils pas de stratégie ?

https://www.youtube.com/watch?v=OsDgLr77vO4

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
1 octobre 2015 01:53

Source

L'Etat Islamique prépare un plan diabolique. Les musulmans extrémistes souhaitent mener "la plus grande purification religieuse de l'histoire". Pour arriver à ses fins, le groupe terroriste est prêt à utiliser des armes nucléaires. C'est ce qui ressort du témoignage de Jürgen Todenhöfer, un journaliste allemand infiltré au sein de Daech pendant dix jours.

"Jihadi John", ce combattant britannique de l'État Islamique qui apparaît régulièrement lors des terribles vidéos de propagation diffusées par le groupe terroriste. © photo news.
 
Daech est l'ennemi le plus brutal et le plus dangereux que j'ai pu voir tout au long de ma carrière. Je ne sais pas qui pourra les arrêter à court terme. Si un geste doit venir, ce sera du côté arabe mais je suis pessimiste à ce sujet
Jürgen Todenhöfer, un journaliste allemand
© anp.

Jürgen Todenhöfer a rapporté son témoignage dans un livre "Inside IS: dix jours sur les traces d'IS". Pendant cette expédition délicate, ce journaliste allemand a pu compter sur la protection de "Jihadi John" (voir ci-contre), ce combattant britannique de l'État Islamique qui apparaît régulièrement lors des terribles vidéos de propagation diffusées par le groupe terroriste.

Comme le rapporte le Daily Telegraph, Jürgen Todenhöfer répète qu'il ne faut pas "sous-estimer la puissance du danger de l'État Islamique". Selon lui, les djihadistes souhaitent "mener la plus grande purification religieuse de l'histoire où des centaines de millions de personnes perdront leurs vies".

Plus grand que le Royaume-Uni
Jürgen Todenhöfer ajoute que l''État Islamique contrôle aujourd'hui un territoire plus grand que le Royaume-Uni. Les djihadistes comptent sur le soutien d'une "armée de combattants enthousiastes".

"Je n'ai jamais vu ça en période de guerre. Chaque jour, des centaines de volontaires arrivent des quatre coins du monde. Ils veulent tous se battre au sein de l'État Islamique, précise le journaliste allemand qui a séjourné à Raqqa et Mossoul, deux villes contrôlées par Daech.

"Je ne sais pas qui pourra les arrêter"
Pour préparer cette mission délicate, Jürgen Todenhöfer a discuté pendant de long mois avec "Jihadi John" via Skype. Les images brutales d'exécutions de journalistes ne l'ont pas effrayé. Le journaliste allemand avoue toutefois avoir écrit son testament avant de s'envoler vers la Syrie.

"Daech est l'ennemi le plus brutal et le plus dangereux que j'ai pu voir tout au long de ma carrière. Je ne sais pas qui pourra les arrêter à court terme. Si un geste doit venir, ce sera du côté arabe mais je suis pessimiste à ce sujet", conclut le journaliste allemand.

 

Source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
1 octobre 2015 01:46
UE: Les Turcs seront autorisés à se déplacer dans l’espace Schengen, si la Turquie stoppe l’afflux de réfugiés

L‘Union Européenne est disposée à accorder à la Turquie une aide financière supplémentaire importante ainsi que la garantie de libre circulation de ses 75 millions de citoyens dans l’espace Schengen si le gouvernement turc accepte de prendre des mesures adéquates pour arrêter le flux de réfugiés vers l’Europe, rapporte le Sunday Times. Cependant, l’accord exclurait le territoire de la Grande-Bretagne.

 Le même journal rapporte que la Turquie exige que l’on créée une zone tampon de 80 kilomètres à sa frontière avec la Syrie, comprenant également une zone d’exclusion aérienne. Ce projet aurait déjà  recueilli l’approbation du Royaume-Uni et de l’Allemagne.

Cette question sera abordée lors d’un mini-sommet organisé le 5 Octobre à Bruxelles. Ce jour-là, le Président turc Recep Tayyip Erdogan sera reçu par le président de la Commission européenne, le Luxemburgeois Jean-Claude Juncker, et le président du Conseil de l’Europe, le Polonais Donald Tusk.

http://www.express.be/joker/?action=view&cat=platdujour&item=les-turcs-seront-autorises-a-se-deplacer-dans-lespace-schengen-si-la-turquie-stoppe-lafflux-de-rfugis&language=fr

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
30 septembre 2015 02:53
Affaire des Mistral: La France perdra entre 200 et 250 millions d'euros

La France perdra environ 1,1 milliard d'euros dans l'affaire des Mistral si on ne prend pas compte de leur revente à l'Egypte, a annoncé le Sénat français.

"Il est faux de soutenir, comme le fait le Gouvernement, que la France et ses industriels ne subiront +aucune perte+ du fait de ces accords grâce la revente des BPC à l'Egypte. Hors revente des BPC, l'Etat supportera une perte financière d'environ 1,1 milliard d’euros, qui se traduira en 2015 par un effet négatif sur le solde budgétaire de 556,7 millions d'euros", a indiqué la commission des finances du Sénat.

"Si l'accord de principe trouvé avec l'Egypte se concrétise effectivement, le reversement au budget général d'une fraction du produit de la vente des BPC pourrait finalement ramener le coût pour l'Etat à un montant compris entre 200 millions d'euros et 250 millions d'euros", lit-on dans le communiqué.

La commission des finances s'est réunie lundi pour examiner le projet de loi autorisant l'approbation de l'accord intergouvernemental franco-russe sur le règlement des obligations complémentaires liées à la cessation de l'accord de 2011 relatif à la construction de bâtiments de projection et de commandement de classe Mistral.

D'après la commission, la perte subie par les industriels français, principalement le groupe DCNS, pourrait s'établir (…) à environ 150 millions d'euros, correspondant à la perte de marge sur le contrat russe".



http://fr.sputniknews.com/france/20150929/1018476895/Mistral-France-pertes.html#ixzz3n93cbUoS

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
30 septembre 2015 02:28

© John Moore/Getty Images/AFP – Vladimir Poutine s’adresse à l’Assemblée générale des Nations unies à New York le 28 septembre 2015.

Hé bien après l’accélération récente des tensions (qui ne font qu’empirer sur le terrain), tout ce beau monde s’est retrouvé à l’ONU pour tenter de trouver une solution globale au conflit au moyen orient .

Mais rien n’est moins sur, mieux que de trouver une solution encore faut il ne pas créer le problème, ce que font les américains en sponsorisant et armant les djihadistes .

Les Russes mettent cartes sur table, est ce que ça suffira à calmer l’escalade sur le terrain, sachant que pas plus tard qu’hier, les chinois sont entrés en force dans la partie en envoyant carrément un porte Avion ?!

Je n’en suis pas du tout certain, comme je l’ai expliqué dans plusieurs papiers, il faut bien distinguer les effets de manches diplomatiques, la propagande médiatique de guerre, et la réalité du terrain, où les intérêts vitaux de chaque camps, sont profondément divergents, et irréconciliables . Z .

Le président russe s’est rendu le 28 septembre à New-York pour participer à l’AGNU après 10 ans d’absence. La 70e session risque de prendre l’allure d’un véritable parcours du combattant compte tenu de l’instabilité géopolitique mondiale.

Lors de son intervention, Vladimir Poutine a évoqué les révolutions «démocratiques» au Moyen-Orient et les conséquences qu’on subit dorénavant «sous la forme de vagues de migrants fuyant les régions ravagées par la guerre et cherchant une vie meilleure en Europe». Dans le même temps, les terroristes ont pris de plus en plus de pouvoir dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Il a précisé que malgré la Charte de l’ONU «les droits de l’Homme avaient été violés massivement».

 

«Est-ce que vous comprenez ce que vous avez fait ? Personne n’y répondra. Au lieu du triomphe de la démocratie, nous voyons la violence et le désastre social, personne ne pense aux droits de l’Homme et aux droits à la vie», a-t-il souligné.

«Une politique basée sur l’exceptionnalisme n’a pas été abandonnée»

Le président russe a aussi parlé de l’apparition du terrorisme dans les régions ravagées par la guerre.

«Il est maintenant évident que le vide de pouvoir laissé dans les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord a mené à l’apparition des extrémistes», a conclu Poutine.

«Il est hypocrite de parler de menace terroriste internationale en fermant les yeux sur la manière dont laquelle ces terroristes reçoivent de l’aide», a-t-il souligné en parlant des groupes terroristes qui sèment le chaos à travers le monde.

«Il est également mauvais d’essayer de recruter des groupes dans un but politique et puis se débarrasser d’eux», a-t-il poursuivi.

«Si vous agissez de cette manière, je voudrais vous dire : messieurs, vous traitez avec des gens cruels. Mais ils ne sont pas primitifs ou stupides – ils sont aussi intelligents que vous. Qui manipule qui?»

«La Russie a toujours lutté contre le terrorisme et nous accordons maintenant de l’assistance militaire et technique à l’Irak, à la Syrie et à d’autres pays encore»

 

 Vladimir Poutine a aussi précisé que seules les troupes gouvernementales et les Kurdes «combattaient réellement Daesh». Ainsi, «c’est nous qui ne sommes pas capables de tolérer cet état de choses dans le monde», a-t-il expliqué.

Le président russe a notamment évoqué les actions de la coalition menée par les Etats-Unis et les frappes aériennes de la France annoncées le dimanche 27 septembre. D’après lui, les actions entreprises sans un mandat des Nations Unies pourraient détruire le système des relations internationales. «La Russie est prête à travailler sur la base d’un consensus large pour le développement futur de l’ONU avec tous ses partenaires. Mais nous croyons que les tentatives de gâcher l’autorité et la légitimité de l’ONU sont extrêmement dangereuses. Cela pourrait mener à la faillite de l’architecture entière des relations internationales», a-t-il mis en évidence.

«On ne doit pas jouer avec les mots, les manipuler – tous les termes de la loi internationale doivent être clairs et transparents», a conclu le président russe.

«Les pays musulmans joueront un rôle clé dans la coalition contre Daesh»

«La Russie présidera prochainement le Conseil de Sécurité, et appellera à une rencontre pour négocier et coordonner les efforts entrepris contre Daesh et d’autre groupes terroristes. Nous sommes convaincus d’analyser les menaces, de discuter d’une résolution pour unir toutes les forces contre Daesh. Tous ces efforts seront basés sur la Charte de l’ONU», a déclaré le président Poutine.

«Nous devons unir nos efforts sur la base de la loi internationale et créer une large coalition internationale contre le terrorisme – qui ressemble à la coalition contre le nazisme – nous pourrions rassembler des forces diverses. Les pays musulmans joueront un rôle clé dans cette coalition, comme c’est une région musulmane qui est touchée par Daesh».

Il a aussi précisé que «toutes les décisions prises contre la Charte de l’ONU devaient être rejetées». D’après le président Poutine, dans ce cas, «on n’aura pas besoin de nouveaux camps de réfugiés».

«Nous devons restaurer un gouvernement en Libye, soutenir le gouvernement irakien et accorder une aide réelle au gouvernement légitime de la Syrie», a-t-il poursuivi.

«Une volonté de revenir aux idées de la Guerre froide demeure parmi certains de nos collègues»

«La paix, la stabilité du monde sont des objectifs clés de la communauté internationale et de l’ONU. Néanmoins, une volonté de revenir aux idées de la Guerre froide demeure parmi certains de nos collègues. Ils continuent leur expansion militaire malgré les promesses faites à l’OTAN», a souligné Vladimir Poutine.

Le président russe a aussi évoqué la crise ukrainienne lors de son discours.

«La situation en Ukraine est une crise géopolitique, où le mécontentement face aux autorités a été utilisé pour déclencher une guerre civile. C’est seulement par la mise en œuvre complète et fidèle des accords de Minsk-2 que nous pourrons faire cesser le massacre et sortir de l’impasse. Dans ce cas, l’Ukraine se développera comme un état indépendant, avec la sécurité collective et une coopération économique», a-t-il conclu.

RT

Lavrov a lui  affirmé :  «l’Occident doit apprendre des leçons du passé et respecter l’autorité de l’ONU» (source)

 (source)

SOURCE 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
30 septembre 2015 00:52

Architecte de profession, Maria Saadeh est députée de la circonscription de Damas et Sednaya. Elle a été élue après un an de conflit. Elle est plus déterminée que jamais à sensibiliser l’opinion française au calvaire qu’endure son peuple.

 

Aleteia : Pourquoi avoir choisi soudain de devenir députée du parlement Syrien alors que rien ne vous y destinait ?

Maria Saadeh : En tant que citoyenne et femme syrienne j’estime que vos gouvernements n’ont pas le droit de sélectionner qui peut représenter ou non la Syrie. Pour cette raison j’ai estimé qu’il fallait que je rentre au parlement pour avoir une tribune légale afin de parler au nom du peuple syrien et refléter au mieux la réalité et pour transmettre un message à l’occident : « vous avez commis une grande erreur, en détruisant notre état, notre histoire et notre patrimoine ».

 

Que répondez-vous à ceux qui vous accusent d’être élue au service d’un régime dictatorial ?

Ce sont les occidentaux qui se permettent de juger que notre société est sous une dictature. Les Syriens quant à eux, les premiers concernés, sont loin de penser cela. Ce n’est pas du droit des occidentaux de proclamer que c’est un régime dictatorial. Seuls nous, Syriens, vivons au quotidien dans la société syrienne, il n’y a que nous qui sommes en mesure de juger le gouvernement syrien. Il n’y a que nous qui avons connu la situation avant la guerre et maintenant et qui pouvons donner notre avis sur la situation politique du pays. La Syrie est le berceau des civilisations, de l’Histoire et des religions, c’est une terre qui appartient à l’humanité toute entière et aujourd’hui nous devons faire face à la monstruosité. Sous le prétexte de s’attaquer au régime, vos gouvernements détruisent le patrimoine de l’humanité.

 

Etiez-vous engagée politiquement avant la crise que traverse aujourd’hui la Syrie ?

Non pas du tout, je n’exerçais absolument aucune responsabilité politique avant la guerre. Je suis architecte, j’ai travaillé en France, et dans toute l’Europe. C’était une grande surprise pour moi de voir cet occident qui respecte sur son territoire la civilisation et le patrimoine, s’attaquer à notre intégrité. J’ai donc été élue il y a quatre ans lors des dernières élections parlementaires qui ont eu lieu un an après le début de la guerre. Les prochaines seront organisées dans quelques mois.

 

Quand vous faisiez partie de la société civile, aviez-vous des choses à reprocher au gouvernement syrien ?

Bien sûr, j’avais de nombreux points de désaccords avec le gouvernement. Mais nous n’en sommes plus là, la question qui se pose aujourd’hui n’est plus d’être d’accord ou non avec le gouvernement. Le problème actuellement c’est que nous sommes confrontés à une guerre internationale contre l’Etat syrien. Nous voulons protéger notre intégrité, nos maisons, notre souveraineté et nous mettrons tout en œuvre pour servir cet objectif. Le gouvernement a commis beaucoup de fautes par le passé et lorsque je prends la parole au parlement lors des débats, je m’adresse à lui en toute franchise. Je critique aussi les médias syriens qui ne donnent pas assez la parole à la société civile, en particulier celle qui s’oppose au gouvernement. Nous sommes maintenant en guerre, il est vrai, mais c’est une occasion de créer une nouvelle Syrie, une Syrie qui porte toutes les voix syriennes qui peuvent profondément reconstruire une société plus stable et plus égalitaire.

Maria Saadeh

 

Au début de la crise Syrienne, qui manifestait pour réclamer une société plus « démocratique » ?

Laissez-moi vous donner un exemple, et vous jugerez. Comme architecte j’avais un chantier et des ouvriers sous ma responsabilité. Au début de la crise et des manifestations, mes ouvriers avaient abandonnés leur poste. J’ai finalement compris que les islamistes déjà présents, les payaient pour manifester : pour une heure ils touchaient 500 livres syriennes tandis que les organisateurs eux, recevaient 1000 ou 2000 livres syriennes. Cela représente plus d’une journée de travail ! Vous imaginez donc quel succès cela a rencontré.

 

Certains d’entre eux manifestaient tout de même sincèrement…

Oui bien sûr, beaucoup de jeunes en particulier réclamaient un avenir différent. Ils croyaient participer une révolution populaire, mais ils se sont très vite rendu compte qu’ils étaient manipulés.

 

Quels résultats ont découlé de votre rencontre avec le Pape en 2013 ?

Le Pape est le personnage qui représente au mieux la paix dans le monde, on sait très bien qu’une action de sa part peut avoir d’immenses répercussions sur ce qu’il se passe en Syrie. N’avait-il pas refusé catégoriquement que l’OTAN bombarde la Syrie il y a deux ans ? Il sait que l’enjeu ne concerne pas seulement les Syriens mais l’humanité toute entière. Quelques temps après l’avoir rencontré, le Vatican a organisé une veillée pour le peuple Syrien, j’ose imaginer que c’est une conséquence de mon entretien avec lui.

 

Vous êtes chrétienne, quel est la position des chrétiens de Syrie face au gouvernement plus largement face à la guerre ?

Avant toute chose, je ne représente pas les chrétiens en Syrie. Nous sommes un Etat laïc, je représente donc tous les syriens, bien au-delà de leurs confessions. Tout le peuple syrien est confronté à la même guerre.

 

Quelle est votre position face à l’engagement de la Russie dans votre pays ?

Nous avons une grande relation historique avec l’occident, mais aujourd’hui le peuple syrien ne se fait plus d’illusion quant à l’attitude extrêmement agressive de l’occident. Dans le même temps, la Syrie ne peut pas affronter seule cet ennemi redoutable qu’est l’Etat islamique, elle doit trouver de nouveaux partenaires, la Russie en est un. Tous les états qui sont volontaires pour participer à l’effort de guerre sont les bienvenus.

 

Un gouvernement de transition peut-il aider à la réconciliation ou bien faut-il que Bashar Al-Assad reste coûte que coûte à la tête de l’Etat syrien ?

Bashar Al-Assad ne doit quitter ses responsabilités qu’après une décision populaire du peuple syrien et de lui seul. Son départ, si départ il y a, ne doit en aucun cas être le résultat de pressions issues de l’extérieur de la Syrie.

 

Les Syriens ont-ils vraiment les leviers institutionnels pour changer de dirigeant s’ils le décident ?

Pendant les élections présidentielles, le peuple syrien a fait son choix. Il y avait des concurrents à Bashar Al-Assad, des opposants reconnus. Si de nouveaux opposants veulent se déclarer, qu’ils le fassent ! Nous vivons aujourd’hui une occasion de changement, il faut la saisir. Tout le monde peut participer à la reconstruction de la Syrie, de ses maisons comme de son Etat.

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
29 septembre 2015 13:42

Deiz-Ezzor-Gouvernorate

Les Etats-Unis, la Turquie, l’Angleterre ont bombardé des cibles en Syrie, jusqu’ici sans rendre des comptes au gouvernement à Damas. La France a effectué son raid en Syrie après en avoir avisé, 24 heures à l’avance, les autorités russes et syriennes (cependant sans l’approbation de ces dernières). La France nourrissait-elle des craintes vis-à-vis des Su-27 et des missiles S-300 Russes déployés à Lattaquié ? RI

***

La première mission de bombardement de l’ISIS en Syrie, par l’armée de l’air Française a été menée par cinq avions Rafale qui ont fait des ravitaillements en vol par un KC-135. La cible des avions Rafale était un centre de recrutement et de formation d’ISIS situé dans la vallée de l’Euphrate, à Al Mari Iyah (au sud de Deir Ez Zor). Pendant leur survol du golfe persique, les Rafale étaient accompagnés par l’avion de reconnaissance maritime Atlantique 2. Sa mission était de secourir l’équipage, en cas de problèmes ou dans le cas où l’un des avions serait abattu.

 

...

 

 

La mission de bombardement a été précédée de 12 vols de reconnaissance effectués au cours de la période du 8 au 24 septembre, dans les zones contrôlées par l’organisation terroriste ISIS en Syrie. Le contingent « Chammal » déployé par la France au Moyen-Orient comporte 6 rafales et un Atlantique 2 MPA basés dans les Émirats Arabes Unis, 3 Mirage 2000D, 3 Mirage 2000N, un KC-135 et un AWACS opérant à partir d’une base aérienne située en Jordanie. Auparavant, des avions F/A-18E Super Hornet du porte-avions américain USS Carl Vinson (CVN-70), avaient effectué des exercices de ravitaillement en vol avec les avions Français Rafale dans le golfe Persique.

Super-hornet-refuel-Rafale

Valentin Vasilescu

Traduction Avic – Réseau International

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
29 septembre 2015 02:21
La France participe au trafic des migrants

Fabrice Leggeri, directeur de Frontex, l’agence européenne de surveillance des frontières, a mis en garde dès le 1er septembre face à un vaste trafic de vrais-faux passeports syriens.

Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizières, a vivement dénoncé ce trafic permettant à des migrants économiques venus du monde entier de se faire passer pour des réfugiés politiques syriens.

Le ministre a souligné que beaucoup ne parlaient pas arabe.

Jusqu’au début de la guerre contre la Syrie, les authentiques passeports syriens n’étaient pas imprimés en Syrie, mais par l’Imprimerie nationale française. De facto, la seule puissance capable de fabriquer de vrais-faux passeports syriens est la France.

 

Source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
28 septembre 2015 19:30

Les groupes radicaux semant la terreur islamique semblent être l'œuvre des services de renseignement occidentaux, qui ont besoin d'une "armée de confiance" pour parvenir à leurs buts s'agissant de la politique extérieure, a estimé la journaliste et partisane de la paix Vanessa Beeley dans son entretien à Sputnik.

 

La journaliste a posé crûment la question: comment est-il possible que le groupe terroriste Etat islamique continue à prendre de l'ampleur malgré toutes les mesures des USA?

Ensuite, "comment leurs réserves de munitions ont proliféré à un rythme exponentiel? Ce n'est pas logique", a insisté Mme Beeley.

Si les Etats-Unis disposent autant d'armements et de munitions qu'ils veulent, à l'aide de ces munitions, ils peuvent éradiquer l'Etat islamique et on est en droit de se demander pourquoi ils ne le font pas et, de plus, pourquoi les rangs de ces groupes radicaux grossissent sans discontinuer, a-t-elle fait remarquer.

Une "armée de confiance" de l'Occident?

Ces groupes terroristes, selon l'interlocutrice de Sputnik, ne sont qu'une sorte d'"armée de confiance", dirigée avec habileté par les pays occidentaux pour les aider à réaliser leurs projets hégémoniques, une version contradictoire mais pas loufoque.

Des services de renseignement de l'Occident, ainsi que des cellules de réflexion, des compagnies de gestion troubles, des organisations musulmanes et même des communautés scientifiques ont élaboré tout une industrie de propagande, incitant les gens à se rendre au Moyen-Orient et à se joindre à des groupes radicaux, a-t-elle poursuivi.

Ces incitations n'ont pas pour autant commencé récemment, mais se sont déjà enracinées à l'époque de la Première guerre mondiale, où le Royaume-Uni y a recouru pour altérer la perception du public et pour le pousser dans la direction nécessaire.

Mme Beeley a pointé le doigt sur les informations accessibles au public, témoignant du soutien financier et logistique, aussi bien que des exercices militaires pour les djihadistes, effectués par des services de renseignement occidentaux. La journaliste a rappelé également l'échec de nombreuses procédures pénales contre les extrémistes au Royaume-Uni, visant à dénoncer que les services secrets britanniques ont les ont en fait aidés à contrer le gouvernement syrien.

Les véritables buts de l'Occident dans la lutte contre l'EI

Entre-temps, le soutien de la Russie octroyé à l'armée syrienne, bien que limité, a contribué considérablement à l'efficacité de la lutte contre les djihadistes. On peut citer notamment une percée récente vers la ville d'Aleppo.

Supposant que les USA n'ont en réalité aucune détermination à combattre l'EI, Mme Beeley a cité un cas récent où les forces aériennes des Etats-Unis ont intercepté des avions militaires russes en Syrie.

"Comment donc ces mêmes satellites américains ont manqué d'intercepter des centaines de camions djihadistes faisant route vers Mosul ou Palmyre? " s'est interrogée l'interlocutrice de Sputnik.

Elle a cité aussi des rapports des autorités irakiennes et iraniennes, selon lesquels de nouveaux armements se seraient retrouvés miraculeusement maintes fois entre les mains des djihadistes, ce qui pourrait s'avérer être non accidentel après tout.

Comment combattre des groupes terroristes dirigés par l'Occident?

Le premier pas sur la route sinueuse vers la défaite de l'EI, compte tenu du fait que les services de renseignement occidentaux s'emploient à manipuler les groupes radicaux à leurs propres fins, consiste à sensibiliser la population à ce sujet, a précisé Mme Beeley. L'important, c'est qu'on apprenne à mettre en cause toutes les informations concernant la lutte contre les djihadistes, et à inciter son milieu à suivre son exemple.

"Il nous faut apprendre à commencer à remettre en cause les données distrayantes et falsifiées et à déterminer par quoi nous pouvons nous laisser guider", a-t-elle rajouté.

Selon un rapport récent des services secrets des USA, quelques 30.000 recrues djihadistes ont franchi les frontières syrienne et irakienne pour se joindre aux groupes terroristes ces dernières années, ce chiffre s'étant encore accru en 2015.

Au moins 4.500 soldats sont partis présumément d'Occident, dont plus de 300 ressortissants des Etats-Unis.

Ainsi, malgré les attaques aériennes des USA, l'Etat islamique a réussi curieusement à grossir ses rangs grâce à ces soldats toujours arrivants (recrutant environ 1.000 soldats par mois) et à saisir encore plus de territoires, ce qui à coup sûr pousse à réfléchir.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150928/1018451493/occident-daesh-essor.html#ixzz3n3kYDFQM

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
28 septembre 2015 02:10
Siège des Services secrets de Hongrie

Siège des Services secrets de Hongrie

Il y a un véritable danger en Europe, a dit à hirado.huGeorg Spöttle, spécialiste en politique de sécurité. A son avis, il faut commencer à penser autrement, et à faire attention aux bagages abandonnés par exemple dans les gares.

Le danger terroriste a drastiquement augmenté en Europe, estiment non seulement György Nógrádi mais aussi Georg Spöttle, spécialiste allemand en politique de sécurité.

 

Les djihadistes se préparent à frapper un grand coup

Georg Spöttle a déclaré à hirado.hu qu’il existe un danger réel, mais que celui-ci est fréquemment minimisé dans les pays européens autres que la Hongrie. Il estime que même si l’Allemagne est le but principal des djihadistes, ils peuvent commettre des actes terroristes dans n’importe quel pays européen, y compris la Hongrie. À son avis, les djihadistes se préparent à frapper un grand coup : « Ils disent depuis ce printemps qu’il y aura un 11 septembre européen », ajoute-t-il.

Ils  pourraient également projeter des attentats terroristes en Hongrie

Pour Georg Spöttle, il est à craindre qu’ils aient du ressentiment, par exemple à cause de la procédure d’identification, et veuillent se venger par des attentats terroristes. Il est donc important qu’aussi bien la police que les services secrets contrôlent les immigrants, en veillant à ce qu’ils arrivent déjà contrôlés aux points  de rassemblement : il importe d’éviter qu’ils se déplacent librement dans le pays.

...

« La population doit commencer à penser autrement »

Pour Spöttle, il est important aussi que la population soit prudente et commence à penser autrement qu’auparavant. « Il faut que les gens deviennent plus attentifs, fassent attention aux bagages ou paquets abandonnés par exemple à la gare ou dans le métro, » explique le spécialiste.

Hirado.hu a contacté la Centrale antiterroriste, le Bureau de la Présidence et la Police nationale pour savoir quelles mesures de précaution ont été introduites en raison du danger terroriste grandissant pour la protection des représentants de l’État, mais nous n’avons pas reçu de réponse au moment de publier cet article.

La protection des représentants de l’État peut être améliorée

Pour le spécialiste en politique de sécurité, il est certainement possible de renforcer la protection des représentants de l’État, en partie par l’usage de voitures blindées, d’autre part en élevant l’effectif du personnel de sécurité.

Protection plus difficile à l’étranger

Spöttle souligne que la protection des représentants de l’État est plus difficile à l’étranger. En effet, le nombre de gardes du corps pouvant voyager avec eux est limité, et les armes qu’ils peuvent prendre avec eux dépendent des lois du pays. Certains pays disposent de commandos formés pour la protection, là il n’y a pas de souci,  mais par exemple en Albanie ou dans d’autres pays moins développés la protection est plus difficile.

 

« Merkel mène une chasse aux sorcières »

Selon l’expert, Angela Merkel s’est enfermée dans une autre réalité et mène une chasse aux sorcières contre quiconque met en doute sa politique de sécurité, alors même que des procédures sont en cours en Allemagne contre 600 migrants pour vol, drogues ou viol. Le nombre des viols et tentatives de viol a bondi ces derniers temps.

Le contexte

Beaucoup de réfugiés ont sur eux 20’000 à 30’000 euros, des smartphones modernes et des cartes bancaires

Il y a deux semaines, des journaux britanniques ont rapporté la déclaration d’un membre de l’ÉI selon laquelle l’État islamique a envoyé 4000 combattants en Europe avec le flot des réfugiés. Pour Georg Spöttle, un fait qui donne à réfléchir est que 85 % des migrants sont des hommes jeunes, entre 20 et 30 ans, athlétiques, à la musculature fraîchement entraînée. Sur beaucoup d’entre eux, selon lui, on voit qu’ils ont reçu une formation militaire.

Ce qui est remarquable aussi, c’est qu’ils n’ont même pas sur eux un couteau de poche, c’est-à-dire qu’ils non aucun objet qui pourrait poser problème lors d’un contrôle de leur bagage par la police. De plus, ils n’ont même pas un Coran, par contre ils disposent, sans motif valable, de fortes sommes d’argent, de smartphones modernes et de cartes bancaires. Spöttle a soulevé la question : beaucoup d’entre eux ont sur eux 20’000 à 30’000 euros, mais on se demande bien qui leur aurait racheté leur maison en Irak, en Syrie ou en Somalie.

4 millions sont en route, bien peu sont intégrables

D’après des estimations, 4 millions de migrants sont en route. Pendant l’hiver, selon Spöttle, un grand nombre seront contraints de rester dans la région méditerranéenne, mais au printemps ils seront tout à coup chez nous.

Le spécialiste a aussi attiré l’attention sur une déclaration du directeur de l’Office fédéral allemand du travail. Celui-ci a averti que seuls 10 % des migrants présents en Allemagne seront intégrables. Telle est la proportion de ceux qui ont un métier utilisable. Les autres n’en ont aucun, si bien qu’ils passeront le reste de leur vie à l’aide sociale.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ecce Homo pour Dreuz.info.

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
28 septembre 2015 01:14
Les Russes ne sont pas champions d’échecs pour rien…
Nicolas Gauthier
Journaliste, écrivain
 
Nicolas Gauthier est auteur avec Philippe Randa des Acteurs de la comédie politique. 29 € À commander en ligne sur francephi.com.

René Galinier, 78 ans, cambriolé : et c’est encore lui le coupable !Les mosquées françaises prises d’assaut par les salafistesFaire du feu dans sa cheminée ? Ce sera bientôt interdit !

 
 Les Russes ne sont pas champions d’échecs pour rien, même si jeu inventé par leur ancestral allié iranien. Ainsi, à la veille de l’Aïd el-Kébir, fête musulmane au moins aussi importante que les Pâques des chrétiens, Vladimir Poutine inaugurait-il la nouvelle mosquée de Moscou, l’une des plus grandes d’Europe. Pour être tout a fait précis, il ne s’agissait que d’une rénovation, et non point d’une construction ex-nihilo.
 

Vu de France, l’événement n’a pas forcément été toujours bien perçu. Parce que de l’islam, nous n’avons pas la même vision historique que là-bas. Ici, il s’agit d’une foi d’importation, vagues migratoires maghrébines ou subsahariennes obligent, et dont les mœurs sont souvent loin des nôtres. Nonobstant, si les partisans de l’Algérie française, souvent nombreux chez nos lecteurs, avaient gagné, ce ne seraient pas six millions de musulmans que la République française aurait à gérer, mais plus de quarante millions ; ce qui donne toujours à réfléchir.

Loin à l’Est, la configuration historique est toute autre. Les républiques caucasiennes furent islamisées alors même que la Russie d’alors était encore païenne. D’où un passé particulier autorisant Vladimir Poutine à affirmer que l’islam est « partie constitutive » de cette Sainte Russie qu’il est en train de remettre debout.

Après de quel islam s’agit-il ? De celui des confréries d’inspiration soufie, empreinte de spiritualité et rigoureusement imperméable au puritanisme saoudien d’obédience wahhabite, résumant désormais cette religion abrahamique, hérésie chrétienne de fait, à de simples interdits alimentaires et à des codes vestimentaires.

Ajoutons à cela que le wahhabisme saoudien, à coups de pétrodollars s’est longtemps acharné et s’acharne encore, à déstabiliser ces ancestrales civilisation fondées sur un islam traditionnel, avec la bienveillance des Américains, tout étant bon pour encercler la Russie aux marches de son empire.

 

Alors, pourquoi cette inauguration de mosquée, mondialement médiatisée ? Vladimir Poutine, officier du KGB de formation, ne veut pas retomber dans les errements politiques de l’URSS, et surtout éviter un nouveau bourbier de type afghan, conflit ayant permis, grâces à des théologiens égyptiens, des capitaux saoudiens et une maintenance américaine, de remettre à l’honneur un concept religieux depuis longtemps tombé en désuétude : le djihad militaire, « petit djihad », à ne pas confondre avec ce « grand djihad », d’ordre spirituel, consistant à lutter contre ses démons intérieurs.

Ce faisant, l’homme du Kremlin tente de mettre toutes les cartes de son côté, ce qui n’est pas de, trop à l’approche d’une intervention militaire russe au sol ; la première depuis… l’Afghanistan. Hors de question donc, de passer pour un « croisé occidental » partant en guerre contre un « islam » largement fantasmé. Fin connaisseur en géopolitique, il sait encore qu’il faut, comment dire, assurer ses arrières et rassurer « ses » musulmans…

N’y voir que malice et calculs d’arrière-cour serait évidemment injuste. Et quand Vladimir Poutine affirme : « Les djihadistes défigurent l’islam », il faut le croire. D’où son initiative ayant conduit les muftis du grand espace russe à relayer cette déclaration officielle voulant qu’il : « importe que tous les musulmans soient éduqués selon les valeurs traditionnelles de l’islam, que l’on coupe court à toute tentative de leur imposer des idées étrangères à l’islam authentique. »

Bref, Vladimir Poutine veut des musulmans russes, de tradition russe et de culture russe. Ce qu’ils sont déjà depuis la nuit des siècles. On a déjà entendu plus crétin.

Nicolas Gauthier
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
27 septembre 2015 16:10
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
27 septembre 2015 02:57
Coucou...

Coucou...

SOURCE

L’arrivée récente de la Force Marine et Air russes en Syrie au port de Tartous a généré une quantité importante d’intérêt dans le monde entier, que la possibilité d’une intervention militaire directe de la Russie devient le point fort de la guerre sur ISIS (de l’Etat islamique d’ Irak et Al-Sham).

Si les Russes ont commencé les opérations militaires en Syrie, quel rôle vont jouer les Etats Unis dans la lutte « Anti-ISIS » contre les groupes terroristes? Vont-ils se coordonner les uns avec les autres? Vont-ils éviter la « OrientForce »(1)?

Il semble que les deux côtés ont leur propre stratégie de lutte contre ISIS, mais les États-Unis ont beaucoup plus d’expérience de la lutte contre ces groupes terroristes, malgré leur peu de succès à entraver leur croissance et leur avance en Syrie et en Irak.

La Russie semble prête à prendre une approche similaire à la Coalition dirigée par les États-Unis; cependant, elle ne cherche pas l’aide des pays arabes voisins pour lutter contre ces groupes terroristes.

Au lieu de cela, les Russes semblent avoir une éventualité qui implique une autre puissance mondiale de Coalition « Anti-ISIS » que celle menée par les USA.

Chine… Mardi matin, un navire de la marine chinoise aurait traversé le canal de Suez en Égypte pour entrer dans la mer Méditerranée; sa destination n’a pas été confirmée.

Toutefois, selon un officier supérieur de l’armée arabe syrienne (ASA) qui est stationné à l’intérieur de la ville côtière syrienne de Lattaquié, les militaires chinois et des moyens aériens devraient arriver dans les prochaines semaines (6 semaines) au port-ville de Tartous – il ne pouvait pas donner plus de détails.

La Russie a clairement fait comprendre qu’elle prend un rôle actif dans ce conflit, l’arrivée de l’armée chinoise en Syrie fournira plus de perspicacité dans ce renforcement.

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
27 septembre 2015 01:25

Immigration : la France presque sur le podium...

Une belle quatrième place tout de même :

"L'immigration permanente (à ne pas confondre avec les seules demandes d'asile) a augmenté de 6% sur l'ensemble des 34 Etats de l'OCDE en 2014. Une progression qui représente 4,3 millions de nouveaux arrivants, accueillis essentiellement pour des motifs économiques.

Les pays développés n'avaient pas enregistré de hausse aussi forte depuis 2007, soit avant la crise économique amorcée en 2008. Plus largement, depuis 2000, l'immigration annuelle s'est accrue de 40%.Premier pays d'accueil en 2014 : les Etats-Unis, suivis d'une Allemagne marquée par une nouvelle hausse à deux chiffres (...) Les chiffres par ordre de destination donnent les Etats-Unis (990 000 personnes, -4%), l'Allemagne (470 000, +17), le Royaume Uni (291 000, +2%) puis la France (260 000, +3)."

Et il parait que l'immigration est officiellement arrêtée depuis 1974...dixit ce site gouvernemental.

 

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
26 septembre 2015 01:19
Seif el-Islam Kadhafi élu représentant du Conseil suprême des tribus libyennes

Par Gilles Munier/

Depuis quelques mois, le bruit courrait que Seif el-Islam Kadhafi – fils ainé de l’ancien Guide libyen - avait été libéré par les tribus berbères qui l’ont capturé en novembre 2011, et qu’il se déplace librement dans Zenten, une ville dépendant du « gouvernement» dit de Tobrouk.

Selon le site bien informé Mondafrique, il est non seulement libre de ses mouvements, mais a été élu le 14 septembre dernier représentant officiel du Conseil suprême des tribus libyennes. Mauvaises nouvelles, si c'est confirmé, pour les gouvernements fantômes libyens(Tripoli et Tobrouk)… et pour Nicolas Sarkozy, toujours soupçonné d’avoir financé sa campagne électorale présidentielle de 2007 avec de l’argent libyen !

Le Forum national des tribus libyennes qui existait du temps de Mouammar Kadhafi – et qui s’est opposé avec force à l’intervention militaire lancée par Sarkozy - était composé de représentants d’environ 2000 tribus et clans, ainsi que de notables. Même si le Conseil suprême des tribus actuel compte moins de membres, cela donne une idée du poids politique des tribus en Libye, ignoré à dessein et à tort par la"communauté internationale".

Seif el-Islam a été condamné à mort par contumace en juillet dernier lors d’un procès spectacle fabriqué par le régime de Tripoli. La Cour pénale internationale (CPI) le soupçonne de « crimes contre l'humanité » et veut le juger à La Haye. Elle peut toujours attendre...

Aïcha Kadhafi, sa sœur, réfugiée à Oman – après avoir été priée de quitter l’Algérie – envisage de s’installer en Afrique du sud ou au Zimbabwe, où elle espère être mieux traitée et avoir plus de libertés de mouvements.

Photo : Seif el-Islam Kadhafi

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
25 septembre 2015 02:04

20 nouvelles ogives nucléaires américaines de type B61-12 seront stationnées en Allemagne. Leur force explosive cumulée équivaut à 80 bombes lancées sur Hiroshima. La Russie a exprimé sa préoccupation.

 

Les préparatifs de stationnement des nouvelles ogives nucléaires américaines débutent actuellement en Rhénanie-Palatinat. Ces nouvelles armes nucléaires tactiques de type B61-12 sont beaucoup plus précises que les bombes atomiques déployées actuellement dans la ville de Büchel, notent les spécialistes.

 

En cas de guerre, des pilotes allemands devront, dans le cadre de la stratégie de l'Otan, effectuer des attaques en utilisant des bombes américaines. "Avec ces nouvelles bombes, la frontière entre les armes atomiques tactiques et stratégiques s'efface", déplore Hans Kristensen du Nuclear Information Projects à Washington.

 

La réaction russe était prévisible.

"Nous sommes préoccupés par le fait que des Etats qui ne possèdent pas d'armes atomiques utilisent ces bombes", a expliqué la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova au magazine Frontal 21. Ce serait une violation des articles 1 et 2 du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, selon elle.

De nombreux citoyens allemands sont, pour leur part, mécontents du déploiement dans leur pays d'ogives nucléaires américaines d'une puissance équivalant à 80 bombes lancées sur Hiroshima. Des militants préparent déjà des manifestations devant le siège du gouvernement.

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International