Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

24 avril 2019 10:59

Un mois après que le Haut-commissaire aux droits de l'Homme de l'Onu a réclamé une enquête sur «l'usage excessif de la force» lors du mouvement des Gilets jaunes, Paris a opposé sa réponse. Selon Le Monde, Paris justifie l’usage d’armes de force intermédiaire et insiste sur les conditions «particulièrement difficiles» du maintien de l’ordre.

Le Monde s'est procuré la réponse française aux accusations du Haut-commissaire aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, concernant «l'usage excessif de la force» par la police lors du mouvement des Gilets jaunes. Un argumentaire de 21 pages, que Le Monde a consulté et qui résume la stratégie de défense du gouvernement face aux accusations de violences policières, a été transmis à l'institution le 11 avril, via sa mission permanente à Genève.

Selon le quotidien, Paris défend tous les moyens de force intermédiaire permettant de maintenir une «distance qui est garante d'un maximum de sécurité, tant pour les forces de l'ordre que pour les personnes qui leur font face, en évitant le contact direct et les blessures subséquentes».

Pour appuyer sa thèse, le gouvernement français invoque un cadre légal applicable qui n'est plus celui de la «manifestation» mais de «l'attroupement»:

«À aucun moment le LBD n'est utilisé à l'encontre de manifestants, même véhéments, si ces derniers ne commettent pas de violences physiques, notamment dirigées contre les forces de l'ordre ou de graves dégradations. Mais alors il ne s'agit plus de manifestants, mais de participants à un attroupement violent et illégal», explique ainsi le document, rappelant que «les policiers ont recours au LBD lorsqu'il est nécessaire de dissuader ou de stopper une personne violente ou dangereuse».

En outre, le document insiste sur les conditions «particulièrement difficiles» auxquelles ont été soumis policiers et gendarmes:

«Ces manifestations ont été marquées par des violences graves commises par certains manifestants, à l'encontre des forces de l'ordre, des journalistes présents ou d'autres personnes. Il faut également souligner que des propos, inscriptions et agressions à caractère raciste, antisémite ou homophobe ont été constatés au cours ou en marge des mobilisations».

Le 6 mars, le Haut-commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, a demandé à la France d'ouvrir une enquête sur «l'usage excessif de la force» pendant les manifestations des Gilets jaunes. En réagissant sur ce discours, le porte-parole du gouvernement français de l'époque, Benjamin Griveaux, s'était étonné que la France se soit retrouvée sur «une liste entre le Venezuela et Haïti».

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans ONU
11 mars 2019 23:37

EUROPE – La chancelière allemande Angela Merkel a apporté ce lundi 11 mars son soutien à des propositions de son parti conservateur pour l’Europe qui se démarquent de celles du président français, prônant notamment un siège européen unique au Conseil de sécurité de l’ONU.

« Je pense qu’il s’agit d’un très bon concept pour l’avenir », a déclaré la chancelière allemande à Berlin à propos des propositions de réformes de l’Union européenne publiées au cours du week-end par celle qui l’a remplacée en décembre à la tête du parti démocrate-chrétien allemand (CDU), Annegret Kramp-Karrenbauer, surnommée AKK.

Une idée qui pose problème à Paris

La chancelière avait déjà soutenu l’an dernier l’idée d’un tel siège européen, à défaut de pouvoir en obtenir un pour l’Allemagne, mais sans expliciter si cela devait passer par la suppression de ceux de la France ou du Royaume-Uni. Une perspective qui risque d’être difficile à faire accepter par Paris.

« Le fait que la France est sceptique au sujet d’un siège européen à l’ONU est connu », s’est bornée à dire la chancelière, interrogée lors d’une conférence de presse avec son homologue letton. En prônant une telle évolution, la chancelière et son parti se rangent aux côtés d’une proposition déjà avancée par le ministre social-démocrate des Finances Olaf Scholz récemment.

Ce sujet n’est pas seul potentiellement conflictuel avec la France dans le programme pour l’Europe de la nouvelle présidente de la CDU. Il demande aussi la suppression du Parlement européen à Strasbourg, auquel tient la France, pour ne plus siéger que dans celui de Bruxelles. Et il s’oppose à l’idée d’un salaire minimum européen.

Emmanuel Macron a lui proposé la création d’un « bouclier social » pour les Européens et évoqué dans ce contexte « une même rémunération sur le même lieu de travail et un salaire minimum européen, adapté à chaque pays ».

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe ONU