Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

27 février 2013 03:04

« Oui, nous nous entons insultés » par les propos du ministre de l’Intérieur Manuel Valls sur le « fascisme islamique » a déclaré Rached Ghannouchi le chef du parti islamiste tunisien Ennahda. « La relation entre la Tunisie et la France est complexe. La France est un pays si proche de nous. Malgré cela, la France est le pays qui comprend le moins l’islam et les Tunisiens », a précisé Rached Ghannouchi.

Au lendemain de l’assassinat de l’opposant Chokri Belaïd, tué par balles le 6 février à Tunis, Manuel Valls avait mis en garde contre la montée d’un « fascisme islamique » dans les pays du Printemps arabe, Libye, Tunisie et Egypte.

A propos de la mort de Chokri Belaïd, le chef du parti islamiste a indiqué que « Ennahda considère que l’assassinat de Belaïd est un crime affreux et a appelé à une journée de deuil national. Ennahda n’a aucun intérêt à installer le désordre en Tunisie. J’attends de voir la réaction de ceux qui nous accusent quand les vrais coupables seront démasqués, ce qui ne devrait plus être qu’une question de jours si l’on en croit le ministère de l’Intérieur. »

« Manuel Valls a montré qu’il ne comprenait rien à l’islam »

« Ennahda, les Frères musulmans, Al-Qaïda: Manuel Valls a mis tout le monde dans le même sac et, ce faisant, a montré qu’il ne comprenait rien à l’islam. À l’inverse, les Allemands, les Britanniques, les Américains y parviennent et savent que l’islam n’est pas uniforme et comporte des radicaux, des modérés, et que nous sommes à la tête des composantes modérées », a déclaré M. Ghannouchi.

« Oui, nous nous sentons insultés. Il suffit de se promener pour constater que la mosquée est ouverte, que les bars et les plages sont ouverts », a-t-il ajouté.

(…) Le Parisien

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
26 février 2013 02:45

L’appel formulé par les plaignants a été rejeté par la Haute Cour Suprême de Londres.

  1. Ainsi donc, toutes manifestations à l’encontre de Abu Qatad ne peuvent se tenir à moins de 500 mètres de son lieu de son domicile,
  2. L’injonction interdit également l’usage de la publication des noms de sa famille et l’adresse du domicile Londonien du prêcheur radical

Suite du reportage ( en anglais ) et photos sur :

Daily Mail

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
26 février 2013 02:22

Un documentaire de Michaël Prazan sur la Confrérie des Frères musulmans, de sa fondation en 1928 à nos jours, diffusé par la télévision belge. Aujourd'hui, la Confrérie est au pouvoir en Égypte, en Tunisie, à Gaza et ailleurs, et est présente dans 80 pays

Après la chute du fascisme et l'échec du communisme, ce mouvement incarne un nouveau totalitarisme aux ambitions universelles : une théocratie gouvernée par la loi islamique. Interdire, surveiller, punir, en sont les maîtres mots. Il s’agit notamment d’interdire toute mixité dans la société et d’imposer une police des mœurs contrôlée par un parti unique, celui des Frères musulmans.

L'islam est la source de l'idéologie des Frères musulmans, mais celle-ci a également été marquée par le fascisme, particulièrement le nazisme. 

Le Bureau de guidance des Frères musulmans (le politburo des islamo-fascistes impérialistes) qui oeuvrent à la restauration du califat dont le siège serait à Jérusalem, et à la soumission du monde entier à la charia :

FresMusulmans-300x171

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
26 février 2013 02:04

La Confrérie, un documentaire de Michaël Prazan, dresse l’histoire des Frères Musulmans des années 20 à nos jours.

« Le fascisme et, plus particulièrement, le nazisme ont marqué de leur influence la première génération des Frères Musulmans. »

« Les mouvements islamistes se sont réparti les tâches : aux Frères Musulmans l’imposition de la charia par des réformes législatives; aux salafistes l’agitation et les violences de rue. »

 

source


Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
25 février 2013 02:33

Tunisie-torture

Les unités d'intervention ont découvert, mercredi après-midi, un centre de torture à Bizerte, monté par des salafistes. Pour punir les délinquants, les alcooliques et tous ceux qui leur semblent hors-la-loi. La leur...

Suite à des plaintes de quelques jeunes ayant été victimes de torture par des salafistes, les unités d'intervention ont pu découvrir ce centre privé à Aïn Kbira, à Menzel Abderrahmane (gouvernorat de Bizerte, nord). La police a arrêté, lors de la perquisition, deux hommes appartenant à la mouvance salafiste, rapporte ''Attounissia''.

Depuis plusieurs mois, les salafistes s'organisent dans plusieurs régions de la Tunisie et agissent en tant que police parallèle.Certains membres de ce mouvement islamiste extrémiste ont confirmé ce manège dans des déclarations aux médias, mais le ministère de l'Intérieur minimise le phénomène et laisse faire.

Il y a à peine 3 jours à Sfax, un jeune a été blessé par des barbus munis d'armes blanches. La victime, dans le coma, a été transportée aux urgences. Elle est encore sous contrôle médical.

Source : Kapitalis, 21 février 2013.

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
25 février 2013 01:12
url-1

Taqiya islamiste en action

« Le pouvoir extérieur qui prive l’homme de la liberté de communiquer ses pensées publiquement le prive en même temps de sa liberté de penser » – Emmanuel Kant

Il est paradoxal, voire dramatique, qu’il soit devenu criminel de dénoncer une idéologie socio-politique pseudo religieuse, qui :

  • menace nos démocraties, nos libertés, nos peuples,
  • légitime la lapidation, l’amputation, la flagellation, le crime d’honneur, le viol des enfants via le mariage et l’excision,
  • voit en la femme une sous-créature ne valant que la moitié d’un homme et soumise à l’autorité de ce dernier,
  • permet à l’époux de frapper son épouse lorsqu’il craint sa désobéissance,
  • condamne à mort homosexuels et apostats,
  • ne permet pas aux chrétiens, juifs, polythéistes et athées de vivre librement selon leur croyance, ou leur absence de croyance et leur impose de devoir choisir entre la conversion, la mort ou une citoyenneté de seconde zone, soumis à l’impôt sur la vie,
  • appelle au djihad contre les infidèles jusqu’à ce « que la religion soit entièrement à Allah »,
  • exhorte ses fidèles à persécuter les minorités non musulmanes, à exterminer les Juifs et les Chrétiens.

La chasse aux islamo-résistants semble être ouverte en Allemagne et … faisons confiance aux technocrates islamophiles de l’UE, elle s’élargira bientôt à tous les pays occidentaux.

Au Danemark : selon la presse bien-pensante, Lars Hedegaard est le seul coupable de la tentative d’assassinat contre sa personne !

Le journaliste P. Mogensen du « Politiken » écrit carrément que les prises de positions fanatiques et les critique de l’islam par Hedegaard sont la » force motrice » de cet attentat, comme si les opinions d’Hedegaard sur l’islam télécommandaient les autres. Ce qui est évidemment impossible. La seule force derrière cette tentative d’assassinat est l’idéologie du tireur, qui, comme nous le savons bien, ne tolère aucune critique de l’islam et ordonne à ses adeptes de tuer quiconque ose énoncer la moindre condamnation.

Hedegaard doit-il être condamné à la prison, pour avoir été victime d’une tentative d’assassinat ? C’est la question que nous sommes en droit de nous poser, vu la réaction de ces journalistes, car pour ces scribes du « Politken » Lars n’est pas une victime, mais un idiot pathétique. La violence de ses critiques contre l’islam produisent les mêmes effets qu’une violence physique.

Les gens qui sont abattus pour avoir critiqué l’islam ne sont donc pas des victimes, mais les coupables, les seuls responsables de leur sort ! Ces journalistes lâches et veules ne valent pas mieux que ces hommes qui pensent que les femmes habillées de façon sexy demandent à être violées. Par crainte de se retrouver eux-mêmes sur la liste noire des gens à abattre pour avoir défendu la liberté d’expression, ils critiquent les victimes et non l’idéologie qui inspire les criminels. (Source: Jihad Watch – extraits traduits et adaptés)

En France, le gouvernement compte revoir le cadre de la liberté d’expression.

Au Sénat, plusieurs parlementaires préparent la constitution d’un groupe de réflexion sur la liberté d’expression. Il s’agit d’imaginer plusieurs réformes pour encadrer plus fermement ce droit fondamental, en particulier sur Internet. La révision de la loi sur la liberté de la presse de 1881 est notamment envisagée. De son côté, le gouvernement soutient cette réflexion et compte y participer.

« Notre problématique sera : ‘comment encadrer Internet sans porter atteinte à la liberté d’expression ?’. [...] J’ai conscience que c’est une question très délicate car on peut très vite saper la liberté d’expression. Mais les mots peuvent aussi tuer » Esther Benbassa, sénatrice EELV.

Najat Vallaud-Belkacem :

Nous aurons peut-être la main tremblante au moment de modifier la loi de 1881, mais sachez que cette main sera néanmoins ferme et déterminée.

« Le canal virtuel ne rend pas moins réels les actes dont se rendent coupables ceux qui les commettent et dont les tribunaux peuvent connaître » Christiane Taubira (Source: Fdesouche)

En Allemagne : le politiquement incorrect est désormais interdit.

Les autorités allemandes ont officiellement confirmé que les sites Internet, qui diffusent des critiques à l’égard de l’immigration musulmane et de l’islamisation de l’Europe, ont été placés sous surveillance.( Berliner Zeitung)

Dans le collimateur : un site qui représente tout ce que la Gauche déteste : pro- israélien, pro-américain, anti-islamisation de l’Europe, opposé à la pensée unique : « Politiquement Incorrect » qualifié par les islamophiles comme le « Tribunal de celui qui haït l’islam » (Das Tribunal der Islamhasser).

Manfred Murck, Directeur du Service du renseignement intérieur allemand (BfV) à Hamburg, a déclaré que son organisation mène des investigations pour déterminer si les citoyens allemands qui critiquent les musulmans et l’islam sur Internet incitent à la haine, auquel cas ils seraient pénalement coupables de « violation » de la Constitution allemande. (Berliner Zeitung)

Cette « initiative » de la BfV (Bundesamt für Verfassungsshutz), synonyme de recul de la liberté d’expression, fait suite à une campagne de dénigrement hystérique menée depuis plusieurs mois par une triple alliance entre les élites multiculturelles, divers groupes musulmans et les membres des médias « mainstream », qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour discréditer le soi-disant mouvement anti-jihadiste aussi appelé «mouvement des islamophobes allemands».

Divers sondages récents ont démontré qu’un nombre croissant de citoyens allemands sont préoccupés par les conséquences désastreuses de décennies de politiques multiculturelles encourageant l’immigration de masse en provenance de pays musulmans.

Les Allemands sont particulièrement inquiets par le refus manifeste de millions d’immigrés musulmans de s’intégrer à la société allemande, ainsi que par l’émergence d’un système juridique parallèle basé sur la charia islamique. Angela Merkel a reconnu, tout comme David Cameron, que le multiculturalisme est un échec, mais rien n’est fait pour y mettre un terme. Bien au contraire, les tribunaux parallèles qui gèrent le droit de la famille et le droit pénal, au mépris total des droits humains et de nos valeurs démocratiques, continuent à être autorisés, sous prétexte de ne pas empêcher les musulmans de vivre selon leur culture et leur religion.

Dans le but d’endiguer cette marée anti-islam, suscitée par l’opinion publique, les gardiens du multiculturalisme allemand n’ont pas hésité à accuser les « islamophobes » de se livrer à une propagande haineuse, afin de réduire la « soi-disant » nouvelle droite au silence.

La campagne médiatique a été menée par deux journaux en difficultés financières, Die Berliner Zeitung et sa publication sœur Die Frankfurter Rundschau, ainsi que Der Spiegel, un magazine basé à Hambourg, qui a longtemps servi de porte-parole au multiculturalisme allemand.

Lors d’une interview, accordée le 4 janvier 2012 au Berliner Zeitung et au Frankfurter Rundschau, M. Murck a déclaré que les propriétaires des sites «anti-islam» entretiennent une relation perturbée avec l’Etat de Droit démocratique et promeuvent souvent la «violation des droits de l’homme» protégée par notre constitution. (Rien que cela : se défendre contre les ennemis de la liberté, être patriote c’est violer les droits de l’homme : l’inversion des valeurs dans toute sa splendeur)

Et Murck de poursuivre : « Je vois aussi la preuve de la pertinence pénale, comme des menaces et des appels publics au crime. » Il ajouta également que la critique des musulmans et de l’islam constitue une attaque contre la liberté de religion, qui est protégée par l’article 4 de la Loi fondamentale allemande.

Cette interview avait été réalisée par Steven Geyer et Jörg Schindler, deux journalistes et propagandistes pro-islam, qui s’activent fébrilement pour faire fermer le site internet « Politiquement Incorrect » (PI), qui est devenu au fil des ans une source importante d’informations pour les citoyens allemands, préoccupés par la propagation de l’islam dans leur pays.

Ces deux journaux publièrent des dizaines d’articles de propagande, dont plusieurs de Mely Kiyak, un Allemand d’origine turco-kurde, de la première génération, qui se décrit comme un « pionnier politique » et considère tous ceux qui critiquent l’islam comme des « semeurs de haine ».

“ »Politiquement Incorrect n’est pas un site Web inoffensif. Il s’agit d’une organisation hautement conspirationniste qui vise à diaboliser toute une communauté à cause de sa foi. Elle joue un rôle essentiel dans un réseau international rassemblant tous ceux qui haïssent l’islam. Ce site donne la parole aux racistes, à ceux qui glorifient la violence et partagent la vision du monde d’Anders Breivik, le meurtrier de masse ».

Der Spiegel, passant au crible plus de 10.000 e-mails privés, récupérés du site PI, a publié un article intitulé :
«Politiquement Incorrect : étroitement lié à l’extrême droite», dans lequel il a affirmé que les personnes derrière le site PI ne sont pas des démocrates et constituent une menace pour l’ordre constitutionnel allemand. (Rien que cela, je pensais naïvement que l’islam était une menace pour la démocratie)


Le magazine Spiegel s’est acharné à décrire toute personne critiquant l’islam comme membre de l ‘«extrême droite», même si les sondages montrent que les électeurs, dans une écrasante majorité, sont préoccupés par la propagation de l’islam en Allemagne.

Pour rappel, selon un sondage d’opinion sur la perception et l’acceptation de la diversité religieuse menée par le département de sociologie de l’Université de Münster, en partenariat avec la prestigieuse firme de sondage politique TNS Emnid, la majorité des Allemands désapprouve la déclaration faite par le président allemand Christian Wulff, alléguant que l’islam « appartient à Allemagne » en raison des quatre millions de musulmans qui vivent maintenant sur le sol allemand. L’Allemagne abrite, après la France, la deuxième plus grande population musulmane, avec une minorité turque très importante.

L’étude prouve également que :

  • seulement 34% des Allemands de l’Ouest et 26% des Allemands de l’Est ont une vision positive des musulmans,
  • moins de 5% des Allemands pensent que l’islam est une religion tolérante,
  • seulement 30% disent approuver la construction de mosquées.
  • Le nombre d’Allemands qui approuvent la construction de minarets ou l’introduction de jours fériés musulmans est encore plus faible.
  • moins de 10% des Allemands de l’Ouest et 5% des Allemands de l’Est considèrent l’islam comme une religion pacifique.
  • plus de 40% des Allemands estiment que la pratique de l’islam doit être vigoureusement limitée.
  • et seulement 20% des Allemands pensent que l’islam est adapté au monde occidental.

De manière significative, plus de 80% des Allemands s’accordent pour affirmer que les musulmans doivent s’adapter à notre culture. Plus d’un million d’immigrants vivant en permanence en Allemagne ne parlent pas allemand.

Un autre sondage intitulé Vues mondiales sur l’immigration réalisé par la société d’études Ipsos, basée à Londres, a révélé que plus de la moitié des Allemands croient qu’il ya trop d’immigrés dans leur pays.

En réponse à la question : Selon vous, l’immigration a-t-elle eu un impact positif ou négatif ?

  • 54% des Allemands ont répondu que l’impact a été négatif,
  • près de 60% des Allemands sont d’ accord avec le résultat du sondage :  »L’immigration a mis trop de pression sur les services publics » en Allemagne.

Un rapport, sur la persistance des tensions entre les musulmans et les Occidentaux, publié par le Pew Research Center, basé à Washington DC, montre que 61% des Allemands estiment que leurs relations avec les musulmans sont mauvaises.

Les résultats prouvent également que 72% des Allemands considèrent que les musulmans dans leur pays ne veulent pas s’intégrer, et que 79% des Allemands croient que l’islam est «la plus violente» des religions. Plus des deux tiers des Allemands sont préoccupés par des extrémistes islamistes dans leur pays.

Selon un sondage réalisé par le Pew Global Attitudes Project, 71% des Allemands estiment que le voile islamique devrait être interdit en public, notamment dans les écoles, les hôpitaux et les bureaux du gouvernement.

Une autre enquête, publiée par la Fondation Friedrich Ebert, un think-tank lié au Parti social-démocrate (SPD) a révélé que 55% des Allemands estiment que les Arabes sont «désagréables», et plus de 33% pensent que le pays est en train d’être «envahi» par les immigrants. L’étude a également noté que « les attitudes d’extrême-droite » ne sont pas isolées dans les couches extrêmes de la société allemande, mais se rencontrent, dans une large mesure, au sein même de la société.

Ces enquêtes montrent clairement et systématiquement que la plupart des Allemands sont inquiets de l’impact de l’immigration musulmane sur leur vie quotidienne.

Dans un pays étouffé par des décennies de politiquement correct, « Politiquement Incorrect » a donné une voix aux millions d’Allemands frustrés, qui assistent impuissants au mal fait à leur pays par le culte effréné d’un multiculturalisme sauvage. Mais l’Establishment allemand semble être déterminé à utiliser tous les moyens pour faire taire la liberté d’expression dans le pays et réduire le peuple au silence. (Sources: Berliner Zeitung – article de Soeren Kern – Gatestone Institute -Germany Monitoring Websites Critical of Muslim Immigration extraits traduits et adaptés)

Aux USA : le droit du citoyen américain à exprimer son opinion sur l’islam, garanti par le Premier Amendement est en danger : les collabos islamophiles, l’OCI et le Département d’Etat travaillent à réduire la liberté d’expression et ce, en contradiction flagrante avec le Premier Amendement.

Act for America va lancer une campagne pour arrêter cette menace et appelle tous les patriotes à suivrel’émission en Webcast le 11 mars prochain (comment l’islam radical menace notre liberté d’expression).

L’émission, qui sera animée par Brigitte Gabriel, Guy Rodgers, Executive Director, et Deborah Weiss, journaliste d’investigation, avocate et expert du pervers Processus d’Istanbul et de la Résolution 16.18 de l’ONU, expliquera comment cette dernière constitue un danger pour le droit à la liberté de parole accordé par le Premier Amendement et révèlera la nouvelle campagne d’ACT for America pour arrêter la menace.

« Si vous ne voulez pas que la loi de la charia interdisant toute critique de l’islam et de son prophète soit imposée aux USA, si vous chérissez la liberté d’expression, branchez-vous sur notre émission le 11 mars prochain dès 7 :30 P.M. EST, envoyez-nous vos questions par e-mail, car si nous gagnons la guerre contre le terrorisme, mais perdons notre liberté de dénoncer la tyrannie de l’islam radical, nous aurons perdu la bataille. »

A la lecture de ce qui précède, l’acharnement de l’OCI – pour qui l’islamophobie est une forme contemporaine de racisme ayant pour cibles l’idéologie islamique et les éternels stigmatisés, les professionnels du subterfuge de la victimisation – a vouloir imposer sa vision du monde, digne des pires dictatures, semble porter tout doucement ses fruits.

Par contre, ni l’Administration Obama, ni l’UE ne paraissent s’inquiéter, encore moins s’indigner, de la judéophobie et de la christianophobie, qui pourtant sévissent en terre d’islam et en Occident, non seulement en paroles, mais en actes violents et criminels. Mais l’important c’est la défense de l’islam … le reste est sans importance.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour www.Dreuz.info

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
24 février 2013 03:10

Partie 1

Partie 2

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
22 février 2013 03:51

 

citoyens et francais copieSelon les résultats de la grande enquête «Observatoire de la société française » menée par l’institut Sociovision et rendue publique le 14 février, un Français sur cinq fait primer les règles de sa religion sur celles de la société. Ces personnes sont majoritairement rattachées à une «religion minoritaire» en France comme l’islam, le judaïsme ou le protestantisme.

Ce sont 21 % des sondés exactement qui estiment «complètement normal qu’on suive d’abord les règles de sa religion avant les règles de la société dans laquelle on vit», note Anne Madelin, directeur conseil de Sociovision sur le site FaitReligieux.com.

Ces personnes sont majoritairement rattachées à une «religion minoritaire» en France comme l’islam. Ainsi, 58 % des Français de confession musulmane indiquent faire prévaloir les règles de leur religion sur celles de la société. Ils sont 40 % parmi les juifs, 37 % parmi les protestants et seulement 20 % parmi les catholiques.

Sur cette question, l’enquête annuelle de Sociovision, réalisée auprès d’un échantillon de 2 000 personnes, démontre également que les habitants de l’agglomération parisienne sont surreprésentés par rapport à la plupart des régions avec 43 % des habitants de la grande couronne et 32 % de la petite couronne qui privilégient leur religion. […]

saphirnews

il est complètement anormal qu'on suive d’abord les règles de sa religion avant les règles de la société dans laquelle on vit» dans ce cas c'est l'anarchie avec autant de règles que de religions !

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
19 février 2013 03:39

V

"La France est confrontée à une menace. En mars 2012, Mohamed Merah a tué des soldats français parce qu’ils étaient soldats, tué des enfants et un père juif parce qu’ils étaient juifs. Ces derniers semaines encore, nous avons démantelé des réseaux qui avaient frappé ou s’apprêtaient à le faire.


  Des cellules organisent même des passages d’individus sur les théâtres de guerre où l’on mène le jihad. C’est le cas autour d’une centaine de personnes, Français ou résidants qui vont en Syrie encadrés par les groupes proches d’Al-Qaïda. Une poignée d’entre eux seraient allés ou revenus du Sahel ou de la Somalie.

Nos services de police et de renseignements doivent en permanence harceler ces groupes. C’est pour cela que je n’ai pas hésité à expulser les prédicateurs qui, dans les mosquées ou sur Internet, s’en prennent aux intérêts fondamentaux de notre pays.

Nous faisons face à un ennemi extérieur au Mali, nous faisons aussi face à un ennemi intérieur qui est le fruit d’un processus de radicalisation.

Il part de la petite délinquance, passe par le trafic de drogue, parfois par la prison, jusqu’à la conversion à un islamisme radical et à la haine de l’Occident. Il y a en France aujourd’hui plusieurs dizaines de Merah potentiels… Tous ne passent pas à l’acte, mais il faut se prémunir

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
19 février 2013 02:17

 

Union Européenne: Résultats explosifs de sa dhimmitude permanente

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
18 février 2013 02:14

Atlantico : Quelles sont les réalités de l’ingérence étrangère dans l’islam de France ?

Hassen Chalghoumi : Il est clair que la majorité des lieux de prière en France sont gérés par des ambassades. La Grande Mosquée de Paris est gérée par l’Algérie, le RMF (rassemblement des musulmans de France) est géré par le Maroc et plusieurs mosquées sont directement dépendantes de la Turquie, de l’Egypte et du Qatar. Nous réalisons très bien qu’il y a une grande ingérence.

Haoues Seniguer : L’inquiétude de Hassan Chalghoumi peut se comprendre dans la mesure où il a lui-même, par le passé, fréquenté des madrasas (écoles religieuses traditionnelles où l’on mémorise notamment le Coran) en Syrie, en Inde, au Pakistan, etc. à tel point qu’il a même été favorable, au moins un temps, au voile intégral. Ses prises de position récentes peuvent donc s’éclairer à la lumière de cette expérience peut-être traumatisante de ses premières années.

Maintenant, il faut être précis sur la nature des dites ingérences, réelles ou supposées. Elle peut être de deux types : d’abord, au niveau théorique, du fait de la mondialisation il est vrai que les idéologies circulent facilement, se diffusent très largement d’un espace à un autre, avec,dans le paysage islamique français, la prééminence indubitable de l’idéologie des Frères musulm ans qui s’est très bien implantée toutes ces dernières années dans l’hexagone. (…)

Quels sont les principaux acteurs de cette ingérence ? D’où viennent-ils et quelle est leur organisation ?

Hassen Chalghoumi : Les Frères Musulmans ont une influence notable qui est d’ailleurs connue de tous, même de l’Etat. Il y a une centaine d’imams qui viennent d’Algérie avec un contrat de quatre ans, de même pour les imams Marocains et Turcs.

Haoues Seniguer : Outre les pays que je viens de mentionner, je montre très largement dans unarticle paru hier dans la revue scientifique Confluences méditerranée, que les pays tels que le Qatar, s’invitent de plus en plus dans l’islam, en dehors de leurs propres frontières.

D’ailleurs, le Qatar pourrait faire une percée au niveau de l’islam européen en général, et français en particulier, dans les prochaines années, en raison de la proximité de plus en plus grande entre nos deux pays, et de l’implantation de l’idéologie des Frères musulmans en Europe, laquelle est particulièrement prisée par la seconde épouse de l’Émir Hamad Ben Khalifa Al-Thani, la cheikha Moza bint Nasser Al-Misnad. Ne perdons pas de vue également que cette dernière est proche de Yûsuf Al-Qaradhâwî, théologien islamiste de notoriété mondiale.

À ce propos, il n’est pas inutile de rappeler que Tariq Ramadan, qui jouit d’un grand prestige auprès du public musulman francophone, et qui est souvent invité en France par différentes associations ou organisations musulmanes, a inauguré, en mars 2012, à Doha, le CILE (Centre de Recherche sur la Législation Islamique) dont il est depuis lors le directeur. Ce centre est justement financé et est largement soutenu par la seconde épouse de l’Émir du Qatar. (…)

Atlantico

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
17 février 2013 01:52

Le maire a affirmé l’intention municipale d’exercer son droit de préemption sur le terrain convoité pour l’école privée musulmane. Et, par ce biais, de faire blocus au projet.

« La ville d’Orléans va engager une procédure de préemption car nous ne souhaitons pas qu’une école musulmane s’installe dans ces conditions sur le quartier ». Interpellé sur la question par le président de l’association pour un quartier vert et tranquille, qui ‘uvre sur le quartier de l’Argonne, vendredi lors de l’assemblée générale du quartier, Serge Grouard, maire UMP de la ville, a été plus loin dans l’opposition au projet porté par l’association El Amana. [...]

Le maire a toutefois évoqué une autre raison devant des riverains, pas franchement favorables au projet :

« Cela fait des années que l’équipe municipale oeuvre pour favoriser la mixité sociale dans ce quartier […]. Le projet, de notre point de vue, irait à l’encontre de cet objectif. » [...]

La Rep

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
16 février 2013 01:52

Syrie-statue-poete

Si le poète avait été vivant, c'est lui qu'ils auraient décapité.

Félicitations aux islamistes ! disait l'écrivain palestinien Abdallah Abou Sharkh : «Vous avez hérité de la terre arabe et de ses peuples. Cette terre est devenue aride, sans âme, sans vie, ces peuples sont dépourvus de toute raison critique et créative. Vous en avez hérité et vous en avez fait un désert inculte, sans arts ni sculpture, sans musique ni chant, sans théâtre ni poésie ou divertissement, sans industrie ni agriculture. Vous avez fait de tous nos peuples des mendiants aux portes du FMI…»

____________________

Des membres d'un groupe armé ont coupé la tête de la statue d'un célèbre poète de l'époque abbasside, Abou al-Alaa al-Maari, dans une ville du nord-ouest de la Syrie tenue par les rebelles, a indiqué mardi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).


"Un groupe armé à Maaret al-Noomane a coupé la tête d'une sculpture honorant la mémoire du poète et philosophe Abou al-Alaa al-Maari, qui est né dans cette ville", a indiqué l'ONG qui s'appuie sur un large réseau de militants et de sources médicales à travers la Syrie.

L'OSDH n'a pas indiqué quel groupe était derrière ce délit mais des militants de la ville ont accusé les islamistes extrémistes du Front Al-Nosra, et distribué une photo de la statue cassée qui portait également des traces de balles. Les rebelles s'opposant au régime du président Bachar al-Assad ont pris la ville de Maaret al-Noomane en octobre dernier.

Né dans cette ville en 973, Abou al-Alaa al-Maari a perdu la vue très jeune. Il est devenu l'un des plus grands poètes arabes, connu pour ses critiques envers l'islam et d'autres religions.

 

Source : L'Orient-le-Jour, 13 février 2013

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
16 février 2013 01:23

Said-jaziri-non

 

Saïd Jaziri, renvoyé en Tunisie en 2007, est une crapule. Lire ce billet posté en avril dernier : l'imam Saïd Jaziri, un manipulateurIl militait entre autres pour l'instauration de tribunaux de la charia au Québec, et avait organisé une manifestation violente pour protester contre les caricatures danoises de Mahomet.

Jaziri n'est pas le seul manipulateur. Son retour ne serait aucunement dans l'intérêt des Québécois. Qui aurait intérêt à ce qu'il revienne ? Des politiciens et journalistes qui voudraient l'instrumentaliser pour embarrasser le gouvernement Harper. Et les agents des Frères musulmans et du parti Ennhada au Québec. Bref, des gens sans scrupules prêts à abuser de la bonne foi et de la générosité des Québécois dans le seul but de faire avancer leur agenda politique. 

NON au retour de Saïd Jaziri

___________________

L'ex-imam montréalais Saïd Jaziri, célèbre pour ses frasques judiciaires, a fondé un parti de tendance salafiste en Tunisie qui prône l'introduction de la charia dans la Constitution. Néanmoins, il n'a pas tiré un trait sur sa volonté de revenir au Canada, pays dont il est banni depuis son expulsion, en 2007.

« C'est mon droit, il y a des procédures en cours, mais mon devoir en ce moment est d'aider mon pays, qui est en pleine révolution, et de lui apporter des solutions », a-t-il indiqué lors d'un entretien au téléphone depuis Tunis.

Saïd Jaziri a été expulsé du Canada vers la Tunisie en 2007 à la suite d'une longue bataille judiciaire. Son statut de résident a été révoqué parce que l'ex-imam montréalais avait caché ses antécédents judiciaires de violence en France, au milieu des années 90. Il a resurgi dans l'actualité en décembre 2011 après que des douaniers américains l'eurent découvert caché dans le coffre de la voiture d'un passeur, près de San Diego. [   ]

 

Source : Fabrice de Pierrebourg, La Presse, 13 février 2013

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
15 février 2013 02:52

Australia-hijabDeux enseignantes du Collège islamique de l'Australie-Méridionale contestent devant les tribunaux leur licenciement abusif basé en partie sur leur tenue vestimentaire jugée inappropriée.

Elles ont été licenciées l’année dernière par le collège West Croydon, qui avait averti les enseignantes, musulmanes et non musulmanes, de porter le foulard sous peine de licenciement. L'une des enseignantes poursuit l’établissement pour licenciement injustifié devant un tribunal civil, et l’autre a porté plainte devant le tribunal du travail (Fair Work Australia).

Le directeur du collège, Kadir Emniyet, a défendu hier la politique de l’établissement, disant qu’elle avait été discutée avec les 42 enseignants et que «90 % d’entre eux sont heureux de s’y conformer». 

La politique, qui impose aux non musulmanes le port d’un foulard, et non du hijab traditionnel, a été instaurée en 1998, puis suspendue en 2010 par l’ancienne administration. Elle a été rétablie au début de cette année sous la forme d’instructions verbales au personnel.

M. Emniyet, entré en fonction cette année, a déclaré que les enseignants de sexe masculin qui enfreignent le code vestimentaire, par exemple en portant des shorts, sont soumis au même régime disciplinaire que les enseignantes qui ne portent pas le foulard : trois avertissements, puis le licenciement.

 

 

Source : Furious debate as teachers at Islamic College of SA's West Croydon campus ordered to wear hijab or face sack, Adelaide Now, 13 février 2013. Extrait traduit par Poste de veille

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
15 février 2013 02:19

Benoît Kandel est le 1er adjoint de Christian Estrosi

"plus de Niçois ! " c'est du communautarisme ? 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
12 février 2013 02:47
Antony"Alors qu’on n’a pas cessé de lui diminuer ses effectifs et ses moyens, notre armée, néanmoins, avec ses unités d’élite des forces notamment terrestres et aériennes, a accompli superbement sa mission au Mali. Grâce au courage et à la professionnalisation de ses soldats de tous grades.
Mais l’islamisme dit radical partout dans l’immense Sahel et au-delà en Afrique et en Asie, et aussi en Europe, n’est hélas pas vaincu. Il n’est pas vaincu d’abord parce qu’on se refuse à le connaître et à le désigner pour ce qu’il est.
L’islamisme radical, c’est l’expansion prosélyte, guerrière et aussi terroriste du totalitarisme islamique selon les formes fanatiques du salafisme en général et du wahabisme saoudien en particulier.
L’Arabie Saoudite et le Qatar nous achètent bien des choses et notamment des armes dont beaucoup vont alimenter les guérillas islamistes.  Surtout ils financent massivement les organisations de propagande et de conquête islamique de l’Occident selon une dialectique d’opposition entre un islam épouvantable et un islam présentable.
Moyennant quoi, l’islam avance sans que soient jamais abandonné le modèle du Coran et des Hadiths, la charia et le jihad qui en découlent, la dhimmitude et le statut d’infériorité de la femme.
 
Or l’islam, comme hier le communisme, ne cessera de progresser que si, d’abord, on défend la liberté d’en réfuter l’idéologie, plus encore si l’on exige de ses États qu’ils admettent la liberté religieuse dans toutes ses composantes et notamment de liberté de conversion, de liberté d’expression, et de liberté du culte. Il aura été inutile de faire momentanément reculer les islamistes du Mali si l’on persiste à les laisser avancer en Syrie et à Paris."
Communiqué de Bernard Antony saluant la mission superbement accomplie par l'armée française :
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
12 février 2013 02:40

Un Marocain présentant un profil «quasi-identique» à celui du Français Mohamed Merah a été arrêté en Espagne, a affirmé vendredi le ministère de l'Intérieur, ajoutant qu'il avait l'intention de «commettre des actes terroristes» dans des pays européens.

Mohamed Echaabi a été arrêté jeudi pour «terrorisme présumé». Il «présente un profil quasi-identique au terroriste français Mohammed Merah, auteur de plusieurs assassinats à Toulouse (sud-ouest de la France) en mars 2012», a assuré le ministère dans un communiqué.

«La caractéristique de ce type d'individus est que, dans le but d'occulter leur idéologie radicale, ils n'appliquent pas les préceptes de l'islam jusqu'à ce qu'ils parviennent à leurs fins», précise le ministère.

Ils portent donc des vêtements occidentaux, pas de barbes, boivent de l'alcool, fument et mangent du porc, «tout ceci a pour but de passer inaperçu et de s'intégrer à la société qu'ils entendent attaquer».

 

Cette «nouvelle formule est particulièrement recommandée par la direction actuelle d'Al-Qaïda, sous la direction d'Ayman al-Zaouahiri» qui pousse ses adeptes à organiser leurs propres attentats, estime le ministère.

Selon lui, ce sont «la vigilance et le contrôle exercés par la police et les activités qu'il a menées qui ont permis de constater ses intentions de commettre des actes terroristes contre des personnalités précises ou d'autres objectifs, en vertu de la doctrine du djihad (guerre sainte) mondial, tant en Espagne que dans d'autres pays européens».

Dans ce but, le suspect «a pris des mesures pour acquérir des armes à feu et des explosifs», a ajouté le ministère.

Mohamed Echaabi est considéré par la police comme «un terroriste ou un loup solitaire, recruté par les réseaux terroristes, et qui s'"autoradicalise" sur l'internet», a expliqué le ministère.

Selon cette source, il «est entré dans un processus de radicalisation» qui l'a amené à «voyager dans la bande de Gaza en janvier 2011», avec la volonté de s'en prendre à des «intérêts israéliens».

Mohamed Merah, 23 ans, tué par la police après avoir assassiné sept personnes, a séjourné en Espagne en 2007, selon les autorités espagnoles.

Le Français se serait rendu en Catalogne (nord-est) pour participer à des «journées islamiques de formation comme elles sont organisées chaque année dans certaines mosquées», d'après la presse espagnole.

Depuis les attentats du 11 mars 2004 qui ont fait 191 morts à Madrid, la police espagnole a procédé à plusieurs arrestations dans les milieux islamistes radicaux, en particulier en Catalogne.

En août, trois membres présumés d'Al-Qaïda ont été arrêtés en Espagne, soupçonnés de préparer un attentat et disposant de matériel capable de «détruire un autobus», dans le cadre d'une importante enquête menée contre le réseau islamiste.

Fin juin, deux Espagnols, soupçonnés d'appartenir à une cellule radicale islamiste et jugés «capables de commettre des attentats particulièrement brutaux», avaient été arrêtés dans l'enclave espagnole en territoire marocain de Melilla.

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
11 février 2013 12:05


Hebergeur d'image

Le pape Benoît XVI va démissionner, invoquant son état physique, ont confirmé des sources du Vatican au Figaro. Il quittera ses fonctions le 28 février.

    La démission du Pape est envisagée par le Code de droit canonique. «S’il arrive que le Pontife Romain renonce à sa charge, il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu’elle soit dûment manifestée, mais non pas qu’elle soit acceptée par qui que ce soit», est-il écrit. La dernière démission d’un pape remonte à Grégoire XII, en 1415.

Le Figaro

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
11 février 2013 11:55

petites filles

Un groupe de prédicateurs en Algérie a lancé une campagne de sensibilisation au hijab visant les jeunes filles âgées de 10 à 15 ans. La campagne baptisée « Projet Chasteté » vise à expliquer l’importance du hijab à ces jeunes filles, qui sont certes mineures, mais dont beaucoup sont pubères.

La campagne a pour objectif de montrer les bienfaits du port du hijab, mais aussi de répondre à toutes les questions questions que les filles peuvent se poser à son sujet. [...]

L’un des responsables, Hisham Ben Khouda, a affirmé au quotidien algérien Ech-Chourouq, qu’à la suite de la campagne, près de 300 filles ont choisi de porter le  voile. Cette campagne n’est pas si récente. Elle date d’il y a cinq ans mais la nouveauté et qu’elle a pris une dimension nationale avec la participation grandissante de prédicateurs.

Ajib

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
11 février 2013 03:20


« La France est catholique, pas musulmane. La Tunisie est musulmane, pas catholique » Un militant d’Ennahda

Alors que la situation en Tunisie est très tendue, les médias Français se privent bien volontiers de nous rappeler que le parti islamiste Ennahda est arrivé largement en tête chez les Tunisiens de France qui sont souvent des bi-nationaux. Petit rappel.


25/10/11

Près de 34% au nord de l’hexagone, plus de 30% dans le sud : les Tunisiens de France ont largement voté pour Ennahda, dimanche. Du coup, le parti islamiste rafle 4 des dix sièges qui leur sont réservés au sein de l’Assemblée constituante.

Le Télégramme

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
11 février 2013 03:17

Voici quelques jours, une toute petite fille s’est présentée dans son école maternelle portant le voile islamique. Ce qui a choqué plusieurs parents d’autres élèves. Convoqué par les autorités communales pour trouver une solution, le père de l’enfant a décidé de ne plus la scolariser ! 

C’est le genre d’histoire dont se passeraient bien tous les échevins de l’enseignement. Voici quelques jours, une petite fille scolarisée dans une école fondamentale de la commune d’Aubange -au niveau maternel- s’est présentée en portant un voile.

Ce qui est très fréquent dans les grandes villes «  mais beaucoup moins dans nos régions rurales  », concède François Rits, échevin PS de l’enseignement.

De fait, plusieurs parents d’autres élèves ont été choqués. La directrice a été avertie de leur colère, puis l’a relayée vers le collège communal.

Le papa de l’enfant a été entendu. Il a expliqué que le port du voile était important dans sa famille et que la petite fille voulait simplement imiter sa maman, musulmane pratiquante. Les échanges ont été tendus. La commune proposait que la fillette ôte son voile en arrivant à l’école, et le remette après. Ou bien soit inscrite dans un autre établissement scolaire. Le père, lui, a campé sur ses positions.

«  On ne va pas parler de menaces, mais il nous a considérés comme des racistes. Or, les règlements de nos écoles interdisent tout signe distinctif d’appartenance à une religion. Et là où cela n’est pas encore le cas, le collège va le faire sous peu. (…)

La Meuse

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
10 février 2013 03:35

Le ministre de l'Intérieur était l'invité d'Europe 1. Il en a profité pour exprimé son inquiétude sur la situation en Tunisie.

 

 

La Tunisie

"Cet assassinat de Chokri Belaïd est terrible. Il montre à quel point la situation est fragile. Le président de la République a condamné l'assassinat de Chokri Belaïd qui était l'un de ces démocrates et nous devons, nous, soutenir ces démocrates pour que les valeurs de la Révolution du jasmin ne soient pas trahies. Nous devons soutenir ceux qui se battent pour les valeurs de la démocratie.


On cherche à enfermer les femmes et les hommes dans une sorte de radicalisation. Il y a un fascisme islamiste qui monte un peu partout mais cet obscurantisme doit être évidemment condamné puisqu'on nie cette démocratie pour laquelle les peuples libyens, tunisiens, égyptiens se sont battus".On nie cet état de droit, cette démocratie".

"La France est une terre d'accueil pour ceux qui fuient les dictatures mais je souhaite que la démocratie triomphe, que les élections aient lieu et que la situation se rétablisse."


Les filières djihadistes

"Il y a eu des listes de personnes menacées par ces djihadistes. Une cellule a été démantelée mercredi mais elle n'est pas la seule. Il y en a d'autres qui peuvent menacer notre pays. Nous travaillons pour les éradiquer. Nos services sont attentifs pour que ces réseaux soient détruits. Il ne faut pas laisser de place à ces gens"

"Le renseignement, les policiers, les gendarmes sont mobilisés. Il y a des menaces grandissantes qu'il faut stopper".


Violences dans les entreprises

"Nous avons perdu des dizaines de milliers d'emplois. Il y a de la colère qui doit être canalisée par les syndicats mais elle existe, certes. Malgré cela, on doit respecter le patronat. Par ailleurs, le rôle du gouvernement est d'assurer l'état de droit. Notre action est de prévenir la violence ou les dérapages. Le dialogue social doit prévaloir. Toujours".

"J'appelle à la retenue, à la recherche de solutions. C'est difficile mais on ne peut pas admettre de briser l'outil de travail. Le désordre n'est bon pour personne".


source

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
10 février 2013 03:35

Jeannette-Bougrab-1

 

Michel Garroté, réd en chef – L’ancienne Secrétaire d’Etat française à la Jeunesse, Jeannette Bougrab, dans un essai intitulé « Ma République se meurt », publié chez Grasset, s’inquiète de la montée de l’islamisme et de la frilosité des politiciens français à défendre la laïcité lorsqu’il s’agit de l’islam. Elle reprend le sujet dans un entretien avec Le Figaro Magazine (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

Jeannette-Bougrab-2

 

Le Figaro Magazine – Que vous inspire le président Mohamed Morsi ?

Jeannette Bougrab – L’horreur. Quand je vois la mainmise des islamistes en Egypte, je suis totalement effondrée. Je pensais que la démocratie était possible, que l’application d’un certain nombre de principes universels comme l’égalité entre les hommes et les femmes, la liberté de penser, la liberté de conscience, y compris l’apostasie qui est interdite en droit musulman, étaient possibles. Mais les Frères musulmans et le mouvement salafiste al-Nour se sont approprié une révolution à laquelle ils n’ont pas pris part.

Le Figaro Magazine – Faut-il le recevoir comme s’apprêtait à le faire François Hollande ?

Jeannette Bougrab – Non. Je ne vois pas au nom de quoi notre République peut s’abaisser à dérouler le tapis rouge à un dirigeant qui s’apprête à instaurer un Etat islamiste. Je fais bien la distinction entre l’islam et l’islamisme. C’est pour cela que je ne crains pas de dire que l’islamisme est une sorte de fascisme et de totalitarisme. Je ne peux comprendre que la France reçoive ces tyrans. Cela me choque. Je ne me sens pas obligée de faire des compromis avec des gens qui sont l’incarnation de la négation de l’Etat de droit.

Le Figaro Magazine – En Égypte, comme en Tunisie ou en Libye, les révolutions arabes ont poussé au pouvoir des partis islamistes. La France a-t-elle fait preuve de naïveté ?

Jeannette Bougrab – Le problème, ce n’est pas la naïveté de la France, c’est le sentiment de culpabilité de ses dirigeants. Pendant des années, la France a soutenu des autocrates, des tyrans qui auraient voulu être des despotes éclairés. Aujourd’hui, en raison de cette culpabilité, elle verse dans une sorte de surenchère à l’égard de ces nouveaux gouvernements islamistes. Le 17 juillet 2012, c’est en grande pompe que le président tunisien Moncef Marzouki était reçu par le chef de l’Etat et le président de l’Assemblée sans, bien évidemment, que les questions qui fâchent ne soient abordées.

Je ne peux que le regretter. Personnellement, je ne soutiendrai jamais un parti islamiste. Contrairement à Alain Juppé qui se persuade qu’il faut accompagner ces partis et félicite les dirigeants d’Ennahda en Tunisie, je refuse d’être de connivence avec des gouvernements qui portent des valeurs iniques. La diplomatie ne sert pas toujours la démocratie. Laurent Fabius ne fait guère mieux aujourd’hui. Il poursuit la même politique. Les ministres changent mais la lâcheté demeure.

Le Figaro Magazine – Mali : L’intervention française est-elle un succès à mettre au crédit de François Hollande ?

Jeannette Bougrab – Je trouve pour le moins maladroit que le Président se soit précipité au Mali pour savourer la victoire des militaires français. Il faut certes saluer le professionnalisme de nos armées et notamment celui du 2e REP, mais il convient aussi de se garder de tout triomphalisme en matière militaire. Les colonnes de blindés ne suffiront pas à mettre un terme à cette guerre contre le terrorisme islamiste. L’Algérie en sait quelque chose, qui paie encore un lourd tribut à la guerre qu’elle mène depuis le début des années 90 à l’islamisme. Cette guerre contre le terrorisme est d’une nature nouvelle. C’est une guerre à fragmentation.

Le Figaro Magazine – C’est-à-dire ?

Jeannette Bougrab – C’est simple. Trois jours après l’intervention de la France au Mali, le conflit s’était déporté en Algérie. Tant qu’on n’aura pas asséché les sources de financement de ces mouvements terroristes, ils seront partout à travers le monde. Nous vivons dans un monde globalisé. Le djihad se délocalise, s’exporte, s’importe. Un jour l’Afghanistan, puis le Mali, demain, l’Algérie, la France et l’Europe.

Le Figaro Magazine – Il faut se battre en France sur le terrain de la laïcité ?

Jeannette Bougrab – Le combat doit avoir lieu également en France contre l’intégrisme et le fondamentalisme. Il faut arrêter de céder à la première revendication communautaire ou anticiper des revendications qui ne sont même pas demandées. On ne peut tolérer dans notre pays qu’un dessinateur soit protégé par cinq officiers de sécurité pour avoir caricaturé le prophète, qu’un philosophe comme Robert Redeker vive caché sans pouvoir enseigner parce que des fondamentalistes en veulent à sa vie, qu’un petit commerçant d’origine égyptienne se fasse tabasser à Marseille pendant le ramadan. En ne réaffirmant pas avec force nos principes, nous allons de défaite en défaite. Quand le communautarisme triomphe, la république régresse. Nous devons nous montrer intransigeants. A cet égard, je trouve dommage que Jean-François Copé soit allé présenter ses excuses au CFCM (après ses propos sur les « pains au chocolat »).

Le Figaro Magazine – Le Conseil français du culte musulman n’a-t-il pas un rôle à jouer ?

Jeannette Bougrab – Je n’attends rien du CFCM. Quand on est laïc, on n’a pas à s’immiscer dans l’organisation d’une religion. Pour appliquer le principe de laïcité, il ne faut pas compter sur une organisation plus ou moins représentative des mosquées de France. Je suis très hostile à ces organisations qui viennent nous expliquer comment interpréter l’islam. Le politique n’est pas là pour interpréter l’islam, mais pour appliquer le principe de laïcité. Le principe de laïcité est un principe constitutionnel, pas un principe religieux.

Le Figaro Magazine – De quoi se meurt la République, selon vous ?

Jeannette Bougrab – La France se meurt de ne plus affirmer ses principes. Voyez ce qui se passe aux Pays-Bas, pays que l’on érige en modèle de société communautariste. Le réalisateur Theo van Gogh est mort assassiné par un islamiste. La députée Ayaan Hirsi Ali a été contrainte à l’exil. Ils sont même parvenus à construire un hôpital «charia compatible» où les hommes sont soignés par les hommes et les femmes par les femmes. Je ne veux pas de ce modèle pour la France. Il existe malheureusement déjà partiellement. Certains territoires de la république sont déjà perdus. Il faut les regagner en n’acceptant plus les revendications communautaires. Lorsque j’ai présidé la Halde, j’ai constaté les ravages du communautarisme et du différentialisme dans l’esprit de gens pétris par une culpabilité postcoloniale. Il faut que cela cesse.

Le Figaro Magazine – A qui la faute ?

Jeannette Bougrab – La gauche est la première responsable. Elle a été la première à abdiquer. Quand en 1989 Lionel Jospin, alors ministre de l’Education nationale, demande l’avis du Conseil d’Etat, dans le cadre des premières affaires de voile à Creil, il fuit sa responsabilité politique. Je me souviens qu’à l’époque Elisabeth Badinter avait dénoncé l’attitude de Lionel Jospin. On l’avait accusée de faire le jeu du FN.

Idem pour Gisèle Halimi, qui avait rendu sa carte de SOS Racisme. Aujourd’hui encore, lorsque vous défendez la laïcité, on vous accuse de faire le jeu de Marine Le Pen. C’est dramatique. La laïcité est un principe constitutionnel. Je n’accepte pas qu’en demandant l’application de la Constitution, on puisse nous accuser de faire le jeu du FN (fin des extraits adaptés ; voir ci-dessous lien vers source).

 

 

Reproduction autorisée Avec mention www.dreuz.info

Et source :

http://www.lefigaro.fr/politique/2013/02/08/01002-20130208ARTFIG00542-bougrab-la-politique-est-la-pour-appliquer-la-laicite.php

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
10 février 2013 01:12

Élue du groupe « divers droite », Brigitte Hu s’interroge sur la justification d’une subvention de 160.000 € à un « édifice cultuel musulman », prévue dans le budget 2013 de la ville de Brest qui doit être voté au cours du conseil municipal de mardi prochain.

« La loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État énonce clairement l’impossibilité pour les communes de participer directement au financement des différents cultes religieux, précise Brigitte Hu, dans un communiqué.

Si la ville de Brest finance les travaux de rénovation de certaines églises, c’est en vertu de sa mission de propriétaire de ces mêmes locaux. Mais en vertu de quelle loi François Cuillandre a-t-il choisi d’attribuer, dans le budget 2013 de la ville, une subvention de 160.000 € sous l’intitulé « Travaux édifice cultuel musulman » ?

S’agit-il d’un local privé appartenant à la communauté musulmane ou d’un local municipal mis à disposition. Dans ce dernier cas, quels types de travaux peuvent justifier l’octroi d’une somme aussi importante. »

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions