Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

15 juin 2012 01:52

FAUT-IL-AVOIR-PEUR-DE-L-ISLAM.jpg

    Tel est le titre d’un dépliant publié par les éditions Bayard, dans la série « Les fiches croire », en partenariat avec le Secrétariat pour les relations avec l’islam de la Conférence des évêques de France (1), et disponible en quantité, depuis le mois de février, aux présentoirs des portes de nos églises, de France et de Navarre.

     La réponse donnée à cette question est celle d’une « approche » qui prétend passer « entre naïveté » et « rejet«  (p.3), et qui, pour ce faire, n’hésite pas à utiliser l’odieux procédé de l’amalgame, ce qui, de fait, évite la naïveté, puisque conscience il y a, et le rejet, puisque coopération à notre islamisation il y a, comme je vais le montrer ci-après.

 

     Dès la page 2 apparaît la traditionnelle confusion entre « musulmans » et « islam », qui sert à attribuer à l’islam les vertus naturelles de certains musulmans dits modérés. Une chose en effet est ce que vivent les musulmans, et autre chose ce qu’est l’islam. Écrire que « en Europe, l’immense majorité des musulmans vit un islam tolérant » (p.5), n’est-ce pas écrire qu’il peut en être aussi autrement ? Cette constatation ne saurait donc en rien tranquilliser ceux pour qui l’islam est de nature démoniaque, menteur et assassin dès l’origine (Jn 8.44). Ne sait-on pas que les musulmans ont le devoir de soumettre la terre entière à la charia (Coran 4.74 ; 9.41), et que leur comportements et revendications évoluent en fonction de leur nombre?   »Ne faiblissez donc pas et n’appelez pas à la paix quand vous êtes les plus forts. » (Coran 47.38)…

    Le procédé de l’amalgame est utilisé en mettant sur le même pied :

  • « les croisades » et « les conquêtes ottomanes«  (p.4). Comme si les croisades avaient été autre chose qu’une entreprise défensive des terres devenues pacifiquement chrétiennes et envahies à la pointe de l’épée par les armées mahométanes! Comme si les conquêtes ottomanes avaient été des réactions de légitime défense!
  • « l’époque coloniale » et « la guerre d’Algérie » (p.4). Comme si la colonisation de ce qui n’était pas encore l’Algérie n’avait pas eu pour raison première de mettre fin aux rapt d’esclaves et aux razzias sur nos côtes méditerranéennes, et aux actes de piraterie incessants durant des siècles!
  • « la Bible » et « le Coran« . « On peut justifier la violence en se référant au Coran, c’est vrai aussi pour la Bible. » (p.7) ! Mais où un chrétien trouve-t-il dans le Nouveau Testament (2) -sans lequel il ne lit pas l’Ancien Testament – un seul verset appelant à la haine et au meurtre comme on en trouve des centaines dans le Coran (3), tels ceux-ci :  »Rien d’autre : le paiement de ceux qui refusent Allah et son messager, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que leur soient coupées la main et la jambe opposée, qu’ils soient expulsés de la terre !«  (Coran 5.33) ;  »Entre nous et vous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyez en Allah, seul !«  (Coran 60.4) ? Pour détruire la foi chrétienne et frayer la voie à l’islamisation des chrétiens, n’est-ce pas un excellent moyen d’amalgamer Bible et Coran? Et moi qui croyais que toute prétendue révélation après le Christ n’était bonne que pour le feu de l’enfer (Ga 1.8-9)…  S’il est vrai que le Coran permet de  »contribuer aux progrès de la conscience universelle » (p.7), qui pourra jamais le rejeter ? Pour aider les chrétiens à accueillir l’islam leur sont vantés du Coran les  »très nombreux versets en faveur de la paix et de l’harmonie » (p.7), sans leur préciser que ces versets ont été abrogés par les versets violents (Coran 2.106)… Flagrante désinformation ! Injustifiable manipulation ! Et ce, de la part de personnes censées compétentes et de surcroît agissant sous le couvert de l’autorité de l’Église !
       En mentionnant l’existence d’ « un islam intolérant » et d’ « un islam intégriste » (p.4), le document prétend, par le fait même, les distinguer d’un vrai et bon islam. Mais  qui, et au nom de quoi, peut dire que l’islam intolérant et intégriste n’est pas le bon et vrai islam ? Ceux qui ont écrit ces lignes, n’ont-ils  jamais entendu les prêches des plus hautes autorités musulmanes? N’ont-ils jamais lu le Coran ni appris comment vécut Mahomet (4) ? Ne savent-ils pas que l’absence de magistère permet à n’importe quel dévot de s’appuyer sur ces leçons pour justifier les pires horreurs ?
      De quoi parle le document lorsqu’il affirme que « des évolutions importantes se produisent dans des pays comme la Turquie, et dans les pays arabes où la population aspire à la démocratie » (p.5) ? La population arabe appelée dernièrement à s’exprimer n’a t-elle pas voté partout pour encore plus d’islam, une application encore plus stricte de la charia ? S’il y a eu une évolution en ces pays, elle ne s’est jamais produite qu’en s’émancipant de l’islam ! La création de la Turquie moderne en est justement un exemple, dont l’utilisation pour faire accroire à l’existence d’un islam tolérant est donc grotesquement fallacieuse. Mais dans quel monde vivent les auteurs de ce document ? En amalgamant les sociétés occidentales et les sociétés musulmanes, que veulent-ils d’autre, sinon nous faire croire que ces dernières sont naturellement susceptibles des mêmes évolutions que les premières ? Et ce, en dépit non seulement de la nature de l’islam, mais encore du témoignage contraire de l’histoire et de l’actualité…
        « La liberté religieuse n’est reconnue par les catholiques que depuis le concile Vatican II » (p.5), ce qui se traduit : avec le temps, l’islam sera capable, lui-aussi, comme l’Église, de faire évoluer sa doctrine vers la liberté religieuse. Mais une chose est d’approfondir sa doctrine et autre chose de la changer. Or, si l’Église est capable de tirer « du neuf en constant accord avec le vieux » (Dignitatis Humanae, 1), comment l’islam pourrait-il jamais respecter la dignité humaine, fondement de la liberté religieuse, puisque pour lui il n’y a pas de nature humaine, en sorte que les hommes sont supérieurs aux femmes (Coran 4.34), les musulmans aux non-musulmans, sur qui ils ont droit de vie ou de mort (Coran 8.54 ; 9.29), et pareillement les maîtres vis à vis des esclaves (Coran 16.71,75) ? Et qui pourrait donner une nouvelle interprétation, puisque « nul ne connaît l’interprétation du Coran sinon Allah » (Coran 3.7), que les portes de l’interprétation (l‘ijtihâd) ont donc été fermées au Xe siècle, et qu’il n’y a pas de magistère incontestable en islam ?        En quoi le fait que des « responsables musulmans prennent publiquement et régulièrement position contre le terrorisme et les attentats antichrétiens » (p.6) (en Occident, précisons), pourrait nous rassurer, puisque le principe de la takyia légitime la dissimulation, la fraude et le mensonge lorsque l’intérêt de l’islam le demande (Coran 3.28 ; 16.106 ; 17.64 ; 47.38), en sorte que toute déclaration favorable à un intérêt non strictement musulman, comme celui de la liberté religieuse, est rendue nécessairement suspecte ? Ce qui est encore remarquable dans ce nouvel amalgame développé au bénéfice de l’évolution supposée de l’islam, c’est que celle-ci est envisagée du fait que l’islam puisse « s’acclimater au monde moderne » (p.5). Le salut escompté n’est donc pas envisagé dans l’accueil du message de l’Église, mais dans celui du monde moderne. Ce dernier aurait-il donc, plus que l’Église, de quoi rivaliser avec l’aspiration à l’absolu et au salut utilisée par l’islam pour se justifier à la conscience de ses adeptes ?
       Le Secrétariat pour les relations avec l’islam entend se démarquer radicalement de « certains chrétiens qui disent vouloir détruire l’islam pour sauver les musulmans » (p.6), et pour justifier ce refus de la destruction de l’islam, la phrase qui suit amalgame ce refus avec « l’attitude du Christ qui dans l’Évangile accorde le salut à des personnes éloignées de sa propre religion » ! Comme si le Christ n’avait pas invité ces personnes à quitter leurs erreurs et fausses religions pour se convertir à l’Évangile (Mt 4.17 ; 28.20 ; Jn 4.22 ; Ac 14.15 , 26.18 ; 1 Th 1.9) ! Mais si l’on ne veut pas la destruction de l’islam, on veut alors nécessairement son développement. Au service de qui sont alors les responsables de ce dépliant ? Jésus ne nous a-t-Il pas enseigné que l’on ne pouvait pas servir deux maîtres (Mt 6.24) ? Si Dieu a envoyé Mahomet, Jésus est-Il vraiment le Dieu Sauveur ? S’il faut vouloir le développement de l’islam, pourquoi rester chrétien ?
        « Avoir confiance en l’action de l’Esprit-Saint, partout et en tous » (p.6) et « Reconnaître chez les autres une authentique démarche religieuse » (p.6) sont les attitudes présentées ensuite pour justifier le refus de vouloir détruire l’islam : l’Esprit-Saint agirait par l’islam pour le salut des musulmans – car que peut vouloir d’autre l’Esprit-Saint ?, mais encore certainement pour celui de tous les hommes, que les musulmans ont la vocation de convertir à l’islam (Coran 9.41), en sorte que la démarche religieuse des musulmans, et donc celle de notre islamisation, en seraient nécessairement respectables… Que l’on veuille bien regarder l’islam en face ! A t-il une autre fin que de détruire et remplacer le christianisme, coupable du seul péché à jamais irrémissible (Coran 4.48), qui voue tous les chrétiens parce que chrétiens, au feu de l’enfer (Coran 5.72 ; 9.17 ; 48.6) ? L’Esprit-Saint peut-Il enseigner d’être à la fois pour et contre Jésus ? Est-il possible que Jésus Se soit trompé en enseignant : « Qui n’est pas avec Moi est contre Moi. Qui n’amasse pas avec Moi, dissipe. » (Mt 12.30) ?
          L’amalgame entre « islam » et « musulmans » est enfin porté à son achèvement à la dernière page par cet extrait tiré de la Déclaration Nostrae Aetate (n°3) du concile Vatican II :

« L’Église regarde aussi avec estime les musulmans, qui adorent le Dieu unique, vivant et subsistant, miséricordieux et tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, qui a parlé aux hommes. [...] Même si, au cours des siècles, de nombreuses dissensions et inimitiés se sont manifestées entre les chrétiens et les musulmans, le saint Concile les exhorte tous à oublier le passé et à s’efforcer sincèrement à la compréhension mutuelle, ainsi qu’à protéger et à promouvoir ensemble, pour tous les hommes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté. »

       Ainsi, à la question-titre de la première page : « Faut-il avoir peur de l’islam ?« , de façon obvie la dernière page répond : puisque l’Église regarde avec estime les musulmans, regardez donc  l’islam avec estime ! Et n’ayez pas peur de lui, braves gens, mais continuez à dormir tranquillement !
        Qu’il me soit permis de proposer une autre interprétation de ce passage de Nostrae Aetate (5) : Que si « L’Église regarde avec estime les musulmans qui adorent le Dieu UN, vivant et subsistant, miséricordieux et tout puissant, créateur du ciel et de la terre, qui a parlé aux hommes. », cela doit s’entendre de l’exemple de Jésus disant aux hérétiques : « Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; Nous, nous adorons ce que nous connaissons. » (Jn 4.22). Et en effet, puisque dans l’islam Dieu est inconnaissable (Coran 2.255 ; 20.110 ; 112.2), en L’adorant, les musulmans acceptent nécessairement d’adorer aussi bien n’importe quoi que rien du tout. Ce qui est évidemment très commode pour parler et agir au nom d’Allah… Il ne suffit pas de dire « Allah est notre Dieu » pour connaître Dieu (Jn 8.55-55). Les juifs disaient déjà la même chose, et se sont vus par Jésus traité de « fils du Diable » (Jn 8.44). Reconnaître que Dieu existe et qu’Il est unique est à la portée même des démons (Jc 2.19). L’estime avec laquelle l’Église regarde les musulmans n’est donc certainement pas due à leur connaissance de Dieu, mais à la dimension subjectivement respectable de leur démarche religieuse (Ph 4.8). Le but de ce texte du concile n’est pas de chanter les louanges de l’islam, mais de nous appeler à évangéliser les musulmans avec un esprit apaisé, sans passion ni rancœur du fait des crimes et violences subis au cours des siècles passés (et actuels !).
       Bref, alors que Jean-Paul II affirmait :

« Il est nécessaire de donner aux chrétiens qui vivent au contact quotidien des musulmans, une connaissance objective de l’islam, afin qu’ils sachent s’y confronter » (Ecclesia in Europa, n°57),

sous couvert de présentation de l’islam, et quitte à blasphémer la Parole de Dieu et l’unicité du salut en Jésus-Christ , ce dépliant, loin de préparer à la confrontation avec l’islam, prépare les chrétiens à leur reddition, les conduisant ouvertement à estimer et accueillir l’islam. Mais si des évêques sont capables d’aller poser la première pierre des mosquées, ou d’être d’accord pour manger halal, ce qui revient  à accepter le financement de notre islamisation par la taxe prélevée pour la certification halal au profit des mosquées, comment s’étonner que le Secrétariat pour les relations avec l’islam de la Conférence des évêques de France édite un tel document ?
       Nous devons certes aimer les musulmans, mais nous devons les aimer en tant qu’ils sont des hommes, appelés – que nous devons appeler ! – au salut (6), non en tant qu’ils sont musulmans ! Je dis cela en m’appuyant sur l’enseignement des vrais Apôtres de Jésus-Christ, que je vous invite, si nécessaire, à méditer à nouveau :
Du doux saint Jean :
« C’est que beaucoup de séducteurs se sont répandus dans le monde, qui ne confessent pas Jésus-Christ venu dans la chair. Voilà bien le Séducteur, l’Antichrist. Ayez les yeux sur vous, pour ne pas perdre le fruit de nos travaux, mais recevoir au contraire une pleine récompense. Quiconque va plus avant et ne demeure pas dans la doctrine du Christ ne possède pas Dieu. Celui qui demeure dans la doctrine, c’est lui qui possède et le Père et le Fils. Si quelqu’un vient à vous sans apporter cette doctrine, ne le recevez pas chez vous et abstenez-vous de le saluer. Celui qui le salue participe à ses œuvres mauvaises. » (2 Jn 7-11) ;
De l’Apôtre par excellence, Saint Paul : 
« Ne formez pas d’attelages disparates avec les infidèles. Quel rapport en effet entre la justice et l’impiété ? Quelle union entre la lumière et les ténèbres ? Quelle entente entre le Christ et Satan ? Quelle association entre le fidèle et l’infidèle ? Quel accord entre le temple de Dieu et les idoles ? Or c’est nous qui sommes le Temple du Dieu vivant… » (2 Co 6.14-18) ;

« Eh bien ! si nous-même, si un ange venu du ciel, vous annonçait un évangile différent de celui que nous vous avons prêché, qu’il soit maudit ! Nous l’avons déjà dit, et aujourd’hui je le répète : si quelqu’un vous annonce un évangile différent de celui que vous avez reçu, qu’il soit maudit !  » (Ga 1.8-9).
Pour conclure, il ne nous faut pas tant avoir peur de l’islam que de nos trahisons et compromissions, parce que 
« De nos jours plus que jamais, la force principale des mauvais, c’est la lâcheté et la faiblesse des bons,
et tout le nerf de guerre de Satan réside dans la mollesse des chrétiens.
Oh! S’il m’était permis, comme le faisait en esprit le prophète Zacharie, de demander au divin Rédempteur: «Que sont ces plaies au milieu de vos mains?», la réponse ne serait pas douteuse: «Ellesm’ont été infligées dans la maison de ceux qui m’aimaient, par mes amis qui n’ont rien fait pour me défendre et qui, en toute rencontre, se sont rendus complices de mes adversaires »… » (Saint Pie X: Béatification de Jeanne d’Arc, 13 décembre 1908)…

 

Abbé Guy Pagès

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
15 juin 2012 01:37

halal-tunisie.jpgLa révolution du jasmin a provoqué un téléscopage des mentalités. Un café halal vient d’ouvrir et les grandes surfaces proposent différents modèles de burkini.

Printemps arabe: hiver des femmes

Il n’est plus sûr aujourd’hui que la Tunisie puisse offrir le même «dépaysement exotique». Au lendemain de la victoire d’Ennahda, les Tunisiens découvrent qu’une frange non négligeable d’entre-eux aspire à un autre modèle de société.

Quelques jours après leur éclatante victoire électorale, Souad Abderrahim, porte-parole du parti Ennahda donne le ton et déclare à la radio:

«La liberté absolue n’existe pas, la liberté, c’est d’abord respecter les traditions et les règles morales (…) Il ne manquerait plus que les lois protègent ces femmes célibataires qui vivent dans la transgression de nos valeurs.»

En marge de cela, la venue de prédicateurs égyptiens radicaux, comme Wajdi Ghanim, qui prônent l’excision ou la lapidation, ou l’arrivée d’une délégation composée de 500 femmes appartenant au mouvement Hizb Ettharir (pouvant se traduire par parti de la libération) venue promouvoir l’idée d’un 6e Califat, ne va pas servir la lutte pour l’égalité.

Démocrates, progressistes, opposants: tous des mécréants!

Avant la révolution, la frontière entre le profane et le sacré était assez claire. Au cours des derniers mois, la démarcation s'est faite de plus en plus imprécise; l'affaire de Nessma TVen est un exemple édifiant: le patron de la chaîne se retrouve devant les tribunaux pour avoir diffusé Persepolis, film qui fut projeté, quatre ans plus tôt, dans les salles de cinéma sans provoquer la moindre réaction.

Nassredine Ben Saïda, directeur d'un quotidien arabophone Ettounissia a écopé d'une amende pour atteinte à l'ordre public et aux bonnes mœurs à cause de la publication d'une photo de femme légèrement vêtue. En avril 2012, Jaber El Majri, professeur d'anglais et Ghazi El Beji, écrivain, sont condamnés à 7ans de prison et à verser une amende de 600 euros pour propagation d'idées anti-islamiques.

Un groupe de salafistes s'est rassemblé dimanche 10 juin devant la galerie Printemps des Arts à La Marsa, un quartier résidentiel dans la banlieue nord de Tunis, en signe de protestation et pour exiger le décrochage d'œuvres jugées insultantes pour l'islam. Une chasse aux sorcières et à 'l'islamiquement incorrect' semble être menée.

Les intellectuels tunisiens soulignent dans un manifeste la dangerosité de la répétition de ces actions répressives et l'urgence de la situation:

«Les agressions contre les intellectuels, les artistes, les universitaires, les acteurs politiques se sont multipliées. 

Des appels au meurtre sélèvent demosquées transformées en lieux de sédition et dactivisme politico-religieux.

Les violations touchant lintégrité des institutions et des personnes nesuscitent ni lintervention de la police, 

qui observe les exactions sans agir

Un prédicateur salafiste proche d'Ennahda, Béchir Ben Hassen, pousse la logique de la diabolisation en l'étendant jusqu'aux opposants politiques:

«Tous ceux qui s'opposent au gouvernement légal, quils sachent quils nedéfendent pas lislam, 

mais cherchent à nuire à la religion et auxmusulmans», déclare-t-il, lors d'un prêche.

Suite et source : Slate Afrique

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
14 juin 2012 02:12

musulmans-dans-le-monde.jpgEn France, on connait la chanson:

« France tu as colonisé, France tu dois laisser les ex-colonisés vivre pleinement leur identité et leur particularisme culturelle (dont un islam visible et prosélyte) ».

Mais comment ce modèle s’adapte t il aux autres pays démocratiques? 

Danemark / Suède / Norvège: Comment font ils avec les Scandinaves, lesquels n’ont colonisé aucun peuple d’afrique? 
L’utilisation abusive de l’antiracisme, permet une islamisation efficace. L’autre faiblesse des scandinaves est leur affliction à la charité et donc une faille dans la cuirasse du christianisme.

En Angleterre, les pakistanais et musulmans en général surfent sur le communautarisme autorisé et les notions d’antiracisme. La critique de l’islam étant assimilée à du racisme. La société anglaise répond au modèle des communautés, les musulmans ont développé de véritables espaces islamiques, dont certains équipés même de tribunaux de la Charia.

Irlande: La piété. Voici un vecteur d’islamisation qui fonctionne bien. En Irlande notamment, puisque la foi fait partie de la vie sociale des irlandais, l’Islam n a donc aucun mal à s’intégrer et à faire son nid. La rancoeur des irlandais vis à vis de l’Angleterre (ex Etat occupant) se transpose sans mal vers la haine d’Israel et dans le soutien à la fumiste cause palestinienne.

Pays Bas: Les Pays Bas sont dans un modèle proche des anglo saxons et subissent donc une islamisation par communautarisme. La présence passée d’hollandais en Afrique arrange bien les militants musulmans. Un forte présence turque et marocaine fait le travail sur place. Le maire de Rotterdam, deuxième ville des Pays Bas est musulman.

Belgique: La Belgique peut devenir un succursale du Maroc. L’islamisation de la Belgique se pratique par le chantage à la culpabilité d’une colonisation passée et par  l’utilisation de la langue française laquelle favorise l’émigration de maghrébins vers la Belgique. L’immigration n’étant pas un facteur négligeable, la Belgique est d’ailleurs très souple dans ses critères de naturalisation. « Mahomet » est le premier prénom au palmarès des prénoms donnés aux nouveaux nés garçons de Bruxelles et ceci depuis plusieurs années. (Voir l’argumentaire de Fouad Belkacem de Sharia4Belgium).

La Suisse: L’un des rares pays encore épargné du fait de son étrange régime politique lié auréférendum populaire. Cela a notamment permis aux suisses de se prononcer contre la construction de minarets. Les musulmans maintiennent une implantation certaine, puisque l’on doit aux suisses les prédicateurs tels que Tariq Ramadan ou son frère pro lapidation Hani Ramadan. Deux suisses de passeports, particulièrement virulents.

France: La France et son bouclier laïque. Cela ne semble pas résister à la pression des urnes. Ainsi la loi de 1905 est en train de subir d’étranges torsions juridiques afin de permettre le financement de lieux de cultes musulmans par le contribuable ( voir le projet de l’Institut des Cultures d’Islam). Les principaux points de pression sont le chantage au racisme et  le passif colonial  de la France.

Espagne: En Espagne les activistes musulmans jonglent entre la plaidoirie autour de l’Andalousie perdue et le regroupement ethnique. La forte implantation de la foi catholique dans la vie espagnole permet à l’Islam de s’implanter. La plupart des musulmans s’établissent dans des régions et s’y cloisonnent. En Espagne on vit séparément les uns les autres. Il n’y a pas, comme en France l’obligation de se mélanger, cependant la mémoire de 800 ans d’occupation arabe laisse une crispation identitaire assez forte chez les espagnols qui appellent encore aujourd’hui les musulmans : Les Maures.

Italie: L’Islam s’implante difficilement en Italie, excepté dans les deux plus grandes villes italiennes. En Italie, même si la religion catholique n’est plus aussi prégnante qu’il y a 40 ans, l’italien se confronte et n’hésite pas à exprimer clairement ses idées. L’italien est considéré comme « intolérant » et refusait en 2010 de donner officiellement le statut de religion à l’Islam. L’Islam reste cependant une religion populaire puisque l’Italie est l’un des premiers pays victime de l’immigration illégale en Europe, en provenance d Afrique noire et du Maghréb.

Autriche: L’histoire nous rappellera que l’Islam a été stoppé à Vienne et qu’afin de célébrer cette victoire, le roi a donné l’ordre aux pâtissiers de créer un met que l’on croquerait jusqu’à aujourd’hui le sourire aux lèvres: le croissant. Ce croissant qui est le symbole du croissant islamique croqué au petit déjeuner, aujourd’hui encore, par une grande partie d’occidentaux. L’Autriche interdit cependant aujourd’hui la critique de l’Islam sur la base de l’interdiction d’offenser les croyants. Ainsi l’Islam évolue plus facilement en Autriche puisqu’il bénéficie du confort balisé par les exigences de l’Eglise.

U.S.A: Malgré les attentats du 11 Septembre, l’Islam avance a grande vitesse sous le gouvernement Obama – lequel prend soin d’interdire l’assimilation d’actions terroristes à Islam, même si elles sont produites par des musulmans se revendiquant du Jihad. La religion est une liberté absolue ainsi le communautarisme et le lobbying favorise l’islamisation. Les activistes musulmans utilisent l’histoire des peuples pour les retourner contre eux,  et aiment donc rappeler aux américains que les « palestiniens seraient les amérindiens du proche orient ».

Australie: Modèle Anglo-Saxon oblige, l’Australie subit une islamisation par communautarisme en provenance du Liban notamment et du Moyen Orient. Même méthode qu’aux Etats Unis, les palestiniens deviennent les aborigènes d’Australie et cela fonctionne.

Le Canada (Quebec): Les activistes musulmans utilisent l’histoire du Quebec afin d’affaiblir l’esprit de vigilance des québécois – notamment en soutenant que le français est la langue de l’oppresseur en rapport avec l’arrivée des français au Canada. Le multiculturalisme aidant à l’enracinement de l’Islam.

IsraëlIsrael subit un triple effet: affaiblissement moral par la culpabilité « coloniale », le fait que la religion soit tolérée permet à l’Islam de s’épanouir et de se communautariser. Cependant le fait qu’Israel soit en guerre contre des pays musulmans, offrent au gouvernement l’obligation de vigilance et résiste aux leviers classiques de l’islamisation: immigration / culpabilisation.

Axel Rehouv

 

Un ex-musulman met en garde contre la duperie des médias sur l’islam

Amil Imani, Américain d'origine iranienne, apostat de l'islam, dénonce la fausse représentation de l'islam par les médias et les pseudo experts à la solde des …

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
13 juin 2012 01:57

la-loi-interdisant-la-dissimulation-du-visage-dans-l-espace.jpgAlors qu’ils se trouvent avenue de l’Europe à La Paillade, dimanche, après être intervenus sur un cambriolage, deux équipages de Police secours aperçoivent une femme intégralement voilée.

C’est à dire recouverte de pied en cap rendant, de fait, toute identification impossible et accompagnée d’une jeune fille voilée mais dont la tenue permet, a contrario, de voir son visage.

Sachant que le fait de se couvrir intégralement est désormais une infraction, les fonctionnaires décident de procéder à un contrôle d’identité, comme ils en ont le droit à l’endroit de tout citoyen se trouvant sur la voie publique.

Mais les choses se gâtent…

La femme entièrement voilée refuse de décliner son identité, tout en indiquant qu’elle n’a aucun papier sur elle. Puis la seconde fait de même. Sur ce, plusieurs personnes, dont des femmes, elles aussi voilées, s’approchent et commencent à empêcher le contrôle, alors que les deux intéressées crient en demandant aux passants de prendre leur défense.

Face à la tournure prise par les événements et alors que plusieurs dizaines de quidams se pressent autour des fonctionnaires, certains extraient, d’autorité, l’une des deux jeunes femmes placée dans un véhicule de police. Quand d’autres font comprendre aux policiers qu’ils ne sont pas ici chez eux et qu’ils n’y font pas la loi.

Au final et après l’arrivée de renforts, les deux jeunes femmes ont pu être finalement identifiées mais ont refusé toute fouille.

Suite et source : Midi Libre

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
13 juin 2012 01:16

mosquee-de-CERGY.jpgLa Grande mosquée de Cergy dont les travaux s'achèvent peut se doter de mensurations imposantes grâce à un double coup de pouce de la mairie socialiste: la mise à disposition du terrain sous forme de bail  emphythéotique et par la garantie de l'emprunt contracté pour son édification. (budget de 3,7 millions d'euros).

 

Profil recherché pour devenir l'imam de Cergy : "connaitre le droit musulman"


Le site internet de la mosquée lance un appel à candidature pour trouver l'imam idéal qui devra répondre à ces exigences :

Diplôme en sciences islamiques d’une école reconnue, des expériences de travail équivalentes

Bonne connaissance du Coran, de la Souna et du droit musulman

Maîtrise de l’arabe et du français et une bonne connaissance de l’anglais serait un plus

Expérience dans l’éducation des enfants

 

Le droit musulman étant incompatible au droit français, la prochaine étape sera logiquement la création de tribunaux islamiques, tout comme au Royaume-Uni où il en existe 85 pour le droit familial en attendant des compétences élargies au droit pénal, commercial et public... 

source : Observatoire de l'islamisation-juin 2012

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
11 juin 2012 02:00

La-guerre-de-religion-a-t-elle-commence.jpgIl serait grand temps que nous nous apercevions -enfin- qu’une nouvelle guerre de religion a éclaté et, cette fois, à l’échelle planétaire.

Les Islamistes massacrent les chrétiens en Egypte, en Irak, aux Philippines, en Indonésie, au Pakistan, au Nigéria, un peu partout.

Malraux avait dit : « Le XXIème siècle sera religieux ou il ne sera pas ». On a bien l’impression que ce siècle qui commence va voir le déchaînement sans pitié d’un Islam renaissant, voulant dominer le monde et faire payer à la civilisation chrétienne les quelques siècles pendant lesquels elle a régné sur la planète.

Cette haine du chrétien dépasse de beaucoup tous les problèmes de la foi. En s’attaquant aux églises, aux prêtres, aux religieuses, aux fidèles, les islamistes veulent abattre la civilisation occidentale, la démocratie, le capitalisme, ce qu’ils appellent le « néo-colonialisme », la parité hommes – femmes, les Droits de l’Homme, le progrès tel que nous le concevons.

Le XXème siècle a été marqué par l’affrontement Est-Ouest, le bloc communiste contre les « Pays Libres ». Marx, Lénine et Staline se sont effondrés d’eux-mêmes sous les incohérences, bien souvent monstrueuses, de leur idéologie. Mais ils ont aussitôt été remplacés par Allah et son Prophète. Le Coran a pris la place du Communisme, le drapeau vert de l’Islam celle du drapeau rouge, les imams prédicateurs des mosquées celle des commissaires politiques.

Le XXIème siècle sera une guerre sans merci car les foules immenses du Tiers-monde islamisé (et des banlieues de nos grandes métropoles) sont autrement plus dangereuses que ne l’ont jamais été les chars du Pacte de Varsovie.

Nous pleurons, avec nos larmes de crocodiles habituelles, les coptes massacrés à Alexandrie et les chrétiens assassinés à Bagdad. Mais nous restons les bras ballants.

Il faut bien dire qu’on voit mal ce que nous pourrions faire. Ce n’est plus guère le temps des croisades et nos dernières expériences en Afghanistan ou en Irak (où nous commençons à regretter la belle époque de Saddam Hussein qui savait, lui, au moins, faire respecter la laïcité baasiste) n’ont pas été très concluantes, c’est le moins qu’on puisse dire.

Il est bien loin le temps où Napoléon III pouvait envoyer un corps expéditionnaire protéger les maronites du Liban que massacraient les Druzes. Mais au moins restons lucides et surtout arrêtons de ressortir une fois de plus la fameuse « repentance » qui nous sert désormais pour maquiller toutes nos lâchetés.

Hier, un imbécile de service nous a longuement expliqué à la télévision que si les islamistes égyptiens massacraient les coptes c’était parce que ces chrétiens de la vallée du Nil étaient « les représentants de l’Occident », les ambassadeurs de la culture européenne , les symboles vivants du capitalisme, du néocolonialisme, du dollar et du coca-cola. En un mot, les ultimes survivants de l’époque coloniale. Autant dire, à l’en croire, que les Islamistes avaient parfaitement raison de vouloir éliminer ces survivances d’un passé détesté.

L’imbécile était, en plus, un inculte.

Les coptes sont les descendants du peuple des pharaons. « Copte » veut dire « Egyptien ». Ils étaient sur les bords du Nil bien avant la conquête arabe et musulmane. S’ils sont plus nombreux au sud, entre Assiout et Assouan, c’est précisément parce qu’ils ont fui les cavaliers conquérants venus d’Arabie. Ils avaient leurs églises bien avant que nous ne construisions nos cathédrales.

On peut d’ailleurs dire exactement la même chose de tous les chrétiens d’Orient qu’ils soient catholiques (de rite d’Antioche, de rite syriaque comme les maronites libanais, de rite byzantin, de rite arménien, de rite d’Alexandrie) ou « non Chalcédoniens » comme les coptes, ou orthodoxes (ayant leur patriarcat soit à Istanbul, soit à Alexandrie, soit à Jérusalem, soit à Damas). Tous sont « chez eux » dans ces pays-là depuis des millénaires, certains parlant encore l’araméen, la langue du Christ. En faire des ambassadeurs de l’Occident, des représentants du capitalisme colonial, est évidemment une absurdité. Même si, en effet, ils sont « de culture Chrétienne ». Mais ils l’étaient avant nous.

Nous ne pouvons rien faire pour les protéger, mais au moins ne les trahissons pas en reprenant à notre compte les accusations odieuses de leurs assassins. Nous pouvons les accueillir, comme nous nous devons d’accueillir tous ceux qui sont persécutés. Beaucoup ont déjà fui leur pays.

Mais, en tous les cas, ne continuons pas à nous boucher les yeux, à parler de «l’amitié islamo-chrétienne », d’un « Islam à l’occidentale», de « la cohabitation harmonieuse des trois monothéismes ».

Soyons intransigeants avec les règles de notre laïcité, mais ne nous laissons entraîner ni vers la stigmatisation ni vers la discrimination (surtout si elle devait être « positive », comme le souhaitent certains), car ce serait, évidemment, faire le jeu des fanatiques.

Aujourd’hui, la grande mode est d’évoquer, d’invoquer à tout bout de champ « les années les plus sombres de notre histoire ». C’est souvent absurde et parfois odieux. Mais s’il y a une leçon qu’il ne faut jamais oublier c’est bien celle de Munich. Churchill avait dit : « Ils ont préféré le déshonneur à la guerre et ils auront les deux ». Il ne faut jamais tenter de pactiser avec ceux qui vous ont déclaré la guerre.

Thierry Desjardins
Journaliste et Reporter, né en 1941,
Directeur général adjoint du Figaro
Auteur d’un nombre considérable d’ouvrages politiques.
Lauréat de l’Académie française.
Prix Albert Londres 1975.
Prix Louis Pauwels , 2000.

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
11 juin 2012 01:21

un-prof-de-religion-islamique-lit-le-Coran-au-lieu-d-appe.jpgUn professeur de religion islamique de l’Athénée royal Uccle a été licencié vendredi dernier car il avait commencé à réciter des versets du Coran au lieu d’appeler l’ambulance alors qu’un de ses élèves avait fait une crise d’épilepsie dans la cour de récréation, rapportent samedi De Standaard et Het Nieuwsblad.

Un autre licenciement a également été décidé récemment au sein de l’Athenée royal d’Anderlecht, où un professeur d’islam avait déclaré qu’il conduirait les étudiants homosexuels devant un imam pour qu’ils se fassent exorciser.

Les deux écoles concernées dépendent de l’enseignement flamand.
Raymonda Verdyck, administratrice déléguée de Go! onderwijs, estime qu’il faut ouvrir le débat sur la question. « Les autorités et les directions d’école doivent pouvoir mener une surveillance de qualité, y compris en ce qui concerne les matières philosophiques », souligne-t-elle. (…)

7 sur 7

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
11 juin 2012 00:47

TUNISIE un converti égorgé Raymond Ibrahim du Gatestone Institute, apporte quelques précisions. Voici ses réponses reçues quelques heures plus tard (réponses qu’il vient de publier surJihad Watch). D.H.

Lors d'une manifestation d'islamistes à Londres : « Décapitez ceux qui insultent l'islam »…

Fait n° 1. Le présentateur de la télé égyptienne [Tawfiq Okasha] qui a récemment diffusé cette vidéo, qui est devenue virale sur la blogosphère arabophone dimanche dernier après que j’ai écrit mon papier, a dit que [l’événement] s’était passé en Tunisie. Effectivement, d’autres, ont dit après que cela s’était passé en Irak, mais de ce que les gens m’ont envoyé sans aucune preuve supplémentaire sinon cette même vidéo – avec seulement un titre qui mentionne l’Irak –, j’incline plutôt a faire confiance à une émission d’informations arabe officielle qu’à mise en ligne anonyme sur Internet sans détails complémentaires.

Fait n° 2. Le narrateur musulman qui parle pendant que l’homme est massacré, cite spécifiquement et condamne continuellement l’« apostasie » – le crime d’abandonner l’islam –, et qualifie l’homme exécuté d’apostat, ce qui veut dire que l’homme est exécuté pour apostasie, un crime capital en islam. (Si le monde n’est pas surpris que l’actuel “gouvernement” d’un pays musulman, l’Iran, s’apprête à exécuter un homme pour le seul fait qu’il se soit converti au christianisme [Raymond Ibrahim fait sans ici allusion au pasteur iranien Youcef Nadarkhani], sommes-nous supposés être surpris quand des bandes erratiques de jihadistes prennent sur elles d’exécuter les apostats qui leur tombent sous la main ?)

Fait n° 3. Le narrateur musulman cite et condamne spécifiquement al-mushrikin [les païens] et qualifie l’homme exécuté de mushrik – c’est-à-dire de polythéiste –, de fait, il le traite de mushrik murtadd un « apostat du polythéisme ». Les salafistes et les islamistes se réfèrent constamment aux chrétiens comme des polythéistes car ils « associent » Jésus à Dieu. (Certes, d’autres religions sont considérées polythéistes dans l’islam comme l’hindouisme, mais on n’a jamais entendu parler de musulmans du Moyen-Orient qui se soient convertis à l’hindouisme, alors que les conversions au christianisme sont récurrentes.)

Fait n° 4. Mes contacts au Moyen-Orient, dont beaucoup ont vu ou entendu parler de nombreux cas de cette sorte, sont tous sûrs qu’il a été tué pour s’être converti au christianisme.

Fait n° 5. Les apologistes musulmans nient toujours tout ce qui donne une mauvaise image de l’islam et ils tenteront, bien sûr, de contourner au mieux cette vidéo en faisant passer la victime pour l’agresseur : c’est un « traître », c’est un espion…, exactement de la même manière que le régime iranien après avoir déclaré sans équivoque que le Pasteur Nadarkhani devait être exécuté pour s’être converti au christianisme, a commencé à faire marche arrière et déclare : “Non, en fait nous allons l’exécuter parce qu’il est un espion sioniste, un extorqueur, etc.”

        la vidéo : http://www.citoyens-et-francais.fr/article-tunisie-un-converti-au-christ-egorge-en-tunisie-106418857.html

source : http://www.christianophobie.fr/breves/egorgement-rituel-dun-converti-chretien-de-nouvelles-precisions-2

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
10 juin 2012 01:05

ON-NE-DIT-PAS-TOUT-AUX-FRANCAIS.jpgPourquoi s'intéresser au récit de la création dans la Bible et dans le coran ?   «Deux conceptions de la divinité et de la création s’opposent, celle de la Bible et celle du coran. Chacune d’elle conditionne la perception que l’être humain a de lui-même. (…) Et ces deux conceptions sont au cœur du conflit qui oppose l’islam à l’Occident»,  explique Hélios.

Certains lecteurs musulmans se plaisent à nous lancer des défis, leur démarche vise à « prouver » la supériorité du coran sur la Bible et par le fait même la supériorité de l’islam sur le judaïsme et le christianisme.


Le temps et l’énergie qu’ils y mettent nous incitent, non à soutenir avec eux la polémique, mais à les inviter à réfléchir en mettant à leur disposition les avancées que l’étude et l’exégèse scientifiques ont permis de découvrir au sujet des écritures.

Un lecteur musulman, en guise de commentaire sur ma dernière chronique intitulée Christianisme et islam l’histoire et le mythe, prétend que mon article contient «beaucoup d’inexactitudes ». Sans indiquer lesquelles et sans aborder le sujet de la chronique, il s’est lancé dans une longue dissertation sur  la création de l’homme et de la femme, telle que relatée dans le livre de la Genèse ; il a comparé le texte biblique avec les versets du coran qui traitent du même sujet, et a tiré comme conclusion, que la conception judéo-chrétienne de la création d’Adam et Ève donne le mauvais rôle à la femme, créant ainsi une inégalité par rapport à l'homme, et que sur ce point le récit du coran se montre bien plus égalitaire.

En guise de mise au point il est utile de mentionner que la Genèse a été écrite plus d’un millénaire avant le coran, elle constitue par conséquent la source principale, voire l’unique source du coran en ce qui concerne le récit de la création de l’homme et celui du péché originel. Ce récit est jugé historiquement véridique par une infime minorité de juifs et de chrétiens mais l’immense majorité des musulmans y croit dur comme fer.

Le fait est que pour un musulman le coran est la parole incréée de Dieu (Allah), il s’ensuit que pour lui tout ce qui dit le coran est littéralement vrai. Les juifs et les chrétiens de leur côté savent que la Genèse n’est pas un livre historique au sens moderne du terme, qu’il ne s’agit nullement de la parole de Dieu, mais d’un récit à valeur symbolique, écrit par un auteur inspiré qui cherchait, intuitivement et en se basant sur les connaissances de son temps, à explorer le mystère de l’existence et celui de la condition humaine.

Nos ancêtres croyaient littéralement à Adam et Ève, c’est que la science en leur temps ne leur offrait aucune explication sur l’origine du monde et l’apparition de l’être humain sur terre. Adam et Ève font désormais face à la science, la paléontologie et l’anthropologie nous ont apporté la preuve que l’homme est le produit d’une évolution qui s’est déroulée sur des centaines de milliers d’années.

Vu sous cet angle, le récit de la création a-t-il encore une signification pour nous?

Appréhender objectivement le récit de la Genèse nous oblige de tenir compte du contexte culturel de son époque. Pour exprimer sa vision l’auteur s’est servi des « outils » intellectuels et culturels de son temps, or ils étaient très limités. Le niveau d’abstraction qu’exige un tel effort de la pensée n’étant pas disponible, il a fallu recourir à des images et à des symboles dont la puissance d’évocation était considérable pour les gens de cette époque.

Trois mille ans nous séparent des premiers lecteurs de la Genèse , notre contexte culturel est radicalement différent, mais il nous est malgré tout possible de comprendre son message. Fait à noter, tous les systèmes religieux antiques ont élaboré des récits de la création, il était donc normal que le monothéisme juif se dote lui aussi d’un récit équivalent. En l’absence de faits historiques avérés ces récits devaient par la force des choses avoir un caractère mythique prononcé. Mais il y a des éléments qui placent la Genèse dans une classe à part, le premier est la ressemblance entre l’être humain et la divinité, le second concerne le lien qui unit l’homme et la femme, le troisième concerne le rôle que la connaissance, l’expérience et la morale jouent dans la destinée humaine.

Au verset 27 du premier chapitre de la Genèse on peut lire :

«Dieu créa l’homme à son image

À l’image de Dieu il le créa

Homme et femme il les créa»

Dans l’antiquité les divinités étaient conçues à l’image (physique et psychologique) de l’homme, l’anthropomorphisme était donc la règle. L’originalité du monothéisme juif est d’avoir conçu l’homme à l’image de Dieu ; or Dieu est esprit et il est totalement libre. On en déduit que Dieu a voulu que l’être humain (homme et femme) soit libre et qu’il ait une dimension spirituelle. Dieu est infiniment bon, sa bonté (son amour) se reflète dans sa création selon la formule consacrée : « Et Dieu vit que cela était bon ». Aucun but n’est assigné à la création, à celle de l’homme en particulier, elle est un acte gratuit, un don du créateur. L’amour de Dieu c’est aussi sa liberté.

Cette vision proprement philosophique de l’homme en tant qu’être libre et doté de dignité conditionnera l’histoire de l’humanité jusqu’à nos jours. C’est en opposition à cette vision que l’islam s’est structuré comme on pourra le constater plus loin.

Aux versets 23 et 24 du second chapitre de la Genèse , en présence d’Ève, Adam déclare ce qui suit :

«…C’est l’os de mes os

Et la chair de ma chair !

Elle sera appelée  femme…

C’est pourquoi l’homme quitte son père et sa mère et s’attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair.»

Dans ce passage le couple homme-femme est consacré en tant qu’unité sociale autonome et indépendante de la grande famille et du clan. C’est dans le cadre du couple homme-femme que l’être humain est vraiment libre. Mais la liberté ne peut s’exercer en l’absence d’égalité, c’est pourquoi femme et homme sont décrits comme égaux, partageant les mêmes os et la même chair. Mais le sens des versets est encore plus profond, l’homme et la femme deviennent une seule chair, ils sont libres et unis dans l’amour ; c’est en cela qu’ils sont à l’image de Dieu. Le couple primordial qui constitue en même temps la première cellule sociale devient par conséquent l’ancêtre et le prototype de la société humaine, société qui repose sur la liberté individuelle, sur l’égalité de tous ses membres et sur l’amour (ou la fraternité) qui les unit.

Au verset 25 on peut lire ceci :

«Or tous deux étaient nus, l’homme et sa femme,

Et ils n’avaient pas honte l’un devant l’autre.»

Nudité physique, mais aussi innocence ou nudité morale. La femme et l’homme n’ont rien à se cacher, leurs rapports sont exempts d’intentions inavouables, source de honte et de culpabilité. La société humaine dont ils sont le prototype idéal, est transparente parce que bâtie sur l’amour et sur la liberté d’être soi-même, non sur le rapport de force.

Les deux premiers chapitres de la Genèse plongent le lecteur dans une atmosphère de « paradis terrestre », c’est en quelque sorte l’Âge d’Or qui a disparu mais c’est, également ou même davantage, une vision idéalisée de l’existence, où la nature, l’être humain et Dieu sont en totale harmonie. L’humanité ne cessera d’espérer le retour de cet Âge d’Or, soit sur cette terre ou dans l’Au-delà.

Mais le troisième chapitre de la Genèse nous ramène dans la « vraie vie », celle où la liberté de l’homme est exercée à son détriment.

De par son statut de créature, l’être humain ne pouvait prétendre à la perfection bien qu’il ait été fait à l’image de Dieu. Mais il a été créé libre, libre de vivre dans l’amour et libre de s’en éloigner. L’interdiction de manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal n’est pas un tabou que Dieu a imposé arbitrairement, mais plutôt un appel à l’homme de ne pas rompre avec l’amour de Dieu. Soulignons tout d’abord que connaissance signifie expérience dans le sens biblique du terme ; manger le fruit défendu c’est donc faire l’expérience du bien et du mal, c’est aussi entrer de plain-pied dans la condition humaine*.

Cette histoire du fruit défendu c’est fondamentalement la volonté de l’être humain d’imposer une conception du monde et une morale qui émanent de lui, l’homme s’établit soi-même comme référence, il devient en quelque sorte son propre dieu. Le « péché d’orgueil et d’égoïsme » découle du sentiment de manque et d’impuissance. S’il ne ressentait pas à ce point sa faiblesse et ses limites, l’homme n’aurait pas cherché à « s’ouvrir davantage les yeux et à être comme un dieu qui connaît le bien et le mal » (Genèse chapitre troisième, versets 5). Les conséquences du péché (originel) sont catastrophiques : le couple primordial, ou plutôt la société symbolisée par ce couple, perd son unité et sa solidarité, tous ses membres sont responsables mais tous s’empressent de nier leur responsabilité. Ils perdent ainsi leur innocence et découvrent la honte et le sentiment de culpabilité.

 La « chute» de l’homme est donc la conséquence du péché librement choisi. La condition humaine est tributaire de ce péché, l’homme et la femme souffrent par conséquent quand ils choisissent de se détourner de l’amour (divin et humain) préoccupés comme ils sont de leur propre manque qu’ils cherchent à compenser en flattant et en nourrissant leur égo.

Quand on réfléchit sur le sens réel du récit de la création dans la Genèse ont comprend pourquoi une lecture littérale, pour ne pas dire littéraliste du texte amène à des conclusions erronées. L’erreur est aggravée quand les passages les plus importants sont ignorés ou occultés comme le font dans leurs commentaires certains musulmans.

En ce qui concerne le coran, son récit de la création de l’homme est tiré directement de la Genèse, on y trouve sensiblement les mêmes éléments à l’exception de ceux qui vont à l’encontre de la doctrine hérétique promue par ses auteurs. Allah n’a pas créé l’homme à son image, Ève n’est pas la chair de la chair d’Adam, l’homme ne quitte pas ses parents pour s’attacher à sa femme et tous les deux ne deviennent pas une seule chair, l’arbre au fruit défendu n’est pas décrit comme l’arbre de la connaissance du bien et du mal. En dépouillant le récit de la création de ses éléments essentiels, le coran l’a vidé de son sens profond. Le « péché » d’Adam et d’Ève n’est alors que la transgression d’un interdit sans que l’on comprenne pourquoi Allah en a décidé ainsi. Dans le coran, et plus tard dans l’islam, le péché ou plutôt l’injustice c’est de ne pas se soumettre à un ordre d’Allah.

Du fait que le coran est réputé être la parole d’Allah, le récit de la création et du premier péché est considéré comme littéralement véridique par les musulmans. Pour eux Adam et Ève ont vraiment existé et ils ont vraiment mangé le fruit défendu. Or ce récit est proprement mythique comme on l’a vu plus haut, sa récupération relève du plagiat, et ce fait constitue pour les musulmans lucides une preuve supplémentaire de l’origine bien terrestre du coran.

Mais on comprend mieux pourquoi les auteurs du coran ont retranché les versets de la Genèse que j’ai cités plus haut, c’est que ces passages mettent en relief la dignité de l’homme et de la femme en tant qu’êtres créés à l’image de Dieu et donc jouissant du libre arbitre. Mais il y a plus, les mêmes auteurs n’admettent pas que la création est un don gratuit de Dieu ; pour eux l’être humain a été créé dans un but précis, celui d'adorer Allah et de se soumettre à ses décrets, c’est sa raison d’être et il n’y en a pas d’autres. L’homme n’est pas libre, il est l’esclave d’Allah, s’il est observant il sera récompensé dans ce monde et dans l’autre, mais s’il est transgresseur il sera sévèrement puni. Allah seul est libre, l’homme quoiqu’il fasse ne le fait  pas par choix, car il est écrit dans le coran : « Allah guide qui il veut et égare qui il veut ». L’arbitraire d’Allah c’est aussi sa liberté.

Aux yeux d’Allah l’humanité se divise entre croyants et mécréants, entre observants et transgresseurs, entre maîtres et esclaves, entre hommes et femmes; il n’y a pas d’égalité entre les humains. La promesse théorique d’une récompense et la menace d’un châtiment dans l’autre monde, sans distinction de sexe ou de statut social n’est pas en soi  une preuve de l’égalité des sexes ou de l’égalité des maîtres et des esclaves aux yeux d’Allah. L’apparente égalité des chances pour le paradis ou pour l’enfer n’enlève absolument rien à l’inégalité foncière prescrite par Allah.

S’adressant aux hommes Allah a dit : « les femmes sont vos champs de labour, labourez vos champs quand et comme il vous plaira » (sourate II verset 223). Ce verset fait de la femme l’esclave sexuelle de son mari, elle est tenue de se plier à ses désirs et à ses caprices d’ordre sexuel n’importe quand et n’importe où : «fut-ce sur le dos d’un chameau»; faute de quoi elle sera accusée de transgression de la loi divine : «les anges à son chevet la maudiront du soir jusqu’au matin», et elle méritera d’être châtiée dans ce monde et dans l’autre.

Dans un autre verset du coran on peut lire : «  les hommes sont supérieurs aux femmes (littéralement : dominants sur les femmes) du fait qu’Allah accorde sa préférence à ceux-là par rapport à celles-ci… » (sourate IV verset 38). Dans ce verset Allah exprime une nette préférence aux hommes qu’il place en position de domination sur les femmes. Plus loin il dit en s’adressant aux maris : « … et si vous craignez qu’elles (les femmes) se montrent rebelles, admonestez-les, ne partagez pas leur couche et battez-les, mais si elles se soumettent ne vous en prenez plus à elles ». La femme qui se rebelle contre sa condition doit par conséquent s’attendre à vivre l’enfer jusqu’à ce qu’elle se soumette. Allah ne s’embarrasse pas de savoir si la femme a une raison légitime de se rebeller, dans ce passage du coran, la femme est dans son tort de par sa condition de femme et d’inférieure, de la même façon que l’homme est dans son droit du fait qu’il est homme et qu’Allah lui donne la préférence et le pouvoir.

Quand il bat et humilie sa femme, l’homme ne commet pas de transgression, il exerce son droit et s’acquitte de son devoir de mari musulman. La femme battue et humiliée pour s’être rebellée contre sa condition est réputée avoir commis une injustice. Au jugement dernier, l’action de l’homme sera inscrite à son actif, celle de la femme sera inscrite à son passif.

Conclusion

Deux conceptions de la divinité et de la création s’opposent, celle de la Bible et celle du coran. Chacune d’elle conditionne la perception que l’être humain a de lui-même.

Dans la Bible, Dieu est amour, sa liberté s’exprime par l’amour. L’homme est à l’image de Dieu, il est libre. Le péché de l’homme est un manquement à l’amour, par le péché l’homme s’éloigne librement de l’amour de Dieu mais il demeure libre d’y revenir.

Dans le coran, Allah est la toute puissance, sa liberté s’exprime par l’arbitraire. L’homme est l’esclave d’Allah, il n’est pas libre. Le péché de l’homme est l’insoumission à Allah, mais l’homme ne sait pas que son insoumission est voulue (téléguidée) par Allah, et qu’il n’y est vraiment pour rien. 

Et ces deux conceptions sont au cœur du conflit qui oppose l’islam à l’Occident.

 

* Cette condition humaine est celle qui est décrite aux versets 16 à 19 du troisième chapitre de la Genèse , elle est la conséquence directe du péché; ou, plus précisément, ce sont la perception qu’a l’homme de sa condition (humaine), et sa réaction face à elle qui sont intimement liées au péché.  

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
10 juin 2012 00:22

soeur-agnes-Syrie.jpgLes Chrétiens d’Irak, d’Egypte, de Syrie….du Liban bientôt, ils s’enfuient des territoires gérés par les arabo-musulmans….Voici le témoignage de Mère Agnès Mariam de la Croix.

Les massacres de Bachar, l’opposition divisée, les groupes de djihadistes qui affluent, l’Iran et la Russie qui livrent des armes, les pays du Golfe aussi, les milices chiites qui oeuvrent sur le terrain. Un cocktail explosif !

 

Lire aussi : Syrie : décrétée nouvelle terre de Djihad

Chrétiens de Terre Sainte/Vidéo : un massacre de chrétiens a été évité de justesse à Taybeh en Judée-Samarie

Arabie Saoudite :Fatwa pour la destruction des églises : Le silence d’Obama

Alors que les médias occidentaux refusent volontairement d’en parler, les chrétiens du Moyen-Orient font aujourd’hui l’objet d’une persécution sans précédent par les musulmans qui cherchent à les éradiquer de cette région du monde. Les musulmans se réfèrent à une parole de leur prophète mahomet prononcée au 7eme siècle : il a déclaré que deux religions ne peuvent coexister sur la péninsule arabique. En clair cela signifie que l’islam doit régner en maître dans la région. Et cette parole est aujourd’hui reprise au pied de la lettre par les chefs musulmans. Le grand Mufti d’Arabie Saoudite a récemment déclaré une fatwa (règle religieuse islamique) sur l’obligation de détruire toutes les églises catholiques de la péninsule arabique ! La fatwa a jusque là été tenue sous silence par les médias occidentaux… Mais il y a un endroit au Moyen-Orient où les chrétiens sont protégés, c’est Israël. « Ce à quoi nous avons à faire face aujourd’hui et c’est l’un des grands problèmes dont les médias refusent de parler, c’est la persécution massive, le massacre et le nettoyage des chrétiens dans le monde musulman » déclare Cliff May président de la fondation « Défense de la démocratie ». Vidéo en fin d’article


Animé par Céline Galipeau sur Radio-Canada

Note Après avoir été informé de la persécution des chrétiens de Syrie par les islamistes qui cherchent à renverser Bachar Al Assad, le journaliste Luc Chartrand de Radio-Canada s’obstine à nier que l’opposition syrienne soit contrôlée par les islamistes. Chartrand n’a pas su tirer les leçons des persécutions similaires qui se sont intensifiées contre les chrétiens d’Égypte et d’ailleurs dans la région depuis le déclenchement du soi-disant printemps arabe.

Mère Agnès Mariam de la Croix Les chrétiens se sentent tous pour la première fois, durant les évènements, la cible de la violence.

Céline Galipeau

Parmi les nombreuses voix que l’on n’entend pratiquement pas depuis le début de cette crise il y a celle des Syriens qui, sans nécessairement soutenir le président Al Assad, craignent encore davantage l’opposition et parmi eux beaucoup de chrétiens qui comptent pour 8% de la population.

Céline Galipeau

Ils craignent qu’un régime islamiste ne succède un jour au régime Al Assad. Lors de son récent séjour dans la région, Luc Chartrand a rencontré l’une des principales voix de la communauté chrétienne de Syrie, Mère Agnès Mariam de la Croix.

Luc Chartrand

Pendant des mois, notre équipe a tenté sans succès de se rendre dans ce monastère chrétien de Syrie situé dans le diocèse de Homs.

Luc Chartrand

Comme les portes du pays nous sont restées fermés, les membres de cette communauté ont filmé eux-mêmes pour nous leur célébration de Pâques.

Mère Agnès Mariam de la Croix

Les personnes qui sont là… elles sont des personnes convaincues. Elles avaient la possibilité de partir. Nous avons tous décidé de rester et ça ne veut pas dire que nous ne sommes pas conscients quant au danger encouru.

Luc Chartrand

Comme il nous était impossible d’entrer en Syrie Mère Agnès Mariam de la Croix, fondatrice de la communauté, est venue nous trouver dans le pays voisin au Liban.

Luc Chartrand

Elle est porteuse d’un message : les chrétiens de Syrie sont menacés selon elle non pas par le régime de Bachar Al Assad mais plutôt par certaines factions de l’opposition.

Mère Agnès Mariam de la Croix

J’ai rencontré des familles, dont le père ou le frère ou l’époux ont été la cible directe de la répression islamiste et nous avons reçu dans notre monastère les caravanes de réfugiés sortant de Al Qusayr et allant vers Damas pour trouver un abri.

Luc Chartrand

La Syrie recense une douzaine d’églises chrétiennes qui comptent parmi les plus anciennes du monde et qui ont conservé des rites qui remontent aux sources de la chrétienté.

Luc Chartrand

Dans cette région de Syrie appelée la vallée des chrétiens, ils auraient été ciblés à cause de leur appartenance religieuse. L’armée syrienne pourtant accusée de massacrer la population est vue par les chrétiens comme une force protectrice.

Mère Agnès Mariam de la Croix

On se demande pourquoi l’armée n’était pas à Qusayr… Elle était là mais elle n’était pas en force et donc une grande partie de la population a été massacrée.

Mère Agnès Mariam de la Croix À Homs, une partie de la population a été massacrée. On voudrait me dire qui l’a massacrée. Je dis, je ne sais pas. Ce sont des bandes armées affiliées… qui se disent affiliées à l’opposition. Est-ce que l’opposition prendra la responsabilité de ces massacres ?

Luc Chartrand Est-ce que les chrétiens de Syrie paient aujourd’hui le prix pour leur soutien à Bachar Al Assad ?

Mère Agnès Mariam de la Croix

C’est trop dire d’un soutien. Les chrétiens n’ont pas de quoi soutenir un régime, vous voyez. Les chrétiens ont pris une position plutôt prudente par rapport à ce que nous avons… ce qu’on appelle la révolution, l’opposition syrienne. Car très vite cette opposition est devenue islamisée.

Luc Chartrand

La ville catholique de Zahlé au Liban est devenue le refuge de nombreux chrétiens qui ont fui la Syrie. L’évêché en recense quelques 200 dans la ville. Ce sont des victimes, dit l’évêque, des salafistes, les islamistes radicaux membres de l’opposition à Homs.

Mgr Issam Darwiche, archevêque de Zahlé

Ils ont occupé toutes les maisons des chrétiens. Ils ont chassé les chrétiens, même les familles qui étaient opposées au régime. Ils ont chassé tous les chrétiens de Homs, la région de Homs et occupé leurs maisons. Ils ont pris leurs biens.

Luc Chartrand

Sœur Agnès nous conduit chez quelques-uns de ces réfugiés. L’arrivée de journalistes déclenche chez eux de véritables mouvements de panique.

Luc Chartrand

Certains viendront tout de même nous parler. Le visage caché, loin des regards, à l’abri des murs de l’évêché.

Une réfugiée

Les gens sont terrorisés. Ils ont vu des chrétiens massacrés sous leurs yeux. Ils ne veulent pas parler.

Luc Chartrand

Pourquoi les gens ont peur même ici au Liban ? Réfugiés ici, pourquoi vous avez peur de nous parler ?

Autres réfugiés (Traduction sous-titrée) La parole est d’argent et le silence est d’or.

Mère Agnès Mariam de la Croix

La réalité sur le terrain était au commencement une réalité innocente. Nous étions tous d’accord pour demander, pour que le peuple, et les représentants du peuple et les opposants demandent la démocratie, la liberté, l’égalité, la fin du régime totalitaire c’est-à-dire ce que tout le monde sait, voyez ? Ça oui. Mais, petit à petit insensiblement ça a tourné, ça a mal tourné, je le dis.

Luc Chartrand

La révolution démocratique en Syrie serait-elle en train de devenir une révolution islamiste comme le prétend le régime ?

Mère Agnès Mariam de la Croix

Ce qui se passe sur le terrain et il faut être vraiment myope pour ne pas le voir, il y a une confessionnalisation extrêmement grave du conflit.

Luc Chartrand

Partout dans le Moyen-Orient actuel les chrétiens subissent les contrecoups des crises. Après l’exode des chrétiens d’Irak dans les années 2000, ceux d’Égypte ont été l’objet d’attaques en règle à l’automne dernier. Le printemps arabe prend pour eux l’allure d’un orage menaçant.

Mère Agnès Mariam de la Croix

L’Orient est en train de se vider de ses chrétiens… qui a déjà était une minorité à cause de ce… On a appelé cela le printemps arabe, moi je l’appelle chaos.

Luc Chartrand Pour Mère Agnès comme pour bien des chrétiens de Syrie, armer l’opposition serait le pire des scénarios, la promesse d’une véritable guerre interconfessionnelle.

***   ***   ***   ***   ***

Céline Galipeau et Luc Chartrand (en studio)

Mieux qu’on comprend tout à fait les inquiétudes des chrétiens… Mais on ce qu’on en est vraiment rendu à une guerre interconfessionnelle ?

Luc Chartrand

Faut nuancer ça Céline. Oui il y a des chrétiens qui ont été attaqués ou qui ont été tués à cause de leur appartenance religieuse ou communautaire. Oui il y a des éléments radicaux islamistes parmi l’opposition syrienne mais est-ce que c’est l’essence de l’opposition syrienne ? On peut en douter.

Luc Chartrand

À l’origine, c’était un mouvement massif, démocratique et pacifique. Il y a eu une répression, il y a eu, oui, une radicalisation de l’opposition et donc, oui, il y a un risque que ça dégénère.

Céline Galipeau

Vous avez rencontré des réfugiés en Turquie, à la frontière avec la Turquie, vous en avez rencontré à l’intérieur même de la Syrie et qu’est-ce qu’on vous disait ?

Luc Chartrand

Il n’y en a pas un que j’ai rencontré qui se disait militant religieux contre le régime de Bachar Al Assad. Ces gens-là, quand je leur demandais est-ce qu’il y avait parmi vous ou à côté de vous des islamistes radicaux en Turquie ils disaient tous non. Donc, les gens qui se sont réfugiés en Turquie et au Liban majoritairement c’est pas des gens qui menaient contre Bachar Al Assad une guerre de religion, pas du tout.

Céline Galipeau Enfin c’est une situation extrêmement complexe alors on va continuer de la suivre, merci Luc.

pointdebasculecanada - israel-flash - europe-israel - revoltes-en-europe

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
9 juin 2012 01:50

mosquee-argenteuil.jpgLe Parisien du 7 juin -édition Val d'Oise, titre : "Guerre ouverte à la mosquée Dassault", nom de la mosquée Assalam dirigée par une association marocaine située en face d'une usine Dassault.

Cette mosquée, bien qu'ayant été dirigée pendant 10 ans par "Ali l'Irakien",salafiste assigné à résidence dans le sud de la France pour incitation au djihad, est toujours en activité...

Voici ce que rapporte Le Parisien (extrait):

"Ambiance électrique au sein de la mosquée Dassault, à Argenteuil. C'est même la guerre ouverte à un mois et demi du ramadan, entre la direction de l'association marocaine et ses trois imams. Ces derniers ont été licenciés après avoir accusé les dirigeants du centre socioculturel Assalam d'incompétence et de malversations.

Dimanche dernier, vers 23 heures, les policiers d'Argenteuil franchissent le seuil de la mosquée Dassault. Appelés par les dirigeants, ils doivent ramener le calme parmi les fidèles qui s'invectivent. Un peu plus tôt, l'imam Abou Omar était revenu malgré son licenciement, accompagné de plusieurs dizaines de fidèles pour investir les locaux. Une centaine de personnes environ se sont ainsi retrouvées face à la police et se sont opposées.

Ce même épisode s'est déjà produit plusieurs fois auparavant (...) Derrière ce conflit de pouvoir interne, l'imam réclamant d'entrer dans la direction de la mosquée, c'est une éventuelle manoeuvre salafiste qui inquiète la communauté. Le prédécesseur d'Abou Omar, Ali l'irakien, en fonction pendant dix ans avant d'être assigné à résidence dans le sud de la France, était clairement de cette mouvance extrémiste".

 

source : http://www.islamisation.fr/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
9 juin 2012 00:18

Allemagne-des-islamistes-menacent-les-allemands.jpgDeux vidéos qui paraissent surréalistes montrent des islamistes radicaux manifester contre la liberté d’expression et menacent de combattre les allemands si l’Islam était critiqué…

Partout en Europe de l’Ouest, la poussée des islamistes radicaux se fait sentir. Ils deviennent de plus en plus visibles et entreprenants et de plus en plus déterminés à imposer leur vision du monde. 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
8 juin 2012 01:46

islam-belge.jpgL’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM) en Belgique a relevé vendredi dernier le niveau de vigilance à Molenbeek en raison des échauffourées qui ont éclaté jeudi et vendredi soir dans la commune, a indiqué mardi André Vandoren, directeur de l’OCAM. Le niveau de vigilance est ainsi passé de 2 (niveau moyen) à 3 (niveau grave) sur une échelle qui en compte quatre.

« Je crois qu’à partir du moment où on a été confronté aux événements qui ont eu lieu, et certainement avec certains appels par le porte-parole de Sharia4Belgium de venir à Molenbeek pour manifester, et pas de façon pacifique, je pense qu’il était absolument normal qu’on remonte le niveau d’alerte. A partir du moment où nous avons élevé l’alerte au niveau 3 sur 4 niveaux, il est certain que nous transmettons cela au centre de crise qui adapte le dispositif au point de vue policier et de manière à savoir répondre à toutes les menaces qui peuvent se préciser », a indiqué André Vandoren, directeur de l’OCAM. [...]

RTL.be

 

Addendum 2/06/12 :

« Si vous n’acceptez pas les musulmans et la Charia qui va vous dominer, déménagez ! Vous pouvez partir avec tous les mécréants au pôle Nord ou ailleurs. Ou vous acceptez, ou bien vous vous tirez, c’est très simple. » Fouad Belkacem

 Mohamed Sifaoui : L’extrémisme religieux comme l’extrême-droite, «ne devraient pas être tolérés dans une démocratie»

Mohamed Sifaoui, journaliste, écrivain et réalisateur franco-algérien spécialisé dans l’islamisme posait dans l’émission « L’essentiel » de Philippe Callet sur Bel RTL la question : « Pourquoi Sharia4Belgium n’est pas encore interdit en Belgique ?».

«Qu’ils s’expriment au nom de l’extrême droite telle que nous la connaissons ou au nom de l’intégrisme religieux, ce discours haineux extrémiste est inacceptable et les grandes démocraties, les politiques modérés, se doivent de réaffirmer ces principes qui sont à mes yeux non discutables et non négociables.»

RTL.be

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
8 juin 2012 00:21

la-vierge-de-maaloula-syrie.jpgASIE/SYRIE - Déclarations d’un Evêque gréco catholique à propos de « la désolation de la ville d’Homs et de la guerre de l’information »

Damas (Agence Fides) – « La paix en Syrie pourrait être sauvée si tous disaient la vérité. Après un an de conflit, la réalité sur le terrain est loin du cadre qu’impose la désinformation des moyens de communication de masse occidentaux » : c’est ce qu’affirme, dans un témoignage envoyé à Fides, l’Evêque français Philippe Tournyol Clos, Archimandrite gréco catholique melkite qui a visité ces jours derniers la Syrie, se rendant dans différentes villes, telles que Damas, Alep et Homs.
A Homs, qualifiée de « ville martyr », les forces d’opposition ont occupé deux quartiers, Diwan Al Bustan et Hamidieh, où se trouvent toutes les églises et les Evêchés raconte à Fides l’Archimandrite. « Le spectacle qui s’offre maintenant à nos yeux – continue-t-il – est celui de la plus absolue désolation : l’église de Mar Élian est à demi détruite et Notre-Dame de la Paix saccagée (près de laquelle on a trouvé plusieurs personnes égorgées) est encore occupée par les rebelles. Les maisons, très endommagées par les combats de rue sont entièrement vidées de leurs habitants qui ont fui sans rien emporter ; le quartier d’Hamidieh constitue encore aujourd’hui le refuge inexpugnable de bandes armées indépendantes les unes des autres, fournies en armes lourdes et en subsides par le Qatar et l’Arabie Saoudite.

Tous les chrétiens (138’000) ont pris la fuite jusqu’à Damas ou au Liban ; ceux qui n’y avaient pas de parents se sont réfugiés dans les campagnes avoisinantes, chez des amis, dans des couvents, jusqu’au Krak des Chevaliers. Un prêtre y a été tué ; un autre, blessé de trois balles dans l’abdomen, y vit encore ainsi qu’un ou deux autres, mais ses cinq évêques se sont prudemment réfugiés à Damas ou au Liban ».
Le Prélat continue : « Dans la capitale, ce que l’on appréhende le plus sont les voitures piégées et les attentats à la bombe, la plupart du temps, le fait de kamikazes alléchés par l’appât du gain, le désir du paradis d’Allah, ou bercés du rêve sunnite de la fin des alaouites au terme de 40 ans de règne. Actuellement, on tente une déstabilisation sanguinaire et systématique du pays par des aventuriers qui ne sont pas syriens. Cette information, qui va à l’encontre des journaux et des reportages télévisés, l’ex-ambassadeur de France, Éric Chevallier, n’avait eu de cesse de la faire entendre alors que de nombreuses informations continuent à être falsifiées afin d’alimenter la guerre contre la Syrie » dénonce l’Evêque à Fides.

A Damas, au cours de ces dernières semaines, ont été enregistrés de terribles attentats ayant fait 130 morts (dont 34 chrétiens), 400 blessés et ayant endommagé de nombreuses maisons. « La consternation est générale, le chagrin indescriptible et les nombreuses funérailles déchirantes » note l’Archimandrite, rappelant que le peuple syrien est un peuple simple et joyeux. A propos des chrétiens, l’Evêque déclare : « Les chrétiens vivent en paix, partageant les souffrances de tous mais ils sont prêts à admettre de ne s’être jamais senti aussi libres par le passé et à rappeler la plaine reconnaissance de leurs droits de la part de l’actuel gouvernement ».
 

Mgr Philippe Tournyol Clos raconte la clef de lecture de responsables chrétiens et musulmans syriens, qui affirment : « Les ennemis de la Syrie ont enrôlés les Frères Musulmans dans le but de détruire les relations fraternelles qui existaient depuis toujours entre les musulmans et les chrétiens. Pourtant, à ce jour, ils n’y sont pas parvenus : ils ont même provoqué une réaction contraire et rapproché comme jamais auparavant tant les communautés que les individus ».

Les militaires syriens continuent à se trouver face à des combattants étrangers, mercenaires libyens, libanais, militants des Etats du Golfe, afghans, turcs. « Les militants sunnites salafistes – déclare l’Evêque – continuent à perpétrer des crimes sur les civils ou à recruter des combattants de force. Les extrémistes fanatiques sunnites combattent avec orgueil une guerre sainte contre les alaouites. Lorsque des terroristes veulent vérifier l’identité religieuse d’un suspect, s’il se dit chrétien, ils lui font réciter le Je crois en Dieu et le laissent partir. S’il se dit ismaélite, il lui est demandé de donner les généalogies qui remontent à Moïse. S’il se dit sunnite, ils exigent qu’il récite une prière dont les alaouites, eux, ont retiré un passage. Les alaouites n’ont aucune chance de s’en tirer vivant ».

 

(PA) (Agence Fides 04/06/2012)

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
7 juin 2012 00:29

l-Islam-doit-detruire-les-eglises-chretiennes.jpg

Alors que les médias occidentaux refusent volontairement d’en parler, les chrétiens du Moyen-Orient font aujourd’hui l’objet d’une persécution sans précédent par les musulmans qui cherchent à les éradiquer de cette région du monde.

Les musulmans se réfèrent à une parole de leur prophète mahomet prononcée au 7eme siècle : il a déclaré que deux religions ne peuvent coexister sur la péninsule arabique. En clair cela signifie que l’islam doit régner en maître dans la région. Et cette parole est aujourd’hui reprise au pied de la lettre par les chefs musulmans.
Le grand Mufti d’Arabie Saoudite a récemment déclaré une fatwa (règle religieuse islamique) sur l’obligation de détruire toutes les églises catholiques de la péninsule arabique ! La fatwa a jusque là été tenue sous silence par les médias occidentaux…

Mais il y a un endroit au Moyen-Orient où les chrétiens sont protégés, c’est Israël.

 

« Ce à quoi nous avons à faire face aujourd’hui et c’est l’un des grands problèmes dont les médias refusent de parler, c’est la persécution massive, le massacre et le nettoyage des chrétiens dans le monde musulman » déclare Cliff May président de la fondation « Défense de la démocratie ». 

source : lepoint

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
6 juin 2012 08:36

lapidation-islam.jpgLes Maldives sont membres du Conseil des droits de l'homme de l'ONU. Ce pays justifie la flagellation au nom de la religionL'islam contrevient au droit international qui interdit les châtiments cruels, inhumains et dégradants ainsi que la tortureLes Maldivesinterdisent également la pratique de toute autre religion que l'islam sunnite.

Un exemple de la justice d'allah : une femme est fouettée au Soudan, en décembre 2010 :


Lire aussi :

Visitez les Maldives sunnites, assistez à la flagellation publique de 150 femmes pour adultère

Maldives : Il se déclare athée, il est arrêté et risque la peine capitale

_________________

Le gouvernement ne permettra pas que des débats sur les principes fondamentaux de l'islam aient lieu aux Maldives, a déclaré aujourd’hui Ahmed Naseem, ministre des Affaires étrangères.

Les commentaires du ministre viennent deux jours après que Mme Navi Pillay, Haut Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, ait appelé à un débat public aux Maldives sur la flagellation des femmes reconnues coupables de relations sexuelles extraconjugales. «Qu'y a-t-il à discuter sur la flagellation ? Il n'y a pas matière à débat sur une règle claire de la religion islamique. Personne ne peut débattre avec allah, a dit le ministre Naseem. Notre ministère des Affaires étrangères ne permettra pas que cela se produise. Le gouvernement s'en remet aux recommandations du ministre des Affaires islamiques sur les questions religieuses. Les Maldives sont un pays 100 pour cent musulman».

Dans le cadre de sa visite de quatre jours aux Maldives, Mme Pillay a dit aux parlementaires jeudi que la flagellation des femmes reconnues coupables d'adultère est l’une des formes de violence contre les femmes parmi les plus inhumaines et dégradantes. Elle a également appelé les autorités maldiviennes à abroger la disposition «discriminatoire» de la constitution qui exige que chaque citoyen soit musulman.

Les commentaires de la responsable des droits humains de l’ONU ont suscité des manifestations dans la capitale Male, certains allant jusqu’à demander son arrestation. Vendredi, les manifestants ont encerclé le bâtiment de l'ONU, ils ont condamné les remarques de Mme Pillay et exigé des excuses de l’ONU et des parlementaires.

Source : Maldives won't allow debates on anti-Islamic issues: Foreign Minister, Haveeru, 26 novembre 2011. Extrait traduit par Poste de veille

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
6 juin 2012 01:38

Stoning victim
Un homme lapidé à mort au Soudan

      Le Soudan est ce pays où une femme a été fouettée en public pour le crime d'avoir porté un pantalon, pendant que des policiers riaient. Voir la vidéo dans ce billet.

Comme l'a écrit le tunisien Salem Ben Ammar :  "La Charia est au droit ce que la barbarie est à la civilisation".

__________________

Selon l’organisation Human Rights Watch (HRW), basée à New York, Intissar Sharif Abdallah, âgée probablement de moins de 18 ans, a été condamnée en avril par un juge de la région de Khartoum et est détenue en prison avec son bébé.

Son affaire « présente de graves violations des lois locales et internationales », a-t-elle précisé dans un communiqué publié jeudi soir. Cette affaire a été passée sous silence par les médias officiels soudanais. Intissar Abdallah a été condamnée en vertu d’une clause du code pénal qui prévoit la mort par lapidation pour les conjoints ayant commis un adultère, selon HRW. Le juge s’est basé sur le seul aveu de la femme qui a parlé après avoir été battue par un membre de sa famille. Elle n’avait ni avocat ni interprète bien que l’arabe ne soit pas sa langue maternelle.

Source : LeSoir.be, 1 juin 2012

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
5 juin 2012 09:10

TUNISIE-un-converti-egorge.jpgAlors que l'islamiste -dit modéré par les médias français- Rached Ghannouchi, chef des Frères Musulmans tunisiens d'Ennahda vient d'affirmer que «l’abolition de la peine de mort est contraire aux préceptes de la Chariâa islamique». (source : Business news) , il se trouve que certains de ses compatriotes ont très bien compris le message en appliquant la peine prévue par Mahomet pour les apostats. L'émission « Egypt Today » animée par le journaliste égyptien Tawfiq Okasha a révélé un document vidéo le 1er juin où un ex-musulman converti au christiannisme subi un égorgement.

 Nous jugeons utile de diffuser un tel document car il s'agit de la réalité de l'islam, une réalité juridique (Le prophète a dit: "celui qui quitte sa religion, tuez le!" - Sahih Bukhari 6411 [Tradition Authentique sunnite] ) et une réalité pratique :

 

Lire en complément. Exclusif: les écrits islamistes de Rached Ghannouchi traduits en français

Voir aussi tous nos articles sur la Tunisie


Pardonnez-moi. Je suis un très mauvais journaliste car je vais vous parler de quelque chose que j’ai lu mais que je n’ai pas vu. Très exactement que je n’ai pas voulu voir car cette vidéo est sur Internet et elle a été diffusée à la télévision égyptienne dans l’émission « Egypt Today » animée par le journaliste égyptien Tawfiq Okasha visiblement mal à l’aise à l’idée de devoir diffuser ce document abominable. Tawfiq Okasha est considéré parRaymond Ibrahim du Gatestone Institute, comme un journaliste libéral. Il est révulsé par ce document et demande aux téléspectateurs : « Est-ce cela l’islam ? ». Mais réponse est : oui ! c’est aussi cela l’islam… L’égorgement méthodique d’un jeune musulman tunisien converti au christianisme pour « apostasie » n’est pas une abomination qui ne se produirait qu’une fois tous les trente-six du mois dans les pays musulmans. Nous en avons évoqués un bon nombre sur ce blogue et dans mon précédent post de ce jour je signalai plusieurs égorgements de chrétiens par les islamistes à Homs (Syrie). Ceux qui estiment devoir regarder cette horreur n’auront qu’à se connecter à la source indiquée ci-dessous, mais je ne mettrai pas cela en ligne et j’ai arrêté de voir cette vidéo à moins d’une minute. Pour ceux qui ne supporteront pas de voir l’insupportable, voici la description qu’en fait Raymond Ibrahim :

« Un jeune homme apparaît maintenu à terre par des hommes masqués. Sa tête est tirée en arrière et il a un couteau sur la gorge. Il ne se débat pas et semble résigné à son sort. S’exprimant en arabe, un locuteur ou “narrateur”, qui n’apparaît pas à l’écran, psalmodie plusieurs prières et supplications musulmanes, la plupart condamnant le christianisme qui, à cause de la Trinité, est qualifiée de foi polythéiste : “Qu’Allah soit vengé de l’apostat polythéiste”, “Allah, fais triompher ta religion, rends-la victorieuse des polythéistes”, “Allah, défais les infidèles par la main des musulmans” ; “Il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah et Mahomet est son messager”.

Alors, aux cris de “Allahu Akbar !” – ce qui veut dire “Dieu est grand” – l’homme qui tient le couteau sur la gorge de l’apostat commence à la lui trancher, tandis que la victime semble calmement susurrer une prière. Il faut presque deux minutes de découpage au couteau pour détacher la tête du chrétien de son tronc, tête qui est alors élevée au milieu des cris et des slogans de victoire ».

Le journaliste Tawfiq Okasha demande à ses téléspectateurs si c’est cela l’islam ? Moi j’ai répondu. À vous de le faire – et de le faire savoir !

Prions pour ce martyr qui a été égorgé pour avoir refusé de renier le Christ. Prions aussi – je sais que cela sera plus dur – pour ses bourreaux.

Daniel Hamiche

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
5 juin 2012 01:21

logements-sociaux-copie-1.jpgSauf miracle, l’église Sainte-Rita, rue François-Bonvin, dans le 15e arr. de Paris devrait être démolie Il n’y a guère d’espoir pour la patronne des causes désespérées. L’église Sainte-Rita devrait bientôt disparaître. A sa place, des logements sociaux verront le jour. Elle a été vendue à un promoteur, faute de moyens pour l’entretenir.

 

L’église Sainte-Rita de rite gallican bien connue pour sa bénédiction annuelle d’animaux devrait être démolie. Faute de moyens pour l’entretenir, l’association cultuelle suisse, l’Eglise apostilique de Suisse, propriétaire des murs l’a vendue.

 Elle laissera place à une trentaine de logements sociaux.

L’Eglise gallicane de Paris souhaitait racheter l’édifice mais il lui aurait fallu récolter plus de 3 millions d’euros. Et le miracle ne s’est pas produit, pas de généreux donateurs en vue…

Pourtant l’activité cultuelle de Sainte-Rita est notable: 3 messes dominicales, un messe quotidienne et près de 250 mariages ou baptêmes par an.

L’église de style néogothique a été jugée sans intérêt architectural et patrimonial par la Commission du Vieux Paris chargée de donner son avis sur le patrimoine et l’urbanisme de la capitale lors des demandes de permis de démolition. (…)

France 3 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
4 juin 2012 09:01

godblesshitler 1 Breaking News: très grave agression de Juifs par des Arabes à Villeurbanne

Trois jeunes juifs portant une kippa ont été frappés à coups de marteau et de barres de fer samedi soir dans la banlieue de Lyon par une dizaine de maghrébins.

Une des victimes a eu la tête ouverte, le second a été frappé violemment à la nuque.

Manuel Valls a dénoncé avec la langue de bois l’agression comme très grave et a assuré de «sa détermination à lutter contre toute agression à caractère religieux». Pauvre type : ajouter la démagogie à la souffrance. Il ne s’agit pas d’agression à caractère religieux, il s’agit d’agression antisémite.

Et le ministre promet de lutter contre toute agression ? Quel panache ! Allait-on l’imaginer les encourager ?

Mon œil. La source du problème, et qui fait qu’en 2011 la France est le pays du monde qui compte le plus d’agressions antisémites, est l’incitation à la haine des Juifs encouragée par les mensonges des médias sur Israël.


 

_
Un antisémitisme qui gangrènerait la jeunesse issue de l’immigration maghrébine.
BFMTV

Suite et source : Le Figaro


On se souvient, par exemple, de l’odieuse photo truquée d’un faux palestinien faussement humilié par des soldats israéliens, publiée dans l’Express par un type sans scrupule, Eric Mettout, totalement abruti de suffisance, et qui jusqu’à la fin de ses jours se sentira étranger au fait que c’est peut-être sa photo truquée et son commentaire mensonger qui ont fait monter chez cette bande de musulmans de Villeurbanne, le désir de venger leurs « frères palestiniens » sur des Juifs Français.

« Manuel Valls assure de la mobilisation totale des services de police sur place afin que les auteurs de cette agression soient, comme le prévoient les lois de la République, interpellés et mis à la disposition de la justice ». Pour en faire quoi ? 3 mois de prison avec sursis ? Laissez-moi rire : la Ministre Taubira a mis les jeunes arabes sous sa protection.

Notons que la présence de marteaux et barres de fer entre les mains des arabes indique que l’acte était prémédité – ils étaient sortis pour massacrer du Juif.

Voilà les extrémistes de droite 2.0, les nouveaux néo-nazis.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
4 juin 2012 00:17

 

conversion-forcee-a-l-islam.jpgGB : des Sikhs protestent contre l'exploitation sexuelle de jeunes filles sikhes par des musulmans

En Grande-Bretagne, des musulmans commettent des viols suprémacistes contre des jeunes filles infidèles, et les autorités peinent à reconnaître le caractère haineux de ces crimes, qui sont des actes de conquête : les infidèles sont considérées comme des proies légitimes et font partie du butin de guerre. Les membres d'un réseau pakistanais d'exploitation sexuelle de jeunes filles blanches en Grande-Bretagne ont récemment été condamnés à la prison

Si les autorités refusent d'admettre qu'il s'agit de crimes haineux, les Sikhs, eux, savent. Le même phénomène se produit dans leur pays d'origine, où des jeunes filles sikhes, hindoues et chrétiennes sont enlevées, violées, converties à l'islam et mariées de force à leur agresseur. Les jeunes filles coptes sont victimes de ce même phénomène en Égypte.

Lire aussi :

GB : neuf musulmans condamnés pour traite d'adolescentes infidèles à des fins sexuelles

Norvège : Oslo secoué par une vague de viols par des "non occidentaux"

_____________________

Des centaines de Sikhs ont manifesté mardi soir devant le poste de police de Luton pour protester contre l’agression sexuelle présumée d’une adolescente Punjabi par un Pakistanais de 19 ans survenue la veille.

La communauté sikhe est fermement convaincue qu’il s’agit d’une agression raciste, et d’un autre cas parmi les cas de plus en plus fréquents d’exploitation sexuelle de jeunes filles sikhes par une minorité de musulmans qui organise et encourage ce crime de manière systématique. L'agresseur a été identifié comme Anan Majid Basharat, un jeune de Luton.

Selon les habitants du quartier, la jeune fille a été manipulée pendant un certain temps avant l'agression sexuelle. La victime et l’accusé étudiaient au Icknield High School, une école à majorité musulmane. Selon des sources, la famille de la victime avait alerté la police à plusieurs reprises sur les tactiques de manipulation et d’exploitation utilisées par  des islamistes radicaux, mais la police de Bedfordshire a omis d’agir et de tenir compte de l’historique de crimes haineux.

Dans les années 1990, l'affiche suivante a été largement distribuée par des islamistes radicaux à la communauté musulmane à travers le Royaume-Uni et a suscité la controverse dans les médias sur la manière dont les jeunes filles sikhes étaient ciblées et manipulées en vue de se convertir à l’islam, par la force et ou l’endoctrinement par des membres du Hib ut Tahrir, une importante organisation islamiste extrémiste au Royaume-Uni : [le texte de l'affiche invite les musulmans à séduire les jeunes filles infidèles, sikhs, hindoues ou chrétiennes, et à les convertir ]

Après une rencontre au temple sikh Guru Nanak de Luton mardi soir, la communauté sikhe, qui craignait que la police locale ne traite pas l’incident de manière adéquate, a décidé de manifester devant le poste de police. Des Sikhs ont déclaré que « la police a peur d’irriter les musulmans radicaux. Même les médias ont peur d'eux. Chaque fois que leur communauté commet des crimes d’exploitation sexuelle organisée, les médias et la police rapportent que les accusés sont des « Asiatiques ». Ce ne sont pas seulement des « Asiatiques », ce sont des Pakistanais radicaux. Quand la police et les médias seront-ils honnêtes ? »

Ils ont ajouté: « Nous ne considérons pas les musulmans comme nos ennemis, ce qui serait contraire à notre religion. Nous respectons toutes les communautés et  religions. Toutefois, la communauté musulmane pakistanaise doit reconnaître qu’elle a un problème avec ses jeunes qui exploitent de manière systématique les jeunes filles non musulmanes, et cela dans tout le Royaume-Uni, et elle doit s’attaquer à ce problème. [   ]

Source : 19 year-old Pakistani boy charged with assaulting Punjabi girl, Panthic.org, 30 mai 2012. Extrait traduit par Poste de veille

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
3 juin 2012 00:55

 

Le candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, est arrivé en tête au premier tour de la présidentielle. Le second tour opposera le candidat des Frères musulmans à celui de l’ancien régime et de l’armée.

Selon le média populaire égyptien El Bashayer du 27 mai, traduit par le Washington Times, Muhammad Morsi a déclaré  qu'il voulait 

"parvenir à la conquête islamique de l'Egypte pour la deuxième foiset faire convertir tous les chrétiens à l'islam, ou bien leur faire payer la jizya" (taxe islamique).

"Nous ne permettrons pas que Ahmed Shafiq [principal concurrent à la présidentielle, laique] ou que quiconque empêche notre deuxième conquête islamique de l'Egypte."

Puis, interrogé sur le vote massif des chrétiens pour son adversaire, il a complété :

"Ils doivent savoir que la conquête arrive, que l'Egypte sera islamique, qu'ils devront payer la jizya ou émigrer"

 

Concernant la première conquête (sanglante) de l'Egypte, lire notre entretien avec l'historien Louis Chagnon dans notre mensuel de décembre 2011. Les chrétiens étaient alors réduits en esclavage et amenés à Médine...

Observatoire de l'islamisation, 30 mai 2012.

 


 

La grande peur des Coptes (Arte)


Egypte : La grande peur des Coptes (ARTE) par BlogCopte

 

 

Mona Makram-Ebeid est professeur de sciences politiques à l’Université Américaine du Caire. Issue d’une grande famille copte égyptienne, elle a été membre de l’assemblée constituante chargée d’élaborer la future loi fondamentale égyptienne. Elle en a démissionné en raison de la main-mise des islamistes. L'équipe de BlogCopte l’a interviewée au Caire sur la situation de la minorité chrétienne qui représente entre 7 et 8% de la population égyptienne. Une communauté qui a largement voté pour Ahmed Chafik, le candidat qui personnifie l’ancien régime :

Mona Makram-Ebeid répond à trois questions :

- Comment la communauté chrétienne copte d’Egypte a-t-elle vécue les mois de chaos qui ont suivi la révolution ?
- Que craint la communauté chrétienne copte en cas de victoire des islamistes ?
- La peur pousse-t-elle les Coptes à l’exil ?

 


Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
2 juin 2012 01:59

Le-don-royal-de-Mohammed-VI-a-la-mosquee-de-Blois.jpgAprès les Grandes mosquées de Clermont-Ferrand et Saint-Etienne financées et gérées par le Maroc, c'est au tour de Blois de se faire financer une grande mosquée avec minaret pour une surface de 1500 m2, avec une école coranique comme il se doit. La Nouvelle République nous apprend que le Roi du Maroc a trouvé 787 000 euros pour finir la construction, alors que son peuple est massivement au chomage et peine à s'acheter le strict nécessaire pour mener une vie décente. 

Ceux qui lisent l'Observatoire de l'islamisation savent qu'en vertu de l'article 220 du code pénal marocain, les chrétiens faisant de l'apostolat sont régulièrement condamnés (jusqu'à 6 mois de prison ferme prévoit la loi!), des églises fermés, et les chrétiens étrangers expulsés s'ils osent parler du Christ aux marocains (lire nos archives). Un marocain n'a pas le droit de se convertir à une autre religion, et un chrétien ne peut obtenir la nationalité du royaume, c'est constitutionnel.

La prise d'influence du Maroc islamiste (comme l'Algérie qui persécute aussi les chrétiens depuis sa loi de mars 2006) sur les mosquées de notre territoire est inadmissible, et revêt les apparences d'une conquête territoriale dans les zones de colonisation musulmanes qui se multiplient dans l'hexagone.

Lire nos archives sur le sujet :

-Le Maroc va continuer à traquer les évangélistes (3.10.2011)

-Epuration religieuse au Maroc: ça continue (8.12.2009)

- Le Maroc chasse les chrétiens en vertu de l'article 220 du code pénal (19.07.2010)

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
2 juin 2012 01:38

tunisie-le-califat.jpgLors de la conférence du mouvement islamiste Tahrir qui a eu lieu le mardi 29 mai 2012 à la salle Al Bourak à Tunis, on a appris sans surprise qu’il n’a toujours pas été légalisé en tant que parti politique en Tunisie. Néanmoins, parmi plusieurs déclarations des leadeurs de Tahrir et témoignages des présents, quelques unes ont retenu notre attention

1-« On s’est opposé à la dictature de Bourguiba et Ben Ali»

Mohamed Ali Ben Hassin, responsable de la communication, a déclaré que « Hezb Tahrir » s’est opposé à la dictature de Bourguiba et Ben Ali. Leur but serait « la justice » au mode «Califat islamique».

2-« Les Tunisiens ne veulent pas d’un régime autre que le califat »

Selon Ridha Bel Haj, porte-parole du mouvement islamiste, « les Tunisiens sont éminemment arabo-musulmans et le système actuel politique, à savoir la République, n’est pas adaptée aux Tunisiens qui n’acceptent que la loi divine pour les guider ». Leur mouvement se veut être donc un parti légalisé « pour ne pas avoir des problèmes d’ordre administratifs » ni plus ni moins. Sinon, ils continuent la « daaoua » le prosélytisme pour instaurer le Califat.

3-« On peut avoir un califat moderne »

Lors d’une interview avec un jeune étudiant en première année à la faculté des lettres de la Manouba, il nous a affirmé que la Tunisie peut très bien adopter le système du califat sans pour autant que ce dernier ressemble à celui des siècles précédents. “ça sera plutôt un Califat moderne ».

4-« La flagellation, la peine de mort et l’amputation sont un ordre de Dieu »

Le jeune homme, pourtant ne portant ni barbe ni qamis, semblait adhérer à 100% au principe de la charia. En effet, pour lui la flagellation, la peine de mort ou l’amputation des mains et des pieds d’un voleur ainsi que toutes les punitions de la charia sont un ordre de Dieu où seule la justice divine a le droit de trancher.

Lire la suite "Tunisie : "le peuple ne veut pas d'un régime autre que le califat" (Hizb ut Tahrir)" »

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
2 juin 2012 01:19

drapeau_eurabia_europe_islamique.jpgL’idéologie qui a conduit Anders Behring Breivik à s’attaquer à l’Etat norvégien, puis à des militants du Parti social-démocrate, en juillet 2011, n’est pas que le délire d’un homme seul : c’est une construction intellectuelle qu’il explique dans son manifeste « 2083″ – une déclaration d’indépendance européenne, qui s’avère être surtout une compilation des écrits d’auteurs anglo-saxons appartenant à la frange la plus radicale du mouvement néoconservateur.

L’idée d’Eurabia sert à justifier moralement le leadership mondial incontesté de l’Amérique

L’enquête du journaliste norvégien Oyvind Strommen, La Toile brune (Actes Sud, 206 p., 21 euros), montre bien l’obsession qui s’est emparée depuis le début des années 2000 d’une partie significative des droites radicales xénophobes en Europe occidentale. Il s’agit de la peur d’Eurabia, néologisme forgé en 2006 par l’essayiste Bat Ye’Or, désignant un continent et une culture européens soumis de leur plein gré à l’islam et à son corpus de lois normatives, la charia, ayant renié leurs racines « judéo-chrétiennes » et de surcroît en voie d’être démographiquement submergés par les musulmans, au point que les Européens « de souche » deviendraient bientôt minoritaires.

Autre néologisme, la « dhimmitude » (le fait d’être soumis au statut de sujet protégé, donc de seconde zone, qu’impose l’islam aux non-musulmans) serait l’inéluctable horizon – et le choix conscient – des peuples de notre continent, si elle n’est déjà notre réalité quotidienne. [...]

Le Monde

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions